Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 18, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

La correction du pétrole impacte les marchés des changes, nouvelle crise de défiance pour la livre turque

  
Tendance du jour : la volatilité est dominée ce matin par la correction prolongée des prix du pétrole après une chute de près de -3% hier en écho aux rumeurs de libération des réserves stratégiques pétrolières des Etats-Unis et de la Chine sur les marchés. Parmi les plus gros performeurs de cette année, les devises pétrolières comme le CAD, la NOK ou encore le RUB corrigent depuis hier. En pleine déroute sur ces derniers jours, l'euro rebondit modestement ce matin face à ses principaux pairs comme le dollar (1,13 $), le yen (129 ¥) et le franc suisse (1,05 ₣). Après un rebond de près de 2% en 4 séances face à l'euro, la livre sterling se stabilise et fait une pause au niveau de 0,84 £. La livre turque subit une nouvelle crise défiance de la part des marchés et continue de couler en amont d'une possible annonce ce jeudi d'une nouvelle baisse de taux en Turquie. Le taux EUR/TRY s'échange à plus de 12,0 TRY pour la première fois de son histoire.

 
EUR/USD - Un support à 1,13 $ donne un peu de répit à l'EUR/USD (+0,0% hier) : le taux EUR/USD a tenté une nouvelle fois de se faire la malle et de poursuivre sa glissade entamée en fin de semaine dernière, néanmoins il a su trouver des ressources pour contenir cette dynamique et se stabiliser. Ainsi malgré une chute à un nouveau creux depuis juillet 2020 en séance asiatique mercredi à 1,1260 $, le taux de change a très vite retracé ses gains grâce à l'appui d'une poussée des taux courts européens en marge de la publication des chiffres d'inflation confirmant une hausse des prix en octobre à une dynamique annuelle de 4,1%, ou sa plus forte dynamique depuis 13 ans. Le facteur inflationniste n'est néanmoins pas un catalyseur haussier pour l'euro comme il peut l'être pour le dollar car la Banque centrale européenne repousse pour le moment tout projet de resserrement monétaire l'année prochaine. Hier, c'est le vice-président de l'institution monétaire, Luis de Guindos, qui a défendu l'idée d'une poussée "transitoire" de l'inflation qui ne mérite pour le moment pas qu'on panique et se précipite à ajuster la politique monétaire. Le taux EUR/USD a également profité d'une petite défaillance du dollar après la publication d'une contraction surprise des mises en chantier aux Etats-Unis au mois d'octobre, laquelle semble découler directement de la hausse des coûts des matériaux et d'une pénurie de main d'œuvre dans le secteur de la construction. Résistant hier donc aux pressions baissières, le taux EUR/USD consolidait ce matin sa position au-dessus de la barrière de 1,13 $. Les gains restent pour le moment très modestes et la paire de change reste plus que jamais orientée à la baisse sur cette fin d'année. Néanmoins, en l'absence de nouveaux catalyseurs baissiers sur l'euro en cette fin de semaine, on n'est pas à l'abri d'assister à un rebond correctif modeste en direction de 1,14 $ sur fond de prises de bénéfices et/ou défaillance du dollar.

 
EUR/GBP - La livre sterling surfe sur les spéculations monétaires et touche un nouveau sommet depuis le début de la pandémie (-0,4% hier) : après de bons chiffres de l'emploi mardi, ce sont des chiffres d'inflation plus élevés que prévu qui ont tiré la livre sterling vers le haut. Si la banque centrale britannique se questionnait encore sur la nécessité ou non de relever les taux directeurs actuellement à un plus bas historique de 0,1%, elle a possiblement trouvé quelques éléments de réponse dans la lecture hier d'une poussée de l'inflation au Royaume-Uni à un pic de 10 ans de 4,2%. Les marchés monétaires sont actuellement divisés sur la question et évaluent ce matin à 50-50 la probabilité d'une hausse de taux de 25 pbs le mois prochain. Il s'agit d'une estimation en baisse par rapport à hier où elle était recensée à plus de 60% mais cela n'altère pas pour autant l'ascension de la livre sterling qui vient d'enchaîner 4 séances consécutives de hausse face à l'euro pour un gain de près de 2%, et qui reste orientée à la hausse ce matin. Le taux EUR/GBP oscille en ce moment même sous le seuil de 0,84 £, ce qu'il n'avait encore jamais réussi à faire depuis le début de la pandémie. La proximité avec la barrière de 0,83 £ qui fait office de seuil plancher depuis le référendum sur l'UE de 2016 pourrait cependant refréner temporairement les velléités haussières de la livre. Du moins temporairement.

