Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 18, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 18 novembre 2019 – Sommaire :

  • Prolongement de l’optimisme général sur le volet commercial entre la Chine et les Etats-Unis ce lundi en l’absence de données économiques majeures ce lundi. L’euro rebondit ce matin face à l’ensemble de ses pairs, d’économies développées et émergentes.
  • L’EUR/USD poursuit doucement son ascension et oscille à plus de $1,1050 ce matin. Les minutes de la Fed et de la BCE, ainsi que les premiers indices PMI en Zone Euro et aux Etats-Unis seront à suivre cette semaine.
  • La paire EUR/GBP chute et approche à grand pas de ses plus bas de l’année et de la barrière de £0,85. De nombreux sondages publiés ce weekend au Royaume-Uni évoquent une avance accrue des conservateurs sur les travaillistes et renforcent la thèse du possible gain d’une majorité absolue au Parlement pour Boris Johnson.
  • La paire EUR/JPY accélère son rebond et consolide sa position au-dessus de la barrière de ¥120. Le cours EUR/CHF est lui stable et plafonne au niveau de ₣1,0950.
  • Le cours EUR/AUD conforte sa position au-dessus de A$1,62 et surveille de nouveaux catalyseurs à la veille de la publication du compte rendu de la dernière réunion monétaire de la banque centrale australienne (Minutes de la RBA mardi).
  • Sur les marchés émergents : le cours EUR/CNH teste un pic de 2 semaines à ¥7,76, le cours EUR/HUF reste à proximité de ses pics historiques à HUF 335,0 et l’EUR/ZAR enregistre un modeste rebond correctif à ZAR 16,30 après un recul de -1,2% sur les 3 dernières séances.

L’agenda de la semaine  : Minutes de la BCE, FED & RBA / Premiers indicateurs PMI de novembre en Zone Euro et aux Etats-Unis / Inflation & Ventes au détail au Canada / Elections locales sous haute tension à Hong Kong / Les négociations commerciales sino-américaines et la campagne électorale britannique se poursuivent

USD

EUR & USD – Retour sur les débats monétaires de la fin octobre – Minutes de la Fed (mercredi) et de la BCE (jeudi)  : les comptes-rendus détaillés des débats observés lors des dernières réunions monétaires de la réserve fédérale américaine (29-30 octobre) et de la banque centrale européenne (23-24 octobre) seront publiés cette semaine ; mercredi pour la Fed et jeudi pour la BCE ; et donneront aux marchés quelques indices précieux sur l’orientation monétaire que les deux banques centrales souhaitent poursuivre. L’attention se portera davantage du côté de la Fed qui a procédé le mois dernier à sa troisième réduction monétaire cette année et semble désormais prendre le chemin d’une pause lors des prochains mois. C’est du moins le message général qui est ressorti de la réunion d’octobre et qui a été réitéré à demi-mot par le gouverneur central Jerome Powell lors de sa double audition la semaine dernière devant le Congrès américain. Les investisseurs adhèrent pour le moment à ce scénario comme le montre les positions actuelles sur les marchés à terme qui situent la prochaine hausse de taux à septembre 2020 (probabilité de 53% d’après l’indice FedWatch Tool). Les Minutes de la BCE ne devraient pas nous apprendre plus de choses que l’on ne le sait déjà sachant que la dernière réunion monétaire était la dernière sous la présidence de Mario Draghi et qu’à cette occasion aucun nouveau sujet majeur n’a probablement été mis sur la table. On surveillera néanmoins l’équilibre des forces au sein du directoire de la banque sachant que l’on observe depuis septembre dernier des fortes divergences entre les membres et la montée d’un mouvement d’opposition, de manière publique, contre le recours par la banque à partir de novembre d’un nouveau programme de rachat d’actifs à hauteur de €20Mds/mois pendant une période indéfinie de temps.

