Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 24, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

L'euro revigoré par le parfum de reprise

  • La séance de mardi a été le théâtre d'un regain d'appétit au risque sur les marchés des changes, les bonnes nouvelles sur le front économique prenant le dessus sur la situation sanitaire qui continue de se dégrader vivement dans le monde. Les premiers résultats des enquêtes PMI d'activité du mois du juin se sont révélés bien meilleurs que prévu en Zone Euro et au Royaume-Uni et confirment le fort redémarrage de l'économie après la période de confinement vécue en mars-avril. S'il est encore un peu tôt pour parler de reprise, l'économie ne se dégrade presque plus en juin, c'est déjà une réelle avancée. L'euro a particulièrement été revigoré par ces bons résultats et ainsi prolongé le rebond amorcé dès lundi pour se réinstaller au-dessus de 1,13 $ face au dollar. La dégradation de la situation sanitaire aux Etats-Unis, qui inquiète vivement l'immunologiste en chef de la Maison Blanche (A. Fauci), a probablement également pesé sur la demande en dollar. Au contraire, les valeurs refuges que sont le yen et le franc restent sollicitées au regard des risques qui prédominent. Outre l'aspect sanitaire, on voit ressurgir quelques tensions sur le front commercial. Décontenancés par l'imbroglio de communication de la Maison Blanche sur l'accord de Phase 1 signé entre la Chine et les Etats-Unis en janvier dernier, les investisseurs ont eu la mauvaise surprise d'observer de nouvelles menaces de la part de Washington de réintroduire des droits de douane sur l'aluminium canadien. Le loonie n'a, sans surprise, pas été insensible à ces annonces et s'est déprécié. Le dollar australien a fait le yo-yo toute la journée mais a néanmoins limité les pertes, les acheteurs se révélant rassurés par la confirmation par Donald Trump que l'accord sino-américain était bien toujours valide.
  • La dynamique actuelle sur les marchés des changes relativement similaire à celle de la séance de la veille, c'est à dire un euro toujours orienté à la hausse face à ses principaux pairs. En l'absence d'échos négatifs en marge de la rencontre hier soir entre le président français et le premier ministre hollandais, lesquels étaient réunis hier pour discuter du plan de relance européen, l'euro consolide ses récents gains. Sans plus de détails, le président français a assuré que les négociations avançaient, ce qui laisse toujours envisager un accord possible à l'occasion du Sommet européen extraordinaire qui sera organisé à Bruxelles les 17 et 18 juillet prochain. Pas de nouvelles, donc bonne nouvelle pour la devise européenne qui pourrait encore accroître ses gains et revenir tester ses plus hauts niveaux atteints ce mois-ci autour du seuil de 1,14 $ si les indices de climat des affaire en France (08h45) et en Allemagne (10h00) indiquent une hausse de la confiance des chefs d'entreprise européens et apportent du grain à moudre à la thèse d'une reprise rapide et significative en cours de l'activité en Europe. La situation sanitaire reste à surveiller étroitement, et notamment toujours ce spectre de seconde vague auquel les marchés sont sensibles. On observe toujours de l'appétit au risque sur les marchés des changes - même si encore très modeste - lequel est nourrit ce matin par l'annonce inattendue par Pyongyang d'une suspension d'action militaire contre Séoul alors que l'on assistait depuis plusieurs jours à une montée des tensions entre les deux Corée. La publication dans la journée des nouvelles projections du FMI en matière de croissance sera suivie par les marchés et viendra animer les débats autour de la reprise, laquelle se révèle pour le moment plus rapide que prévu. Deux réunions monétaires seront à suivre ce mercredi, ce matin en Thaïlande (09h05) et cette après-midi en République Tchèque (14h00), et toutes deux devraient selon le consensus se solder par un statu quo sur les taux directeurs. Dans la nuit, les banquiers centraux néo-zélandais ont eux aussi décidé de maintenir les taux directeurs stables à 0,25%. Mais la communication interventionniste de la banque suggérant de nouvelles mesures accommodantes si les conditions le nécessitaient impacte négativement le kiwi dollar ce matin (1,75 NZ$)
  • Le gouvernement britannique a délivré hier son plan de déconfinement, lequel a confirmé la réouverture des bars, restaurants et hôtel au 4 juillet et la réduction à l'occasion de la règle de distanciation physique de 2 mètres à 1 mètre. Le premier ministre espère à travers ses mesures d'assouplissement relancer l'économie laquelle a néanmoins montré des signaux encourageants de reprise et notamment un rebond du secteur manufacturier en juin d'après les premiers résultats publiés hier des dernières enquêtes d'activité PMI au Royaume-Uni. Cela n'a pas eu de réelles résonnances positives sur la livre sterling qui souffre actuellement de la concurrence avec l'euro. Le taux EUR/GBP reste au contact de ses plus hauts niveaux depuis 3 mois à plus de 0,90 £.
  • Malgré un bref sursaut, pour le premier à plus de 121 ¥ et pour le second à plus de 1,07 ₣, les taux EUR/JPY et EUR/CHF ont vu leur ascension freinée par le maintien d'inquiétudes sur le front sanitaire et commercial. L'observation d'importants foyers de contamination dans certaines économies développées, notamment aux Etats-Unis ou encore en Allemagne qui a du reconfiner près de 600 000 personnes mardi, inquiète vivement les investisseurs qui voient là un frein possible à une reprise totale et rapide de l'économie. Le retour d'une rhétorique protectionniste aux Etats-Unis n'a pas de quoi rassurer, surtout dans la période actuelle.
  • Le dollar canadien a chuté mardi à un son plus bas niveau depuis une semaine face à l'euro à plus de 1,53 C$ après la publication d'un rapport par l'agence d'information Bloomberg révélant l'intention des Etats-Unis de réintroduire au 1er juillet une taxe de 10% sur l'aluminium canadien si le Canada ne met en place d'ici cette date des mesures de restriction de ses exportations de ce métal de base. Le taux de change reste orienté à la hausse ce matin mais la proximité avec la barrière de 1,54 C$, qui fait office de seuil de résistance depuis le mois d'avril, pourrait une nouvelle fois avoir raison du rebond de la paire de change. On surveillera néanmoins avec attention ce dossier dans les prochains jours et ses évolutions.
  • Le regain d'appétit au risque et les bonnes nouvelles concernant la reprise font les affaires des devises cycliques comme la couronne suédoise qui enchaîne ce matin une 3ième séance consécutive de hausse face à l'euro pour remonter à hauteur de 10,5 SEK. Le dollar australien connait une semaine agitée, cela ne l'empêche pas de rester au contact de ses plus hauts niveaux depuis deux semaines face à l'euro à hauteur du seuil de 1,63 A$. Un support semble s'être formé à ce niveau à en juger par les tentatives vaines de la paires à s'installer durablement sous ce seuil sur les dernières séances.
  • Au niveau des devises émergentes, le forint hongrois oscille chute à un plus bas depuis plus de 3 semaines face à l'euro et flirte ce matin avec le seuil de 350 HUF après l'annonce la veille d'une baisse de taux inattendue de la part de la banque centrale hongroise. Stable à 0,9% depuis 4 ans, le taux directeur a été réduit de -15pbs à 0,75% afin de stimuler une économie diminuée par la crise sanitaire actuelle.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.