Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 16, 2020 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Le dollar continue de dominer les débats  dans un contexte d'aversion au risque accentuée

  • Après la publication mardi par le Fonds Monétaire International d'une projection de récession inédite de -3% de l'économie mondiale cette année, l'accueil hier de données historiquement basses des ventes au détail et de l'activité industrielle aux Etats-Unis a constitué un véritable choc pour les marchés. Si l'on savait que l'économie était à l'arrêt durant cette période de confinement, les statistiques économiques publiés chaque jour rendent les choses plus concrètes et réelles. Par ailleurs, le rebond du nombre de cas confirmés de Covid-19 en Europe et le nouveau pic historique de décès enregistré hier aux Etats-Unis (presque 2500) laissent les marchés perplexes à l'heure où la question du déconfinement est sérieusement débattue. La crainte d'une seconde vague se fait clairement ressentir et fait craindre une activité économique possiblement ralentie tout au long de l'année. L'aversion au risque domine les échanges et l'on assiste à un retour de flammes des investisseurs pour les valeurs dites refuges, et en particulier le dollar américain .

USD

  • Les ventes au détail aux Etats-Unis se sont contractées de -8,7% au mois de mars, soit un chiffre légèrement inférieure aux attentes du consensus (-8%) et surtout une contre-performance historique (depuis 1992 exactement et le début de la série statistique). La production industrielle a souffert en mars de sa plus forte contraction (-5,4% M/M) depuis 1946. Cela n'a nullement entamé l'affection des marchés pour le dollar, bien au contraire la lecture de ces chiffres en a renforcé la demande. Dans le contexte de crise actuel, toute mauvaise nouvelle, y compris en provenance des Etats-Unis, est une bonne nouvelle pour la devise américaine qui jouit pour le moment d'un statut de valeur refuge très liquide que les investisseurs recherchent massivement lorsque les conditions de marché se dégradent comme ce fut le cas hier. Après avoir échoué en début de semaine à franchir le seuil de $1,10, le taux EUR/USD a rebasculé sous le seuil de $1,09 et oscille sur ses plus bas niveaux depuis une semaine. On suivra avec attention cette après-midi les inscriptions hebdomadaires à pôle emploi aux Etats-Unis (14h30) sachant que de nouveaux chiffres décevants (consensus : +5,1 Mln nouveaux chômeurs en une semaine) pourraient faire les affaires du dollar.

JPY

  • Le yen japonais et le franc suisse ne sont pas en reste et ont tous les deux gagnés du terrain face à l'euro mercredi. Si la devise japonaise reste pour l'heure à distance de ses plus hauts de l'année situés autour du seuil de ¥116, la devise helvète a touché hier un nouveau pic depuis juillet 2015 face à l'euro à presque ₣1,0520. L'observation du taux EUR/CHF ces dernières semaines démontrent un affaissement des pressions baissières dès lors qu'il s'approche trop près de la barrière de ₣1,05 ce qui témoigne une probable défense de ce seuil par la Banque Nationale Suisse.
  • Les devises pétrolières ont une nouvelle fois subi de plein fouet la nouvelle dégringolade des cours du pétrole (-6,5% pour le Brent à $28 / -1% pour le WTI américain qui a touché mercredi un creux de 18 ans à moins de $20) provoqué par la publication de prévisions d'une baisse historique de la demande mondiale en pétrole cette année par l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Le rouble a une nouvelle fois été la devise la plus impactée et cédé presque -2% face à l'euro (RUB 81,6), la couronne norvégienne a cédé plus de -1% et tutoyé le seuil de NOK 11,5.

CAD

  • Le dollar canadien a cédé presque -1% face à l'euro mercredi et approché un creux de 2 semaines à C$ 1,54 sous l'effet à la fois de la chute des cours du pétrole mais aussi de l'annonce par la Banque du Canada d'un renforcement de son programme d'assouplissement quantitatif. Outre la confirmation de son engagement à racheter pour au moins 5 MdsC$ de dettes publiques chaque semaine, la banque centrale a annoncé mercredi un nouveau plan de rachat de dettes provinciales d'une capacité maximale de 50 MdsC$ ainsi qu'un programme de rachats de dettes privées (entreprises) d'une capacité de 10 MdsC$. Les taux d'intérêt sont restés quant à eux inchangés à 0,25% après avoir été réduit de 150 pbs au cours du mois de mars. Ce matin, la devise canadienne retrace légèrement et efface une partie de ses pertes de la veille grâce à l'appui d'un rebond des cours du pétrole.

GBP

  • La livre sterling marque un peu le pas et semble se chercher une direction après un rebond de 7% face à l'euro. Le seuil de £0,87 semble constituer un support temporaire sur lequel la paire EUR/GBP s'accroche pour éviter une nouvelle glissade. Il semble y avoir un peu d'attentisme autour de la paire de change sachant que la situation sanitaire et économique au Royaume-Uni est tout aussi morose qu'en Zone Euro et qu'il n'y a pas pour l'heure de catalyseurs majeurs justifiant un rachat massif de livre par rapport à l'euro, ou inversement. On attend du côté britannique l'annonce ce jeudi des nouvelles mesures d'extension du confinement alors que la période initiale de 3 semaines touche à sa fin. Concernant la question du Brexit, britanniques et européens se sont mis d'accord sur trois dates de rendez-vous d'ici la fin du premier semestre - 20 avril, 11 mai et 1er juin - pour tenter de définir les premiers contours d'un accord commercial sachant qu'au-delà du 30 juin Londres ne sera plus en mesure de réclamer à l'Union Européenne une extension de la période de transition se clôturant à la fin d'année.
  • Sur les marchés émergents, le rand sud-africain vient d'enchainer trois séances consécutives de repli face à l'euro pour une perte cumulée avoisinant les -4%. La devise sud-africaine est très fortement pénalisée par le sentiment d'aversion au risque qui domine sur les marchés des changes et est très préjudiciable aux devises émergentes, notamment celles de pays dont la situation économique et financière est hautement dégradée comme l'Afrique du Sud. Dans ses nouvelles projections, le FMI prédit une récession historique pour le continent africain et une contraction de 5,8% cette année en Afrique du Sud.
  • Sur une pente glissante face à l'euro depuis deux semaines, le yuan tient tête à la devise européenne et se maintient au niveau du seuil de ¥7,70 à la veille de la publication en Chine des chiffres de PIB au 1er trimestre qui pourrait indiquer une contraction de -10% T/T de l'économie sur le début d'année (consensus).


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.