Commencer

Actualités du marché des devises

août 04, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Un dollar hésitant dans l'attente d'un accord sur le plan de relance &  un Aussie dollar qui rebondit après la RBA

C'est un début de séance très calme auquel on assiste ce matin où la volatilité est dans la continuité de la séance précédente. L'euro garde les faveurs des marchés après la publication hier d'indicateurs d'activité confirmant une reprise robuste dans la région. Malgré un sursaut lundi, le dollar reste hésitant et semble attendre un signe du Congrès où un accord sur un nouveau plan de relance se fait grandement attendre. Si des progrès sont observés, des divergences importantes subsistent entre républicains et démocrates. L'optimisme autour de la conjoncture globale prend pour le moment le pas sur les inquiétudes autour de la pandémie ou encore de nouvelles tensions sino-américaines d'où ce matin un repli des valeurs refuges telles que le yen et le franc suisse, mais au contraire un rebond de la devise australienne. Cette dernière n'a pas réellement été impactée par l'annonce ce matin de la banque centrale australienne d'une reprise des rachats d'actif après une pause de 3 mois. Malgré cette annonce, la RBA a maintenu son taux directeur inchangé et n'a aucunement laissé entrevoir une quelconque volonté de procéder à de nouveaux ajustements significatifs dans un futur proche malgré la recrudescence du virus sur le territoire australien. L'absence pour l'heure de turbulences sur les marchés financiers offre un peu de répit aux devises émergentes qui ont subi d'importantes pertes sur ces derniers jours. Ce n'est néanmoins pas le cas du yuan qui reste sensible aux frictions entre Washington et Pékin, ou encore du rouble qui corrige légèrement après son important rebond de la veille (voir ci-dessous). Il y aura peu d'indicateurs économiques majeurs à suivre ce mardi si ce n'est les commandes d'usine aux Etats-Unis (16h00), les résultats de l'enquête d'activité du secteur manufacturier au Canada (15h30) ou encore les dernières estimations d'inflation en Turquie (09h00). En attendant la réunion de la Banque d'Angleterre jeudi ou encore les chiffres de l'emploi américain publiés vendredi, les regards seront principalement tournés vers le Congrès américain où se poursuivent les pourparlers sur le plan de relance mais aussi sur l'évolution de la situation sanitaire en Europe où on voit depuis plusieurs jours des signaux inquiétants de retour du coronavirus.

USD

Le dollar débute le mois d'août sur une note positive mais des obstacles demeurent (USD) : Après un mois de juillet cauchemardesque - le pire en presque 10 ans - le dollar a rebondi à l'occasion de la première séance du mois d'août. La devise américaine s'est même offert un pic à moins de 1,17 $ face à l'euro (plus haut niveau sur une semaine) peu après la publication des résultats de l'enquête d'activité ISM du secteur manufacturier américain au mois de juillet, laquelle a mis en lumière un rebond plus important que prévu de l'industrie sur cette période. Celle-ci enregistre même sa plus forte expansion depuis mars 2019 (16 mois). Ce résultat n'est pas anodin dans la période actuelle et vient donner du grain à moudre aux scenarios de reprise rapide et vigoureuse de l'économie en sortie de crise, néanmoins il mérite d'être nuancé en raison du maintien de l'indice sous-jacent sur l'emploi en zone de contraction signifiant que le secteur subit toujours une réduction des postes. L'emploi reste une préoccupation majeure aux Etats-Unis et le principal point d'achoppement entre républicains et démocrates qui se sont réunis hier au Congrès pour tenter d'aplanir leurs divergences sur la conception d'un nouveau plan de relance. Si les négociateurs des deux camps ont reconnu des avancées dans les discussions, la question de la somme totale de l'allocation exceptionnelle accordée aux demandeurs d'emploi, laquelle était de 600 $ / semaine dans le premier programme d'aide qui a pris fin vendredi dernier, reste de leur aveu un point de blocage important. S'il n'y a aucune certitude que la signature d'un accord sur un nouveau plan de relance de près de 1000 Mds$ sera suffisante pour inverser le sentiment de désamour des investisseurs à l'égard du dollar (les positions nettes vendeuses de dollar contre l'euro n'ont jamais été aussi hautes sur les marchés à terme américains d'après les données de la CFTC) néanmoins il est clair que l'impasse actuelle n'aide pas le billet vert.