Orientation & Volatilité  : Le dollar et ses hauts rendements offrent toujours davantage de garantie que l’euro d’un point de vue investisseur et devrait à priori conserver cet avantage comparatif pendant une période prolongée de temps si une pause monétaire se dessine aux Etats-Unis. Du côté européen, le débat sur les capacités d’action de la BCE reste ouvert sachant que tout récemment le gouverneur de la Banque de France, Villeroy de Galhau, a fait allusion la semaine dernière au fait que les taux d’intérêt européens étaient proches d’un « plancher ». L’impression que les taux européens sont déjà à un plus bas et ne peuvent donc que remonter à terme pourrait aider l’euro à , à défaut de le redresser significativement, au moins limiter ses pertes. Ces deux documents ne devraient à priori pas dévoiler d’informations majeures que l’on ne sait déjà mais pourrait néanmoins agiter l’EUR/USD et provoquer quelques mouvements de volatilité au sein du couloir de fluctuation de $1,09-$1,12 (+/-2,8%) dans lequel la paire de change oscille depuis 3 mois.

EUR

EUR (bis) – Stabilisation de l’économie ou décélération qui s’intensifie en Zone Euro ? -  Premières estimations des indices PMI de novembre en Zone Euro (vendredi) : Si le contexte économique européen apparaît toujours très dégradé, l’atténuation en octobre des principales facteurs de risque sur la croissance, à savoir le Brexit et les tensions commerciales sino-américaines, ont laisser entrevoir un début de stabilisation de l’économie et raviver l’espoir d’un possible rebond dans les prochains mois. Les résultats des premières enquêtes d’activité du mois de novembre seront l’occasion de voir si cet optimisme est légitime ou si l’économie européenne reste sous pression et ralentit à nouveau. Si c’est le cas, le risque de récession en Zone Euro, temporairement chassé au cours des dernières semaines à la lecture de résultats au 3ième trimestre un peu meilleurs que prévu, pourrait revenir au galop avec dans sillage de possibles nouvelles spéculations de baisse de taux de la part de la banque centrale européenne. Si l’économie allemande a évité de justesse une récession technique au 3ième trimestre que beaucoup d’observateurs de marché lui prédisaient, elle reste en convalescence et toujours surveillée avec très grande attention. À cet égard les indicateurs avancés PMI publiés vendredi matin en Allemagne, tout comme les chiffres révisés de croissance au T3 publiés un peu plus tôt, seront très regardés par les marchés. La Zone Euro ne sera pas la seule à publier ses premiers résultats économiques en novembre puisque l’Australie (jeudi à minuit), le Japon et les Etats-Unis publieront eux-aussi ce vendredi les résultats de ces indices économiques avancés. 

Orientation & Volatilité  : Très endommagé par l’ensemble des craintes qui entourent depuis des mois l’économie européenne, l’euro pourrait retomber dans ses travers (retour vers $1,09) et subir de nouvelles lourdes pertes si d’aventure on observait vendredi de nouveaux signes de détérioration des perspectives économiques en Zone Euro. À l’inverse, la dissipation de nuages noirs à l’horizon et quelques indices de timide redressement de la région offriraient du baume au cœur aux investisseurs dont la défiance pour la devise européenne n’est plus à présenter, et donneraient un petit coup de fouet (modeste) à l’euro en direction du seuil de $1,12, lequel n’a plus été atteint depuis le 13 août dernier.

CAD

CAD – Tests importants pour l’économie canadienne avant la publication des chiffres de croissance – Inflation (mercredi) & Ventes au détail (vendredi) au Canada :   Lors de la dernière réunion monétaire de la Banque du Canada qui s’est déroulée le 30 octobre dernier, le gouverneur centrale Stephen Poloz a mis en garde contre une détérioration des perspectives économiques au Canada à cause des tensions internationales indiquant à cet égard que « l’économie serait testée » dans les prochains mois et que la banque ajusterait sa politique monétaire en fonction. C’est dans ce contexte que l’on suivra avec attention la publication cette semaine des statistiques d’inflation et de ventes au détail au Canada, lesquelles si elles déçoivent pourraient venir déclencher quelques spéculations de possible première baisse de taux au Canada l’année prochaine. Cela constituera un premier marqueur important de l’état de santé actuel de l’économie canadienne avant la publication à la fin du mois (29 novembre) des chiffres de croissance au 3ième trimestre.

