Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 28, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

La menace du variant Delta impacte les marchés des changes

  

Tendance du jour : la volatilité des marchés des changes est principalement influencée ce matin par le retour sous les feux des projecteurs du risque sanitaire et de la menace que fait planer le variant Delta sur la dynamique de reprise économique. Si pour le moment les risques sont plutôt locaux (Afrique du Sud, Thaïlande, Israël, ...), il est fort possible que la nervosité gagne progressivement l'ensemble des marchés financiers si jamais la menace venait à se globaliser. Le yen reste orienté à la hausse face à l'incertitude sanitaire, le dollar reste lui stable. On note également ce lundi un rebond de la livre sterling qui ne semble pas le moins du monde perturbé par la démission précipitée du ministre de la Santé outre-Manche au moment même où la région connaît (elle-aussi) une forte recrudescence des contaminations.

 
EUR/USD - Une tentative de rebond qui fait pschitt : encore raté. Le taux EUR/USD a une nouvelle fois tenté vendredi dernier de remonter en direction de 1,20 $, mais cela s'est soldé par un échec. Orienté à la hausse dès le début de journée et la publication d'une hausse du moral des ménages allemands à un pic de 11 mois, le taux de change a accru ses gains dans l'après-midi en réaction à la publication d'une contraction surprise de la consommation (-0,4% M/M) et des revenus (-2% M/M) des ménages au mois de mai. Malgré une pointe en séance recensée à 1,1975 $ (pic de la semaine), le taux EUR/USD a vu le cap des 1,20 $ se dérober devant lui et a fini par retracer la quasi-totalité des gains de la journée pour clôturer la semaine quasiment à son niveau d'ouverture de 1,1930 $. On observe réellement un manque de direction sur la paire EUR/USD qui, outre son retracement post-Fed, se montre très peu volatile. Coincé depuis une semaine dans un couloir de 1,19-1,20 $ (+/- 0,8%), l'immobilité du taux de change trahit l'attentisme des opérateurs de marché qui surveillent l'apparition de nouveaux catalyseurs venant corroborer ou infirmer le scénario central qui est actuellement intégré dans la valorisation actuelle de l'EUR/USD (forte reprise en Europe qui implique l'arrêt du programme PEPP de la BCE en mars 2022 & première hausse de taux aux Etats-Unis en 2022). Les nombreux indicateurs économiques au programme cette semaine dont l'inflation en Zone Euro (mercredi) et l'emploi aux Etats-Unis (vendredi) seront l'occasion pour les investisseurs de voir leurs convictions renforcées ou au contraire remises en cause. La paire de change est très stable ce matin et ne bénéficie pas du tout d'un effet "élection" consécutivement à la défaite de la formation d'extrême-droite aux élections régionales en France (aucune région gagnée). Il est possible que l'observation d'un regain de vigueur de la pandémie en Europe, et notamment au Portugal où l'accélération de la propagation du variant Delta a poussé les autorités politiques à appliquer de nouvelles restrictions, refroidit un peu les acheteurs d'euro. On suit très attentivement l'évolution de la situation sanitaire en Europe à l'approche du début de la saison estivale qui sera capitale pour un certain nombre de pays dont les revenus touristiques occupent une part importante dans l'économie.  

 
EUR/GBP - Pas d'effets "Hancock" : la démission ce weekend du ministre de la Santé britannique Matt Hancock, lequel a été accusé d'avoir enfreint les règles sanitaires, tombe plutôt mal sachant que le Royaume-Uni fait face à une forte recrudescence de nouvelles contaminations dues au variant Delta. Son remplacement par l'ancien ministre des Finances Sajid Javid semble plutôt bien accueilli par les marchés à en juger par le rebond ce matin de la livre sterling (+0,3%) qui efface une large partie des pertes subies en fin de semaine dernière après la réunion de la Banque d'Angleterre. Le taux EUR/GBP tente de s'écarter de la barrière de 0,86 £. Il y a peu de publications majeures à suivre cette semaine si ce n'est l'estimation finale de PIB au T1 (mercredi) et l'estimation finale de l'enquête PMI du secteur manufacturier de juin (jeudi). S'agissant de révisions de résultats déjà publiés, il faudrait observer des écarts importants avec les données préliminaires pour provoquer de vives réactions en matière de change. La situation sanitaire mais aussi géopolitique avec le conflit toujours ouvert entre britanniques et européens sur la frontière nord-irlandaise et enfin monétaire sont les principaux facteurs d'influence de la devise britannique. Si les risques sur la livre apparaissent pour le moment davantage haussiers que baissiers, on identifie toutefois peu de catalyseurs susceptibles à très court-terme susceptibles d'envoyer l'EUR/GBP sous le seuil de 0,85 £.

 
EUR/JPY - Le variant Delta pousse le monde à se refermer  : plusieurs pays ont annoncé ce weekend un durcissement des restrictions en réponse à la hausse soudaine des contaminations liées au variant Delta. C'est le cas du Portugal, de l'Afrique du Sud (couvre-feu rallongé), de l'Australie (reconfinement de la ville de Sidney), de la Thaïlande (restrictions à Bangkok) ou encore du Bangladesh (confinement strict). En Israël également, pays où la population est massivement vaccinée, on a réintroduit des mesures restrictives comme le port du masque qui redevient obligatoire dans les lieux publics fermés et les entreprises. Le risque sanitaire a été réduit grâce à la vaccination mais il n'a pas encore totalement disparu. Il pourrait possiblement venir perturber les scénarios de reprise si jamais de nouvelles restrictions, plus fortes, venaient à se généraliser dans le monde. Le yen regagne un peu de terrain sur l'euro depuis la fin de semaine dernière et amorce la séance de lundi dans le vert à hauteur de 132 ¥.

 
EUR/ZAR - Le rand affecté par les nouvelles restrictions : la devise sud-africaine cède -0,8% ce matin face à l'euro et remonte au-dessus du seuil de 17,0 ZAR qui constitua au printemps un support majeur contre lequel la paire EUR/ZAR a buté. L'annonce dimanche de nouvelles restrictions sanitaires en Afrique du Sud pour répondre à une forte recrudescence de contaminations dans le pays est à l'origine de ce repli de la devise sud-africaine. La moyenne 7 jours des nouvelles contaminations journalières approche le seuil de 15 000 selon les données recensées par Refinitiv, ce qui constitue un pic de 5 mois.

 
EUR/THB - Le baht fait la moue face aux restrictions à Bangkok : la devise thaïlandaise abandonne ce matin -0,5% face à l'euro et tutoie ses plus bas niveaux du mois (38,1 THB) après l'annonce ce weekend de nouvelles restrictions sanitaires pour la ville de Bangkok et sa banlieue pour une période d'un mois. Les restaurants et les chantiers vont fermer durant cette période. Une nouvelle qui tombe plutôt mal et qui pourrait grandement affectée les revenus touristiques de la Thaïlande.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.