Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 22, 2022 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Powell ouvre la porte à une hausse de taux de 50 pbs en mai : le dollar sourit, le yen décroche

Les titres du jour :

  • Nouvelles sanctions européennes ? : face à la poursuite du conflit en Ukraine, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a laissé entendre que l'Union Européenne pourrait prendre de nouvelles sanctions contre la Russie, lesquelles pourraient cibler le secteur de l'énergie. Si un embargo sur le pétrole russe a été évoqué ; ce qui n'a pas manqué de faire bondir hier les prix du pétrole à plus de 115 $/brl ; il n'est pas certain que les 27 membres de l'UE parviennent à s'aligner sur une telle mesure. L'Allemagne et les Pays-Bas mettent en garde contre une telle mesure qui aurait des répercussions dommageables sur les économies européennes compte tenu du haut niveau de dépendance à la Russie.
  • Jerome Powell ouvre la porte à une hausse de taux de 50 pbs en mai :si on en doutait encore, cette fois il est clair que la réserve fédérale américaine fait de la lutte contre l'inflation sa priorité numéro 1. Après avoir été frileuse pendant de long mois à s'attaquer à la hausse des prix aux Etats-Unis, elle compte désormais accélérer le processus de normalisation. Hier, le gouverneur central Jerome Powell a ouvert la porte à un resserrement de 50 pbs lors de la prochaine réunion monétaire en mai, une action qui n'a plus été réalisée depuis 2000. Les marchés obligataires ont vivement réagi, le taux 2 ans a bondi de près de 25 pbs depuis son niveau de vendredi dernier et oscille ce matin à un nouveau pic depuis mai 2019 à presque 2,20 %. Les marchés obligataires s'inquiètent néanmoins que ce durcissement accéléré et tardif fragilise l'économie américaine. La crainte d'une récession est plus que jamais présente, ce qui ne semble pas inquiéter les marchés actions. Le dollar remonte modérément sous le niveau de 1,10 $.
  • Le pétrole poursuit sa remontée :  à nouveau en hausse ce matin, les prix du brut ont enregistré +20% depuis jeudi dernier et approchent désormais le seuil de 120 $/brl, soit un plus haut depuis presque 2 semaines. La nouvelle hausse importante des prix de l'énergie est une bonne nouvelle pour les pays exportateurs, mais une moins bonne pour les pays importateurs qui voient leur pouvoir d'achat diminuer et leur balance commerciale se détériorer. La paire EUR/CAD symbolise parfaitement cette réalité comme en témoigne son repli de -1,4% depuis vendredi dernier et son glissement vers ses plus bas de l'année et depuis 2015 !

   

  • Un soutien monétaire attendu en Chine mais pas forcément de baisse de taux : d'après un rapport publié lundi soir par l'agence d'information chinoise Xinhua news, le gouvernement chinois réclame le recours de nouveaux outils monétaires pour soutenir l'activité de crédit, et ainsi rassurer les investisseurs qui ont dû faire face au cours des derniers mois à une multitude de facteurs défavorables tels que le ralentissement de la croissance, les difficultés financières de nombreux promoteurs immobiliers et le durcissement de la régulation pour les entreprises du secteur des Technologies. Ce soutien ne devrait néanmoins pas forcément déboucher par une nouvelle baisse des taux de réserve obligatoire appliquée aux banques, le gouvernement chinois n'y faisant pas référence. Pékin devrait continuer d'assouplir les conditions de manière ciblée et avec parcimonie, ce qui ne devrait pas augurer à priori de larges mouvements de dépréciation du yuan. Celui-ci remonte d'ailleurs ce matin, dans sa version offshore, sous le seuil de 7,0 ¥ face à l'euro.
  • Coup de projecteur ce mardi : on devrait observer aujourd'hui une nouvelle hausse de taux en Hongrie (consensus +75 pbs à 4,15%). L'actualité devrait principalement se focaliser sur les commentaires de responsables monétaires européens dont Christine Lagarde et le chef économiste de la BCE Philip Lane mais aussi un certain nombre de responsables de la Fed dont le président de l'antenne de New York.

