Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 21, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Pas d'accord sur le relance américaine, pas de problèmes :  l'espoir fait vivre et ramène l'euro à un pic d'un mois

Toujours pas d'accord sur un nouveau programme de soutien aux Etats-Unis malgré le dépassement de l'échéance fixée par la représentante démocrate Nancy Pelosi, cela n'empêche néanmoins pas les marchés d'espérer une issue positive sur ce volet. Une bulle d'optimisme continue de dominer les échanges sur les marchés des changes et se prolonge ce matin grâce à l'appui notamment des déclarations de l'entreprise américaine Moderna qui laisse entendre qu'un vaccin pourrait être prêt d'ici la fin d'année. L'euro a toujours le vent en poupe et monte ce matin à un pic d'un mois face au dollar (1,1850 $). La livre sterling (0,91 £) tente timidement de se redresser sous l'impulsion de bons chiffres d'inflation publiés ce matin au Royaume-Uni. Néanmoins, le risque de rupture des négociations sur le Brexit reste présent et maintient la devise sous pression. Le dollar australien profite de ce sentiment de confiance général pour amorcer une tentative de rebond au lendemain de sa chute à un creux de 5 mois face à l'euro, néanmoins le sursaut demeure pour le moment très modeste. La couronne norvégienne s'appuie également sur ces conditions de marché favorables pour rebondir et s'écarter du seuil de 11,0 NOK. Le yuan reste lui orienté à la hausse et poursuit doucement mais surement son ascension (7,87 ¥). Cette éclaircie visible depuis le début de la semaine sur les marchés des changes repose sur du sentiment aussi elle pourrait très rapidement s'estomper et laisser place à un orage en cas de déception sur les deux thèmes majeurs qui concentrent actuellement l'attention des investisseurs, à savoir le plan de relance américain et les négociations sur le Brexit. Beaucoup d'espoir s'observe actuellement mais repose sur peu d'éléments concrets, d'où la fragilité de la dynamique actuelle.

Agenda du jour : Extension des négociations sur le plan de relance américain, résultats prématuré sur un vaccin & inflation au Canada et au Royaume-Uni - Le dépassement hier soir de l'échéance initialement fixée par la représentante démocrate Nancy Pelosi ne devrait pas empêcher les négociations de se poursuivre sur un nouveau plan de relance. Les marchés sont très sensibles à la perspective d'un accord qui apparaît pour l'heure toujours envisageable. L'actualité est également égayée ce mercredi par les déclarations de l'entreprise américaine de biotechnologie Moderna qui espère de premiers résultats préliminaires de ces tests cliniques sur son projet de vaccin contre le coronavirus d'ici mi-novembre, ce qui laisse envisager selon cette dernière la mise sur le marché du vaccin avant la fin de l'année. Au niveau des publications macroéconomiques, les statistiques d'inflation publiées au Royaume-Uni et cette après-midi au Canada (14h30) sont les principaux rapports à suivre. On n'oubliera pas non plus de suivre avec attention le contenu du Livre Beige de la Fed publié en fin de journée (20h00) ou encore les sorties publiques de Christine Lagarde et du chef économiste de la BCE qui assisteront tous les deux en cours de journée à un évènement commun.

GBP

Royaume-Uni : Grosse frayeur et premier avertissement pour la livre sterling (GBP) - La livre sterling a connu une séance mardi très agitée et enregistré jusqu'à -0,7% de pertes en séance face à l'euro sous la pression de mouvements vendeurs causés par un méandre d'incertitudes planant au-dessus du Royaume-Uni. Si l'élément déclencheur de ce repli marqué a été les commentaires d'un responsable monétaire britannique ouvrant grand la voie à de nouvelles mesures accommodantes de la part de la Banque d'Angleterre, et potentiellement à termes à un recours à des taux négatifs, d'autres facteurs d'inquiétude pèsent sur la livre. En premier lieu le risque sanitaire et les impacts économiques qui en découlent sachant que l'Irlande et le Pays Galles viennent d'opter pour une stratégie de reconfinement et qu'une partie de l'Angleterre est également touchée par des restrictions strictes. Les craintes liées au Brexit effritent également la confiance des acteurs de marché à l'égard de la livre sterlings sachant que le maintien d'une impasse dans les négociations accentue la probabilité d'une rupture brutale sans accord à la fin de l'année. Si la Commission européenne s'est déclarée favorable à une accélération des négociations dans le but de trouver un compromis d'ici début novembre, du côté britannique on refuse pour le moment tout dialogue tant que Bruxelles n'aura pas fait de concessions majeures montrant sa bonne foi dans la volonté de réussite de ces négociations. Le cours EUR/GBP a enregistré mardi une pointe à 0,9150 £ ; non loin de la barrière de 0,9160 £ contre laquelle la paire de change bute depuis maintenant 3 semaines ; avant de retracer légèrement en fin de journée. De bons chiffres d'inflation publiés ce matin au Royaume-Uni - rebond de l'indice principal de 0,2% à 0,5% en glissement annuel - donne un peu d'allant à la livre sterling, mais néanmoins pas assez pour lui permettre de revenir sous le seuil de 0,91 £ face à l'euro. La devise britannique est sous pression et pourrait le rester un certain temps, du moins tant que le volet du Brexit n'aura pas livrer son verdict final. Ce qui pourrait nécessiter encore quelques semaines d'attente.

