Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 25, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 25 juin 2019 – Sommaire :

  • Mouvements correctifs et volatilité limitée alors que les marchés évoluent toujours en ordre dispersée en amont du Sommet du G20 et alors que les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont montées d’un cran après l’annonce de nouvelles sanctions américaines lundi.
  • L’EUR/USD bute sur la barrière de $1,14 mais ne voit pas sa dynamique haussière troublée par la chute non attendue de l’indice du moral des entreprises françaises. L’intervention du gouverneur central J. Powell (19h00) pourrait créer quelques secousses.
  • Légère correction de la paire EUR/GBP en direction du seuil de £0,89 alors que le doute entoure toujours la participation ce soir de Boris Johnson à un débat télévisé face à son rival Jeremy Hunt en marge du vote final qui doit désigner fin juillet le futur premier ministre du pays.
  • Repli de l’EUR/JPY sous ¥122 et rebond de l’EUR/CHF à hauteur de ₣1,11 ce matin, les deux paires de change évoluant ces derniers jours en opposition au gré de l’évolution du sentiment de marché face aux risques commerciaux et géopolitiques.
  • La couronne suédoise poursuit son ascension et fluctue à un pic de 2 mois face à l’euro à SEK 10,56.
  • Léger repli du forint hongrois face à l’euro à presque HUF 324 en amont de la décision monétaire de la banque centrale hongroise programmée en début d’après-midi (14h00).

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : Un marché ordre dispersée avant le G20 et après les sanctions US contre l’Iran / Le dollar toujours handicapé par les anticipations de baisse de taux / Boris Johnson réitère son souhait de quitter l’UE en octobre avec ou sans accord / La couronne suédoise touche un pic de 2 mois

Nous avons assisté lundi à une séance peu volatile au cours de laquelle les devises ont évolué en ordre dispersée faute de réels catalyseurs dû à la fois à un agenda économique allégé ce lundi et aussi à un certain attentisme des acteurs de marché dont les regards sont suspendus au Sommet du G20 organisé à Osaka en fin de semaine (28-29 juin) où une rencontre officielle entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jiping est programmée. Si la reprise de dialogue entre responsables politiques américains et chinois lundi pour préparer le G20 a ravivé un peu d’optimisme autour d’une possible trêve après un regain de tensions en mai, ce sentiment s’est quelque peu estompé après l’annonce officielle de sanctions américaines contre l’Iran – gel de l’accès à des « ressources financières essentielles » prononcé à l’encontre du guide suprême iranien Ali Khamenei et de plusieurs membres clés de son bureau – qui interviennent en guise de riposte à la destruction la semaine dernière d’un drone de surveillance américain dans le Golfe persique près du détroit d’Ormuz par l’armée iranienne.

L’EUR/USD a poursuivi sa tendance haussière et atteint hier le seuil de $1,14 pour la 1ière fois en trois mois grâce à l’aide, il faut le reconnaître, d’un dollar toujours moribond et handicapé par les spéculations de marché autour d’une possible première baisse de taux aux Etats-Unis depuis 10 ans lors de la prochaine réunion monétaire de la Fed qui aura lieu fin juillet (30-31 juillet). La publication en parallèle d’un repli moins marqué que prévu du moral des entreprises allemandes (indices Ifo), lequel atteint néanmoins son plus bas niveau depuis 4 ans ½, a également soutenu l’expansion de la paire de change qui enregistra lundi sa 4ième séance consécutive de hausse pour un gain cumulé de +1,8%. Un léger mouvement correctif s’est observé à l’approche de la barrière de $1,14, preuve que ce palier constitue un cap important pour la paire de change.

Empêtré dans une affaire de dispute conjugale qui a fait la une de nombreux journaux britanniques ce weekend et ce lundi, Boris Johnson a réaffirmé hier sa volonté d’assurer un Brexit d’ici la date d’échéance du 31 octobre prochain, avec ou sans accord conclu avec l’Union Européenne. Il a toutefois reconnu qu’il aurait besoin le cas échéant de la coopération des européens pour amortir les chocs économiques et financiers que provoqueraient un divorce brutal. Alors que l’on « célébrait » lundi les 3 ans de l’annonce du résultat du référendum de sortie et la victoire du vote du Brexit, la livre sterling reste toujours orientée à la baisse à cause de l’impasse prolongée dans lequel se trouve le Royaume-Uni, actuellement sans dirigeant politique à sa tête et sans certitude sur quelle forme prendra son avenir dans les 6 prochains mois. Le cours EUR/GBP est revenu lundi à hauteur du seuil de £0,8950 avant de corriger légèrement en fin de journée et de clôturer sous ce niveau.