  

Volatilité des devises :

EUR/USD - La montée du pétrole et Jerome Powell renvoient l'EUR/USD sous 1,10 $ (-0,4% hier) : l'effet combiné d'une nouvelle hausse importante des prix du pétrole, laquelle risque d'altérer le pouvoir d'achat des ménages en Europe et de détériorer la balance commerciale, et des commentaires du gouverneur central américain entrouvrant la porte à un resserrement de 50 pbs lors de la réunion de mai ont mis un petit coup derrière la tête de l'euro. Après deux séances consécutives de repli, l'EUR/USD reste sur la défensive ce matin et se contracte sous le niveau de 1,10 $. On a la confirmation pour le moment de deux points : 1) tant que la guerre en Ukraine se poursuit, le potentiel de revalorisation de l'euro reste limité, 2) la marche des 1,11 $, bien que touché à plusieurs reprises au cours des 3 dernières semaines, reste toujours trop haute à gravir pour l'EUR/USD.

 
EUR/GBP - La livre sterling se reprend avant la présentation du nouveau budget (-0,2% hier) : déçue la semaine dernière par la hausse de taux "prudente" effectuée par la Banque d'Angleterre, la livre sterling démarre bien la semaine et revient se positionner ce matin à 0,8350 £, ou son plus bas niveau depuis près de 2 semaines. Si la faiblesse de l'euro explique en partie l'affaiblissement de la paire EUR/GBP, la livre profite également d'un soupçon d'espoir outre-Manche avant la publication ce mercredi de la version actualisée du budget britannique par le secrétaire au Trésor Rishi Sunak. Ce dernier est sommé par la population de délivrer des mesures d'aide pour soulager le pouvoir d'achat lequel est mis sous pression par la flambée des prix de l'énergie et des matières premières dans son ensemble. Il reste à savoir quelle marge de manœuvre et quel effort il consent à faire sachant que la dette publique britannique s'est déjà fortement détériorée avec la pandémie.

 
EUR/JPY - Rebond à un pic de 5 semaines à plus de 132 ¥ (-0,1% hier) : sous l'impulsion d'un rebond de la paire USD/JPY (2ième paire de change la plus échangée dans le monde après l'EUR/USD) qui franchit ce matin le seuil de 120 ¥ pour la 1ière fois en 6 ans, le taux EUR/JPY bondit lui au-dessus du seuil de 132 ¥ pour la 1ière fois en 5 semaines et n'est désormais plus très loin de ses plus hauts de l'année recensés début février à 133,15 ¥. Le cocktail d'une hausse des prix du pétrole et d'une hausse des rendements obligataires américains après les commentaires du gouverneur central Jerome Powell suggérant une normalisation monétaire accélérée aux Etats-Unis, le yen et ses taux négatifs apparaît plus que jamais comme une devise peu attractive.

 
EUR/CHF - Un glissement sur pause (-0,1% hier) : après un net repli vendredi (-0,9%), lequel s'est accentué lors de la séance de lundi, le taux EUR/CHF fait une pause dans sa glissade et apparaît stable ce matin. Marqué par le retour de la menace nucléaire dans l'actualité, la paire de change apparaît désormais attentiste et se contente de limiter les pertes face à l'absence de nouveaux développements sur ce sujet. Après avoir tutoyé la semaine dernière le niveau de 1,04 ₣, le taux de change est de retour depuis hier sous le seuil de 1,03 ₣. Comme pour l'EUR/USD, malgré des rebonds correctifs observés en mars, le potentiel de revalorisation de la paire EUR/CHF apparaît limité tant que le conflit russo-ukrainien reste non résolu.

 
EUR/CAD - Le dollar canadien tutoie ses plus hauts niveaux depuis 2015 (-0,4% hier) : profitant largement du fort rebond des prix du pétrole depuis la fin de semaine dernière, le dollar canadien enregistre actuellement près de +1% depuis vendredi dernier face à l'euro et s'est à nouveau retrouvé ce matin à tutoyer la barrière de 1,38 C$, ou un support qui n'a plus été franchi durablement depuis 2015. Si la paire a retracé ses pertes ce matin à l'approche de ce seuil, il pourrait à nouveau être testé si jamais les prix du brut accélèrent de nouveau. Cela pourrait être le cas si un embargo européen sur le pétrole russe était adopté. La cassure du seuil de 1,38 C$ serait très symbolique et pourrait constituer un signal baissier majeur pour la paire EUR/CAD.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.