Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 27, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

L'euro poursuit sur son élan avec l'aide des indices Ifo /  Prudence perceptible face au coronavirus et aux tensions

  • En dépit de l'apparition de quelques craintes d'un possible rebond estival du Covid-19 en Europe - région de la Catalogne (Espagne) vivement touchée - l'euro poursuit sur sa lancée de la semaine dernière où se sont enchainées les annonces d'un accord européen sur le plan de relance et d'un rebond plus important que prévu des indices européens d'activité au mois de juillet. Ce matin, l'EUR/USD a été aperçu temporairement à plus de 1,17 $ - nouveau pic depuis septembre 2018 - ce qui laisse entrevoir des pressions haussières encore importantes. La séance asiatique n'a pourtant laissé entrevoir aucun réel signe d'enthousiasme des investisseurs mais au contraire un sentiment à nouveau marqué par la peur de voir ressurgir un conflit entre la Chine et les Etats-Unis. Si le weekend s'est révélé calme, les récentes frictions autour de la fermeture d'ambassades chinoise et américaine sur fond de suspicion d'espionnage ont semble-t-il laissé des traces. La bourse chinoise a très légèrement rebondi, mais pas de quoi compenser les pertes subies vendredi dernière après un repli de près de -4%. Dans un contexte de prudence générale - également à mettre au crédit aux peurs liées à la pandémie - le yen reste orienté à la hausse, le dollar australien et le yuan restent quant à eux sur la défensive face à l'euro. Tout comme une grande partie des devises émergentes qui sont pénalisées par le retour de peurs dans l'esprit des acteurs de marché. Cette semaine sera placée sous le signe du dollar en raison de l'organisation mardi et mercredi d'une nouvelle réunion monétaire de la réserve fédérale américaine (Fed) , de la publication jeudi des premières estimations de PIB au second trimestre aux Etats-Unis et surtout la poursuite des négociations au Congrès pour faire voter au plus vite un nouveau plan de relance qui pourrait avoisiner les 1000 Mds$ alors même que certains programmes fédéraux d'aide économique arrivent bientôt à leur terme. C'est notamment le cas vendredi 31 juillet du Care Act qui accorde sur période maximale de 6 mois une enveloppe supplémentaire d'aide de 600 $ / semaine aux demandeurs d'emploi. Du côté européen, on ne sera pas en reste au niveau publication économique puisque l'on suivra la publication entre jeudi et vendredi des chiffres de l'emploi, d'inflation et de PIB au T2 (1ière estimation) en Allemagne et en Zone Euro. La publication vendredi des enquêtes d'activité officielles en Chine ou encore l'organisation cette semaine d'un nouveau cycle de négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne seront également des évènements sur lesquels les investisseurs seront très attentifs.
  • Une dynamique de reprise plus marquée en Europe qu'aux Etats-Unis (EUR, USD) : Les premières enquêtes d'activité du secteur privé (indices PMI) en juillet publiées vendredi dernier ont confirmé une tendance que l'on voyait poindre depuis plusieurs semaines, à savoir que la reprise économique s'avère pour le moment plus robuste en Europe qu'aux Etats-Unis. En effet, sous l'impulsion d'un large rebond de l'activité dans le secteur des services, la Zone Euro enregistre sur le mois en cours sa plus forte expansion depuis 2 ans tandis que dans le même aux Etats-Unis l'activité économique est restée stable par rapport au mois dernier. Toujours en proie à une forte activité du virus sur le territoire, les Etats-Unis recommencent à montrer quelques signes de faiblesse. La première hausse en 16 semaines du nombre d'inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage enregistrée la semaine dernière en est notamment un. Cette divergence de dynamique économique entre les deux régions fait les faveurs de l'euro qui poursuit sur sa lancée et atteint ce lundi matin le seuil de 1,17 $ pour la première fois depuis septembre 2018. Le taux EUR/USD est actuellement sur une série de 7 séances consécutives de hausse pour un gain cumulé qui avoisine ce matin les 3%. Depuis la mi-mai, le redressement de la paire de change s'élève à plus de 8%. Le rebond plus important que prévu ce matin de l'indice Ifo de climat des affaires en Allemagne à un pic de 5 mois et la hausse de l'indice sous-jacent de confiance des entreprises dans les perspectives économiques à 6 mois à son plus haut niveau depuis novembre 2018 renforcent encore un peu plus l'idée d'une reprise robuste et en très bonne voie en Europe.
    • Des tensions sino-américaines qui pèsent sur les marchés (CNY, JPY, AUD) : Après la lourde chute de près de -4% des actions chinoises survenue vendredi dernier, on observe ce lundi aucun signe de rebond. Un signe qui tend à confirmer que les investisseurs voient d'un mauvais œil l'accentuation la semaine dernière des tensions entre américains et chinois, lesquelles font craindre un nouveau conflit entre les deux géants économiques aux répercussions globales. En l'absence de nouvelles frictions ce weekend après l'épisode vendredi de l'annonce de la fermeture forcée de l'ambassade américaine à Chengdu, la volatilité reste modeste mais néanmoins c'est toujours la prudence qui guide les prises de décision des investisseurs chinois. Si le yuan rebondit ce matin face au dollar après 3 séances consécutives de repli, la devise chinoise accentue à l'inverse sa chute face à l'euro et tombe ce matin à un nouveau creux depuis août 2014 à plus de 8,20 ¥. Le dollar australien reste, lui-aussi, sur la défensive face à l'euro et apparaît toujours chamboulé par la tournure des évènements. Le taux EUR/AUD oscille sur ses plus hauts niveaux depuis 6 semaines et n'est plus très éloigné du seuil de 1,65 A$ qui fait office de résistance qu'il n'a plus franchi depuis le 15 juin dernier. Même si les pressions haussières sont relativement modestes, le yen enchaîne actuellement une 3ième séance consécutive de hausse face à l'euro et se détourne du seuil de 124 ¥ que le taux EUR/JPY a de nouveau tenté de casser la semaine dernière (tentative déjà observée début juin), mais sans succès. Les inquiétudes toujours vivaces autour de la pandémie et de sa progression constante contribuent à alimenter la demande des marchés dans les valeurs refuges traditionnelles comme l'or, le yen ou encore le franc suisse.
  • L'accord européen a fait du bien aux devises d'Europe de l'Est (CZK, HUF & PLN) : La semaine, la couronne tchèque, le zloty polonais et forint hongrois ont respectivement progressé de +1,5%, +1,6% et +2,1% face à l'euro. L'annonce mardi dernier d'un accord européen finalement trouvé sur un plan de relance de 750 Mds€ composé à moitié de subventions et de prêts a très favorablement été accueillie par les investisseurs qui voient là un double susceptible de favoriser une reprise rapide et robuste de l'activité au sein des pays de l'ancien bloc de l'Est. Tout d'abord, ces pays vont directement percevoir une part de ces aides européennes, notamment la Pologne et la République Tchèque, mais aussi favorablement profiter de la bonne dynamique économique actuellement visible au sein des pays d'Europe de l'Ouest qui sont leurs principaux clients (l'Allemagne très largement en tête). La paire EUR/CZK a cassé le support de 26,5 CZK au-dessus duquel il oscillait depuis début juin et est tombée à son plus bas niveau depuis plus de 4 mois (26,2 CZK). Le taux EUR/PLN a chuté à un creux de 7 semaines mais bute sur un support localisé au niveau de 4,40 PLN. Le taux EUR/HUF a glissé à un creux d'un mois et s'approche tout doucement du seuil de 343 HUF qui fait office de support depuis la mi-mars.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.