Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

août 23, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 23 août 2019 – Sommaire :

  • Les marchés retiennent leur souffle avant le discours de J. Powell cette après-midi à Jackson Hole (16h00). Le dollar continue de briller tandis que la livre sterling efface une partie des gains enregistrés la veille et semble confirmer la thèse d’un « rebond sans lendemain ».
  • L’EUR/USD reste orienté à la baisse sous $1,11 et surveille attentivement le discours cette après-midi du gouverneur central américain. Le dollar conserve l’intérêt des investisseurs alors que trois responsables monétaires américains ont affiché jeudi leur opposition à une nouvelle baisse de taux.
  • Après sa chute de plus de 1% la veille à un creux de plus de 3 semaines, le cours EUR/GBP se redresse modestement ce matin et remonte au-dessus de £0,9050. La fermeté de la France sur le Brexit semble doucher les espoirs de possibles compromis entre britanniques et européens sur le Brexit.
  • Le franc cède un peu de terrain face à l’euro et l’EUR/CHF fait son retour au-dessus de la barrière de ₣1,09 alors que le président italien entend prolonger les consultations la semaine prochaine pour tenter d’éviter de nouvelles élections anticipées en Italie cet automne.
  • Pas de gros mouvements à dénoter ce matin si ce n’est le rebond correctif de plusieurs devises émergentes après leur repli de la veille. Le rand engrange +0,4% et oscille à un pic de 2 semaines face à l’euro à près de ZAR 16,80.
  • Le zloty polonais reste toujours sous pression et reste à proximité de ses plus bas de l’année à PLN 4,36 face à l’euro.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs : 

USD

EUR/USD  :  L’EUR/USD reste moribond à proximité de ses plus bas niveaux depuis mai 2017 alors que les divergences économiques, et surtout monétaires, entre les Etats-Unis et la Zone Euro confortent le choix des investisseurs à privilégier le dollar à l’euro. Alors qu’en Zone Euro de nouvelles mesures de soutien, potentiellement de grande ampleur, de la part de la Banque Centrale Européenne (BCE) ne fait plus aucun doute après la publication jeudi de Minutes démontrant bien un certain état d’urgence ressenti par les responsables monétaires européens à agir pour : 1) éviter le pire et inverser la dynamique de ralentissement qui semble guider l’économie européenne sur la voie de la récession, et 2) restaurer sa crédibilité auprès des acteurs de marché qui affichent de plus en plus leurs doutes sur la capacité de la banque centrale à atteindre ses objectifs en matière d’inflation (2%). À l’inverse, de l’autre côté de l’Atlantique on se montre au sein de la banque centrale américaine plus prudent et peu enclin à se lancer dans un cycle de baisse effrénée des taux d’intérêt. Aussi bien le compte rendu de la réunion de la Fed en juillet publié mercredi soir que les interventions la veille de plusieurs responsables d’antennes régionales de la banque centrale tendent à démontrer que la baisse de taux de juillet pourrait très probablement ne pas s’accompagner d’une nouvelle baisse en septembre… contrairement à ce que pensent et anticipent très largement les marchés. Les divergences d’approche entre la BCE et la Fed se reflètent sur la valorisation de l’EUR/USD qui reste orientée à la baisse. Un homme pourrait néanmoins changer la donne, ou bien au contraire renforcer cette tendance : il s’agit du gouverneur central américain Jerome Powell dont le discours en milieu d’après-midi à Jackson Hole (16h00) est très attendu par les marchés et constitue l’évènement majeur de cette dernière séance de la semaine. À travers son intervention, les investisseurs espèrent y déceler des signes venant donner du crédit à une possible nouvelle baisse de taux en septembre (effet baissier sur le dollar) ou bien tuant complètement dans l’œuf cette perspective (effet haussier sur le dollar). À noter par ailleurs que même si cela ne se reflète pas sur les marchés obligataires, l’incertitude politique qui entoure l’Italie n’est pas non plus un facteur très rassurant et ne favorise pas non plus de nouvelles prises d’achat en euro d’où une certaine incapacité de la devise européenne depuis maintenant plus d’une semaine à se redresser et revenir au-dessus de la barrière de $1,11.

Niveaux/Sentiment : Cela fait maintenant plus d’une semaine que la paire de change est bloquée sous le seuil de $1,11 et semble dans l’incapacité de franchir cette barrière. L’absence de catalyseurs haussiers sur l’euro et la multiplication d’indices traduisant un possible élargissement à venir des divergences monétaires entre la BCE et la FED entravent actuellement toute tentative de rebond de la paire de change. Actuellement localisée à un niveau très bas, la paire de change limite les pertes et semble profiter de la frilosité pour le moment des investisseurs à envoyer celle-ci sous la barrière de $1,10 qui apparaît comme un cap symbolique important pour les investisseurs. La paire de change devrait se tenir tranquille une grande partie de la journée et voguer dans le couloir de $1,10-$1,11, du moins jusqu’à l’intervention de J. Powell à Jackson Hole qui pourrait venir créer de nouvelles sueurs froides à la paire de change ou au contraire lui offrir un peu d’air avant un weekend chargé qui sera rythmé par les discussions commerciales et géopolitiques entre les dirigeants des principales économies mondiales lors du Sommet du G7 qui s’ouvre ce vendredi à Biarritz (France).

Perf 2019 = -2,21% / Moyenne 2019 = $1,1278 / Point haut 22 août 2019 = $1,1112 / Point bas 22 août 2019 = $1,1062 / Clôture 22 août 2019 = $1,1078


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.