Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 09, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Les tourments de Wall Street se répercutent sur les devises,  la GBP poursuit sa dégringolade, réunion monétaire au Canada

L'aversion au risque prédomine les prises de décision sur les marchés des changes alors que l'on voit le mouvement correctif sur les marchés actions mondiaux se prolonger. Dans la lignée de la chute brutale des indices boursiers américains, les bourses asiatiques ont fini dans le rouge ce matin et conforté de nouveaux comportements observés la veille au niveau des devises. Le dollar et le yen sont à nouveau recherchés et oscillent en ce moment à un pic de 2 semaines face à l'euro. Au regain de volatilité sur les marchés actions s'ajoute un sentiment global de déception dans la course au vaccin contre le coronavirus. L'entreprise suédoise AstraZeneca qui travaille actuellement sur un projet de vaccin avec l'université d'Oxford a annoncé qu'elle stoppait temporairement ses essais cliniques après qu'un patient ayant reçu un traitement contre le COVID-19 a révélé avoir contracté une maladie. Si les conditions de marché ne sont actuellement pas favorables aux prises de risque, l'euro parvient néanmoins à limiter les pertes face au dollar et au yen japonais, les investisseurs préférant probablement attendre la réunion de la BCE ce jeudi pour prendre des positions. La livre continue son plongeon dans le vide et cumule ce matin une perte de -2% face à l'euro depuis le début de la semaine. Les devises pétrolières restent sur la défensive à cause de prix du pétrole qui restent dans le rouge. Ce mercredi, on suivra avec attention les développements outre-Manche et le dévoilement d'un nouveau projet de loi censé remettre en cause les engagements britanniques pris dans l'accord de sortie signé avec l'UE en janvier. L'autre évènement majeur de la journée est la réunion monétaire de la Banque du Canada (16h00) qui devrait selon le consensus se conclure sur un statu quo.

JPY

Pas de retour au calme sur les marchés boursiers américains, le pétrole dégringole lui aussi (USD, JPY, NOK, RUN) - On aurait pensé qu'un weekend prolongé de trois jours aux Etats-Unis favorisait un retour au calme des marchés boursiers américains après la déconvenue de la fin de semaine dernière. Il n'en fut rien. Toujours porté par la forte correction des valeurs technologiques, Wall Street a creusé ses pertes mardi et enchaîné une troisième séance consécutive de fort recul. En trois séances, l'indice général S&P 500 a perdu -7%, soit sa plus forte contraction depuis 3 mois. Sur cette période, l'indice technologique Nasdaq a fait encore moins bien et accuse un repli de -11%, une "triste" performance qui rappelle le mouvement correctif observé en mars dernier. Les prix du pétrole ont également lourdement chuté hier et ne sont pas restés insensibles aux tourments des indices actions, le Brent accusant plus de -5% de pertes et clôturant sous le seuil de 40 $ pour la 1ière fois depuis presque 3 mois. Les prises de décision sur les marchés des changes ont vivement été influencées hier par cette recrudescence de volatilité et le retour d'un sentiment d'aversion au risque. Les devises considérées comme "refuge" ont été sollicitées comme le dollar américain qui a clôturé hier face à l'euro sous le seuil de 1,18 $ pour la 1ière fois depuis deux semaines. Le yen s'est apprécié de presque +0,6% face à la devise commune et clôturé sous le seuil de 125 ¥ lui aussi pour la 1ière fois depuis deux semaines. Les devises liées au pétrole ont fortement souffert mardi à l'image de la couronne norvégienne qui a cédé -1,8% face à l'euro à un pic d'un mois aux portes du seuil de 10,80 NOK. Si le rouble russe a limité les pertes hier (-0,3%), c'est peut-être qu'il a touché un plancher face à l'euro puisque le taux EUR/RUB a été observé en cours de séance à un pic de plus de 4 ans au-dessus de la barrière de 90,0 RUB (pic recensé à 90,27 RUB).