Après un bref rebond observé en fin de semaine dernière, le cours EUR/CHF a de nouveau corrigé et chuté sous le niveau de ₣1,11, à proximité de ses plus bas niveaux depuis juillet 2017, alors que le franc apparaît toujours aussi sensible au risque de conflit militaire entre Washington et Téhéran, lequel s’est encore un peu plus accru lundi après la série de sanctions adressées par la Maison Blanche à l’encontre des dirigeants iraniens. La paire EUR/JPY apparaît plus sensible au volet commercial et celle-ci enregistra hier un rebond à un pic d’une semaine à plus de ¥122 sur fond d’espoir qu’une pause des tensions entre Pékin et Washington soit annoncée au G20.

Sans raisons spécifiques expliquant un tel mouvement, la couronne suédoise s’est renforcé de +0,5% face à l’euro lundi et atteint un pic de 2 mois à moins de SEK 10,6.

Incertitudes commerciales et géopolitiques se cumulent et pèsent globalement sur l’appétit des investisseurs pour les actifs émergents. Le yuan apparaît très fébrile à l’approche du G20 et a cédé plus de -0,4% face à l’euro lundi et l’EUR/CNH a atteint un pic de 7 séances à presque ¥7,84. Le rand sud-africain a lui connu un repli de -0,5% à un peu moins de ZAR 16,4 face à l’euro. Le rouble russe fut l’une des rares devises émergentes à se renforcer lundi face à l’euro et enregistra un rebond de +0,5% à RUB 71,25 sur fond d’anticipations de futurs gains des prix du pétrole si d’aventure les tensions au Moyen Orient devaient s’intensifier. Après un rebond de +5% enregistré la semaine dernière, le cours du Brent a légèrement reculé lundi et semble faire face à une résistance au niveau de la barrière de $65.

USD

Le rebond de l’EUR/USD est remarquable, impressionnant… trop beau pour être vrai ? Il est vrai que la revalorisation de la paire en un temps aussi bref – près de 2% en 4 séances – invite à s’interroger sur les catalyseurs à l’origine de ce mouvement. Comment expliquer un tel mouvement alors que l’environnement économique et politique très contrasté en Europe ne permet pour le moment aucun excès de confiance. La baisse du moral des entreprises allemandes à un creux de 4 ans ½ observée hier à travers les indices Ifo ou encore celle ce matin des entreprises françaises à son second plus bas niveau depuis 2 ans ½  démontrent bien que les perspectives de croissance en Zone Euro restent hautement fragilisées dans un contexte de regain des tensions commerciales en mai. Cependant pour le moment, l’EUR/USD n’en a cure et est principalement influencé par le contexte américain où s’observe d’importantes spéculations de baisse de taux cet été (facteur défavorable au dollar) et le contexte global d’où émane une certaine vague d’optimisme d’une trêve entre Pékin et Washington annoncée lors du G20 d’Osaka organisé en fin de semaine. La baisse momentanée des inquiétudes autour de l’Italie, qui selon les dernières informations pourrait voir la procédure de sanctions pour déficits excessifs formulée par l’Union Européenne gelée pour laisser place à la négociation, matérialisée ces derniers jours par une forte baisse des taux obligataires italiens, offre également un environnement favorable à l’expansion de l’EUR/USD. Celle-ci pourrait peu à peu s’atténuer maintenant que la paire de change est de retour dans la partie supérieure de son couloir de $1,11-$1,16 observé depuis octobre dernier et que les prises de risque pourraient ralentir à l’approche du G20.  La publication cette après-midi de nombreux indices conjoncturels américains dont l’indice Conference Board de confiance des ménages et des ventes de maisons neuves pourraient soutenir la tendance haussière actuelle si ceux-ci confirment l’idée d’un essoufflement de l’économie américaine et d’une probable baisse de taux en juillet aux Etats-Unis. La volatilité pourrait toutefois restée contenue jusqu’au début de soirée et le discours du gouverneur central Jerome Powell (19h00), le premier depuis sa conférence de presse post-réunion de mercredi dernier. Celui-ci aura le pouvoir de stopper la glissade du dollar si celui-ci brouille les pistes et met le doute dans l’esprit des investisseurs quant aux futurs choix monétaires de la banque et sa volonté à opérer une première baisse de taux en juillet.

Niveaux/Sentiment : Comme hier, le cours EUR/USD bute ce matin sur le seuil de $1,14 et voit son rebond freiné net alors que ce matin l’indice de confiance des entreprises françaises a enregistré un repli non-attendu en juin (102 vs. 104, ou 2nd plus bas niveau depuis 2 ans ½). La paire reste pour le moment toujours orienté à la hausse alors que l’appétit au risque des investisseurs se voit stimulé ce matin par la publication ce matin d’informations confirmant un échange téléphonique entre les autorités américaines et chinoises pour préparer la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping au G20. La volatilité devrait s’agiter, et potentiellement s’inversée, en milieu d’après-midi au gré de la publication des indices conjoncturels américains et des réactions de marché aux propos du gouverneur central américain Jerome Powell.

Perf 2019 = -0,65% / Moyenne 2019 = $1,1293 / Point haut 24 juin 2019 = $1,1403 / Point bas 24 juin 2019 = $1,1359  / Clôture 24 juin 2019 = $1,1396


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.