Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mai 26, 2021 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Les banques centrales font flamber le yuan et le kiwi dollar

    

Tendance du jour : le début de séance est principalement marqué par le rebond du dollar néo-zélandais et de son homologue australien à la sortie d'une réunion monétaire en Nouvelle Zélande qui s'est clôturée sur une promesse de remontée des taux en 2022. Le yuan flambe également ce matin sous l'impulsion du franchissement par le taux USD/CNY du seuil clé de 6,40 ¥. La volatilité est nettement plus calme sur les autres devises. L'euro garde le vent en poupe et l'avantage sur ses principaux pairs (USD, GBP, JPY) mais manque de catalyseurs pour progresser davantage. Il n'est pas certain qu'il en trouve aujourd'hui puisque la séance sera très pauvre en publications économiques.

   
EUR/USD - Nouveau pic de 4 mois et pic annuel en approche : à la faveur d'indices de confiance positif en Zone Euro (climat des affaires en Allemagne à un pic de 2 ans) et à l'inverse décevant aux Etats-Unis (recul plus prononcé que prévu du moral des ménages), le taux EUR/USD a franchi un nouveau cap à 1,2250 $ et touché un pic de 4 mois (1,2266 $) le rapprochant un peu plus des cimes touchées début janvier (pic en 2021 à 1,2350 $). Le recul pour la 4ième séance consécutive des taux 10 ans américains, lesquels ont chuté hier à un creux de plus de 2 semaines à 1,56%, pèse également lourdement sur l'attractivité du dollar américain. Les efforts des membres de la Fed à minimiser le risque d'inflation et donc repousser l'urgence de leur part à réduire la politique de soutien actuellement menée semblent porter leur fruit. On est actuellement sur un rebond de plus de 2% en 3 semaines du taux EUR/USD, et même de près de +5% depuis le point bas touché fin mars à 1,17 $. Le taux reste orienté à la hausse ce matin en amont d'une séance qui s'annonce pauvre en publications économiques, aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis. De bons indicateurs de confiance ce matin en France pourraient toutefois aider à alimenter la dynamique haussière actuelle. Cela pourrait néanmoins ne pas être suffisant pour franchir le cap de 1,23 $... à moins qu'un nouveau décrochage du dollar nous fasse mentir.

   
EUR/GBP - L'euro s'offre un pic de 2 semaines face à livre  : poussé par un rebond généralisé de l'euro mardi mais aussi par la déception causée par le recul surprise de l'indice d'activité CBI du secteur de la distribution britannique (recul de 20 à 18 vs. consensus 30), le taux EUR/GBP a bondi au-dessus du seuil de 0,8650 £ pour la première fois en deux semaines. Le taux de change se trouve désormais dans la partie supérieure du couloir 0,85-0,87 £ (+/- 2,4%) qui encadre depuis mi-février la très large majorité de ses mouvements. Si la paire de change reste orientée à la hausse ce matin, les pressions haussières sont très modestes en l'absence de catalyseurs. Si l'absence de données économiques majeures ce mercredi au Royaume-Uni suggère une possible séance paisible pour le taux EUR/GBP, les importantes expirations de contrats option sur la paire de change (1,1 Md de contrats) prévues cet après-midi (16h00) pourrait en décider autrement. À noter que la proximité avec la barrière de 0,87 £ pourrait également constituer un frein à une expansion plus importante du taux EUR/GBP.

   
EUR/CAD - Le dollar canadien pénalisé par les ventes d'usine au Canada : le dollar canadien a enregistré mardi la plus forte sous-performance au-sein de l'univers du G10, reculant de -0,2% face au dollar américain et de -0,5% face à l'euro. La publication hier d'une enquête préliminaire indiquant une contraction des ventes d'usine au Canada au mois d'avril (-1,1% M/M) couplé à la stagnation hier des prix du pétrole et la sous-performance du secteur pétrolier à Wall Street sous l'impulsion du recul du titre Exxon Mobil (-2,3%) ont endommagé l'attractivité de la devise canadienne. Le taux EUR/CAD est remonté hier à hauteur du seuil de 1,48 C$, lequel constitue une "résistance" depuis maintenant 3 semaines. Cependant, au regard de la contraction de la paire visible ce matin en début de séance européenne, cette barrière apparaît pour le moment une marche trop haute à gravir.

