Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 29, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le dollar américain craintif avant la FED et le PIB aux Etats-Unis,   le dollar australien poursuit sa folle ascension

  • La baisse globale de la volatilité sur les marchés financiers provoquée depuis plusieurs jours par le ralentissement de la pandémie au sein des économies majeures et l'observation d'une reprise graduelle de l'activité dans ces régions apaise les investisseurs et nourrit un large mouvement de revalorisation des devises les plus impactées par cette crise, à savoir les cycliques (AUD, NZD) et les émergentes. N'ayant pas eu l'occasion de se mettre en valeur depuis le début de semaine, l'euro a une nouvelle fois connu une séance difficile mardi après l'annonce surprise de la dégradation de la note de crédit de l'Italie par une agence de notation. La couronne suédoise a été la belle surprise de la journée d'hier et connu un beau rebond en réaction à la décision de la banque centrale de maintenir son taux directeur inchangé à 0%. Ce mercredi matin, on assiste à un recul du dollar en amont de la publication cette après-midi (14h30) des premiers chiffres de croissance de 2020 aux Etats-Unis et du dévoilement ce soir (20h00) des conclusions de la nouvelle réunion monétaire de la réserve fédérale américaine.
  • Alors que l'on n'attendait pas d'actualisation du profil de crédit de l'Italie par l'agence de notation Fitch avant juillet, qu'elle ne fut pas la surprise des marchés à l'annonce par cette dernière d'une dégradation de la note de la dette souveraine de la 3ième économie européenne au dernier rang avant la catégorie considérée comme "spéculative" (junk). L'impact significatif de la crise sanitaire sur l'économie italienne mais surtout sur ses finances - l'agence de notation mise sur une contraction de la croissance de -8% cette année et une hausse de la dette publique à 156% du PIB - est la raison de cette décision. Si cette annonce n'a pas eu, à la grande surprise générale,  de répercussions significatives sur les taux obligataires italiens (taux 10 ans à 1,75%, bien loin du pic de 2,4% touché cette année), celle-ci a eu un impact négatif sur la demande en euro. La devise européenne a ainsi cédé du terrain face à l'ensemble de ses pairs de pays développés mais aussi un certain nombre de devises de pays émergents. Profitant des tergiversations du dollar avant les chiffres de PIB et la FED, le taux EUR/USD a initié une tentative de rebond à 1,09 $avant de retracer rapidement en fin de journée en direction de la barrière de 1,08 $ après l'annonce de la nouvelle concernant l'Italie. Même dynamique pour le taux EUR/CHF que l'on a vu mardi pour la première fois en 4 semaines à plus de 1,06 ₣ mais qui a finalement reculé en fin de journée pour clôturer à hauteur de 1,0550 ₣. Le taux EUR/JPY a de nouveau cassé le support de 116 ¥ et flirté avec ses plus bas niveaux de l'année (et depuis 3 ans). Ce mercredi l'euro sera attentif aux premiers chiffres d'inflation du mois d'avril en Allemagne (14h00) et un peu plus tôt dans la journée aux indicateurs de sentiment économique en Zone Euro (11h00). Cela constituera une simple mise-en-bouche avant la tant attendue journée de jeudi avec la réunion de la BCE et la publication en Europe des premiers chiffres de croissance au 1er trimestre.
  • Le Royaume-Uni ne semble pas pour le moment pressé de procéder à un plan de déconfinement de sa population et de son économie, le gouvernement britannique jugeant qu'il est à ce stade trop tôt pour assouplir les règles sachant que le pays recense encore un nombre quotidien de décès du Covid-19 relativement important (586 lundi). Lors d'une conférence de presse hier, le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, a laissé entendre que les restrictions actuelles devraient être prolongées au moins jusqu'à mi-mai, du moins aussi longtemps jusqu'à que le pays dispose des outils adéquates (masques, tests, application mobile) pour combattre la propagation du virus. À cette nouvelle s'ajoute hier l'annonce par la compagnie aérienne British Airways qui pourrait mettre sur le carreau 12 000 personnes - soit près d'un quart de ses employés - à cause de la crise que traverse le secteur. Des nouvelles donc aussi peu réjouissantes outre-Manche qui viennent compenser celles observées Europe et nourrir l'inertie du taux EUR/GBPqui reste stable au niveau de la barrière de 0,87 £.
  • Rien de semble arrêter l'ascension dollar australien qui enregistre un rebond de 2% face à l'euro depuis le début de la semaine et oscille actuellement à un pic de 2 mois à hauteur de 1,66 A$. Outre le sentiment de détente qui émane actuellement des marchés financiers, la devise reste orientée à la hausse ce matin après la publication en Australie d'un rebond de l'inflation à un pic de 5 ans et demi de 2,2% au 1er trimestre 2020 contre 1,8% en fin d'année dernière.
  • La couronne suédoise a enregistré hier son plus fort rebond depuis un mois (+1,27%) et sa seconde plus forte hausse en séance de l'année face à l'euro après la décision de la banque centrale suédoise de maintenir son taux directeur inchangé à 0%. Si la banque ne ferme pas totalement la porte à reconsidérer la possibilité de recourir à nouveau à des taux négatifs si le contexte l'exige, elle semble néanmoins privilégier Au sein des marchés émergents, nous avons assisté à un large rebond mardi des devises sud-américaines et notamment du peso mexicain (+1,7% à 26,2 MXN) et du réal brésilien (+2,8% à 5,95 BRL) qui ont tout bonnement profité du regain temporaire d'appétit au risque des acteurs de marché.l'option de rachats massifs d'actifs pour stimuler l'économie. Le taux EUR/SEK s'est rétracté à un plus bas depuis 7 semaines à hauteur de 10,7 SEK. La couronne suédoise n'a pas été la seule devise nordique à bien se comporter hier puisque son pendant norvégien a enregistré mardi une seconde séance consécutive de rebond de plus de 1% face à l'euro et s'est repositionné sous le seuil de 11,3 NOK. Les nombreux tumultes encore observés cette semaine au niveau des prix du pétrole ne semblent pas avoir d'emprise sur la couronne norvégienne qui efface les pertes subies la semaine dernière.

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.