Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 15, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le retour du virus en Chine fait naître des doutes, résilience de l'euro face à l'accélération du déconfinement en Europe

  • L'annonce ce weekend d'un possible nouveau foyer de contamination en Chine, et plus particulièrement à Pékin où 36 nouveaux cas de contamination ont été recensés samedi et entrainé la mise sous quarantaine de 11 quartiers résidentiels, ravive les peurs d'une possible seconde vague de contamination dans le monde. Aux Etats-Unis, l'inquiétude prédomine également face à la hausse préoccupante de nouveaux cas de contamination dans certains Etats comme l'Arizona et la Floride. La nervosité se fait ressentir sur les marchés financiers (repli de -2/3% des indices boursiers européens), et notamment sur celui des changes où, dans la continuité de la fin de semaine dernière, on assiste à une hausse significative de la volatilité. Les investisseurs sollicitent très largement ce matin les devises refuges traditionnelles tels que le yen et le franc au détriment des devises cycliques comme le dollar australien ou des devises émergentes. La publication par ailleurs ce matin d'indicateurs économique mitigés en Chine n'a pas non plus aidé à chasser les idées noires à l'esprit des investisseurs. Le dollar n'est pas insensible à la dégradation du sentiment des investisseurs néanmoins l'EUR/USD résiste tant bien que mal au retour en force depuis trois séances des acheteurs de billets verts alors que l'on assiste ce lundi à une accélération des mesures de déconfinement en Europe avec la réouverture des cafés et restaurants dans toute la France et la réouverture des frontières européennes. Peu enjouée dans cet environnement d'aversion au risque, la livre sterling s'attend à une semaine très agitée avec la publication des chiffres de l'emploi au Royaume-Uni, une réunion monétaire de la Banque d'Angleterre et des discussions officielles programmées ce lundi entre Boris Johnson et plusieurs hauts responsables européens sur la question des négociations commerciales post-Brexit. Parmi les autres évènements majeurs de la semaine, on suivra avec attention en début de semaine la double audition publique du gouverneur central américain Jerome Powell devant le Congrès (16-17 juin) ainsi que les premières négociations entre dirigeants européens sur le plan de relance en marge du Conseil de l'Union Européenne (18-19 juin). Plusieurs réunions monétaires sont également au programme cette semaine, notamment au Japon (mardi), au Brésil (mercredi), en Norvège, Suisse et Russie (jeudi).
  • Après avoir atteint un pic de 3 mois la semaine dernière à plus de 1,14 $, le taux EUR/USD enregistre actuellement une contraction de plus de -1% sur les trois dernières séances et se rapproche à grand pas du seuil de 1,12 $. L'approche très prudente de la Fed la semaine dernière - objectif de maintien de taux proche de zéro jusqu'à fin 2022 - n'aura finalement eu aucune incidence sur le dollar qui au contraire se nourrit de la montée récente des craintes des investisseurs face à la perspective d'une seconde vague de contamination dans le monde. Le statut de valeur refuge qui caractérise le dollar en tant que principale devise de réserve et des échanges commerciaux internationaux tient bon. Le rebond plus important que prévu de l'indice Michigan de confiance des ménages américains au mois de juin, lequel est ressorti vendredi dernier à un pic de 3 mois, a très certainement participé et contribué au petit regain de flamme des marchés pour le billet vert. Ce sentiment est-il passager ou allons-nous voir une nouvelle bascule en arrière de la paire EUR/USD telle que celle observée au mois de mars ? Tout est possible, néanmoins on peut émettre quelques doutes quant au maintien de flux de demande des acteurs de marché pour le dollar en tant que valeur refuge si une seconde vague de contamination se confirme aux Etats-Unis et force les autorités fédérales à verrouiller à nouveau certains Etats. Au contraire cette dynamique pourrait s'inverser au profit de l'euro. En effet, alors que les Etats-Unis revoient surgir le virus sur leur territoire, l'Europe de son côté accélère son déconfinement à l'image de la France où l'ensemble du territoire est désormais en zone dite "verte". Le trafic aérien va pouvoir également reprendre , du moins dans un premier temps au sein de l'espace Schengen, puisque ce lundi les frontières entre les 27 membres de l'UE sont rouvertes. La confiance retrouvée des investisseurs pour les actifs européens et l'euro pourrait encore s'accentuer davantage si d'aventures on observait cette semaine des discussions constructives entre pays européens concernant le plan de relance de 750 Mds€ proposé fin mai par la Commission Européenne. Cependant sur ce volet, rien n'est encore moins sûr tant les divergences entre les pays européens sur la question des modalités de distribution des mesures de soutien sont importantes. Un accord cette semaine apparaît même peu plausible, au mieux celui-ci pourrait être conclu au mois de juillet avant la trêve estivale. Il existe donc une série d'éléments qui brouillent les perspectives du taux EUR/USD qui peut aussi bien repartir à la baisse que rebondir à nouveau. C'est la raison pour laquelle l'indice de volatilité implicite à 1 mois sur le taux de change est ce lundi à son plus haut niveau depuis 2 mois, les prix des options ont vivement augmenté ces derniers jours au regard des incertitudes qui entourent la trajectoire de l'EUR/USD.
