Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 03, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Les marchés actions portent l'euro, le yen perd pied

  • En l'absence mardi de chiffres économiques majeurs mais aussi de nouveaux rebondissements dans le conflit qui oppose la Chine aux Etats-Unis, les marchés actions ont poursuivi sur leur lancée et atteint hier en Europe et aux Etats-Unis un nouveau pic de 12 semaines. Les espoirs autour d'une reprise plus rapide que prévu de l'économie mondiale continuent à dominer les échanges, ce qui se matérialise sur les marchés des changes par un fort repli de la demande pour les traditionnelles valeurs refuges que sont le dollar, le yen et le franc suisse et à l'inverse u n nouvel attrait pour les devises cycliques (AUD & NZD) et les devises émergentes qui offrent à ce jour les meilleurs rendements. L'euro continue d'être vivement sollicité à quelques jours d'une réunion cruciale de la Banque Centrale Européenne en marge de laquelle les marchés pensent que de nouvelles mesures de soutien à l'économie devraient être annoncées. Aux Etats-Unis, les mouvements de contestation sociale se poursuivent mais les tensions semblent légèrement s'atténuer, la plupart des manifestations organisées lundi s'étant déroulée sans heurts majeurs. Les menaces prononcées par le président américain de recourir à l'armée pour contenir les violences dans le pays ont fait l'objet de vives critiques extérieures et n'a pas eu de véritable écho auprès des gouverneurs des Etats impactés, même ceux républicains. Ce matin, la publication en Chine des résultats de l'enquête PMI dans le secteur des services montrant qu'un pic d'activité de presque 10 ans a été atteint en mai renforce la confiance générale et nourrit l'appétit au risque des acteurs de marché. Contrairement à la veille, la séance de mercredi sera très riche en publications macroéconomiques et l'on suivra ce matin les chiffres du chômage en Allemagne et en Zone Euro ainsi que les estimations finales des enquêtes d'activité PMI dans le secteur des services au Royaume-Uni et en Zone Euro, puis dans l'après-midi l'attention se portera sur les résultats de l'indice d'activité ISM aux Etats-Unis dans le secteur non-manufacturier et sur les conclusions de la réunion monétaire au Canada.
  • En attendant la réunion de la BCE ce jeudi en marge de laquelle près de 500 Mds€ d'injections de liquidités destinées à soutenir l'économie européenne pourraient être annoncées  (consensus), l'euro flambe grâce à l'appui des marchés actions qui ne cessent de grimper depuis plusieurs jours. Après avoir flirté avec le niveau de 1,12 $ hier, le taux EUR/USD franchit ce matin ce seuil symbolique qu'il n'avait plus touché depuis le 16 mars dernier. L'appétit au risque retrouvé, la revalorisation de l'euro s'avère encore plus importante face au yen japonais et au franc suisse, deux devises au profil de "valeur refuge". Les taux EUR/CHF et EUR/JPY ont ainsi vivement rebondi mardi (+0,5% et +1,3%) pour atteindre tous les deux un pic de 4 mois à respectivement 1,0760 ₣ et 121,6 ¥. Le franchissement des seuils de 1,07 ₣ et 121 ¥ est d'autant plus symbolique que ces niveaux faisaient office de "plafond de verre" depuis de longs mois pour ces deux paires de change. Cela traduit bien un regain d'intérêt pour l'euro et une dynamique de revalorisation en cours qui pourrait encore s'intensifier avec la BCE jeudi.
  • Le taux EUR/GBP a tenté de sortir par le bas du couloir de prix de 0,89-0,90 £ dans lequel il est enfermé depuis plus de deux semaines (point bas recensé mardi à 0,8864 £), mais en vain.  Les pressions sont actuellement plutôt orientées à la baisse qu'à la hausse sur la paire de change alors que l'on observe de nombreuses rumeurs autour d'un possible compromis envisageable entre britanniques et européens concernant la question de la pêche, dossier sur lequel les négociations commerciales butent depuis plusieurs semaines. Le cycle de discussions bilatérales qui a débuté mardi entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne est le dernier programmé avant l'échéance du 30 juin, date à laquelle Londres doit spécifier à Bruxelles si elle souhaite ou non prolonger la période de transition au-delà de 2020. Si le renforcement actuel de l'euro contient pour le moment les velléités de rebond de la livre sterling, cela pourrait n'être que partie remise si des progrès tangibles et évidents dans les négociations commerciales s'observent cette semaine. En effet, il est clair qu'un rapprochement des positions entre britanniques et européens cette semaine serait très favorablement accueilli par les acheteurs de livre sterling qui verraient alors leurs craintes de voir un scénario de "Hard Brexit" , ou un retour de barrières douanières entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne, se dissiper.