AUD

La banque centrale australienne reprend ses rachats d'actifs face au coronavirus (AUD) : Comme on pouvait s'y attendre, la Réserve Bancaire Australienne (RBA) a décidé ce matin de maintenir son taux directeur et son objectif sur les taux obligataires à 3 ans inchangés à 0,25%. Néanmoins cette dernière a annoncé une reprise de ses rachats d'actif après une pause de 3 mois afin de conserver les taux de financement à un niveau bas et ainsi maintenir la confiance des acteurs économiques et financiers alors même que la région de Victoria, qui représente à elle seule près d'un quart du PIB du pays, a accentué le weekend dernier les restrictions sanitaires pour lutter contre la hausse des cas de coronavirus. Malgré cette annonce, la banque se veut optimiste sur la reprise jugeant que la contraction n'est pas aussi sévère qu'initialement crainte et qu'un rebond de l'activité s'observe actuellement dans une grande partie du pays. La banque conserve un scénario de base misant sur une contraction de l'activité de -6% cette année et un rebond de +5% l'année suivante. Prudents face au retour du coronavirus sur le territoire australien, les banquiers centraux ne semblent pas y voir pour le moment un frein éventuel à la reprise en cours. Le dollar australien, qui vient de subir 4 séances consécutives de repli face à l'euro, limite les pertes ce matin après la réunion de la RBA. Le cours EUR/AUD que l'on a encore vu osciller ce matin à proximité de ses plus hauts niveaux depuis 2 mois juste au-dessus du seuil de 1,65 A$ semble quelque peu plafonner, ce qui laisse entrevoir une possible correction. On restera très vigilant à l'égard d'un possible retour de tensions entre la Chine et les Etats-Unis, lesquelles ne laissent généralement jamais le dollar australien insensible.

CHF

Le franc suisse prend un coup de froid (CHF) : L'effet combiné d'enthousiasme autour de la réévaluation à la hausse de la croissance du secteur manufacturier en Zone Euro en juillet et de déception face à la nouvelle contraction sur cette période de l'industrie en Suisse - la 5ième consécutive - ont alimenté des pressions vendeuses sur le franc face à l'euro. Si le taux EUR/CHF a touché en séance un nouveau pic de presque 2 mois à 1,0838 ₣, le seuil de 1,08 ₣ a joué une nouvelle fois son rôle de résistance et repoussé la paire de change dans les cordes. Si cette dernière n'a pas réussi à clôturer la séance au-dessus de ce seuil, ce qui est arrivé une seule fois depuis le 8 juin dernier, ce n'est peut-être que partie remise puisqu'elle repartait à l'assaut de cette barrière ce mardi matin. La confiance hier renforcée des acteurs de marché à l'égard de l'amélioration de la conjoncture européenne stimule la demande en euro et maintient ainsi le taux EUR/CHF sur une trajectoire haussière. On peut néanmoins douter des capacités de celui-ci à accentuer significativement ses gains sur le court terme étant donné des incertitudes qui demeurent quant au risque d'une possible seconde vague de contamination en Europe ou encore de hausse massive du chômage dans la région une fois les aides gouvernementales réduites.

RUB

Le rouble russe se refait la cerise (RUB) : La publication hier de bons indicateurs d'activité en Chine, en Zone Euro ou encore aux Etats-Unis ont quelque peu rassuré les investisseurs sur l'amélioration en cours de la conjoncture économique mondiale, déclenchant ainsi un beau rebond des prix du pétrole de presque +2% en Europe (44 $) et aux Etats-Unis (41 $). Le rouble en a profité pour stopper une chute de plus de -13% face à l'euro en l'espace de 5 semaines et ainsi s'écarter de ses plus bas niveaux depuis 4 mois sur lesquels il a clôturé le mois de juillet à 87,5 RUB. Le taux EUR/RUB s'est ainsi rétracté de -1,8% lundi et clôturé juste en-dessous du seuil de 86,0 RUB.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.