  • L'environnement d'aversion au risque actuel couplé aux nombreux enjeux qui entourent cette semaine au Royaume-Uni n'est pas sans effet sur la livre sterling qui tutoie ce lundi ses plus bas niveaux depuis mars face à l'euro. La barrière de 0,90 £ est de nouveau attaquée mais la paire EUR/GBP bute pour le moment sur celle-ci. Les anticipations de nouvelles mesures accommodantes de la part de la Banque d'Angleterre - consensus autour d'une hausse du programme quantitatif de près de 100 Mds£ et spéculations concernant un possible recours à des taux négatifs - pèsent sur la livre, tout comme les inquiétudes à l'égard de l'état de l'économie britannique face à cette crise et au spectre d'un possible scénario de "Brexit dur".  Sur ce dernier point, le premier ministre Boris Johnson tentera sur débloquer la situation et trouver un point de compromis avec Bruxelles pour établir un accord commercial d'ici la fin de l'année. Ce dernier doit s'entretenir par téléphone ce lundi avec la présidente de la Commission Européen, le président du Parlement Européen et le président du Conseil de l'Union Européenne. Des échos positifs entendus en marge de ces échanges entre-ouvrant l'idée que des avancées sont possibles auraient une résonance positive sur la livre, tandis qu'à l'inverse l'absence de progrès viendrait alimenter les pressions baissières sur la devise britannique.
  • Le yen reste orienté à la hausse ce lundi face à l'euro même si la devise européenne affiche une bonne résilience malgré ce contexte d'aversion au risque. Le taux EUR/JPY oscille sous le seuil de 121 ¥. L'accélération du déconfinement en Europe a des répercussions positives sur la paire EUR/CHF qui consolide sa position au-dessus du seuil de 1,07 ₣.
  • En Chine, la reprise s'effectue à deux vitesses. Si l'industrie confirme son redémarrage en trombe (+4,4% A/A de la production industrielle vs. +3,9% en avril, mais consensus +5,0%), la consommation domestique reste dégradée (-2,8% A/A des ventes au détail vs. -7,5% en avril, mais consensus -2,0%). En l'absence d'une demande intérieure forte, l'économie chinoise semble vouée à enregistrer une reprise lente et graduelle, un scénario d'autant plus probable si à cela s'ajoute une nouvelle hausse des inquiétudes autour d'une seconde vague de contamination.  Le yuan chinois est à nouveau sur le reculoir face à l'euro ce matin et le taux EUR/CNH revient taper à la porte du seuil de 8,0 ¥. Le dollar australien décroche vivement ce matin(-0,8%) et oscille à un plus bas depuis 2 semaines face à l'euro à plus de 1,65 A$.
  • La contraction des prix du pétrole se prolonge et les cours accusent actuellement un repli de -9% depuis jeudi dernier. L'indice Brent s'échange ce matin à 38 $ (-3%) tandis que l'indice américain WTI oscille à 35 $. Après une pause vendredi dernier, la paire EUR/NOK reprend son ascension et touche ce matin un pic de 3 semaines à 10,95 NOK. La paire EUR/CAD se rapproche à grand pas du seuil de 1,54 C$ qui fait office de "plafond de verre" depuis avril.
  • Le taux EUR/ZAR bondit de plus de 1% ce matin sur fond de réduction des risques chez les investisseurs et tutoie ses plus hauts niveaux depuis 2 semaines et la barrière de 19,40 ZAR.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.