Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 24, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Maux de tête pour l'euro  face à la hausse des restrictions sanitaires en Europe

  • À mesure que les annonces de nouvelles restrictions sanitaires tombent en Europe, l'euro creuse un peu plus ses pertes face au dollar, et plus globalement face aux autres devises refuges traditionnelles que sont le yen et le franc suisse. La peur d'un reconfinement en Europe et d'un ralentissement de la reprise s'est nourrie de nouveaux arguments hier par l'intermédiaire d'enquêtes d'activité décevantes en Zone Euro et montrant notamment une contraction de l'activité dans le secteur des services en septembre. L'euro avait largement surfé ces derniers mois sur la résilience de l'Europe face à la pandémie par rapport aux Etats-Unis. Or la matérialisation sur ce début d'automne d'une seconde vague de contamination fait perdre à la devise européenne son avantage comparatif et donc son attrait. Les inquiétudes autour de la pandémie créent d'importants troubles sur les marchés actions lesquels font toujours face à d'importantes pressions vendeuses, notamment aux Etats-Unis. Il faudra surveiller si ces secousses s'intensifient. On voit sur le début de la semaine les prémices des dommages collatéraux que provoqueraient de nouvelles turbulences. Le dollar et le yen en sortiraient gagnant, les devises liées aux matières premières et les devises émergentes d'économies en mauvaise situation financière comme le Brésil et l'Afrique du Sud subiraient d'importantes pertes.
  • Agenda de la journée : Triple réunions monétaires, indices Ifo en Allemagne, Powell et inscriptions aux chômage aux Etats-Unis - Il y aura trois réunions monétaires à suivre ce jeudi, ce matin en Norvège et en Suisse et à la mi-journée en Turquie. Le niveau déjà historiquement bas des taux dans les deux premiers pays limitent les marges de manœuvre des banquiers centraux norvégiens et suisses, lesquels devraient donc à priori opter pour un statu quo sur les taux. Si le consensus table sur le maintien de taux inchangés en Turquie, on surveillera tout même un possible baisse de taux surprise de la part de la banque centrale, une option très largement soutenue par le président Recep T. Erdogan. En Europe, l'euro reste principalement sensible à la situation sanitaire et aux différentes annonces des autorités publiques en matière de restriction sanitaire. Toutefois, la devise européenne sera sensible à la teneur des indices Ifo de climat des affaires qui sont publiées une semaine après l'indice ZEW (sentiment des investisseurs allemands) qui a bondi à un pic depuis 2000 en septembre. Aux Etats-Unis, on restera attentif à la nouvelle sortie du gouverneur central Jerome Powell au Sénat, toutefois au regard de ses nombreuses allocutions cette semaine ses propos pourraient avoir une résonnance moins importante sur le dollar. La trajectoire des inscriptions aux allocations chômage aux Etats-Unis - facteur à l'aune duquel est actuellement évalué l'état du marché de l'emploi américain - sera également un moment marquant de la journée. Les acheteurs de dollar y seront sensibles.
