Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 15, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

L'euro a digéré la BCE et retrouve le sourire, le réal brésilien surfe sur les spéculations de hausse de taux

Tendance du jour : l'euro confirme son rebond de la veille et reste sur une pente ascendante ce matin. La réunion de la BCE semble avoir été digérée et la devise européenne a su panser ses plaies grâce à un environnement de marché propice aux prises de risque et au gré de l'annonce sur ce début de semaine de bonnes nouvelles concernant les perspectives économiques européennes. Si l'euro se porte mieux, on ne peut pas en dire autant des devises d'Europe de l'Est comme le zloty polonais (4,52 PLN) ou le forint hongrois (350 HUF) qui accusent d'importantes pertes depuis la fin de la semaine dernière sur fond de contraction des spéculations monétaires de hausse de taux en Pologne et de correction technique consécutive à un fort rallye pour le forint. La livre turque (10,35 TRY) retombe également dans ses travers alors qu'on l'avait vu initier une tentative de rebond hier. Le réal brésilien a repris sa marche en avant et surfe sur les spéculations de hausse de taux ce mercredi au Brésil.

 
EUR/USD - Un rebond timide en amont de la Fed : après deux séances consécutives de repli qui avait vu l'EUR/USD flirter avec le seuil de 1,21 $, la paire de change s'est reprise lundi. Du moins timidement. Les mots hier de la présidente de la BCE Christine Lagarde, indiquant qu'il était encore trop prématuré de parler de la fin du programme quantitatif d'urgence (PEPP) et qu'elle ne pouvait pas encore assurer que celui-ci prendra fin comme prévu en mars prochain, ont quelque peu inhibé les tentatives de rebond de la devise européenne. Heureusement pour la devise européenne, d'autres nouvelles sont venues hier égayer un peu l'horizon. La Banque de France et la Banque d'Espagne ont toutes les deux publié hier des estimations de croissance (mais aussi d'inflation) pour 2021. La première citée table sur un rebond de 5,75% en France cette année contre 5,5% précédemment, tandis que la seconde mise sur un rebond de l'économie espagnole de 6,2% contre 6,0% précédemment estimé en mars dernier. France et Espagne devraient être les deux pays de l'Union Européenne qui connaîtront les plus forts taux de croissance de la région cette année, et surtout une performance bien au-dessus de la moyenne en Zone Euro évaluée en 2021 à 4,3% d'après les dernières estimations publiées par l'OCDE en mai. Le taux de change reste orienté à la hausse ce matin après l'observation d'aucune surprise sur les chiffres d'inflation en Allemagne sinon une confirmation d'une accélération de la dynamique annuelle de prix à un pic depuis octobre 2018 à 2,5%. La volatilité reste très modeste pour le moment mais elle pourrait s'accentuer dans l'après-midi à l'occasion de la publication d'une large série de statistiques économiques majeures aux Etats-Unis dont les données de ventes au détail, de production industrielle, et les indices de prix à la production (PPI). Ces chiffres seront d'autant plus scrutés qu'ils sont publiés la veille d'une réunion de la Fed en marge de laquelle seront publiées les nouvelles projections économiques et monétaires de la banque centrale américaine. Si jamais les marchés venaient à prendre au sérieux un scénario de possible ajustement de communication de la Fed sur sa politique de soutien, nous pourrions assister à un rebond du dollar et du coup une probable glissade de l'EUR/USD sous le seuil de 1,21 $. Cela n'est plus arrivé depuis un mois.

