Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 06, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Les devises océaniennes (AUD & NZD) à la fête

  
Tendance du jour : l'actualité sur les marchés financiers est marquée ce matin par le fort rebond des devises océaniennes sur fond de spéculations d'une hausse prématurée de taux en Australie et en Nouvelle Zélande, l'ascension des prix du pétrole après l'échec hier du groupe OPEP + à trouver un accord sur la remontée des quotas de production, et la correction des marchés chinoises influencée par la contre-performance des valeurs technologiques. L'euro retente ce matin de rejoindre le seuil de 1,19 $ face au dollar et de 132 ¥ face au yen en attendant la publication en fin de matinée de l'indice ZEW en Allemagne et des statistiques de ventes au détail en Zone Euro. Le dollar australien (1,5670 A$) grimpe à un pic de 7 semaines, son homologue néo-zélandais (1,6750 NZ$) à un pic de 6 semaines face à l'euro. Le yuan s'écarte d'un pic d'un an face à l'euro (7,68 ¥).

 
EUR/USD - Début de semaine calme, seuil de 1,19 $ dans le viseur : le taux de change tente depuis lundi de rejoindre le seuil de 1,19 $ mais se casse les dents pour le moment sur cette barrière. Malgré l'absence hier des investisseurs américains et la publication de chiffres PMI dans le secteur des services révisés à la hausse en Zone Euro, la paire de change n'a pas réussi à aller au-delà du seuil de 1,1880 $. Cet impair est déjà oublié ce matin puisque l'on assiste à un vif rebond de l'EUR/USD à plus de 1,1890 $ malgré une contraction surprise et plutôt significative des commandes industrielles en Allemagne au mois de mai (-3,7% M/M = plus faible performance en 13 mois / Consensus = 1,0%). Il est difficile de déceler ce matin les facteurs à l'origine de ce rebond. La hausse du pétrole à un pic de plus de 2 ans (77,5 $), la diminution du nombre total de nouvelles contaminations recensée en Europe dimanche ou encore un prolongement du sentiment de déception causé vendredi dernier par la hausse du chômage aux Etats-Unis peuvent potentiellement expliquer ce mouvement. La journée sera riche en données économiques avec au programme ce matin la publication de l'indice ZEW de sentiment des investisseurs en Allemagne et les statistiques de ventes au détail en Zone Euro, puis dans l'après-midi on se concentrera sur la publication aux Etats-Unis des estimations finales des enquêtes d'activité PMI de juin ainsi que l'enquête d'activité ISM de juin du secteur non-manufacturier. Cela offre plusieurs occasions de voir la paire EUR/USD accélérer ou au contraire reculer. Le franchissement de la barrière de 1,19 $ qui se dérobe à l'EUR/USD depuis trois séances pourrait constituer un signal haussier susceptible d'accentuer le mouvement haussier de la paire de change.

 
EUR/GBP - Fin des restrictions confirmée en juillet par B. Johnson : le premier ministre britannique l'a assuré hier, il ne compte pas modifier ses plans et revenir sur sa décision de procéder comme convenu à la dernière étape de déconfinement le 19 juillet prochain, cela malgré la vive hausse des contaminations observée ces dernières semaines au Royaume-Uni. Le responsable politique britannique en appelle à la responsabilité de chacun pour prendre les décisions les plus adéquats, aussi les mesures de distanciation ou encore le port du masque obligatoire, tout comme la quarantaine pour les personnes entièrement vaccinées revenant d'un pays classé orange devraient être supprimés mi-juillet. Une confirmation officielle devrait être faite sur le sujet le 12 juillet prochain. La nouvelle ainsi que la révision hier à la hausse de l'estimation de l'enquête d'activité PMI dans le secteur des services au Royaume-Uni en juin (62,4 Vs. 61,7 en 1ière lecture) ont stimulé la livre sterling et lui ont permis de s'apprécier de +0,2% face à l'euro. Cette dernière en profite pour consolider sa position dans la partie inférieure du couloir de 0,85-0,87 £ mais ne semble pas pour le moment en mesure de le quitter. La paire EUR/GBP reste orientée à la baisse ce matin et oscille à hauteur de 0,8560 £. Des résultats macroéconomiques décevants en Europe (ZEW, ventes au détail) pourraient l'aider à se replier davantage en direction de 0,85 £.

