Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 14, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 14 novembre 2019 – Sommaire :

  • Si l’euro accueille positivement ce matin le rebond de l’économie allemande, les mauvais résultats observés au Japon (PIB inférieur aux attentes) et en Chine (recul de la production industrielle et des ventes au détail) soutiennent la demande en valeurs refuges. Aux inquiétudes sur le volet commercial s’ajoutent ce matin celles autour de la croissance mondiale.
  • L’Allemagne évite une récession au T3 que beaucoup lui avait prédestiné. L’EUR/USD peine néanmoins à décoller et s’écarter du seuil de $1,10.
  • Les deux valeurs refuges, le franc et le yen, restent orientées à la hausse, toutes deux à un pic d’un mois face à l’euro respectivement sous les seuils de ₣1,09 et ¥120.
  • L’EUR/GBP amorce un timide rebond ce matin en direction de £0,86 en amont de la publication ce matin au Royaume-Uni des statistiques de ventes au détail (10h30).
  • Le dollar australien chute lourdement (-0,6% à A$ 1,62) après la publication ce matin d’une contraction des créations d’emploi et d’une hausse du chômage (5,3% vs. 5,2%) en Australie.
  • L’économie hongroise accélère contre toute attente au T3, résultat le forint hongrois rebondit ce matin et s’écarte de ses plus bas historiques face à l’euro (HUF 333,5).
  • La livre turque fait le yo-yo et chute lourdement ce matin après avoir bondi de +1% la veille. Les marchés doutent d’une réduction des divergences entre Ankara et Washington.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  À force d’en parler et de le lire dans les journaux, on avait fini par le croire que l’Allemagne allait connaître une récession technique au 3ième trimestre. Cela semblait évident, or qu’elle n’est pas notre surprise de voir ce matin la première économie européenne enregistre un rebond de +0,1% T/T sur la période de juillet à septembre et non une contraction de -0,1% comme le consensus l’anticipait. Cela donne-t-il des ailes pour autant à l’euro ? Pas vraiment, du moins pas pour le moment mais cela pourrait venir un peu plus tard dans la journée si les chiffres de croissance en Zone Euro au 3ième trimestre (11h00) sont confirmés (cons. +0,2% T/T & 1,1% A/A), voire révisés légèrement à la hausse, et offrent l’image d’un contexte économique européen finalement moins pire que l’on ne le pensait. À défaut de tirer l’euro vers le haut, ce résultat de l’économie allemande donne un argument de moins aux vendeurs tendant d’attirer la paire EUR/USD sous $1,10. Il faut dire que les divergences monétaires jouent toujours en défaveur de l’euro face au dollar or celles-ci pourraient être prolongées un certain temps si comme cela se confirme la réserve fédérale américaine procède une pause sur ses taux après avoir entrepris trois réductions monétaires cette année. Sur les marchés à terme américains, on évalue actuellement à seulement 35% la probabilité d’une baisse de taux d’ici le mois de juin 2020, c’est dire si ce scénario est bien intégré par les marchés et limite du coup le potentiel haussier de l’EUR/USD. S’il est toujours difficile de jauger l’impact direct des négociations commerciales sino-américains sur le dollar, il est néanmoins fort possible que celui-ci pâtisse du manque d’avancements concrets dans les négociations commerciales, d’autant plus si cela s’accompagne d’un retour de craintes de tensions entre les deux protagonistes et qu’en parallèle l’euro offre quelques (« maigres ») motifs de satisfaction. Le second discours en deux jours du gouverneur central Jerome Powell au Congrès (16h00) ne devrait à priori pas provoquer énormément de remous sur les marchés si l’on considère que ce dernier devrait très probablement garder la ligne de communication observée la veille et défendre l’idée d’une pause monétaire.

 Niveaux/Sentiment : Relativement endormi, l’EUR/USD pourrait connaître un réveil et tenter d’endiguer les pressions baissières qui s’abattent sur lui depuis près de 2 semaines. Bien accrochée au seuil de $1,10, la paire de change peine néanmoins à décoller et reste plonger dans une sorte de torpeur qui témoigne d’une certaine indécision de la part des acteurs de marché à reprendre des positions à l’achat en euro. Le rebond, bien que très modeste, de l’économie allemande reste tout de même une bonne nouvelle dans le marasme actuel sur laquelle la devise européenne pourrait légèrement capitaliser, à condition bien sûr que de mauvaises nouvelles en Europe ne viennent pas éroder la confiance extrêmement fragile des investisseurs européens. Ces derniers seront très attentifs à la révision en fin de matinée des chiffres de croissance du 3ième trimestre en Zone Euro ainsi qu’aux développements sur le volet commercial. Aux Etats-Unis, alors que les attentes se portent sur les chiffres de ventes au détail publiés vendredi, les marchés jetteront néanmoins un œil cette après-midi aux indices PPI (14h30) et à la nouvelle audition de J. Powell au Sénat (16h00). En cas de rebond, le prochain palier clé pour l’EUR/USD se situe au niveau de $1,1070 (ancien seuil support en octobre) mais au regard du manque de traction de la paire de change on continuera de surveiller un éventuel décrochage sous la barrière de $1,10 et nouvelle glissade en direction des plus bas niveaux de l’année situés à $1,0880.

 Perf 2019 =-4,01% / Moyenne 2019 = $1,1208 / Point haut 13 novembre 2019 = $1,0993 / Point bas 13 novembre 2019 = $1,1020 / Clôture 13 novembre 2019 = $1,1006


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.