GBP

La livre n'en finit plus de dégringoler face au manque d'issues sur le Brexit (GBP) - Après déjà un fort repli lundi, la livre sterling a prolongé et accéléré sa chute mardi, la devise accusant un repli de plus de -1% face à l'euro. Le taux EUR/GBP est non-seulement remonté au-dessus de la barrière symbolique de 0,90 £ pour la 1ière fois en deux semaines mais ce matin cette dernière tape désormais à la porte du seuil de 0,91 £, ou une barrière qui n'a plus été touchée depuis le 28 juillet dernier. La menace proférée par le Royaume-Uni de rompre ses engagements vis-à-vis du protocole de l'accord de sortie signé avec l'Union Européenne en janvier dernier est du propre aveu de Londres une violation des droits internationaux. Qu'il s'agisse d'un moyen de pression calculé ou bien d'un geste politique irrationnel, la tactique employée par Boris Johnson dans la dernière ligne droite des négociations bilatérales entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne a du mal à passer. En premier lieu à Bruxelles, mais aussi dans le propre camp du premier ministre et sur les marchés financiers. Pour les dirigeants européens, il est évident qu'un retournement de veste des britanniques sur la question des contrôles transfrontaliers en Irlande serait une fin de non-recevoir et viendrait annihiler toute tentative d'accord commercial entre les deux camps. Au sein de la famille politique de Boris Johnson, certaines voix s'élèvent et mettent en garde le premier ministre contre le risque qu'en procédant ainsi le Royaume-Uni pourrait perdre sa crédibilité à l'international et saper la confiance de ses partenaires économiques. Le non-respect ici des droits internationaux pourrait alors avoir des répercussions néfastes et peser dans les futures négociations commerciales auxquels le Royaume-Uni prendra part dans le futur. Il faudra surveiller avec attention le contenu du projet de loi dévoilé ce mercredi outre-Manche qui d'après les révélations faites en début de semaine par le Financial Times exclurait l'installation de nouveaux systèmes de contrôle douanier entre la Grande Bretagne et l'Irlande du Nord contrairement à ce qui avait été initialement promis par Londres à Bruxelles.

USD

Les Républicains entendent faire passer un nouveau plan de relance ce jeudi (USD) - Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a indiqué hier qu'il présenterait ce jeudi une nouvelle version d'un plan de relance dont le coût total devrait avoisiner les 500 Mds$. Ce programme contient entre-autre une aide hebdomadaire de 300 $ pour les demandeurs d'emploi - soit moitié moins que le premier plan voté en mai - et un programme d'aide pour les PME de 258 Mds$. McConnell avait précédemment proposé un plan de 1 Trn$ mais celui-ci s'était heurté à l'opposition d'une frange du parti Républicain soucieux de limiter les dépenses face à la hausse vertigineuse des déficits et de la dette publique américaine. L'opposition démocrate a accueilli très froidement ce nouveau plan qu'elle a qualifié de "squelettique". Elle dénonce un coup de communication destiné à séduire l'électorat à l'approche du scrutin de novembre. Sachant que la Chambre des représentants est dominée par les démocrates, il apparaît très peu probable que ce nouveau plan fasse l'unanimité au Congrès et soit voté, cela malgré la pression de certains députés démocrates pour qui le déploiement au plus vite d'aides financières est vital pour atténuer les dommages économiques provoqués par la pandémie. L'absence de nouvelles mesures de soutien économique pourrait freiner la reprise de l'activité outre-Atlantique et avoir des répercussions sur la croissance future. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les détenteurs de dollar qui pourraient voir la valeur de la devise américaine se déprécier davantage si d'aventure l'économie américaine se retrouvait à la traîne par rapport aux autres économies développées engagées eux-aussi dans une dynamique de redressement.

CAD

Statu quo fort probable de la Banque du Canada (CAD) - Les banquiers centraux canadiens se réunissent ce mercredi après-midi et dévoilerons une actualisation de leur politique monétaire (communiqué officiel à 16h00). Selon toute vraisemblance, cette dernière devrait maintenir son taux directeur inchangé à 0,25%, et probablement ne pas augmenter non plus les capacités de son programme de rachats d'actif. Le ton général devrait être globalement prudent, les acteurs de marché s'attendant cette après-midi entendre les banquiers centraux canadiens renouveler leur engagement à soutenir leurs efforts monétaires pendant une période prolongée au regard du contexte économique global toujours très incertain. Après s'être à nouveau heurté au seuil support de 1,5450  C$ en début de semaine, le taux EUR/CAD a enregistré un fort rebond hier et pointe désormais au niveau de 1,56 C$ sous l'impulsion de la lourde chute des cours du pétrole. On surveillera si la paire de change sera capable d'étendre son rebond jusqu'à retenter l'aventure au-dessus de la barrière de 1,57 C$, seuil contre lequel elle a buté sur la seconde moitié du mois d'août.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.