Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 23, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

L'euro sur la défensive en amont d'une réunion capitale  sur un plan de relance européen face au coronavirus

  • L'euro s'est rétracté hier face à un grand nombre de ses pairs à la veille d'une réunion entre dirigeants européens sur la question d'un plan de relance destiné à soutenir les pays les plus touchés par la crise sanitaire actuelle. Alors que les membres de l'Eurogroupe se sont mis d'accord il y a un peu plus d'une semaine sur un plan de soutien de 540 Mds€, les médias financiers évoquent aujourd'hui un plan de 2,2 Trn€ soutenu par la Commission Européenne dont une partie proviendrait du nouveau budget européen qui débutera l'année prochaine. Le repli de l'euro relève de craintes parmi les investisseurs sur la capacité des membres de l'Union Européenne à s'entendre sur une solution commune, et plus particulièrement sur les outils financiers de distribution de l'aide financière. Les dernières semaines ont remis en lumière d'importantes divergences entre les nations du Nord de l'Europe et celles du Sud autour de la question d'une émission d'une dette européenne commune (projet de corona bonds) à laquelle des pays comme les Pays-Bas et l'Allemagne ne sont pas favorables, mais aussi la question de prêts auprès du fonds du Mécanisme Européen de Stabilité que des pays comme la France et l'Italie souhaiteraient sans garantie. Si le bon sens voudrait qu'un terrain d'entente soit trouvé au regard des enjeux et des risques qui entourent l'Europe si une réponse n'est pas rapidement apportée, il n'y a néanmoins aucune assurance qu'un accord final soit trouvé ce jeudi. Dans un tel cas, il est fort probable que l'on assiste à une déprime de l'euro et un nouveau mouvement de repli de ce dernier. La visioconférence entre les dirigeants européens débutera à 15h00 mais les discussions pourraient se prolonger tard dans la nuit si des mésententes subsistent. La bonne nouvelle tout de même tombée la veille est l'annonce par la Banque Centrale Européenne (BCE) qu'elle acceptait désormais de suspendre son critère de qualité sur la dette qu'elle achète et qu'elle pourrait donc désormais accepter des obligations considérées "spéculatives" par les agences de notation comme garantie de prêts bancaires. La réponse des marchés à cette annonce a été très modeste.
  • L'EUR/USD est clairement sur la défensive mais se maintient pour le moment au-dessus du seuil de 1,08 $ en amont de la réunion du Conseil européen prévue cette après-midi. Le taux EUR/CHF garde la barrière de 1,05 ₣ dans le viseur mais ne parvient pour le moment pas à casser ce plancher. Le taux EUR/JPY vogue à proximité de ses plus bas niveaux de l'année sous le seuil de 117 ¥ malgré la stabilisation des prix du pétrole et le rebond la veille des marchés actions. Il semble y avoir un consensus de se tenir pour le moment à l'écart de l'euro en attendant de voir comment évolue la situation en Europe. Car l'autre moment clé de la journée de jeudi sera la publication ce matin des premiers résultats des enquêtes PMI d'activité du secteur privé en Europe (Zone Euro & Royaume-Uni) au mois d'avril. On n'attend pas de miracle mais la confirmation d'une économie à l'arrêt sur cette période à cause des mesures de confinement imposées dans l'ensemble des pays européens pour lutter contre la propagation du Covid-19.
  • Côté américain, jeudi rime avec publication des nouvelles statistiques d'inscriptions au chômage (14h30). Depuis un mois c'est devenu le rendez-vous habituel de la semaine à l'aune duquel on mesure les dommages causés par la crise sanitaire sur le marché de l'emploi américain. En l'espace de quatre semaines, 22 millions d'américains ont déjà perdu leur travail et ce chiffre pourrait encore augmenter puisque le consensus table sur une hausse cette semaine de 4,2 Mln de nouveaux demandeurs d'emploi. Si ce chiffre tend à diminuer au fil des semaines, il reste néanmoins très significatif et pourrait constituer un véritable fardeau pour l'économie américaine cette année. Pour le moment, le dollar est peu affecté par la dégradation de la situation économique aux Etats-Unis et pourrait paradoxalement tirer profit cette après-midi d'une hausse importante du nombre de personnes sans emploi aux Etats-Unis si cela vient nourrir un sentiment général d'aversion au risque parmi les investisseurs.
  • Après un début de semaine chaotique, les prix du pétrole se sont stabilisés mercredi, l'indice américain WTI engrangeant un rebond de +38% pour revenir à hauteur de 14 $. Mal engagé en début de journée, l'indice européen Brent a réussi à inverser la vapeur et à effacer des pertes de plus de -15% pour finir la séance sur un rebond de plus de 5% au-dessus du seuil de 20 $. Le rebond se prolonge ce jeudi matin avec un rebond de plus de 10% des deux principaux indices pétroliers. Les devises liées au pétrole prolongent le rebond correctif amorcé la veille. Après un bond à un pic de 3 semaines à presque 1,5450 C$, le taux EUR/CAD est de retour ce matin à 1,53 C$ tandis que le taux EUR/RUB retombe ce matin sous le seuil de 82,0 RUB après avoir été aperçu mercredi oscillant à plus de 84,0 RUB.
  • La livre sterling a profité de l'atténuation des inquiétudes autour du pétrole et de la fragilité hier de l'euro pour effacer une partie des pertes subies mardi (-1,1%). Le cours EUR/GBP a retracé hier sous le seuil de 0,88 £ et prend ce matin la direction de la barrière de 0,87 £ en amont de la publication des premières enquêtes PMI du mois d'avril au Royaume-Uni (10h30) et d'une enquête CBI mesurant la tendance sur les commandes industrielles au mois d'avril (12h00).
  • Après son beau rebond de la veille de presque +1% provoqué par la publication de ventes au détail record en Australie au mois de mars, le dollar australien poursuit sa revalorisation face à l'euro et s'échange ce matin à moins de 1,71 A$. Le cours EUR/AUD pâtit à la fois de la vulnérabilité ce matin de l'euro et d'un rebond prolongé du dollar australien sur fond de regain d'appétit au risque nourri par le redressement des prix du pétrole. Sans nouveaux catalyseurs, les pressions baissières sur le cours de change pourraient s'atténuer à mesure qu'il se rapprochera de la barrière de 1,70 A$ qui fait office de seuil plancher depuis 7 semaines.
  • Au sein des marchés émergents, le réal brésilien a chuté hier à un nouveau plus bas historique face à l'euro à plus de BRL 5,90 sur fond de spéculations autour d'une possible baisse de taux imminente de la part de la banque centrale brésilienne. Après avoir touché mardi un creux de plus de 2 semaines face à l'euro à presque 1345 KRW, le won coréen se renforce ce jeudi et remonte à 1330 KRW après la publication ce matin d'une contraction un peu moins prononcée que prévu de la croissance en Corée du Sud au 1er trimestre (-1,4% T/T vs. consensus -1,5%).

Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.