Orientation & Volatilité  : Le dollar canadien reste toujours hautement valorisé face à l’euro et profite pleinement de l’attractivité que lui offre de meilleurs rendements obligataires et une dynamique de croissance supérieure au Canada par rapport aux autres pays développés, notamment européens. Le cours reste néanmoins assez stable et oscille de manière latérale dans un couloir étroit de C$ 1,44-1,47 (+/- 2,1%) depuis la fin du mois d’août. Le renforcement depuis le début du mois d’octobre des cours du pétrole (+10% pour le WTI américain de $52 à $58 en 6 semaines) ne semble pas avoir d’emprise sur le dollar canadien, du moins pas de manière aussi claire qu’auparavant. Un certain attentisme semble se dégager actuellement de la devise canadienne au regard du maintien de fortes incertitudes autour du volet commercial et l’absence depuis plusieurs jours d’avancées tangibles dans le dossier sino-américain et la signature d’un premier (« Phase 1 ») accord commercial. L’aspect commercial et les spéculations monétaires sont deux facteurs qui pourraient venir réveiller la paire EUR/CAD de la torpeur dans laquelle elle réside, et soit le faire reprendre la direction de son support de C$ 1,44 ou soit tenter de réaliser une percée au-dessus de la barrière de C$ 1,47.

AUD

AUD – Porte ouverte à de nouvelles baisses de taux en Australie ? – Minutes de la RBA (mardi) :   Comme ses homologues américaines et européennes, la banque centrale australienne publiera également cette semaine le compte rendu de sa dernière réunion monétaire organisée le 5 du novembre dernier. Lors de celle-ci la RBA avait décidé de laisser ses taux d’intérêt inchangés afin de continuer d’évaluer les effets sur l’économie des trois réductions monétaires opérées depuis juin. Du côté des marchés, on reste néanmoins attentif aux éventuels indices laissant entrevoir une nouvelle baisse de taux à court terme sachant que les récents résultats du marché de l’emploi en Australie se sont révélés décevants (contraction des créations d’emploi et hausse du chômage) et que l’inflation au 3ième trimestre – dynamique annuelle de 1,7% - reste inférieur à l’objectif de 2% fixé par la banque centrale australienne.

Orientation & Volatilité  : Après avoir amorcé un rebond en direction de ses plus hauts niveaux depuis 6 mois et la barrière de A$ 1,59 sous l’effet d’une dissipation globale des risques internationaux, le dollar australien a vu son ascension stoppée nette par le retour la semaine dernière d’inquiétudes autour de l’économie mondiale, et plus particulièrement autour de l’économie chinoise, et la publication de chiffres de l’emploi décevants en Australie. Le cours EUR/AUD a ainsi bondi à un pic de 2 semaines à plus de A$1,62 et semble désormais en position d’attente à la recherche de nouveaux catalyseurs haussiers susceptibles de l’emmener en direction de la barrière de A$1,64 ou le seuil plafond observé sur la paire de change depuis la fin du mois d’août. Un retour de spéculations autour d’une nouvelle réduction monétaire à venir en Australie pourrait l’y aider. À l’inverse, sans signaux de velléité de la banque centrale australienne à assouplir davantage les conditions de crédit et éventuels progrès concrets dans les négociations commerciales sino-américaines pourraient venir faire dégonfler les pressions baissières s’exerçant sur la devise australienne et lui permettre d’effacer une partie des pertes engrangées la semaine dernière.


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.