Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 26, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le yuan garde la tête froide malgré les mauvaises nouvelles en Chine, l'euro pénalisé par les mouvements monétaires

Tendance du jour : l'actualité est dominée ce matin par les nouvelles inquiétudes autour de l'immobilier chinois après l'annonce d'un manquement d'un paiement par un promoteur (Modern Land) de créances sur une dette de 250 Mln$, ainsi que par les spéculations sur les régions qui procèderont bientôt à une hausse de taux. Au regard des attentes en amont des réunions de novembre aux Etats-Unis (anticipation d'une annonce d'un tapering du programme de rachat d'actifs) et au Royaume-Uni (anticipation d'une première hausse de taux de 25 pbs), le dollar américain (1,16 $) et la livre sterling (0,84 £) ont l'avantage sur l'euro en ce début de semaine. Malgré un rebond correctif en fin de semaine dernière le yen japonais (132 ¥) reste sur la défensive sous couvert d'une solide dynamique des marchés actions qui restent soutenus par les bons résultats trimestriels d'entreprise. Les devises d'Europe de l'Est restent sur la défensive et pâtissent d'un double effet néfaste "Covid" et détérioration des relations entre la Pologne et les institutions européennes. Le yuan garde la tête froide malgré le flux de mauvaises nouvelles en Chine et reste orienté à la hausse face à l'euro, à un pic de 3 ans (7,40 ¥).

 
EUR/USD - L'euro pénalisé par les taux (-0,4% hier) : il fallait s'y attendre en cette semaine placée sous le signe de la Banque centrale européenne, la dynamique de la devise européenne a été largement influencée hier par les mouvements sur les marchés obligataires. En marge du nouveau repli de l'indice Ifo de climat des affaires en Allemagne au mois d'octobre (4ième mois consécutif de baisse) et en amont de la réunion monétaire de jeudi durant laquelle on attend peu d'annonces majeures de la part de Christine Lagarde et ses collaborateurs, les taux courts européens ont vivement reculé. Le taux 2 ans allemand a chuté de -2,6 pbs (-0,66%), ou soit sa seconde plus forte chute journalière au cours des 3 derniers mois. Le taux EUR/USD a temporairement chuté sous le seuil de 1,16 $ hier (point bas recensé à 1,1589 $) mais a fini par retracer en fin de séance pour clôturer au-dessus de cette barrière mais tout de même à un plus bas depuis 6 séances. Après avoir heurté à plusieurs reprises le seuil de 1,1650 $ la semaine dernière sans jamais parvenir à se hisser jusqu'à 1,17 $, l'euro retombe dans ses travers, à nouveau victime des taux négatifs européens et d'une perte d'attractivité causée par un élargissement des écarts de taux entre la Zone Euro et des régions comme les Etats-Unis où l'on spécule vivement sur la date d'une première hausse de taux qui pourrait survenir dès 2022. La devise européenne reste orientée à la baisse ce matin où l'on voit resurgir quelques inquiétudes en Chine eu égard la remontée des contaminations dans le pays et l'annonce d'un nouveau défaut de paiement par un promoteur immobilier (Modern Land).

 
EUR/GBP - Les divergences monétaires au soutien de la livre sterling (-0,4% hier) : le repli hier des rendements obligataires européens couplé avec la remontée des anticipations de hausse de taux le mois prochain au Royaume-Uni (probabilité évaluée à 60% ce matin sur les marchés monétaires) ont favorisé un mouvement de revalorisation de la livre sterling face à l'euro, cela en dépit des nouvelles du weekend illustrant un regain de tensions entre Britanniques et Européens autour de l'héritage du Brexit. En l'absence pour le moment d'actions concrètes sur le plan politique et/ou commercial, les investisseurs apparaissent pour l'heure peu sensibles aux régulières prises de bec entre les deux anciens partenaires commerciaux, et à l'inverse plus attentif au probable changement de conditions monétaires à venir prochainement au Royaume-Uni. Incapable de remonter au-dessus de 0,85 £ au regard des attentes monétaires outre-Manche (niveau plus atteint depuis 2 semaines), le taux EUR/GBP revient se positionner ce matin à proximité du seuil de 0,84 £. Un nouveau point bas depuis le début de la pandémie en février 2020 est même touché ce matin mais l'on sait trop bien que ce n'est que la cassure du niveau de 0,84 £ qui pourrait actionner une revalorisation plus ample de la livre sterling face à l'euro.

