Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 21, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Après le pétrole, les inquiétudes se concentrent sur la Corée du Nord :  l'aversion au risque continue de dominer

USD

Ce sont des conditions hors du commun auxquelles nous faisons face et les marchés nous le rappelle tous les jours. Hier c'est le pétrole américain (WTI) qui a connu une chute vertigineuse de -300% et terminé la séance pour la première fois de son histoire en territoire négatif à -37,6$. Comment cela est-ce possible ? C'est tout bonnement le fruit de pressions et spéculations baissières sur les marchés futurs de la part d'acheteurs de pétrole qui à l'approche de l'échéance du 21 avril (contrat de livraison de mai) ont massivement liquidé leurs positions, n'hésitant pas à vendre à perte, pour ne pas recevoir physiquement les barils de pétrole inscrits au contrat. Aux Etats-Unis les capacités de stockage sont proches d'un niveau de saturation aussi les investisseurs ont préféré hier payer pour se débarrasser de leur contrat arrivant à maturité plutôt que de se retrouver face à un casse-tête physique et très coûteux, à savoir où ranger le pétrole que l'on vient de se procurer. L'indice pétrolier européen - le Brent - n'a pas connu la même journée noire que son homologue américain mais il a tout de même été entraîné dans sa chute et cédé -9% à moins de 26$.
Malgré les aspects de prime abord techniques, la chute du pétrole à un prix négatif traduit un environnement de crise et l'important ralentissement de l'économie mondiale qui à cause des mesures de confinement destinées à lutter contre le Covid-19 ne consomme plus de pétrole car ne produit plus, ou disons-le beaucoup moins qu'en temps normal. Les traditionnelles valeurs refuges que sont le dollar, le yen et le franc suisse se sont bien tenues hier face à l'euro, les deux dernières se maintenant tout proche de leur plus haut niveau de l'année à respectivement ¥116,9 et ₣1,0510. Après une tentative de rebond avortée à $1,09, le taux EUR/USD s'est légèrement replié et se maintient dans la seconde moitié du couloir de $1,08-$1,10 qui encadre ses mouvements depuis plus de deux semaines. Sans surprise, les devises pétrolières telles que le dollar canadien (-0,9% à C$1,5360), la couronne norvégienne (-1,1% à NOK 11,36), le rouble russe (-1,9% à RUB 81,9) ou encore le peso mexicain (-1,5% à 26,1) ont très largement souffert de la chute des cours du brut.

JPY

Malgré le rebond des prix ce matin des contrats futurs sur le pétrole américain en territoire positif (1$), les marchés restent hésitants alors que plusieurs médias américains évoquent ce matin la dégradation de l'état de santé du président nord-coréen Kim Jong-un après une intervention chirurgicale. Au regard des incertitudes qui entourent son éventuelle succession et ses implications dans les relations houleuses que peut entretenir la Corée du Nord avec la communauté internationale, les acteurs de marché jouent la carte de la prudence. Le dollar reste orienté à la hausse et s'échange ce matin à moins de $1,0850 face à l'euro tandis que le yen progresse et s'approche du seuil de ¥116 (pic depuis septembre 2019). Les devises pétrolières observent un léger rebond correctif pour tenter d'essuyer les pertes de la veille mais restent néanmoins très fragiles.

AUD

Les Minutes de la réunion monétaire de la Réserve Bancaire Australienne (RBA) du 7 avril dernier confirme que la banque centrale n'est pas disposée pour l'heure à recourir à des taux négatifs et entend se positionner en tant qu'observatrice pour étudier les effets de ses mesures accommodantes (réduction de taux & injections de liquidités) sur l'économie. Parallèlement à cela, la banque prévient que l'économie australienne pourrait subir une contraction de -10% au 1er semestre 2020 et le chômage pourrait bondir jusqu'à 10% d'ici le mois de juin. De premiers signaux de rebond sont espérés vers septembre dans un scénario où les mesures de restriction sociale seraient progressivement levées au second semestre. Le dollar australien a peu réagi à ces annonces et semble actuellement davantage sensible à la détérioration du sentiment des acteurs de marché face à la chute des prix du pétrole, le choc économique provoqué par la pandémie et l'incertitude entourant la Corée du Nord. Le taux EUR/AUD enchaîne ce matin une seconde séance consécutive de hausse et tente de rallier le seuil de 1,72 A$.

GBP

La livre sterling reste assez stable face à l'euro et est coincé depuis plus d'une semaine dans un couloir très étroit de prix de £0,87-£0,88 (+/-1,1%). On surveillera un éventuel signe de réveil de la devise britannique ce mardi à l'occasion de la publication des nouvelles statistiques de l'emploi au Royaume-Uni (10h30).

EURO

On surveillera les mouvements de l'euro ce mardi qui souffre très clairement depuis plusieurs semaines de la concurrence avec le dollar, devise qui a la préférence des investisseurs dans le contexte de crise actuel. La publication en fin de matinée de l'indice ZEW de sentiment des investisseurs allemands (11h00), qui selon le consensus devrait montrer un léger reflux de pessimisme de ces derniers, pourrait offrir un peu d'air à la devise européenne et pourquoi pas lui donner assez d'élan pour franchir la barrière de $1,09 contre laquelle le taux EUR/USD bute depuis vendredi dernier.

PLN

Au niveau des devises émergentes, on observe ce matin un rebond global face à l'euro à l'exception notable des devises d'Europe de l'Est telles que le zloty polonais, le forint hongrois ou encore la couronne tchèque qui, dans la continuité de la séance de la veille, restent sur la défensive.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.