Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

juin 04, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 4 juin 2019 – Sommaire :

  • L’euro poursuit sur sa lancée de la veille et profite d’une défaillance du dollar qui a vu surgir hier de fortes spéculations de baisse de taux. Ce rebond de l’euro sera testé ce matin à l’occasion de la publication des nouveaux chiffres d’inflation en Zone Euro (11h00).
  • L’EUR/USD oscille sur ses plus hauts niveaux depuis 3 semaines à près de $1,1270 après qu’un responsable monétaire américaine ait publiquement ouvert la porte à une baisse de taux aux Etats-Unis. La baisse des tensions politiques en Italie soutient également le rebond de la paire.
  • L’EUR/GBP poursuit son ascension et approche désormais du seuil de £0,89, un niveau qui n’a plus été atteint depuis le 15 janvier dernier. Indice PMI du secteur de la construction à suivre ce matin (10h30).
  • L’EUR/CHF se reprend après avoir chuté la veille à son plus bas niveau depuis juillet 2017. Le cours tente de rejoindre le seuil de ₣1,12.
  • Deuxième séance consécutive de rebond pour la paire EUR/JPY qui s’éloigne de ses plus bas niveaux depuis 2 ans et repasse ce matin au-dessus du seuil de ¥121,5.
  • La banque centrale australienne a, comme attendu, procédé ce matin à sa 1ière baisse de taux depuis 2016 (-25pbs à 1,25%) et offre l’occasion à l’EUR/AUD de consolider son retour de la veille à plus de A$1,61.
  • La couronne norvégienne est la seule devise développée à progresser face à l’euro ce matin (NOK 9,77) malgré des prix du pétrole qui restent fragiles sur ses plus bas niveaux depuis 4 mois.
  • Le cours EUR/CNH bondit ce matin à plus de ¥7,80 pour la 1ière fois depuis le 11 janvier.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  Cela faisait plus de 4 mois que l’EUR/USD n’avait pas connu pareille performance. En effet, il faut remonter au 25 janvier pour voir un rebond aussi important de la paire de change que celui observé lundi (+0,65% à $1,1240). Comme il l’avait été évoqué à nombreuses reprises ces dernières semaines, au regard des faibles catalyseurs haussiers sur l’euro l’espoir d’un rebond reposait principalement sur une défaillance du dollar dont la valorisation restait très forte malgré l’observation sur les marchés à terme de larges anticipations de baisse de taux aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année. La devise américaine bénéficiait jusqu’à présent d’une sorte de bouclier offert par de solides fondamentaux économiques qui l’immunisait contre toute attaque. Or la multiplication des signaux d’essoufflement (net ralentissement de l’industrie observé à travers l’enquête ISM publiée lundi) tend à démontrer que l’économie américaine pourrait finalement se voir rattraper par les vents contraires exercés par la montée des risques externes et subir de premiers dommages collatéraux des mesures protectionnistes récemment mises en place. Le fait également qu’un responsable monétaire américain parle ouvertement et publiquement de baisse de taux sous-entend que s’ils n’ont pas déjà eu lieu de premiers débats autour d’un desserrement monétaire pourraient bientôt faire leur apparition au sein du comité exécutif de la banque centrale américaine. Si cela ne prédit en rien les futurs choix de la banque, on peut considérer qu’une première graine est plantée et que l’idée pourrait à terme germer dans l’esprit des décideurs américains. Attention à ne pas céder à l’enthousiasme de voir l’EUR/USD remonter si vite en si peu de temps, ce redressement s’inscrit dans une dynamique de correction haussière et son amplitude résulte principalement d’une valorisation très faible du cours depuis de nombreuses semaines. S’il ne serait pas surprenant de voir la paire remonter au niveau de $1,13 voire $1,14 assez rapidement, le couloir de $1,12-$1,15 que nous observons depuis le mois d’octobre dernier ne devrait pas être remis en cause. Du moins pas dans l’immédiat. Pas tant que les obstacles autour de l’euro (économique, monétaire et politique) n’auront pas totalement disparu. Le repli attendu ce matin de l’inflation en Zone Euro au mois de mai et la communication probablement très prudente de la part des banquiers centraux européens ce jeudi pourraient rapidement calmer la frénésie en cours sur l’EUR/USD et rappeler l’euro à sa réalité.

Niveaux clés : De retour à plus de $1,12, le cours EUR/USD bénéficie toujours ce matin de pressions haussières qui l’envoie tester un premier seuil de résistance situé à $1,1270. Si celui-ci devait être franchi, la paire devra s’attaquer ensuite à la barrière de $1,1325 qui demeure le plus haut niveau atteint par celle-ci depuis la fin mars. Attention à ne pas voir ce rebond rapidement tué dans l’œuf en cas de chiffres plus décevants que prévu de l’inflation en Zone Euro et/ou apparition de nouvelles incertitudes politiques en Europe. L’Italie continue de préoccuper les marchés alors que la coalition actuelle apparaît secouée par de fortes dissidences entre les membres de la Ligue du Nord et ceux du Mouvement 5 Etoiles. Une réunion de travail est programmée ce matin pour recentrer le projet du gouvernement au lendemain des menaces de démission proféré par le premier ministre G. Conté. L’apparition de tensions sur les taux italiens pourrait alors ramener l’EUR/USD vers le seuil de $1,12.

Perf 2019 = -1,77% / Moyenne 2019 = $1,1294 / Point haut 3 juin 2019 = $1,1262 / Point bas 3 juin 2019 = $1,1154  / Clôture 3 juin 2019 = $1,1240


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.