Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 18, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Prudence sur des marchés préoccupés par la pandémie

Tendance de la matinée

La prudence prime ce matin sur les marchés. La situation sanitaire continue de se dégrader dans le monde et impacte quelque peu l'optimisme observé depuis deux semaines. Le nombre de contaminations en France a franchi la barre symbolique des 2 millions et le Royaume Uni a connu hier un nouveau triste record de décès. De plus, la situation se dégrade en Asie, notamment au Japon et en Corée du Sud. Tokyo est passé sur le seuil d'alerte maximal après un nouveau record de contaminations.

De nouveau une matinée de baisse sur les indices actions européens et américains. La séance asiatique cette nuit est marquée par la baisse de -1,10% de l'indice japonais Nikkei225 en hausse de plus de 11% sur le mois. Depuis quelques séances, les obligations d'état américaines retrouvent de l'intérêt aux yeux des intervenants de marché, signe d'une certaine prudence des intervenants de marché. L'obligation à maturité 10 ans progresse ce matin d'un significatif 0,30%.

Sur le marché des changes, le yen continue à progresser alors que le dollar creuse ses pertes. Sur les devises cycliques face à l'euro, la tendance est globablement à la hausse après une séance de correction hier.

EUR

Un euro résilient malgré les écueils 

Malgré une situation sanitaire toujours dégradée, une économie européenne chancelante et l’apparition de nouvelles tensions politiques autour du budget européen, la devise européenne poursuit une dynamique haussière vers ses plus hauts niveaux de l’année face au dollar, à proximité du seuil de 1,19 $. La paire EUR/USD est désormais toute proche de ce niveau résistant.  

Les intervenants de marché ont vite digéré la nouvelle du vaccin Moderna. L’euro a progressé hier face aux devises émergentes et cycliques, effaçant globalement les pertes subies lors de la séance de lundi. Le peso mexicain et le rand sud-africain ont par exemple cédé tous les deux plus de 0,70% face à l’euro.

Durement touchés par la seconde vague de coronavirus, les pays européens sont peut-être en passe de remporter leur combat contre le virus puisque l’on recense ces derniers jours une baisse importante des nouveaux cas en Europe. La performance économique sur ce dernier trimestre sera certes impactée par la série de restrictions déployées cet automne comme en France où l’INSEE prévoit une contraction de -4,5% au T4 (cf. note de conjoncture du 17 novembre) mais l’économie européenne peut toujours compter sur le soutien indéfectible de la banque centrale européenne (BCE) et, tout nouveau en 2020, des  pouvoirs publiques et des institutions politiques européennes.  Hier, le commissaire européen, Paolo Gentiloni, a réaffirmé que les règles de limitation de la dette et d’encadrement des dépenses publiques seront suspendues aussi longtemps que l’économie européenne sera en difficulté. Selon lui, la question de la hausse vertigineuse de l’endettement en Europe ne doit pas être un obstacle à la reprise économique. Grâce au programme de rachat d’actifs de la BCE, les états membres peuvent aujourd’hui s’endetter à des niveaux historiquement faibles.

Concernant les récentes tensions qui accompagné le véto lundi de la Pologne et de la Hongrie au nouveau budget européen, celles-ci ne sont pour le moment pas prise très au sérieux, ni par les acheteurs d’euro ni par les décideurs européens. On en veut pour preuve les déclarations mardi du ministre allemand des affaires étrangères qui se dit convaincu qu’une solution sera rapidement trouvée sur ce volet.

Néanmoins, si un accord tarde à être conclu et de ce fait bloque le déploiement du plan de relance européen de 750 Mds€, la résilience actuellement démontrée par l’euro pourrait être testée.

USD

Le dollar continue de glisser 

Le dollar accentue sa baisse pendant que le virus fait toujours rage aux Etats Unis. La paire EUR/USD gagne ce matin 0,17% et environ 0,50% sur ce début de semaine.  Alors que le pays a encore recensé environ 160000 cas hier, l’université John Hopkins estime que le virus ne s’est jamais aussi vite répandu dans le pays. Face à cette situation et l’inertie d’action de la part de la Maison Blanche à l’égard de la pandémie, de nombreux  Etats fédéraux et les villes américaines ont décidé d’instaurer des mesures restrictives en ce début de semaine.

