Commencer

Actualités du marché des devises

juil. 03, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

De bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis peinent à compenser les inquiétudes autour du coronavirus

  • Le début de séance s'annonce très calme ce matin, et cette état de torpeur pourrait persister toute la journée en l'absence aujourd'hui des investisseurs américains qui sont déjà en weekend ce vendredi à la veille des célébrations du jour de l'indépendance aux Etats-Unis. Malgré de bons chiffres de l'emploi hier aux Etats-Unis, la prudence continue de dominer les prises de décision après un nouveau pic record recensé hier de nouveaux cas d'infection de coronavirus dans le monde (+209k) et aux Etats-Unis (+57k). Le franc suisse et le dollar gardent la préférence des marchés par rapport à l'euro. La livre sterling reste orientée à la hausse à la veille de l'assouplissement des mesures de déconfinement au Royaume-Uni et de la réouverture des bars et restaurants. Toutefois l'absence de progrès significatifs sur le front commercial entre Bruxelles et Londres limite toujours les intérêts pour la devise britannique. Le dollar australien enregistre un petit rebond ce matin en réaction à un pic record des ventes au détail en Australie (+16,9% M/M en mai) mais aussi une accélération de la croissance de l'activité du secteur des services en Chine au mois de juin d'après les résultats de l'enquête mensuelle Caixin publiés ce matin. Les bons chiffres en Chine assurent ce matin une extensions du rebond des devises pétrolières et émergentes. Le rand sud-africain et le peso mexicain accentuent notamment leur rebond de la veille. Parmi les indicateurs macroéconomiques clés de la journée, on suivra la publication ce matin des estimations finales des enquêtes d'activité du mois de juin dans le secteur des services en Zone Euro et au Royaume-Uni.
  • De bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis peinent à calmer les doutes des marchés : Comme le mois précédent, les Etats-Unis ont enregistré une forte hausse des créations d'emploi en juin, et même un peu plus que prévu. Avec 4,8 Mln de postes créés sur cette fin de premier semestre, on est clairement au-dessus des 3,0 Mln anticipés par le consensus. Au total, c'est près de 7,5 Mln d'emplois qui ont été renouvelés et/ou restaurés sur les deux derniers mois, soit un peu plus du tiers (36%) des destructions observées sur le seul mois d'avril (20,7 Mln). Le chômage, lui, recule à 11,1% après avoir touché un pic à 14,7% en avril. Que de bonnes nouvelles ? Oui et non. S'il ne faut pas nier un effet de rattrapage et un progrès lié aux mesures de déconfinement instaurés en mai aux Etats-Unis, on est encore loin d'un retour complet à la normale. Si on jette un coup d'oeil sur le nombre total de personnes actuellement inscrites sur les listes de demande d'allocations chômage, il est encore extrêmement important (19,3 Mln vs. 1,7Mln début mars) et le plus inquiétant est qu'il ne recule pas très vite sur ces dernières semaines. Malgré des signes encourageants, il reste encore beaucoup de chemins à faire pour parler véritablement d'une sortie de crise. D'autant plus que la recrudescence du virus aux Etats-Unis ces derniers jours - nouveau record enregistré jeudi avec 57,2k de nouveaux cas de contamination recensés dans le pays - invite à l'extrême prudence. Plusieurs Etats ont déjà mis sur pause leur plan de déconfinement quand d'autres comme la Californie ont réinstauré des mesures restrictives (fermetures des bars et restaurants) pour limiter la propagation du virus. La reprise amorcée en cette fin de printemps pourrait prendre en peu de plomb dans l'aile. Et c'est particulièrement ce qui inquiète les investisseurs. Après avoir ouvert en hausse, la bourse américaine a fini en ordre dispersé et finalement clôturé dans le rouge par rapport à son niveau en début de journée (-0,4%). Après avoir brièvement enthousiasmé les marchés à leur publication et provoqué un rebond de l'EUR/USD à plus de 1,13 $, les chiffres de l'emploi n'ont finalement pas réussi à eux seuls à étancher les inquiétudes des investisseurs et l'on a vu un net rebond du dollar sur fond de hausse de la demande pour les actifs refuges. Si la paire de change continue à se maintenir au-dessus de 1,12 $, elle confirme son manque du vigueur du moment.
