Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 27, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Démarrage au Brésil et Canada d'un cycle de réunions monétaires,  la livre sterling attentive aux annonces budgétaires

Tendance du jour : la séance de mercredi fait la part belle à des mouvements correctifs avant l'enchaînement pendant près d'une semaine de réunions monétaires des principales banques centrales mondiales. Aujourd'hui au Brésil et au Canada, demain au Japon et en Zone Euro, et la semaine prochaine en Australie, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Ces réunions s'inscrivent dans un contexte de montée des spéculations sur les marchés monétaires à l'égard d'un scénario de remontée prématurée des taux directeurs au sein des économies majeures en réponse directe à la montée des pressions inflationnistes. Au regard du haut niveau d'anticipation observé, les réunions d'octobre pourraient causer quelques remous si l'approche des banquiers centraux diffèrent des attentes des marchés. L'euro remonte ce matin grâce à l'appui du rebond du moral des ménages allemands à un pic depuis avril 2020. La livre sterling se replie légèrement en attendant les révisions budgétaires annoncées à la mi-journée par le ministre des Finances Rishi Sunak. Le repli de -1% des prix du pétrole ce matin fait chuter les devises pétrolières de leur piédestal, à commencer par le rouble russe qui affiche une correction importante ce matin (-0,7%). Le dollar australien est stable mais reste orienté à la hausse grâce au soutien de rendements plus attractifs et actuellement à un pic de plus de 2 ans (taux 2 & 10 ans). Les devises asiatiques sont sur la défensive ce matin et pâtissent de craintes des marchés à l'égard d'un risque de contagion des difficultés financières de plusieurs promoteurs immobiliers chinois sur les marchés financiers internationaux.

 
EUR/USD - Un rebond de la confiance des ménages appuie le dollar (-0,1% hier) : alors que l'on observe à un euro tout timide en amont de la réunion monétaire de la Banque centrale européenne ce jeudi, le dollar a reçu hier le soutien d'un rebond inattendu du moral des ménages américains après sa chute au mois de septembre à un plus bas depuis 7 mois. Le consensus misait sur un nouveau repli en raison d'un contexte de forte remontée des prix de l'énergie qui menace le pouvoir d'achat mais à la surprise générale l'indice Conference Board a enregistré un rebond de 4 pts sur octobre (113,8 Vs. 109,8). Le rapport montre un optimisme renforcé des ménages en écho aux récents progrès sur le marché de l'emploi et à l'égard de la hausse des salaires, et à l'inverse une dissipation des inquiétudes à l'égard des risques sanitaires aux Etats-Unis. Ce rapport est de bon augure au regard de la récente montée des incertitudes autour de l'économie américaine (baisse du levier fiscal, pénurie de main d'œuvre, hausse des coûts de production) et suggère un soutien appuyé de la consommation domestique comme vecteur de croissance. Retombé hier sous le seuil de 1,16 $, le taux EUR/USD y fait son retour ce matin. Le contexte toujours haussier sur les marchés actions et l'optimisme général qui se dégage des marchés actions limitent les pressions haussières sur le dollar et aident la paire de change à ne pas reculer davantage. Le rebond ce matin de l'indice de confiance des ménages allemands à un pic depuis avril 2020 soutient l'euro ce matin.

 
EUR/GBP - Une actualisation budgétaire va-t-elle stimuler la livre ? (-0,1% hier) : l'un des évènements majeurs de la journée sera la présentation à la mi-journée d'une révision budgétaire par le ministre des Finances Rishi Sunak. Ce dernier devrait annoncer une révision à la hausse des projections de croissance au Royaume-Uni cette année et une réduction plus importante du déficit. Face à ce constat, la tentation pourrait être grande de réduire la voilure en matière de dépenses publiques pour assainir les finances du pays. Or un tel choix pourrait se révéler contre-productif et néfaste sachant que les risques entourant l'économie britannique sont en nette hausse. Entre la recrudescence des contaminations (taux d'hospitalisation sévère à un pic depuis mars), les pénuries de main d'œuvre et de matériaux, la hausse des prix qui pèse sur les marges des entreprises et le pouvoir d'achat des ménages, ou encore le retour des tensions sur l'héritage du Brexit, les catalyseurs baissiers menaçant de faire dérailler l'économie britannique sont nombreux. Sunak aura le rôle difficile de trouver le juste équilibre pour rassurer ceux qui craignent qu'une baisse des aides impactera l'économie et ceux qui craignent qu'une absence de contrôle des dépenses et des déficits aura un impact négatif sur le moyen-long terme. Après avoir heurté hier le seuil de 0,84 £ pour la première fois depuis le début de la pandémie, le taux EUR/GBP rebondit ce matin à 0,8430 £. Si la tendance générale reste baissière, la réception par les marchés des nouvelles annonces budgétaires et fiscales pourrait susciter quelques remous.