  • S'il y a bien une devise qui a le vent en poupe, c'est le dollar australien. La devise australienne profite pleinement du parfum de reprise qui embaume actuellement les marchéspour accélérer sa revalorisation, l'Aussie dollar ayant déjà enregistré près de 3% de gains face à l'euro depuis lundi. L'Australie, en tant qu'économie exportatrice de matières premières, principalement des métaux de base et des produits agricoles (céréales, bétails), voit d'un très bon œil une possible reprise rapide de l'économie mondiale qui viendrait tirer par le haut ses revenus. Ce serait de très bon augure alors que l'on observe ce matin que le pays a subi au 1er trimestre sa plus forte contraction depuis 9 ans (-0,3% T/T). Le cours EUR/AUD freine légèrement sa glissade après la publication ce matin de chiffres de PIB décevants en Australie mais oscille désormais sous le seuil de 1,62 A$, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le 20 février dernier. Le dollar néo-zélandais n'est pas en reste et enregistre lui un gain cumulé de plus de 2% face à l'euro depuis le début de semaine. La paire EUR/NZD oscille également à un creux de plus de 3 mois sous le seuil de 1,75 NZ$.
  • Après un important rebond lundi face à l'euro, le dollar canadien s'est heurté mardi à la barrière de 1,51 C$ et n'a ainsi pas pu poursuivre son ascension. La devise fait l'objet ce matin de légères pressions baissières que l'on peut associer à des mouvements de réajustement de position en amont de la décision monétaire cette après-midi de la Banque du Canada (16h00). Après avoir réduit ses taux directeurs de 150pbs cette année, la banque centrale pourrait maintenir son taux actuel inchangé à 0,25% jusqu'en fin d'année 2021, c'est du moins l'avis partagé par une très large majorité d'économistes (23/24) sondés fin mai par l'agence Reuters. La banque centrale pourrait néanmoins considérer une hausse de son programme d'assouplissement quantitatif lancé en mars dernier. Il n'est pas certain que l'annonce de nouvelles mesures de soutien soient défavorables au loonie canadien, les marchés pourraient y voir là au contraire un levier favorable à une reprise plus rapide de l'activité dans le pays. Oscillant actuellement dans la partie inférieure du couloir de 1,50-1,55 C$ dans lequel il est coincé depuis 2 mois, le cours EUR/CAD pourrait connaître de prochains jours agités. Le rebond continue des cours du pétrole sur fond de reprise de l'économie favorise une revalorisation de la devise canadienne, aussi si la BoC ne déçoit pas les marchés, nous pourrions voir le seuil de 1,50 C$ testé.
  • Dans un environnement global où les taux directeurs dans la majorité des économies développées ont été ramenés à un niveau proche de 0%, les devises émergentes et leurs hauts niveaux de rendement apparaissent très attractives. Bénéficiant d'un contexte de marché moins tendu et d'un large regain d'appétit au risque parmi les investisseurs, les devises émergentes s'apprécient significativement cette semaine. Après une légère correction la semaine dernière, le rand sud-africain est de retour à hauteur de ses plus hauts niveaux depuis 2 mois face à l'euro à moins de 19,2 ZAR. Le zloty polonais poursuit son ascension et enregistre actuellement sa 4ième séance consécutive de hausse face à l'euro pour atteindre ce matin un nouveau pic de 11 semaines à moins de 4,38 PLN. La couronne tchèque bondit ce matin à un plus haut depuis 2 semaines à 26,55 CZK. Le real brésilien revient tutoyer ses plus hauts niveaux depuis 6 semaines face à l'euro et revient à hauteur du niveau support de 5,80 BRL. Le yuan chinois ne profite pas de l'enthousiasme général et tutoie ce matin ses plus bas de l'année face à l'euro à proximité du seuil de 8,0 ¥ alors que la relation entre la Chine et les Etats-Unis reste toujours tendue.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.