Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 16, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Attentisme général avant la Fed, le yen accueille positivement le nouveau PM et le yuan toujours sur une pente ascendante

En ce mercredi, jour de la réunion de la Fed, la volatilité reste plutôt réduite sur les marchés des changes où l'attentisme domine. Le dollar (1,1850 $) reste assez stable face à l'euro tandis que la livre sterling (0,92 £) voit son rebond correctif des deux derniers jours faiblir légèrement. Le yen accueille positivement la nomination de Yoshihide Suga comme premier ministre en replacement de Shinzo Abe après sa démission surprise le mois dernier. Le taux EUR/JPY retombe ce matin sous les seuil de 125 ¥, le cours étant sous la pression en raison de craintes persistantes liées à la pandémie. Le dollar australien accueille positivement la publication ce matin d'un surplus courant trois fois plus important que prévu au T2 et revient tutoyer ses plus hauts niveaux depuis 2 semaines face à l'euro (1,62 $). Le yuan poursuit son ascension au lendemain de la publication de données économiques confirmant une progression continue de l'économie chinoise depuis le déconfinement en mars. Le taux EUR/CNH confirme la rupture de sa corrélation naturelle avec le taux EUR/USD et retombe à un creux de 8 semaines tout proche du seuil symbolique de 8,0 ¥.

USD

Banques centrales : les marchés attendent des explications de la Fed, l'EUR/USD reste en position d'observation (USD) - Depuis une semaine, c'est un taux EUR/USD en pleine inertie que l'on observe sur les marchés des changes, celui-ci oscillant dans un couloir étroit de 1,18 - 1,19 $ (+/ - 0,8%). Si la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) jeudi dernier a provoqué quelques agitations de la paire de change, celle-ci est depuis retombée dans un état de torpeur. L'euro garde pour l'heure un avantage face au dollar auprès des investisseurs, néanmoins la recrudescence depuis le mois dernier de cas de contamination du coronavirus en Europe et le spectre d'une nouvelle vague cet hiver qui pourrait, selon plusieurs épistémologistes, s'avérer plus violente que la précédente inquiètent vivement et freinent toute nouvelle tentative d'expansion de l'euro. Après la BCE, cette semaine c'est sur la Fed que tous les regards sont braqués. Les marchés sont en attente d'explication depuis les annonces faites fin août d'un changement de cadre monétaire. Jerome Powell a en effet indiquer en marge du symposium annuel de la banque centrale américaine que désormais il était prêt à laisser filer l'inflation au-dessus de l'objectif de long terme de 2% avant de considérer une nouvelle hausse de taux. Les marchés ont tout de suite interprété ses propos comme la confirmation d'une nouvelle ère de taux bas aux Etats-Unis qui pourrait perdurer pendant une longue période de temps. En juin, la Fed indiquait qu'elle n'avait pas l'intention de réhausser ses taux d'intérêt d'ici fin 2022 mais après ces récentes annonces on peut légitimement croire que cette période pourrait être rallongée. À ce sujet, les nouvelles projections monétaires ou Dot Plot publiées en marge de la réunion de septembre nous livrerons quelques éléments de réponse. La Fed lie-t-elle désormais sa politique de taux à l'inflation et à l'atteinte d'un taux spécifique ? C'est la question que se pose les investisseurs qui ont bien intégrer que les taux d'intérêt resteront bas pendant longtemps mais attendent néanmoins davantage de clarification sur ce qu'on appelle communément les forward guidance, ou orientations monétaires de la banque. Les enjeux de la réunion de ce soir ne résident pas tant dans les annonces que dans la communication de la banque et les éléments de langage utilisés pour expliquer sa stratégie monétaire. C'est sur ce point précis que les investisseurs attendent la Fed. Si les annonces de ce soir pourraient avoir une influence à moyen et long terme quand il s'agira de détecter si la banque est en position ou non de normaliser sa politique monétaire, la réunion de soir pourrait cependant avoir peu d'effets sur la volatilité actuelle du dollar. Si comme prévu la Fed maintient une approche prudente face à un contexte conjoncturel global toujours très incertain et réaffirme son intention de soutenir coute que coute l'économie américaine, il est peu probable que cela provoque une vague d'enthousiasme chez les acheteurs de dollar et déclenche à cet égard un rebond significatif de celui-ci. Le seuil support de 1,18 $ sera à surveiller en cas de mouvement haussier sur le dollar, tout comme le seuil de 1,19 $ en cas de mouvement baissier. Avant la publication du communiqué officiel de la Fed ce soir à 20h00 et les commentaires dans la foulée du gouverneur central Jerome Powell à 20h30, on pourrait assister à une séance très attentiste sur les marchés des changes. La publication toutefois en début d'après-midi des statistiques de vente au détail aux Etats-Unis (14h30) pourrait créer quelques remous et faire office d'échauffement avant les échéances de ce soir.

