Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 09, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le franc s'envole à un pic de 15 semaines avant la BCE, le dollar canadien surveille la BoC

Tendance du jour : il y a toujours très peu de volatilité sur les marchés des changes, c'est une constante sur ce début de semaine. Les chiffres d'inflation publiés ce matin en Chine envoient des signaux contradictoires (forte hausse des coûts de production mais contraction des prix à la consommation) mais ont le mérite de contenir les inquiétudes autour d'une forte montée des prix à l'échelle globale. Les marchés pourraient s'agiter davantage dans l'après-midi à l'occasion de la publication des indicateurs d'inflation au Brésil et au Mexique, mais aussi des réunions monétaires au Canada et en Pologne.

 
EUR/USD - Des positions gelées : le taux EUR/USD a oscillé mardi dans un couloir de prix très étroit de moins de 0,3% d'amplitude (1,2160-1,2195 $). Les positions semblent littéralement gelées et l'attentisme prédomine en amont des grandes échéances de jeudi, à savoir la réunion monétaire de la Banque centrale européenne et les nouveaux chiffres d'inflation aux Etats-Unis. On aurait pu penser que la dégradation surprise du moral des investisseurs allemands (indice ZEW) ou encore les révélations hier d'une procédure d'infraction de la Commission Européenne contre la Cour constitutionnelle en Allemagne auraient pu perturber l'euro, mais que nenni. Le taux de change reste toujours positionné dans la fourchette haute du couloir de 1,21-1,22 $ tout en étant limité dans ses possibilités de sortie de ce couloir par le haut. Il y a de fortes chances que l'on assiste une nouvelle fois à une séance très peu volatile ce mercredi faute de publications de statistiques économiques majeures en Zone Euro et aux Etats-Unis. Le rebond ce matin plus modeste que prévu des exportations allemandes en avril (+0,3% M/M vs. consensus +0,5%) et à l'inverse la contraction plus importante des importation (-1,7% M/M vs. consensus -1,1%) n'a pas d'impacts sur l'euro. Celui-ci est en légère hausse ce matin (1,2180 $) et doit probablement bénéficier du reflux général (et temporaire) des craintes liées à l'inflation après la publication ce matin d'une contraction des indices de prix au mois de mai. L'assouplissement aujourd'hui de restrictions sanitaires en France et en Belgique est un autre facteur qui soutient la valeur de l'euro.

 
EUR/GBP - Toujours autant de difficultés à rebondir : le peu de volatilité actuellement sur les marchés des changes inhibe la paire EUR/GBP. Celle-ci a opéré hier une timide tentative de rebond mais en vain, la paire reste toujours collée pour le moment au seuil de 0,86 £. Le retour dans l'actualité de frictions entre britanniques et européens sur la question de la frontière nord-irlandaise - sujet qui pourrait revenir sur la table ce weekend lors du Sommet du G7 qui se tiendra à Cornwall au Royaume-Uni - était possiblement une occasion d'assister au retour de pressions baissières sur la livre sterling, néanmoins comme évoqué hier le thème du Brexit n'a plus les mêmes effets qu'avant sur la devise britannique. On attend la fin de semaine pour voir la volatilité s'agiter davantage et la publication vendredi d'une large série de statistiques économiques au Royaume-Uni (PIB mensuel, balance commerciale, production industrielle, construction).