La Californie, le plus grand Etat du pays, a imposé lundi la fermeture des commerces en intérieur et pourrait aller encore plus loin dans ses action de lutte contre la COVID-19 puisque le gouverneur n’exclut pas la possibilité de mettre en place d’un couvre-feu. L’état du Michigan a quant à lui imposé un confinement partiel de trois semaines à partir de jeudi. Dans l’Iowa, le port du masque est désormais « partiellement » imposé. A New York, les débits de boissons et les salles de sport doivent désormais fermer à 22h et les rassemblements sont limités à 10 personnes maximum.

Trop peu, trop tard ? Joe Biden a alerté sur la nécessité d’une coordination des mesures au niveau fédéral au risque d’avoir un nombre de mort encore plus important. Alors que Donald Trump fait obstacle pour l’instant au processus de transition à la Maison blanche, le futur président explique qu’on ne peut pas attendre le 20 janvier, date de sa prise de poste, pour lutter au niveau fédéral contre le virus.

La seconde vague de coronavirus et les mesures de restriction qui en découlent risquent d’impacter une économie américaine en phase de reprise. Les chiffres des ventes au détail aux Etats Unis ont hier déçu les attentes des analystes : elles sont ressorties à +0,3% par rapport au mois dernier, face à un consensus à +0,5% et bien inférieures à la progression de +1,6% du mois dernier. Le chiffre de la production industrielle en hausse de 1% par rapport au mois dernier est ressorti très légèrement supérieurs au consensus. D’autant plus que des millions de chômeurs américains se voient désormais privés d’aide de l’état. Ce chiffre pourrait être encore plus important le mois prochain. L’urgence d’un nouveau plan de soutien exceptionnel est ainsi bien présente. Toutefois malgré les signaux positifs de conciliation envoyés par les républicains au Congrès, il n’est pas certain qu’un compromis avec les démocrates soit trouvé d’ici la fin de l’année. 

CNH

Le yuan toujours plus haut 

Le yuan a atteint un plus haut de plus de deux ans face au dollar sur le niveau des 6,55¥. Face à l’euro, le yuan menace à nouveau ce matin le support intermédiaire des 7,78¥ et atteint un pic de 6 mois. La tendance de la devise chinoise ne montre ainsi aucun signe de faiblesse dans sa tendance haussière. Elle enregistre un gain de plus de 6% face à l’euro depuis la fin juillet  et de près de 9% face au dollar en l’espace de 6 mois.

D’après des propos d’intervenants de marché relayés par l’agence d’information Bloomberg, la banque centrale chinoise tenterait désormais de freiner la hausse du yuan autour de la zone des 6,5¥ en achetant significativement du dollar contre du yuan. Ces tentatives se sont pour l’instant soldées par un échec.

Le yuan est en effet porté par une attractivité offerte par un différentiel de croissance et de taux d’intérêt très avantageux (par rapport à ses pairs). De plus, les promesses de réformes de libéralisation des marchés financiers en Chine ont accru l’intérêt des investisseurs pour le yuan. Pour finir, l’élection de J.Biden à la présidence des Etats Unis a amélioré le sentiment des intervenants de marché internationaux à l'égard de la Chine.

Une ombre au tableau commence toutefois à apparaitre. Au début de la semaine deux importantes entreprises d’Etat ont fait défaut sur leur dette. Ces annonces mettent en lumière la question de la dette et des nombreuses entreprises publiques chinoises qualifiées de « zombies » dont la situation financière s’est significativement dégradée durant cette crise sanitaire . Cette dynamique est d’autant plus préoccupante que le gouvernement central ne semble pas pour l’instant disposer à voler au secours de ces entreprises en difficulté. D’après un rapport récemment publié par l’agence de notation Fitch, il faut s’attendre à ce que ces faillites se multiplient l’année prochaine si d’aventure la banque centrale chinoise s’attèle à conserver une politique monétaire neutre. 


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.