Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 28, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le pétrole tire la tête, le franc suisse montre quelques failles

EURO

De manière globale, le début de semaine est teinté d'un sursaut d'espoir chez les investisseurs face au déploiement progressif de mesures de déconfinement en Europe, notamment en Italie et en Espagne. Bien que le risque d'une seconde vague de contamination ne soit pas à négliger, on veut croire en une transition vers une nouvelle phase de cette crise, celle du redémarrage de l'économie et d'une tentative de retour à la normale. Si le dollar australien (+1% lundi / pic de 2 mois à 1,6750 face à l'euro) et de nombreuses devises émergentes profitent pleinement de cette accalmie, ce n'est pas le cas de l'euro qui reste timide et en proie à un attentisme des acteurs de marché en amont de la réunion de la BCE de jeudi mais aussi de la publication le même jour des premières estimations de PIB au T1 au sein de nombreuses économies européennes. La nouvelle correction importante des prix du pétrole aux Etats-Unis (-25% lundi) invite à la prudence et freine à cette occasion tout excès d'optimisme. Le yen et le dollar restent à cette occasion des valeurs sures auxquelles les investisseurs ont du mal à se défaire.

Dans l'actualité ce mardi, on sera principalement attentif à la publication par la Commission européenne d'un allègement des règles prudentielles pour les banques afin d'augmenter leurs capacités de crédit, mais aussi à l'annonce par le gouvernement français cette après-midi (15h00) de sa stratégie de déconfinement à partir du 11 mai prochain. Sur le plan macroéconomique, les principaux indicateurs observés aujourd'hui sont les indicateurs de confiance des ménages en France (08h45) et aux Etats-Unis (16h00) et le taux de chômage au T1 en Espagne (09h00).

USD

Malgré son rebond au-dessus de 1,08 $ vendredi dernier, le taux EUR/USD reste sous la menace d'une nouvelle correction. Le soulagement provoqué par le choix de l'agence de notation Standard & Poor's de ne pas dégrader la note de crédit de l'Italie a légèrement soutenu la devise européenne lundi mais les effets se sont très vite estompés. Le souvenir de l'échec jeudi dernier des dirigeants européens à s'entendre sur un plan de relance est encore très présent dans l'esprit des investisseurs, aussi ils attendent avec impatience la Banque Centrale Européenneet une éventuelle annonce d'une hausse du programme d'urgence de rachat d'actifs initialement fixé à 750 Mds€ sur l'année. La réunion de la réserve fédérale américaine qui se tiendra mercredi soir sera un moment marquant cette semaine même si à priori elle ne devrait pas faire l'objet d'annonces majeures sachant que la banque centrale a déjà réduit ses taux à un niveau quasi-nul et s'est engagé à ne se fixer aucune limite en matière d'injection de liquidités.

JPY

Le taux EUR/JPY a tenté lundi de glisser sous le seuil de 116 ¥ mais en vain. L'annonce lundi par la Banque du Japon d'une suppression du plafond de rachat annuel de dettes publiques et d'un rehaussement du plafond de rachat de dettes privées a été plutôt bien accueilli par les détenteurs de yen. Les turbulences encore importantes hier sur les marchés du pétrole ont également œuvré à la bonne conduite de la devise japonaise qui se maintient à hauteur de ses plus hauts niveaux depuis 3 ans face à l'euro.  On n'observe pas de changements majeurs ce mardi matin ce qui nous laisse à penser que l'on pourrait rester dans cette configuration au moins jusqu'à jeudi en attendant la réunion de la BCE et les chiffres de croissance en Zone Euro.  

CHF

Malgré un environnement global contrasté, le taux EUR/CHF semble surfer sur l'optimisme autour du déconfinement progressif des principales économies européennes et rebondit sur ce début de semaine sur ses plus hauts niveaux du mois tout proche du seuil de 1,06 ₣.

GBP

La livre sterling a accueilli le retour de Boris Johnson de convalescence avec un beau rebond de presque +0,5% face à l'euro et un retour au niveau de la barrière de £0,87. Celle-ci continue néanmoins de faire barrage à toute tentative de repli de la paire EUR/GBP observée tout au long du mois d'avril. Il n'y a toujours pas de tendance claire qui se dégage sur la paire de change. La stabilité apparente du taux de change résulte aussi bien des déconvenues de l'euro que du maintien de nombreuses incertitudes au Royaume-Uni. Très attendu sur sa stratégie de déconfinement après le 7 mai, le premier ministre britannique ne semble pas pour le moment disposé à assouplir les règles alors que l'on a dépassé dans le pays la barre symbolique des 20 000 décès du Covid-19. L'autre nuage noir qui surplombe la région c'est le Brexit et l'impasse pour le moment des négociations entre britanniques et européens qui butent actuellement sur le partage et l'accès aux zones de pêche.

AUD

Le dollar australien n'en finit plus de grimper et profite très clairement du sentiment de soulagement global qui accompagne les débats autour du déconfinement de l'économie en Europe et aux Etats-Unis. La devise a bondi de 1% face à l'euro lundi ce qui porte ses gains à un total cumulé de plus de 11% depuis presque 6 semaines. Le taux EUR/AUD a retracé près de 80% du rebond enregistré sur la période février-mars qui l'avait vu atteindre un pic depuis 2009 à hauteur de 1,90 A$. Une extension plus importante du rallye de la devise australienne pourrait s'avérer désormais être plus difficile tant que la menace que représente le virus n'aura pas totalement disparu.

MXN

On n'observe aucun répit au niveau de la contraction des cours du pétrole qui cèdent à nouveau beaucoup de terrain. L'indice WTI américain perd près de -15% et se rétracte à 10 $ tandis que son homologue européen le Brent chute ce matin de -5% et tombe sous le seuil de 20 $. Si les devises pétrolières sont peu affectées, cela pèse néanmoins sur l'appétit au risque des investisseurs. Le dollar et le yen font bonne figure tandis qu'à l'inverse les devises cycliques et émergentes sont sur la défensive. Le peso mexicain est particulièrement touché et glisse en direction du seuil de 27,0 MXN face à l'euro, non loin de ses plus bas historiques atteints en début de mois (27,8 MXN).


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.