  • Economie : confirmation d'un ralentissement de la reprise en Europe (EUR) - On avait déjà perçu en août de premiers signaux inquiétants laissant entrevoir un ralentissement de la dynamique de rebond de l'économie en Europe. Ces craintes ont été confirmées hier à la lecture des premiers résultats des enquêtes d'activité PMI du secteur privé au mois de septembre. Si l'industrie manufacturière en Zone Euro tourne à plein régime et semble enregistrer ce mois-ci son plus fort rebond depuis 2 ans, on ne peut pas en dire autant de l'industrie des services. Après deux mois consécutifs de croissance, l'activité dans ce secteur se contracte à la grande surprise des observateurs de marché qui anticipaient un rebond modeste de la même magnitude que celui observé le mois dernier. Cette contraction de l'activité des services s'observe aussi bien en Allemagne qu'en France, mais la dynamique de recul se révèle bien plus importante dans le second pays. Le coup de frein de l'activité semble coïncider avec le regain de vigueur de la pandémie en Europe depuis la fin de l'été et l'introduction en parallèle de nouvelles mesures de restriction dans plusieurs pays de la région pour tenter d'endiguer la progression du virus. Avec plus de 13 000 nouveaux cas recensés lors des 24 dernières heures - 3ième fois que ce seuil est franchi en septembre et volume proche du niveau record recensé la semaine dernière - la France a annoncé mercredi soir de nouvelles mesures de restriction qui impliquent la fermeture des bars après 22h00 et la limitation des regroupements à 10 personnes dans la capitale et plusieurs autres grandes villes du pays. De nouvelles restrictions ont également été prises en Allemagne et en Italie avec l'introduction du port du masque obligatoire dans les villes de Munich et de Gènes. Ces annonces font échos à celles annoncées quelques jours auparavant en Espagne et au Royaume-Uni. La peur d'un reconfinement en Europe reste très présente parmi les investisseurs qui craignent de voir la région freinée dans sa dynamique de reprise et enregistre de nouveaux dommages économiques. Pour ces raisons, l'euro reste en délicatesse face au dollar et au yen. Le taux EUR/USD reste sur 4 séances consécutives de repli pour une perte totale de -1,6% et oscille désormais à un creux de 8 semaines à hauteur de 1,1650 $. Il semble y avoir un palier technique au niveau de 1,1660 $ qui correspond au seuil de retracement de Fibonacci de 23,6% du rebond de 11% enregistré entre fin avril et fin août. Si cette barrière devait céder le prochain support se situe à 1,15 $ (seuil de retracement de 38,2% & ancien seuil de résistance sur la période 2019/2020). Le taux EUR/JPY reste bien calé sous la barrière de 123 ¥ mais semble néanmoins éprouver quelques difficultés à s'éloigner de celle-ci.
  • Bourses : les marchés actions plombées par les valeurs technologiques (AUD, NOK, BRL) - Nouvelle journée noire pour les valeurs technologiques hier à Wall Street et nouvelle chute importante des marchés actions américains. L'indice principal S&P 500 a cédé plus de -2% mercredi, l'indice à forte valeur technologique le Nasdaq a lui perdu hier plus de -3%. C'est la 5ième séance de baisse sur les six dernières pour une perte totale de respectivement -5% pour les deux indices. Les peurs de ralentissement de l'économie américaine, lesquelles ont été renforcées hier par les propos du gouverneur central Jerome Powell qui réclame davantage de soutien de la part du gouvernement qui pour le moment échoue à s'accorder sur un nouveau plan de relance, sont à l'origine de la nervosité ambiante sur les marchés financiers. Les incertitudes autour du futur scrutin électoral aux Etats-Unis, dont le résultat final pourrait être contesté et devra très probablement nécessiter la validation du Congrès d'après Donald Trump, assurent un certain flou autour des perspectives du pays. S'il y a une chose que les investisseurs n'affectionnent pas c'est l'incertitude, or le contexte américain actuel en regorge. De ces tumultes sur les marchés actions, il en résulte une forte dégradation du sentiment des investisseurs et une réduction de leur appétit au risque. La volatilité sur les marchés des changes s'en trouve perturbée et les devises liées aux matières premières comme le dollar australien ou la couronne norvégienne ont subi mercredi d'importantes pertes face à l'euro. Le taux EUR/AUD enregistre ce matin une 6ième séance de recul face à l'euro (perte cumulée de plus de -2%) et teste ce matin un seuil de résistance situé à 1,6550 A$ qui tient depuis début juin. La couronne norvégienne perd actuellement 4% sur les 6 dernières séances et oscille actuellement à un creux de plus de 4 mois à presque 11,1 NOK. Les devises émergentes ont également subi d'importantes pertes mercredi face à l'euro dont le peso mexicain (-2,8%), le réal brésilien (-1,9%) et le rand sud-africain (-1,2%). Le taux EUR/BLR (6,53 BRL) est désormais à moins de 3% de son pic historique atteint à la fin du mois dernier (6,71 BRL).

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.