EUR

Europe : L'espoir sur la relance américaine et la levée record de dettes en Europe redonnent le sourire à l'euro (EUR) - Si pour le moment il n'y a rien de concret, l'espoir d'un accord trouvé entre le Trésor américain et les démocrates sur un nouveau plan de relance continue d'emballer les marchés et fait souffler un vent d'optimisme sur les marchés financiers, et plus particulièrement celui des changes. Le porte-parole de la négociatrice pour le camp démocrate, Nancy Pelosi, a signalé mardi un rapprochement des positions en faveur d'un accord après un nouvel échange téléphonique de 45 minutes entre le secrétaire au Trésor et Pelosi. Alors que la représentante démocrate avait fixé à mardi soir l'échéance pour conclure un accord, les négociations devraient vraisemblablement se poursuivre ce mercredi compte tenu des récents rapprochements observés. Si le président du Sénat, le républicain Mitch McConnell, a assuré qu'en cas d'accord trouvé, celui-ci sera soumis à la Chambre haute du Congrès pour y être examiné, il n'est cependant pas certain qu'il obtienne la majorité en cas de vote. Plusieurs sénateurs, membres du parti républicain, s'opposent à l'idée d'un nouveau plan onéreux après celui de 3 Trn$ déjà voté en mai dernier. L'ancien candidat à la Maison Blanche, le sénateur Mitt Romney, a indiqué son opposition à un plan supérieur à 1,8 Trn$ dernièrement proposé par le gouvernement américain et mis en garde ce dernier à ne pas diviser le parti avant les élections. Cela n'échaude pas pour autant les investisseurs qui se sont tournés massivement vers l'euro, ce dernier enregistrant une seconde séance consécutive de gains face au dollar et au yen. Au rang des catalyseurs qui alimentent un regain d'intérêt pour la devise européenne, on peut également citer la réussite de la première émission de dettes européennes destinée à financer le fonds d'aide à l'emploi (programme SURE). C'est une demande record de plus de 230 Mds€ qui a ainsi accompagné une levée de 10 Mds€ à 10 ans et de 7 Mds€ à horizon 2040. Cet enthousiasme des marchés est une très bonne nouvelle pour l'Union Européenne pour qui la réussite de la levée de dettes pour financer son plan de relance inédit de 750 Mds€ est nécessaire pour assurer le redressement économique de la région. Observée sur la pente descendante la semaine dernière sous le coup d'un retour des restrictions sanitaires en Europe, l'EUR/USD profite d'une éclaircie momentanée et d'un optimisme ambiant des acteurs de marché pour remonter ce matin à son plus haut niveau depuis un mois à plus de 1,1850 $. La paire de change vient d'enchaîner 3 séances consécutives de hausse pour un gain de plus de 1% qui lui permet d'effacer les pertes subies la semaine dernière. On observe la même dynamique au niveau du taux EUR/JPY qui remonte ce matin à un pic d'une semaine et titille à nouveau le seuil de 125 ¥.

AUD

Australie : Les spéculations monétaires assomment le dollar australien (AUD) - À la lecture du compte rendu de la réunion monétaire d'octobre, on a clairement vu que les banquiers centraux australiens se préparent à intervenir à nouveau, par l'intermédiaire d'une probable baisse de taux et d'une extension de son programme de rachats d'actif qui pourrait dans un futur proche incorporer des obligations de maturité plus longue entre 5 et 10 ans. Il n'en fallait pas plus pour exciter les marchés et alimenter de nouvelles spéculations sur de possibles annonces lors de la prochaine réunion de la RBA programmée le 3 novembre prochain. Sur les marchés monétaires, la probabilité d'une réduction du taux directeur de 0,25% à 0,00% est désormais estimée à 85%, ce qui souligne une certaine unanimité des acteurs financiers à l'égard de ce scénario. Ces anticipations ont fortement heurté la devise australienne qui a cédé -0,8% mardi face à l'euro et chuté à un creux de 5 mois à presque 1,68 A$. La chute de la devise australienne a entraîné dans son sillage son homologue néo-zélandais qui lui aussi est concerné par les anticipations de possible recours à des taux négatifs par la banque centrale. Le dollar néo-zélandais a lui reculé de -0,9% face à l'euro pour retomber à un creux de presque 2 mois à proximité du seuil de 1,80 NZ$.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.