 
EUR/AUD - Le dollar australien soutenu par des taux plus attractifs (-0,3% hier) : dans la continuité des séances précédentes, le dollar australien surfe sur la forte et rapide remontée des rendements obligataires australiens pour accentuer sa revalorisation face à ses pairs. La publication ce matin d'un solide rebond de l'indice de prix au T3 de +0,8% (rebond similaire à celui entrevu au T2) vient accréditer la thèse émergente en octobre d'un possible resserrement prématuré des conditions de crédit en Australie et remontée du taux directeur en Australie bien avant la date de 2024 actuellement fixée par les banquiers centraux australiens. Ce matin, le taux 3 ans australien bondit à un pic de plus de 2 ans à 0,95 % - soit une hausse de 20 pbs depuis lundi - et le taux 10 ans grimpe à son plus haut niveau depuis avril 2019 à plus de 1,8%. Si l'on compare les taux souverains à 10 ans, les rendements australiens n'ont jamais été aussi attractifs par rapport à leur homologue américain depuis mars dernier (environ 20 pbs d'écart). Le taux EUR/AUD accentue son repli ce matin et oscille à un creux de 6 mois à 1,54 A$, et se rapproche pas à pas de ses plus bas de l'année situés à hauteur de 1,5250 $. Sur le seul mois d'octobre le taux EUR/AUD enregistre un repli de près de -4%, ou soit sa pire performance mensuelle depuis 18 mois.

 
EUR/CAD - Le rallye du dollar canadien passe le test de la Banque du Canada (-0,0% hier) : cet après-midi, la banque centrale canadienne dévoilera les conclusions de son avant-dernière réunion monétaire de l'année ainsi que ses nouvelles projections économiques et monétaires. Ces derniers seront attentivement scrutés par des marchés qui spéculent très largement sur un scénario de première hausse de taux au Canada au printemps prochain (une hausse de taux de 25 pbs au mois d'avril 2022 intégralement intégrée par es marchés monétaires) alors que jusqu'à présent les banquiers centraux canadiens ont ciblé une intervention au second semestre 2022. Le contexte inflationniste actuel va-t-il participer à accélérer l'agenda monétaire canadien ? Ce sera l'enjeu de la réunion de cet après-midi sachant qu'une approche plus prudente qu'anticipée pourrait décevoir les acheteurs de loonie et déclencher une petite décompression de la devise que l'on a vu vivement s'apprécier depuis septembre (+5% face à l'euro) mais que l'on voit stagner depuis maintenant près de 2 semaines. Actuellement coincé dans un couloir étroit de prix de 1,43-1,44 C$, le taux EUR/CAD pourrait redémarrer, à la hausse ou à la baisse, selon les conclusions qui seront tirées à l'issue de la réunion d'octobre.

 
EUR/BRL - Une nouvelle hausse de taux au soutien du réal ? (+0,1% hier) : après une semaine cauchemardesque (-4% face à l'euro) marquée par d'importants remous politiques et durant laquelle le réal brésilien a chuté à son plus bas niveau depuis 6 mois face à l'euro à 6,68 BRL, la devise retrouve un peu le sourire cette semaine et affiche en ce moment un gain de presque +2% depuis lundi. La revalorisation du réal brésilien pourrait s'accentuer dans la soirée et lors de la séance de demain alors que l'on anticipe sur les marchés l'annonce ce soir au Brésil d'une nouvelle hausse de taux conséquente de +100 pbs à 7,25%. Il s'agirait du 6ième resserrement monétaire réalisé cette année pour lutter contre une inflation aujourd'hui à deux chiffres au Brésil et à un plus haut depuis 5 ans. Si traditionnellement il y a un lien positif entre des taux et la devise (une hausse renforce la devise), il ne faut pas négliger le risque qu'un durcissement trop fort des conditions de crédit soit jugé par les opérateurs de marché comme une stratégie néfaste pour l'économie et un trop lourd fardeau à porter pour des économies aujourd'hui très vulnérables et ne disposant pas de leviers fiscaux suffisamment forts pour prendre le relais de la banque centrale pour soutenir la croissance.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.