 
EUR/JPY - Forte correction à venir des prix du pétrole ? Le yen en profite (-0,6% hier) : des rumeurs de prochaine libération par la Chine et les Etats-Unis de leurs réserves stratégiques en pétrole dans un but de faire dégonfler la hausse des prix du brut circulent sur les marchés alors que plusieurs médias révèlent que la question a été abordée lors de l'entretien téléphonique réalisée en début de semaine entre le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping. La Chine aurait même commencé ce matin à réintroduire des barils sur le marché sans que l'on sache néanmoins la quantité. Quoi qu'il en soit, on observe déjà d'importants mouvements sur les prix du pétrole, lesquels ont reculé de -2,6% hier et continuent de reculer ce matin (Brent à 80 $). Cette correction des prix mais aussi celle ce matin des valeurs technologiques chinoises sur fond de craintes d'un durcissement accéléré des conditions de crédit dans le monde en écho à la hausse de l'inflation ont des répercussions positives sur le yen. Recherchée pour son profil de valeur refuge, la devise japonaise a vivement rebondi hier face à l'euro pour toucher un pic de plus de 5 semaines à 129 ¥. Le yen enregistre désormais 3% de gains face à l'euro sur les 4 dernières semaines dont plus de 2% sur les deux dernières. Non loin d'un seuil support visible à 128,6 ¥, le taux EUR/JPY s'accorde une pause dans sa chute et rebondit modestement ce matin.

 
EUR/CHF - Le taux EUR/CHF teste le support de 1,05 ₣ (-0,2%) : la chute des prix du pétrole, les risques sanitaires en Europe et le renouvellement d'un discours très accommodant de la part des banquiers centraux européens malgré le risque inflationniste continuent de tirer la paire EUR/CHF vers le bas. Le seuil de 1,05 ₣ a été une nouvelle fois approché de très près mais n'a pas été néanmoins touché par la paire de change. Celui-ci constitue un support majeur et un plancher qui a tenu au plus fort de la pandémie à l'hiver 2020 mais aussi depuis la levée du plancher des 1,20 ₣ par la banque centrale suisse en janvier 2015 ! On continue de surveiller attentivement cette barrière qui, si elle venait à être franchie, pourrait constituer un signal haussier majeur sur le franc.

 
EUR/AUD - Divergences monétaires et correction des prix des matières premières affectent l'Aussie dollar (+0,5% hier) : l'Australie sera-t-elle épargnée par les risques inflationnistes qui s'observent actuellement aux quatre coins du monde ? Pour la banque centrale australienne et son gouverneur Philip Lowe, tant que la croissance des salaires n'est pas supérieure à 3%, il apparaît peu probable que les pressions sur les prix auxquelles on assiste actuellement s'installent durablement. La hausse hier des salaires au T3 à un rythme annuel de 2,2% devrait conforter l'approche "transitoire" sur les prix défendue par la banque australienne et son objectif de ne pas relever ses taux directeurs d'ici 2024. Si les marchés anticipent un resserrement prématuré entre 2022 et 2023, les statistiques macroéconomiques publiées en Australie ne favorisent pas pour le moment ce scénario. Un repli des taux courts (taux 3 ans à nouveau sous le seuil de 1%) mais aussi une correction des prix des matières premières sous l'impulsion du recul du pétrole ont affecté la valorisation de l'Aussie dollar. Après avoir chuté à un creux de près de 2 semaines en début de semaine à 1,5450 A$, le taux EUR/AUD enregistre un rebond correctif et approche désormais le seuil de 1,56 A$.

 
EUR/CAD - Les spéculations monétaires aident le loonie à contenir les pertes liées à la correction du pétrole (+0,4% hier) : après avoir touché un pic de plus de 4 ans hier face à l'euro à moins de 1,42 C$ grâce à l'appui de chiffres d'inflation en progression et à un pic de 18 ans à 4,7% en octobre qui accentue un peu plus la pression sur les épaules des banquiers centraux canadiens pour relever les taux directeurs, le loonie a rapidement retracé ses gains sous l'effet de la chute des prix du pétrole. La crainte d'une réintroduction d'une plus forte offre de barils de pétrole sur les marchés mondiaux sous l'impulsion d'une libération des réserves stratégiques pétrolières américaines et chinoises se répercute négativement sur les prix du brut. Devise d'un pays exportateur net de de pétrole, le dollar canadien est très sensible aux variations des cours de l'énergie. Alors que le pétrole accentue sa baisse ce jeudi, le taux EUR/CAD remonte à hauteur de 1,43 C$. Un rebond plus important pourrait survenir si une correction plus marquée du pétrole survenait sur la fin d'année. Autre catalyseur baissier à considérer : une baisse de la demande liée à la recrudescence des risques sanitaires dans le monde, et plus particulièrement en Europe.

 
EUR/TRY - La livre turque continue de couler (+2,6% hier) : les marchés anticipent une nouvelle baisse de taux en Turquie ce jeudi de 100 pbs à 15% alors même que la banque centrale a déjà réalisé une baisse de 300 pbs de ses taux sur les deux derniers mois malgré une inflation qui approche les 20% en Turquie. Néanmoins, la pression d'Ankara en faveur de conditions plus accommodantes risque d'avoir raison des considérations économiques, et c'est bien ce qui inquiète les acteurs de marché. La livre turque subit une véritable crise de défiance et est en chute libre depuis le début de semaine. La devise turque se déprécie de -7% depuis le début de semaine face à l'euro et le taux EUR/TRY a franchi un nouveau palier psychologique majeur hier pour la première fois de son histoire, celui de 12,0 TRY.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.