  • Le Sénat américain vote à l'unanimité un projet de loi de sanctions contre les banques chinoises (CNY, AUD, JPY, CHF) : Approuvé mercredi à l'unanimité par les députés de la Chambre des représentants, le texte de loi visant à sanctionner les responsables chinois, mais aussi les institutions financières traitant avec eux, qui ne respectent pas les règles de respect de l'autonomie de Hong Kong vis à vis de la Chine a été approuvé jeudi par les sénateurs américains. Le texte va maintenant atterrir sur le bureau ovale du président américain pour qu'il y appose sa signature ou bien son véto. La promulgation de ce texte de loi visant à mettre la pression sur Pékin pour qu'elle stoppe son emprise sur l'ancienne colonie britannique pourrait accentuer encore davantage les tensions entre les deux plus grandes économies mondiales. La Chine a déjà annoncé cette semaine qu'elle comptait prendre des mesures de rétorsion contre les Etats-Unis en réponse au retrait fin mai du statut économique spécial que Washington accordait jusqu'à présent à Hong Kong. Si depuis plusieurs semaines on assiste à d'importantes frictions entre les deux pays, on en était resté pour le moment qu'à une guerre de mots. Les marchés pourraient vivement réagir si les mots se transformaient en actes. Le yuan et le dollar australien seraient les deux principales devises impactées en cas de nouveau conflit sino-américain alors qu'à l'inverse le yen et le franc suisse en sortiraient gagnants.
  • La BCE reçoit un soutien de poids dans son conflit avec la cour de Karlsruhe (EUR) : Après le ministre allemande des finances Olaf Scholz un peu plus tôt ce semaine, la Banque Centrale Européenne (BCE) a reçu un nouveau soutien important dans le conflit qui l'oppose aux juges de la Cour constitutionnelle allemande qui avaient remis en cause en mai dernier la "légitimité" et la "proportionnalité" du programme de rachats d'actif de plus de 2,5 Trn€ déployé entre mars 2015 et aujourd'hui. Le Parlement allemand a ce jeudi autorisé la banque centrale régionale allemande, la Bundesbank, à poursuivre ses rachats d'actif pour le compte de la BCE Cette décision devrait clore définitivement le contentieux et éteindre de ce fait les craintes autour d'une perte d'indépendance des responsables monétaires européens dans leurs actions. C'est une bonne nouvelle pour l'euro qui voit une menace potentielle disparaître. L'autre bonne nouvelle, c'est le chômage qui a progressé bien moins vite que prévu en Zone Euro au mois de mai, le taux passant de 7,3% à 7,4% contre 7,7% anticipé par le consensus. La résilience du marché de l'emploi en Europe mérite d'être nuancé car elle relève principalement de moyens inédits mis en place par les autorités politiques européennes pour limiter les licenciements.
  • Un rebond des cours pétroliers qui donne du baume au coeur aux devises des exportateurs de brut (RUB, MXN, CAD) : Les cours du pétrole ont enregistré jeudi un rebond de plus de 2% en marge des bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis et clôturé à leur plus haut niveau depuis mars, au-dessus du seuil de 43 $ pour l'indice Brent et du seuil de 40 $ pour l'indice WTI. Ce rebond des cours a favorisé une revalorisation des devises liées au pétrole comme le rouble russe, le peso mexicain ou encore le dollar canadien. Le taux EUR/MXN a enregistré un net repli - le 3ième consécutif - et chuté jeudi à un plus bas depuis une semaine à hauteur de 25,2 MXN. Le taux EUR/CAD revient flirter avec ses plus bas niveaux depuis 3 semaines symbolisés par la barrière support de 1,52 C$. Le taux EUR/RUB que l'on avait vu pointer mardi à un pic de 6 semaines à plus de 80,0 RUB après l'annonce d'une extension des sanctions européennes contre la Russie recule ce matin à hauteur de 79,0 RUB. Le taux EUR/NOK s'est à nouveau cassé sur la barrière de 10,65 NOK et a retracé à la hausse hier après avoir touché ce seuil pour revenir se positionner au niveau de 10,70 NOK.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.