 
EUR/CHF - Le franc sensible à la chute du Bitcoin et à l'inflation : la devise helvétique poursuit son rebond et a enchaîné hier une 4ième séance consécutive de hausse face à l'euro (la 5ième sur les 6 derniers jours ouvrés) pour un gain cumulé de +0,4% (+0,7%). Le taux EUR/CHF a clôturé mardi à son plus bas niveau depuis 15 semaines et n'est plus qu'à quelques encablures du seuil de 1,09 ₣, lequel n'a plus été touché depuis février dernier. Les inquiétudes autour de la montée de l'inflation et la menace qu'elle fait peser sur la continuité des politiques monétaires accommodantes, la lourde chute du bitcoin (-13% sur une semaine / -47% depuis mi-avril) qui caractérise une appétence moindre des opérateurs de marché pour les actifs risqués, ou encore la dégradation mardi de l'indice ZEW du moral des investisseurs allemands sont des facteurs qui expliquent l'engouement actuel pour le franc. Le probable statu quo ce jeudi de la BCE, très largement anticipé par les marchés, est également un argument défavorable à l'euro par rapport au franc. Le taux EUR/CHF se reprend mollement ce mercredi matin et se maintient pour le moment à hauteur de 1,0920 ₣.

 
EUR/CAD - Un optimisme plus mesuré de la part de la Banque du Canada ? : Cet après-midi, sur les coups de 16 heures, la Banque du Canada publiera les conclusions de sa nouvelle réunion monétaire. Celles-ci ne seront ni accompagnées par une conférence de presse, ni par de nouvelles projections trimestrielles. Vraisemblablement, la banque centrale devrait maintenir sa stratégie monétaire inchangée, que ce soit au niveau de son taux directeur (actuellement à 0,25%) que de son programme quantitatif (actuellement à 3 MdsC$ par semaine). La banque centrale avait annoncé en avril dernier une réduction du rythme de ses rachats d'actif de 4 à 3 MdsC$ et laissait augurer un changement d'orientation monétaire graduel qui passait pour commencer par une réduction inévitable de la voilure en matière de soutien. Au regard des incertitudes qui subsistent sur le plan sanitaire et sur la dynamique de prix à travers le monde, mais aussi compte tenu des récents résultats moins bons que prévu de la croissance au T1 et de l'emploi (double contraction en avril et en mai des créations d'emploi), il est fort probable que le statu quo soit agrémenté d'une communication plus prudente que lors des précédentes sorties. Proche sur ce début du mois de juin de ses plus hauts niveaux depuis un an face à l'euro, le dollar canadien pourrait connaître quelques déconvenues si ce scénario se confirme. Le loonie fait figure des meilleurs performeurs de l'année et enregistre actuellement de performance de +6% face à l'euro sur 2021. Stable ce matin, le taux EUR/CAD (1,47 C$) pourrait venir tester la barrière de 1,48 C$ contre laquelle il bute depuis plus d'un mois.

 
EUR/CNH - Pas de transfert du producteur au consommateur ? : C'est le paradoxe visible en Chine ce matin. Alors que la dynamique annuelle des prix de production n'a jamais été aussi élevée depuis 2008 (9,0% en mai vs. 6,8% en avril), les prix à la consommation se contractent un plus fortement que prévu (-0,2% M/M vs. consensus -0,1%). L'inflation générale en Chine est relevée à 1,3% en mai, soit un niveau supérieur à celui de 0,9% observé en avril mais bien moindre que l'estimation de 1,6% anticipée par le consensus. Le risque de transfert de la hausse des coûts de production des entreprises sur les prix à la consommation ne semble pas se matérialiser pour le moment en Chine, qui est le pays le plus avancé dans le cycle de reprise. Cela peut être vu comme un signal de bon augure pour le reste du monde où la peur de l'inflation domine actuellement les débats. Pour la banque centrale chinoise, on a l'assurance pour le moment qu'il n'y a pas de risque de surchauffe aussi elle s'offre encore du temps avant d'éventuellement considérer un éventuel resserrement des conditions de crédit. Dans ce contexte, le potentiel haussier du yuan (surtout face à l'euro) apparaît relativement modeste sachant qu'en face l'euro bénéficie de l'amélioration des conditions économiques en Zone Euro. Le taux EUR/CNH corrige légèrement ce matin et met fin (pour le moment) à une série de trois séances consécutives de hausse notamment marquée par une tentative avortée de rebond au-dessus du seuil de 7,80 ¥.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.