Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 05, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le dollar se nourrit de la nervosité des marchés actions, les devises asiatiques acclament la baisse des tensions commerciales

  

Tendance du jour : l'aversion au risque a fait son retour sur les marchés des changes au lendemain d'une forte correction des marchés boursiers américains et après la révélation ce matin dans les médias financiers qu'un nouveau promoteur chinois (Fantasia) avait manqué de rembourser hier une dette de 206 Mds$. Après l'épisode Evergrande, le secteur immobilier chinois reste plus que jamais sous tension. Le dollar efface ce matin les pertes de la veille (1,16 $), le yen et le franc sont à l'inverse assez stables alors que l'on assiste ce matin à une ouverture en hausse des marchés boursiers européens. Le dollar australien (1,5950 A$) voit son ascension stoppée ce matin après un nouveau statu quo de la RBA. Les devises pétrolières continuent de bénéficier d'un contexte haussier sur les prix du pétrole, lequel a été conforté hier par le choix des membres de l'OPEP de ne pas réduire plus rapidement que prévu ses quotas. Le dollar canadien (1,46 C$) et la couronne norvégienne (9,95 NOK) sont désormais tout près de leur plus haut annuel face à l'euro. Après avoir subi d'importantes pertes hier, les devises émergentes sont majoritairement en hausse ce matin face à l'euro. Les devises asiatiques sont celles qui performent le mieux, la région bénéficiant des effets de l'annonce ce matin d'une volonté du Vietnam d'éliminer les droits de douane appliqués sur certains produits importés depuis les Etats-Unis comme le porc surgelé, le maïs et le blé (lien de l'article publié par Bloomberg). Un apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et le continent asiatique - en attendant de possibles avancés au niveau de la relation sino-américaine dont on attend une reprise de contact ce mois-ci - se répercute favorablement sur les devises asiatiques.

 
EUR/USD - Rebond correctif (et temporaire) de l'euro sur fond de débat sur l'inflation (+0,2% hier) : en pleine déroute la semaine dernière et victime d'une chute à un creux de plus d'un an à moins de 1,16 $, l'euro s'est légèrement repris ce lundi face au dollar lors d'une séance pourtant marquée par la nervosité des marchés actions américains et européens face à la crise énergétique actuelle et aux inquiétudes persistantes autour de la situation du géant de l'immobilier chinois Evergrande dont les opérations à Hong Kong ont été suspendues lundi. Hier, on retiendra également les commentaires du vice-président de la Banque centrale européenne, Luis de Guindos, sur l'inflation dont il juge que la poussée actuelle est liée à des facteurs d'ordre structurels. C'est une nouvelle pierre posée dans le débat qui agite les banquiers centraux mondiaux sur le caractère transitoire ou non de la hausse des prix. Si la déclaration peut paraître anodine, elle dénote néanmoins de l'existence d'un débat actuel en Europe qui pourrait déboucher sur un virage monétaire et une sortie plus rapide et plus prononcée de la politique de crise actuelle. Toutefois, cette petite éclaircie sur la paire EUR/USD pourrait se révéler très succincte. En effet, ce matin cette dernière abandonnait les gains de la veille et subissait de plein fouet la vague d'aversion au risque provoquée par la nouvelle contraction significative des marchés boursiers américains, et notamment des valeurs technologiques qui sous l'influence de la contre-performance du titre Facebook et de la montée des craintes sur l'inflation ont enregistré leur pire séance depuis mai dernier (-2,1% pour l'indice Nasdaq lundi). Le taux EUR/USD est de retour ce matin sous le seuil de 1,16 $ et pourrait glisser davantage en cas de nouvelles secousses significatives sur les marchés des changes. Si la paire de change est grandement influencée par l'humeur des investisseurs, on suivra tout de même ce mardi la publication des enquêtes d'activité en Zone Euro et aux Etats-Unis dans le secteur des services (ou non-manufacturier).

 
EUR/GBP - Londres prolonge ses aides à l'emploi et nourrit le rallye de la livre sterling (-0,2% hier) : en marge de la conférence annuelle du parti conservateur (Tories) qui se tient depuis dimanche à Manchester, le ministre des Finances Rishi Sunak a annoncé une nouvelle enveloppe de plus de 500 Mds£ dédiée au soutien à l'emploi. Cette annonce intervient alors que plusieurs voix s'étaient élevées ces dernières semaines contre la fin en septembre du dispositif de chômage partiel lancé en marge de la pandémie et qui a permis de soutenir près de 12 Mln d'emplois au Royaume-Uni. Les marchés ont bien accueilli la nouvelle et la livre a prolongé son rallye débuté en fin de semaine dernière, enchaînant ainsi une 3ième séance de hausse consécutive face à l'euro pour un gain total de +1,2%. Ce matin, la livre sterling reste orientée à la hausse malgré les nouvelles turbulences survenues hier sur les marchés boursiers et teste un seuil technique majeur situé à 0,8530 £ en amont de la publication en milieu de matinée de l'estimation finale de l'enquête d'activité PMI du secteur des services au mois de septembre. Si cette barrière a été plusieurs fois touchée au mois de septembre, la paire EUR/GBP n'a plus clôturé sous ce niveau depuis le 18 août dernier.

