Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juil. 05, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 5 juillet 2019 – Sommaire :

  • Volatilité toujours très réduite ce matin, tout le monde semble attendre les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis (14h30) ! L’euro est légèrement sur la défensive après la publication d’une inattendue et significative contraction de la production industrielle en Allemagne au mois de mai (-2,2% M/M vs cons. -0,1%).
  • L’EUR/USD vogue sans direction dans un couloir étroit de $1,1270-$1,1300 en l’absence de catalyseurs majeurs.
  • Léger repli de la paire EUR/GBP qui revient progressivement à hauteur de £0,8950.
  • Paires EUR/JPY et EUR/CHF très stables ce matin à respectivement ¥121,7 et ₣1,1110.
  • Le cours EUR/CAD reste à proximité de ses plus bas niveaux depuis 20 mois tout près du seuil de C$1,47 en amont de la publication des chiffres de l’emploi au Canada (14h30).
  • Le réal brésilien prolonge son rebond de la veille et oscille sur ses plus hauts niveaux depuis 4 mois face à l’euro à moins de BRL 4,30 alors que la réforme des retraites va passer devant le Parlement.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de jeudi : Des marchés des changes atones en l’absence des investisseurs américains

C’est une séance bien morose à laquelle nous avons assisté jeudi à cause d’un manque de liquidité relative à la fermeture des marchés américains hier pour cause de célébration de la fête de l’Indépendance et très certainement un peu d’attentisme également de la part des acteurs de marché présent à la veille de la publication des nouveaux chiffres de l’emploi américain qui pourraient s’avérer déterminants dans le choix de la réserve fédérale américaine d’abaisser ou non ses taux d’intérêt à la fin du mois.

L’euro a eu la mauvaise surprise d’accueillir une contraction des ventes au détail au mois de mai (-0,3% M/M vs. Cons. +0,3%), la seconde consécutive, mais s’est néanmoins rassuré de voir l’estimation du mois d’avril révisée significativement à la hausse (-0,1% M/M vs. -0,4% en 1ière estimation). Au final, cela n’a pas eu de réelles conséquences sur l’EUR/USD qui est resté coincé au pied du seuil de $1,13 et vogué dans un couloir de fluctuation extrêmement étroit de +/- 0,2% de large ($1,1271-$1,1295) en l’absence d’acteurs de marché américain ce jeudi en ce jour de fête nationale aux Etats-Unis.

Le cours EUR/GBP reste toujours orienté à la hausse et profite des incertitudes cumulées ces dernières semaines et jours relatives aux craintes d’un scénario de « hard Brexit » ou divorce brutal en cas de nomination de Boris Johnson comme premier ministre, aux mauvaises performances de l’économie britannique en cette fin de second trimestre (contraction en juin de l’activité au sein des secteurs manufacturiers, de la construction et des services) et à l’émergence cette semaine de premières spéculations autour d’une possible baisse de taux de la part de la Banque d’Angleterre avant la fin d’année. Solidement arrimé au-dessus du seuil de £0,89 depuis maintenant plus de deux semaines, la paire de change semble néanmoins manquer de ressources pour accélérer à l’approche du seuil de £0,90, une barrière qui n’a plus été franchie depuis la mi-janvier.

Profitant à la fois de chiffres d’inflation légèrement meilleurs qu’attendu en Suisse hier – inflation stable à 0,6% A/A alors que le consensus misait sur un recul à 0,5% en juin – mais également d’un contexte géopolitique toujours très tendu au Moyen Orient, le franc s’est légèrement raffermi face à l’euro et l’EUR/CHF reste toujours à proximité du seuil de ₣1,11.

Sous couvert de ventes au détail moins robustes que prévu en Australie au mois de mai – rebond de 0,1% M/M vs cons. +0,2% - et d’un troisième recul consécutif de la bourse chinoise (perte cumulée de -1,3%), le dollar australien a subi une petite correction jeudi (-0,2%) et stoppé son ascension après avoir enregistré un rebond de plus de 2,2% face à l’euro sur les 8 dernières séances. Le cours EUR/AUD a tenté de s’éloigner de la barrière de A$1,60 approchée mercredi mais a toutefois été incapable de rejoindre le seuil de A$1,61.