   
EUR/SEK - Le support de 10,10 SEK à nouveau en approche: la publication hier du plus fort rebond en plus de 4 ans de l'indice de prix à la production (PPI) en Suède au mois d'avril (+1,7% M/M) a semble-t-il réveillé quelques spéculations quant à un possible débat à venir au sein de la banque centrale sur la légitimité du maintien d'une politique monétaire très accommodante dans un contexte inflationniste. Si la position actuelle de la Riksbank est de conserver son taux directeur à 0% au moins jusqu'en 2024, un ajustement du programme de rachat d'actifs de 700 Mds SEK n'est pas à exclure. Le taux EUR/SEK a corrigé mardi de -0,5% et revient aux abords du seuil de 10,10 SEK qui fait office de support au-dessus lequel la paire de change repose depuis près de 3 mois. Le franchissement de cette barrière pourrait constituer un signal haussier pour les acheteurs de couronne suédoise, et donc accentuer la revalorisation de cette dernière.

   
EUR/NZD - La banque centrale ouvre la porte à une hausse de taux à horizon septembre 2022 : le dollar néo-zélandais est tout feu tout flamme ce matin et enregistre un rebond de plus de 1% face à l'euro en écho à l'annonce par la RBNZ qu'elle envisage de remonter ses taux d'intérêt à horizon septembre 2022. Le taux EUR/NZD teste ce matin ses plus bas niveaux depuis deux semaines à hauteur de 1,6750 NZ$.

   
EUR/CNH - La banque centrale chinoise envoie un signal aux acheteurs de yuan : en décidant d'abaisser le taux pivot du yuan significativement (-0,3% par rapport à hier) à son plus bas niveau depuis presque 3 ans (le 14 juin 2018 pour être exact) non loin du seuil symbolique de 6,40 ¥, la banque centrale chinoise a envoyé un sérieux signal aux acheteurs de yuan : elle n'est pas totalement indisposée à voir le yuan se renforcer. Cet ajustement intervient en parallèle à l'annonce par le gouvernement d'une politique de renforcement du contrôle des prix des matières premières, laquelle sera rattachée au nouveau plan quinquennal couvrant la période 2021-2025. Pékin cherche ainsi à contenir la hausse récente des prix sur un certain nombre de produits et matériaux afin que cela n'handicape pas les entreprises locales et les ménages. L'option d'entretenir un yuan fort pour atténuer la hausse des prix est possiblement une stratégie poursuivie en ce moment par les autorités chinoises, mais reste à savoir si elle est ponctuelle ou vouée à durer. La Chine reste encore très dépendante de ses exportations pour sa croissance et donc pourrait pâtir d'une perte attractivité si jamais le yuan venait à se renforcer trop fortement et trop rapidement. Le franchissement ce matin du seuil de 6,40 ¥ par le taux USD/CNY - une première en 3 ans - donne des ailes au yuan qui se renforce également vivement face à l'euro. Le taux EUR/CNH chute ce matin de près de -0,4% à un creux d'une semaine de 7,82 ¥.

   
EUR/HUF - Le forint victime d'une dynamique "achetez la rumeur, vendez la nouvelle"  : sans surprise la banque centrale hongroise a maintenu son taux directeur principal inchangé hier à 0,6% et par ailleurs suggéré qu'elle pourrait procéder "proactivement" très prochainement à une hausse de taux, possiblement dès le mois de juin prochain. Ce scénario était largement anticipé par les marchés en amont de cette réunion d'où un phénomène de décompression, lequel a d'ailleurs été renforcé par l'absence hier d'informations sur la magnitude de la première hausse de taux ou encore sur la quantité d'ajustements monétaires la banque est prête à procéder. S'il s'agit d'une hausse de taux qui n'en entraîne pas d'autres - du moins pas dans l'immédiat - les marchés pourraient être déçus. Le taux EUR/HUF a bondi mardi de +0,6% mais reste néanmoins à hauteur de ses plus bas niveaux depuis 9 mois sous le seuil de 349 HUF


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.