 
EUR/AUD - La RBA réduit ses rachats d'actifs, le dollar australien rebondit : il y avait beaucoup d'attentes ce matin de la part de la Réserve Bancaire Australienne (RBA) pour la simple et bonne raison que le mois dernier la banque centrale australienne avait donné rendez-vous aux acteurs de marché en juillet pour leur annoncer sa nouvelle stratégie en matière de soutien monétaire sachant que le programme de rachat d'actifs de A$ 100 Mds actuellement en place arrive à échéance en septembre prochain. Si sans surprise la RBA a conservé son taux directeur inchangé à 0,1%, elle a toutefois procédé à deux changements majeurs. Tout d'abord, comme il l'était grandement anticipé, la banque a modifié la maturité du taux 3 ans dont elle assure un plafonnement des rendements via ses rachats d'actif, celui-ci passant d'avril 2024 à novembre 2024. À travers cette décision, la banque envoie le message qu'elle n'a pas l'intention de réhausser son taux directeur avant fin 2024, date à laquelle elle juge que les objectifs en matière d'inflation (2%) et de croissance des salaires (3%) seront atteints. L'autre décision principale est la diminution du volume de rachat d'actifs qu'effectuera la banque australienne dès septembre, de A$ 5 Mds à 4 Mds par semaine. Cette décision de réduire la voilure couplée aux rapide et significatifs progrès réalisés en matière d'emploi (recul du chômage de 7,4% à 5,1% entre juillet 2020 et mai 2021) alimentent les spéculations autour d'une première hausse de taux prématurée en Australie. Les marchés tablent sur 2022, les économistes sur 2023. Ces anticipations poussent le dollar australien vers le haut ce matin (+0,6%), ce dernier remontant à un pic de 7 semaines face à l'euro à moins de 1,57 A$.

 
EUR/NZD - Rebond du kiwi dollar sur fond de spéculations monétaires : le dollar néo-zélandais bondit de près de +0,9% ce mardi face à l'euro et tutoie ses plus hauts niveaux depuis près de 6 semaines à moins de 1,6750 NZ$. La cause de ce rebond est la hausse ce matin des spéculations autour d'une possible première hausse de taux par la banque centrale néo-zélandaise (RBNZ) dès cette année et un retour des taux directeurs à leur niveau d'avant crise à horizon fin 2022. C'est la publication ce matin d'une enquête de sentiment indiquant un rebond de la confiance des chefs d'entreprise en Nouvelle Zélande à un pic de 4 ans qui est à l'origine de ces spéculations.

 
EUR/NOK - Un rebond du pétrole qui donne des ailes à la couronne : les prix du pétrole ont bondi hier en Europe à un nouveau pic depuis octobre 2018 à plus de 77 $ après l'échec hier des membres du groupe OPEP + à tomber d'accord sur une hausse des quotas de production à horizon 2022. Faute d'accord, la hausse des volumes de production initialement programmée pour août n'aura pas lieu, ce qui explique ce nouveau rebond des cours du brut. Pour le moment les risques sont haussiers car on est dans une situation de déséquilibre entre une offre limitée et une demande qui pourrait s'accélérer dans le contexte de reprise dans lequel nous sommes. Néanmoins, le maintien prolongé d'un conflit entre les principaux pays exportateurs de pétrole et leurs alliés risque de provoquer les effets inverses et un large recul des prix si jamais les quotas de production actuellement en place n'étaient plus respectés. En attendant la couronne norvégienne surfe sur la remontée des prix du pétrole et a engrangé +0,4% de gains hier face à l'euro. La devise reste orientée à la hausse ce matin et oscille à un pic d'une semaine à 10,15 NOK.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.