 
EUR/JPY - Un yen en manque de dynamisme malgré un environnement volatile (+0,1% hier) : on avait quitté la paire EUR/JPY la semaine dernière en forte baisse et un repli de -1,2% enregistré en 3 séances. Etonnement, alors que l'on aurait pu penser que la hausse de la volatilité survenue hier sur les marchés financiers allait tirer la paire EUR/JPY vers le bas et le seuil de 128 ¥, il n'en fut rien. Au contraire, le taux de change a enregistré un rebond correctif lundi et restait ce matin orienté à la hausse, tapant à la porte du seuil de 129 ¥. Le fait que les indices futures sur les indices boursiers européens soient en hausse ce matin peut expliquer cette dynamique. Néanmoins, au regard de la nervosité ambiante, les risques sur l'EUR/JPY apparaissent davantage baissiers qu'haussiers. Aussi, un mouvement de recul tardif n'est pas à exclure en cas de nouvelles turbulences sur les marchés actions.

 
EUR/CHF - La crise énergétique effraie les investisseurs européens, le franc en profite (-0,4% hier) : après la séance de lundi, le taux EUR/CHF avait cédé -1% en 4 séances et -1,7% depuis son point haut atteint fin septembre à plus de 1,09 ₣. La bonne performance du franc témoigne d'une hausse de la nervosité sur les marchés financiers européens et d'une hausse des inquiétudes parmi les investisseurs sur une possible détérioration des perspectives européennes causée par la hausse des prix de l'énergie et le maintien de fortes tensions sur les approvisionnements internationaux. Désormais de retour à 1,0750 ₣, le taux EUR/CHF a les yeux rivés sur la barrière de 1,07 ₣ qui constitue un seuil plancher en 2021. En cas de franchissement de cette barrière, il faudra surveiller les mouvements de la Banque Nationale Suisse, laquelle pourrait être tentée d'intervenir pour freiner la revalorisation du franc.

 
EUR/AUD - Le statu quo de la RBA et le retour de la volatilité stoppe l'ascension de l'Aussie dollar (-0,1%) : dans la continuité de la fin de semaine dernière et sous l'impulsion d'une hausse des prix des matières premières, le dollar australien a prolongé lundi son rebond face à l'euro et clôturé à son plus haut niveau depuis 4 semaines à moins de 1,5950 A$. La devise australienne, que l'on a vu se revaloriser de +1,7% face à l'euro en près de 2 semaines, voit son ascension stoppée ce matin après le nouveau statu quo monétaire décidée par la Réserve Bancaire Australienne. Sans surprise, cette dernière a décidé de maintenir sa politique monétaire inchangée, aussi bien son taux directeur à 0,1% que son programme de rachat d'actif de l'ordre 4 MdsA$ par semaine qui encourt jusqu'à février prochain. La banque a également réitéré sa projection de ne pas relever les taux avant au moins 2024. Les pressions baissières observées ce matin son très modestes, la hausse continue des prix de l'énergie mais aussi la publication ce matin d'un surplus commercial record en Australie en août de 15,1 Mds A$ (+24% par rapport au précédent pic touché en juillet 2021) venant contrebalancer les effets.

 
EUR/ZAR - Le rand retombe dans ses travers, victime d'une nouvelle hausse de la volatilité (+1,2% hier) : après sa bonne fin de semaine et trois séances consécutives de hausse face à l'euro (+2,3% en cumulé), le rand est retombé lundi dans ses travers et a lourdement chuté en écho aux nouvelles secousses survenues sur les marchés actions internationaux. La devise sud-africaine a ainsi cédé -1,2% face à l'euro et l'EUR/ZAR est remonté à hauteur de 17,5 ZAR. Elle pourrait être la cible de nouvelles pressions baissières significatives si jamais la correction des marchés actions s'intensifie en octobre.

 
EUR/RON - Des incertitudes politiques envoient le leu roumain à un nouveau creux historique (+0,2% hier) : à la veille du vote de confiance à l'encontre du gouvernement du premier ministre roumain Florin Citu, le leu roumain a dégringolé à son plus bas historique face à l'euro à plus de 4,95 RON. Le gouvernement roumain est sous tension depuis l'implosion le mois dernier de la coalition entre les libéraux et la formation centriste USR plus, laquelle a quitté le gouvernement après la décision du PM Citu de licencier le ministre de la Justice issue de cette famille politique. Le leu roumain se reprend légèrement ce matin en amont d'une réunion monétaire de la banque centrale roumaine qui, selon toute vraisemblance, devrait déboucher sur un statu quo sur les taux directeurs (1,25%).


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.