GBP

Sentiment : Baisse de la livre sterling, une aubaine pour certains investisseurs (GBP) - Après sa lourde chute de la semaine dernière, la livre sterling amorce sur ce début de semaine un rebond correctif comme le prouve hier ses gains face à l'euro (+0,5%) qui font échos à ceux déjà engrangés lors de la séance de lundi. Il n'y a pour autant pas eu ces dernières 48 heures de nouvelles positives qui laissent présupposer une sortie de crise entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne. La loi sur le marché intérieur britannique, pomme de la discorde entre Londres et Bruxelles, a obtenu le soutien d'une majorité de députés de la Chambre des communes en attendant un nouveau vote cette semaine au sein de la seconde chambre parlementaire britannique (Chambre des lords). Donc dans les faits, on reste toujours plus proche d'une rupture des négociations que d'un accord. Certains investisseurs ne sont pas de cet avis et estiment que la probabilité de "Hard Brexit" actuellement intégrée par les marchés des changes est beaucoup trop importantes. Au regard des récents niveaux atteints par la livre sterling, extrêmement bas face à l'euro, certains observateurs de marché y voient un effet d'aubaine et un point d'entrée attractif en cas de nouveau rebondissement et développements positifs dans les négociations britanno-européennes. La hausse ces derniers jours des achats d'options d'achat de livre sterling (call) face au dollar démontre qu'une frange d'investisseurs croit encore possible un accord à l'amiable malgré les tensions survenues ces derniers jours. Optimisme de raison ou non, on sera vite fixé. Le taux EUR/GBP est retombé depuis mardi sous le seuil de 0,92 £ mais faiblit ce matin après la publication ce matin d'un net recul de l'inflation au Royaume-Uni an août (0,2% vs. 1,0% en juillet).

CAD

Commerce international : les Etats-Unis renoncent à taxer l'aluminium canadien (CAD) - Plutôt habituée aux menaces de sanctions à l'encontre de ses partenaires économiques dont les pratiques commerciales sont jugées injustes, la Maison Blanche a surpris son monde hier en annonçant qu'elle revenait sur sa décision d'août de taxer de 10% l'aluminium en provenance du Canada. Cette annonce intervient le jour même où le gouvernement canadien avait programmé l'annonce de mesures de rétorsion contre Washington et sur 3,6 MdsC$ de produits américains en guise de représailles aux nouveaux droits de douane américains appliqués le mois dernier. Ce volte-face soudain est justifié à Washington par de nouvelles estimations de forte baisse (-50% par rapport à la moyenne calculée entre janvier et juillet de cette année) du commerce d'aluminium sur la fin d'année qui devrait assurer une normalisation des échanges entre les deux voisins nord-américains. Néanmoins, les autorités américaines mettent en garde contre toute nouvelle hausse "anormale" des exportations canadiennes d'aluminium dans les prochains mois. Si le volume sur un mois quelconque est supérieur à 105% aux quotas fixés alors les autorités américains réactiveront rétroactivement la taxe de 10%. L'annonce n'a pas eu de fortes résonnances sur les marchés des changes, et surtout auprès du principal intéressé le dollar canadien dont on aurait pu penser qu'il montre des signes d'enthousiasme après cette annonce inattendue. Surtout qu'en parallèle à cette décision, nous avons assisté à un fort rebond entre 2 et 3% des cours du pétrole (Brent de retour à plus de 40$). Celui-ci est resté assez stable mardi face à l'euro (1,56 C$) et au dollar américain (1,32 C$). La publication en début d'après-midi (14h30) des nouvelles statistiques d'inflation au Canada donnera peut-être l'occasion d'observer un peu plus d'agitations au niveau de la devise canadienne.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.