 
EUR/GBP - statu quo : ni l'annonce d'un report de quatre semaines de la dernière étape de déconfinement au Royaume-Uni à cause de la montée des cas de variants indiens outre-Manche, ni la révision à la hausse des projections de croissance pour 2021 en France et en Espagne n'ont réussi à ramener le taux EUR/GBP au-dessus de 0,86 £. C'était pourtant bien parti en début de séance mais les tentatives de rebond sont restées vaines. Il faut dire que le rebond des principaux rendements 10 ans européens, que l'on avait vu chuter vendredi dernier à un creux de 2 mois ou presque, a été lundi très modeste. Encore une fois, la volatilité de la paire EUR/GBP a été très faible (couloir de +0,4% durant la séance), laquelle confirme un état d'inertie complet au mois de juin. En effet, à l'heure où l'on parle on assiste actuellement au mois le moins volatile depuis 1992 (couloir d'à peine 1% / 0,8563-0,8646 £). On a du mal à percevoir l'élément et/ou évènement qui sera capable de réveiller cette paire de change totalement amorphe. Ce n'est pas l'emploi en tout cas. La publication ce matin d'un recul du chômage au Royaume-Uni à un plus bas depuis 8 mois à 4,7% était anticipée par les marchés et ne provoque pas de remous. Pas plus d'ailleurs que la croissance plus forte que prévu des salaires dont la dynamique annuelle atteint en avril un pic depuis mars 2007 à 5,6%. Il s'agit pourtant d'une variable qui alimente la thèse d'un possible environnement inflationniste durable. Pour l'heure la livre sterling reste muette et le taux EUR/GBP se maintient à la porte du seuil de 0,86 £ en attendant la publication demain des données d'inflation.

 
EUR/JPY - Rebond correctif en écho à la révision des estimations de croissance en Zone Euro : après deux séances consécutives de repli, le taux EUR/JPY a enregistré un fort rebond lundi de +0,5% à plus de 133 ¥. La révision hier à la hausse des projections de croissance en 2021 en France et en Espagne par les banques centrales régionales a alimenté un mouvement de revalorisation de la devise européenne face au yen. Le rebond des prix du pétrole à un pic de 2 ans mais aussi de l'indice action européen Stoxx 600 à un nouveau pic historique (460,5) ont grandement participé au mouvement de contraction de la devise japonaise qui, par son profil d'actif "refuge", a plutôt tendance à bien performer lors de période de forte volatilité. Le taux de change reste orienté à la hausse ce matin et remonte au-dessus de 133,5 ¥.

 
EUR/AUD - Les Minutes de la RBA comme une confirmation : le compte rendu de la réunion monétaire de la Réserve bancaire australienne en juin publié ce mardi matin nous a confirmé ce que l'on savait déjà, à savoir que la banque centrale donnera une actualisation de sa stratégie monétaire au mois de juillet. Aussi bien sur l'extension ou non de la maturité du taux de référence 3 ans d'avril à novembre 2024 que sur la prolongation ou non du programme de rachat d'actifs de 100 MdsA$ qui arrive à échéance en septembre prochain. La banque attend d'avoir davantage d'informations en main en matière d'emploi et d'inflation pour prendre la décision la plus judicieuse possible pour accompagner la reprise de l'économie australienne. Dans ce contexte, le rapport sur l'emploi en Australie publié jeudi matin sera très attentivement scruté par les suiveurs de la devise australienne. Le taux EUR/AUD progresse ce matin et revient taper à la porte du seuil de 1,5750 A$ sous lequel il a chuté la semaine dernière en marge de la réunion de la BCE.

 
EUR/BRL - Les anticipations de hausse de taux au Brésil portent le réal : la devise brésilienne a rebondi de plus de 1% hier face à l'euro sous l'impulsion d'une hausse des spéculations monétaires autour d'une possible nouvelle hausse de taux - la 3ième cette année - de 75 pbs de la part de la banque centrale brésilienne ce mercredi. La majorité des 37 économistes sondés par l'agence Refinitiv mise sur une hausse de taux de cette magnitude, autant dire que tout autre résultat serait vécu comme une véritable surprise. Après sa chute de la veille, le taux EUR/BRL revient à proximité du seuil de 6,10 BRL qui fait office de support depuis le mois d'août 2020.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.