Au lendemain de sa chute à un creux de plus de 2 mois sous le seuil de SEK 10,50 réalisée en marge de la réunion monétaire de la Riksbank et des propos relativement optimistes tenus par les banquiers centraux suédois à l’égard des perspectives économiques en Suède, le cours EUR/SEK a enregistré un modeste rebond correctif de +0,2% à SEK 10,52. Au regard de la volatilité de la paire de change, il apparaît que la barrière de SEK 10,50 est un marqueur auquel les cambistes sont sensibles.

Après 7 séances consécutives de repli et une perte cumulée de plus de -3%, le cours EUR/ZAR a stoppé l’hémorragie et s’est stabilisé hier à plus de ZAR 15,8. À noter qu’un peu plus tôt en séance, la paire de change avait été aperçu à un plus bas depuis 2 mois ½ à moins de ZAR 15,75.

En début de semaine le cours EUR/RUB testait le seuil de RUB 71,0 et approchait tout près de ses plus bas niveaux de l’année or depuis trois séances celui-ci est en phase corrective et remonte progressivement en direction de RUB 72,0. Depuis mardi la paire de change accumule +0,75% de gains.

Le real brésilien a bondi de +0,6% face à l’euro et atteint un pic de 4 mois à moins de BRL 4,27 après que le projet de loi de réforme des retraites au Brésil ait été approuvé par un comité spécial du Congrès, passage obligé avant que celui-ci puisse être soumis au vote des députés brésiliens. Un vote du texte à la chambre basse du Parlement devrait être organisé d’ici le 18 juillet prochain avant la traditionnelle période de congé d’été des parlementaires.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  La (très) faible volatilité de l’EUR/USD depuis trois séances tend à confirmer au combien les investisseurs sont tiraillés face aux spéculations de baisse de taux qui s’exercent actuellement aux Etats-Unis et en Zone Euro et traduit à la fois un certain attentisme de la part des investisseurs. Dans ce contexte, les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis du 1er vendredi du mois, véritable baromètre pour les marchés de l’état de santé de l’économie américaine, revêtent une importance encore bien plus grande que d’habitude. Les acteurs de marché y voient là un facteur probablement capital dans la future prise de décision des banquiers centraux américains de réduire ou non les taux directeurs, et si oui de manière significative ou non. Pour le moment pas de changements, sur les marchés à terme on considère toujours une baisse de taux fin juillet aux Etats-Unis comme un évènement « quasi-certain » (probabilité estimée à 100%), et le scénario d’une possible réduction agressive de -50pbs est évalué à 30% de probabilité. Après la déception causée le mois dernier et la création de moins de 100k d’emplois en mai (75k pour être exact), les marchés attendent de voir si cela dénote d’une tendance généralisée d’un essoufflement de plus en plus marqué de l’économie américaine ou si ce chiffre décevant relève de facteurs exceptionnels et/ou saisonniers. Très sensible à l’orientation de l’inflation dans le pays, les banquiers centraux américains auront également un œil très attentif sur les salaires et leur progression qui est généralement considérée comme un catalyseur majeur des prix à la consommation.

Niveaux/Sentiment : Au regard du peu de mouvements observés depuis mardi sur la paire EUR/USD il est clair que les chiffres de l’emploi américain auront le pouvoir de déclencher d’importants mouvements, possiblement plus importants que d’habitude, si les estimations finales s’avèrent très différentes du consensus (165k). Comme lors des précédentes séances, en cas de mouvement haussier le cours EUR/USD tentera de briser la résistance qui se situe actuellement à $1,13 et alors devra faire face à un nouvel obstacle situé à $1,1350. Si un rebond du dollar s’observe, la paire pourra compter sur les supports de $1,1260 (moyenne mobile 100 jours)/$1,1270 pour tenter de limiter les pertes. Une fois ces niveaux franchis, une glissade en direction du $1,12 serait alors fortement probable.

Perf 2019 = -1,69% / Moyenne 2019 = $1,1294 / Point haut 4 juillet 2019 = $1,1295 / Point bas 4 juillet 2019 = $1,1271 / Clôture 4 juillet 2019 = $1,1284


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.