 
EUR/JPY - La bonne conduite des actions limite les gains du yen (-0,1% hier) :  sous couvert d'une dépréciation généralisée de l'euro hier, le taux EUR/JPY a menacé d'accélérer son mouvement correctif débuté en fin de semaine dernière et a glissé temporairement sous 132 ¥. Néanmoins, grâce au soutien d'un rebond des marchés actions soutenu par de bons résultats trimestriels d'entreprise mais aussi un rebond des prix des matières premières, dont notamment le pétrole, le taux EUR/JPY a limité la casse hier et remontait légèrement ce matin.

 
EUR/AUD - Le dollar australien franchit un palier majeur et accélère sa revalorisation grâce au soutien des matières premières (-0,6% hier) : grâce à l'appui d'un rebond continu des prix des matières premières et d'un environnement de marché toujours haussier, le dollar australien poursuit sa revalorisation face à l'euro. Celle-ci s'est d'ailleurs accélérée hier après le franchissement du palier de 1,55 A$, lequel constituait un seuil support du taux EUR/AUD depuis avril dernier. Au total, le taux EUR/AUD enregistre un mouvement de repli de près de -6% en l'espace de deux mois. Le prochain obstacle majeur sur la route de l'Aussie dollar se situe à 1,54 A$, ou un niveau sous lequel la paire de change n'évolue plus depuis mars dernier.

 
EUR/CNH - Des inquiétudes qui grandissent en Chine et un yuan toujours bien ancré grâce au soutien des autorités monétaires (-0,3% hier) : le yuan a grandement profité de la faiblesse de l'euro pour se revaloriser et grimper à un nouveau pic depuis juin 2018 à quasiment 7,40 ¥. Le yuan bénéficie toujours du soutien indéfectible de la banque centrale chinoise, laquelle brille par un important interventionnisme pour contenir tout mouvement de panique eu égard aux mauvaises nouvelles qui tombent dans le secteur immobilier, ou encore la détérioration des conditions sanitaires (remontée des cas) qui oblige Pékin à réintroduire des restrictions partielles dans le cadre de sa politique de tolérance zéro. Hier et ce matin, les autorités chinoises ont injecté un volume net de 190 Mds¥ sur les marchés financiers chinois via des opérations de reverse repo (plus importante injection journalière depuis janvier) et a opéré ce matin à un repli du taux pivot USD/CNY au même niveau que vendredi dernier, lequel était un plus bas depuis 4 mois. Ces nouvelles mesures interviennent alors que l'on apprend le non-remboursement ce matin par le promoteur immobilier chinois Modern Land du montant principal et des coupons sur une dette de 250 Mln$. Il s'agit d'un nouveau risque de faillite d'une entreprise chinoise qui éclot alors même que l'on approche de la fin de la période de grâce de 30 jours accordée au groupe Evergrande pour le non-paiement de ses créanciers d'une échéance de dette initialement prévue le 29 septembre dernier. Malgré cet amas de mauvaises nouvelles en Chine, le yuan garde la tête haute. Il reste à savoir si le soutien des autorités chinoises sera suffisant à repousser les risques baissiers qui entourent la devise chinoise si jamais les conditions économiques et financières venaient à se détériorer plus significativement.

 
EUR/BRL - Rebond correctif du réal brésilien après une semaine compliquée (-2,0% hier) : après avoir enregistré une de ses pires semaines de l'année (-3,7% face à l'euro), le réal brésilien s'est vivement repris hier et profité d'un mouvement dépréciatif généralisé de l'euro pour se refaire la cerise. La devise brésilienne a également très largement bénéficié d'un rebond des prix des matières premières, notamment du cuivre et des minerais de fer, pour se renforcer. Après avoir chuté à un creux de 6 mois la semaine dernière à presque 6,70 BRL, le réal s'est repositionné sous le seuil de 6,45 BRL et restait orienté à la hausse ce matin.

 
EUR/RUB - L'extension du rallye du pétrole tire le rouble vers le haut (-1,1% hier) : le rouble russe a rebondi de plus de 1% hier face à l'euro, surfant sur l'extension du rallye du pétrole que l'on a vu tester hier ses plus hauts niveaux depuis 2014 à plus de 86 $. Le refus des membres de l'OPEP, Arabie Saoudite en tête, de réduire plus drastiquement et rapidement les quotas de production introduits en marge de la pandémie pour faire dégonfler la forte hausse récente des prix a joué le rôle de catalyseur auprès des acheteurs. Bénéficiant également du prolongement des effets de l'annonce de la hausse de taux vendredi dernier par la banque centrale russe (6ième hausse cette année), le rouble a grimpé à un nouveau pic depuis 15 mois et approche désormais à grand pas du seuil psychologique des 80 RUB.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.