Commencer

Actualités du marché des devises

juil. 28, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le dollar tente de stopper l'hémorragie à la veille de la Fed,  porté par l'espoir d'un accord sur un nouveau plan de relance aux USA

  • C'est un début de journée en douceur auquel on assiste ce mardi avec très peu de volatilité sur les marchés des changes à la veille de la décision monétaire de la Fed aux Etats-Unis. Le dollar se reprend légèrement ce matin et tente de mettre fin à la série de 7 séances consécutives de recul qui l'a vu perdre près de 3% de sa valeur face à un panier de devises. L'espoir d'un accord rapide trouvé avant la fin de la semaine au Congrès américain sur un nouveau plan de relance de 1000 Mds$ semble avoir redonner quelques couleurs au billet vert, à moins que ce soit tout simplement l'effet de prises de bénéfices sur l'euro dont la forte ascension fait craindre un risque de surchauffe après avoir approché la veille le seuil de 1,18 $. On observe également un petit frémissement ce matin parmi les devises émergentes qui tentent de profiter de l'accalmie passagère sur le volet sino-américain pour effacer ces récentes pertes. C'est notamment le cas du yuan et de la roupie indienne que l'on a vu atteindre des niveaux extrêmement bas récemment (plus bas depuis 2014 pour la première et depuis 2013 pour la seconde face à l'euro). Parmi les indicateurs macroéconomiques à suivre ce mardi, on aura un œil attentif sur l'indice Conference Board de confiance des ménages aux Etats-Unis (16h00), le résultat de l'enquête CBI de tendance de l'activité dans le secteur de la distribution au Royaume-Uni (12h00), ainsi que sur les chiffres de chômage en Espagne au T2 (09h00). Globalement, les regards des investisseurs sont (et devraient rester) tournés vers les Etats-Unis où se déroulent les débats sur un nouveau plan de relance et une nouvelle réunion monétaire de la banque centrale.
  • De bons indices Ifo allemands donnent des ailes à l'euro et aux devises des PECO (EUR, CZL & PLN) : Déjà très prisé par les marchés, l'euro a bénéficié hier d'un nouveau coup de pouce et d'indices Ifo de climat des affaires en Allemagne bien au-dessus des attentes du consensus. Si l'indice principal enregistre en juillet une 3ième hausse consécutive pour atteindre son plus haut niveau depuis 5 mois, l'information la plus marquante demeure le fort rebond de l'indice sous-jacent mesurant la confiance des entreprises dans les perspectives économiques qui lui atteint ce mois-ci un pic depuis novembre 2018. Ce nouvel indicateur illustrant un très net regain de confiance des acteurs économiques européens (en l'occurrence ici les entreprises allemandes) est de bon augure pour l'avenir et vient nourrir l'espoir d'un scénario de reprise rapide et robuste de l'économie en Zone Euro. Il n'en fallait pas plus pour déclencher une nouvelle vive poussée de la devise européenne, notamment face au dollar américain et au franc suisse. Le taux EUR/USD a ainsi enregistré lundi un rebond de plus de +0,8% pour atteindre un nouveau pic depuis septembre 2018 non loin du seuil de 1,18 $ (pic en séance enregistré à 1,1781 $). Le taux EUR/CHF, que l'on avait vu stagner la semaine dernière, a engrangé un gain de près de +0,8% et clôturé au-dessus du seuil de 1,08 ₣ pour la 1ière fois depuis le 8 juin dernier. Les indicateurs techniques montrent aujourd'hui clairement l'EUR/USD en situation de surachat comme on l'a très rarement vu dans le passé aussi un mouvement correctif de la paire de change n'est pas à exclure cette semaine. Il y a d'autres devises que l'euro qui ont vivement apprécié les indices Ifo et la perspective d'un renforcement de la dynamique d'expansion en Allemagne, ce sont celles des pays d'Europe de l'Est dont l'Allemagne est le premier partenaire économique. Le zloty polonais a ainsi réussi hier à casser la barrière de 4,40 PLN qui se dressait sur son chemin et atteint un nouveau pic de plus de 7 semaines face à l'euro à moins de 4,39 PLN. Il s'agissait hier de la 7ième séance consécutive de recul de la paire EUR/PLN qui enregistre une perte cumulée de -2% sur la période. Le taux EUR/CZK a lui enregistré sa 6ième séance de baisse sur les 7 derniers jours et chuté à cette occasion à un nouveau creux de plus de 4 mois sous le seuil de 26,2 CZK.
  • Accord entre républicains sur le nouveau plan de relance, les débats peuvent commencer (USD) : Grandement attendue la semaine dernière, l'ébauche finale du nouveau plan de relance du gouvernement américain a finalement été présentée hier par le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell. Les négociations avec les démocrates vont pouvoir commencer à l'occasion d'une semaine marathon de débats au Congrès que les marchés espèrent qu'elle se ponctuera par un accord sachant que plusieurs programmes fédéraux arrivent à leur terme à la fin du mois de juillet. Ce nouveau programme d'aide qui avoisine les 1000 Mds$ ne fait pas l'unanimité chez les républicains, ni chez les démocrates. Néanmoins, les deux camps s'accordent sur le fait qu'il est nécessaire de prolonger les aides individuelles aux demandeurs d'emploi ainsi que le programme de prêts aux PME. L'urgence de la situation pourrait jouer un rôle d'accélérateur dans les discussions et favoriser les compromis malgré les divergences bipartites. Les échos positifs entendus à la sortie d'une rencontre entre les deux représentants démocrates au Congrès, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le directeur de cabinet de la Maison Blanche Mark Meadows ont envoyé hier soir le signe aux investisseurs qu'un accord rapide est envisageable. La bourse américaine y croit à en juger par son rebond lundi (+0,7% pour l'indice S&P 500 et +1,8% pour l'indice Nasdaq). Cet optimisme semble avoir quelque résonnance positive sur le dollar qui, à la veille du dévoilement des conclusions de la nouvelle réunion monétaire de la Fed, tente de stopper l'hémorragie (7 séances consécutives de recul pour une perte cumulée de près de -3% face à un panier de devises) et se reprend modestement ce mardi matin.
  • La roupie indienne approche ses plus bas niveaux depuis 7 ans face à l'euro (INR) : Les dommages collatéraux provoqués par la pandémie de coronavirus en Inde qui est aujourd'hui le 3ième pays du monde le plus impacté en nombre de cas recensés (~1,5 Mln), mais aussi la réduction de l'appétit au risque des investisseurs face à la montée la semaine dernière de tensions sino-américaines ou encore la vive poussée de l'euro sont autant de facteurs à l'origine de la spectaculaire ascension de la paire EUR/INR qui a atteint hier le seuil de 88,0 INR pour la première fois depuis septembre 2013. Le taux n'est plus très loin de son pic historique atteint fin août 2013 à 92,4 INR. Les indicateurs d'activité montrent que l'Inde est à la traîne par rapport à nombreux de ses voisins asiatiques et pâtit très largement des répercussions économiques causées par la crise sanitaire dont le gouvernement indien ne parvient pas pour le moment à maîtriser. Le pays souffre notamment actuellement d'une large pénurie de main d'œuvre depuis le départ de nombreux travailleurs migrants, ce qui n'est pas sans effet sur la reprise.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.