Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mai 28, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 28 mai 2019 – Sommaire :

  • L’euro est à nouveau sur la défensive après la publication d’un indice de confiance des ménages allemands à son plus bas niveau depuis 26 mois
  • L’EUR/USD replonge sous $1,12 alors que les investisseurs voient poindre de possibles répercussions néfastes des tensions commerciales sino-américaines sur l’économie allemande
  • La paire EUR/GBP corrige légèrement mais reste au-dessus de £0,88. La livre sterling reste handicapée par le flou qui entoure le futur successeur de Theresa May et sa vision du Brexit
  • EUR/CHF stable à ₣1,1230 malgré la publication ce matin de chiffres de croissance en Suisse bien meilleurs que prévu au 1er trimestre 2019 (+0,6% T/T Vs cons. +0,4%)
  • Le yen progresse face à l’euro et l’EUR/JPY se dirige tout près de son seuil plancher sur les 4 derniers mois situé à ¥122 alors que la visite de Donald Trump au Japon s’est conclue sur aucun accord ce qui traduit un manque de flexibilité de Washington et le maintien d’une impasse dans la relation conflictuelle entre la Chine et les Etats-Unis
  • Les devises nordiques se rebiffent : La couronne norvégienne est tout proche d’un pic d’un mois face à l’euro à NOK 9 72 / la couronne suédoise est à un pic de 3 semaines à SEK 10,68

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : Un euro peu sensible aux résultats des élections européennes / De nouvelles pressions baissières sur la livre sterling / Retour du pétrole à plus de $70 / L’influence de la banque centrale chinoise sur le yuan

Au lendemain des élections européennes, la volatilité fut très réduite sur les marchés des changes, la faute en partie à un faible volume d’échanges dû à l’absence ce lundi des acteurs de marché britanniques et américains qui profitaient d’un jour férié au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour prolonger leur weekend. Les investisseurs européens ont accueilli de manière très mitigée le résultat du scrutin de ce weekend car si la progression des formations eurosceptiques ne fut pas aussi importante que prévu certains pays se sont réveillés lundi matin avec une gouvernance hautement fragilisée.  On pense ici à l’Allemagne, l’Italie, la Grèce ou encore l’Autriche où une motion de censure a été votée lundi contre le gouvernement conservateur de Sebastian Kurz.

La paire EUR/USD a oscillé toute la journée autour du seuil de $1,12 tandis que l’EUR/CHF a retrouvé un peu de couleurs et progressé légèrement pour s’éloigner du support de ₣1,12 (clôture à ₣1,1232) touché la semaine dernière pour la 1ière fois depuis début avril. De son côté, le cours EUR/JPY a lui aussi enregistré un timide rebond à presque ¥122,6 mais reste toujours à proximité de ses plus bas niveaux observés depuis 4 mois. Les révélations faites dans l’après-midi par l’agence Bloomberg au sujet de possibles sanctions de l’Union Européenne de l’ordre de €3,5Mds à l’encontre de Rome pour non-respect des objectifs budgétaires européens (plafonnement du déficit public à 3% du PIB et de la dette publique à 60% du PIB) ont semé un léger vent de panique sur les marchés obligataire italiens (+11pbs pour le taux souverain 10 ans italien à 2,66%) et fait réapparaître en fin de journée quelques pressions baissières sur l’euro.

Après avoir subi une correction technique vendredi dernier après l’annonce officielle d’une prochaine démission le 7 juin prochain de Theresa May de ses fonctions de première ministre britannique, le cours EUR/GBP a repris son ascension lundi et fait son retour au-dessus de la barrière de £0,88. Les craintes qu’un changement de gouvernance puisse conduire le Royaume-Uni sur la voie d’une sortie fracassante sans accord pèsent lourdement sur la valorisation de la devise britannique. Pour le moment, la présence d’un seuil de résistance situé à £0,8850 (« plafond » sur les 4 derniers mois) tend cependant à freiner l’ascension de la paire de change. Si l’ancien maire de Londres Boris Johnson fait figure de favori auprès des bookmakers britanniques, ils sont nombreux à se lancer dans la course au poste de chef du gouvernement dont plusieurs membres actuels ou anciens du gouvernement dirigé depuis plus de trois années par May. À ceux-là, le ministre actuel des Finances, Philip Hammond, a tenu hier à les mettre en garde et avertit la nouvelle équipe dirigeante contre toute tentative de passage en force au Parlement d’un projet de divorce brutal avec l’Union Européenne sous peine de se voir adresser une motion de censure. Le ton est donné.

En l’absence de nouvelles péripéties et rebondissements sur le volet commercial et dans le conflit opposant la Chine aux Etats-Unis, on a assisté lundi à un retour des prix du pétrole à plus de $70 (+2% pour l’indice Brent) et un rebond en parallèle de certaines devises pétrolières. Le cours EUR/CAD a légèrement retracé pour revenir sous le seuil de C$ 1,5050 tandis que la paire EUR/RUB a enchainé sa seconde séance consécutive (-0,18% lundi) de repli mais se heurta cependant dans sa glissade à la barrière de RUB 72,0. Retombé vendredi à un creux de 3 semaines, le cours EUR/NOK fut insensible aux fluctuations des prix pétroliers et enregistra un rebond technique le ramenant aux abords du seuil NOK 9,75.

L’influence des banquiers centraux chinois est sans pareille. Les mises en garde faites dimanche soir par le responsable de l’organe chinois de régulation des banques et assurances à l’encontre des investisseurs pariant sur une baisse du yuan, lesquels selon ce haut-responsable pourraient « subir d’importantes pertes » ont eu l’effet escompté. C’est-à-dire déclencher un (modeste) mouvement de revalorisation de la devise chinoise. Le cours USD/CNH a profité de l’absence des investisseurs américains ce lundi pour toucher un point bas depuis 8 séances à moins de ¥6,90 avant de retracer légèrement en fin de journée, tandis que la paire EUR/CNH a cédé près de -0,2% et s’est légèrement éloigné du plafond de ¥7,75 contre lequel elle bute depuis 2 semaines.

Après avoir tutoyé ces derniers jours ses pics de l’année à presque TRY 7,0, le cours EUR/TRY a corrigé de -0,4% et est retombé sous le seuil de TRY 6,80 consécutivement à l’annonce de la banque centrale turque de rehausser son taux de réserve obligatoire sur les dépôts en devises étrangères.   

USD

Après avoir oscillé toute la journée de lundi sans direction autour de la barrière de $1,12, le cours EUR/USD subit de nouvelles pressions baissières ce matin et est à nouveau sur la défensive après la publication d’un repli inattendu de l’indice de confiance des ménages allemands à un plus bas depuis 26 mois (10,1 Vs cons. 10,4) et d’une révision à la baisse de la précédente estimation de mai (10,2 Vs 10,4). Il y a une corrélation évidente à faire entre cette réduction d’optimisme et le retour des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, lesquelles font craindre d’importantes répercussions néfastes pour l’industrie et les exportations allemandes. S’il est vrai que la domination des formations pro-européennes lors du scrutin de dimanche a effectivement levé un voile d’incertitude au-dessus de l’euro, le maintien d’importantes inquiétudes autour des perspectives de croissance en Zone Euro (net ralentissement) et les préoccupations autour d’un possible phénomène de renouvellement des gouvernances en Zone Euro (élections anticipées en Autriche et en Grèce, coalitions fragilisées en Allemagne et Italie, flou sur le Brexit) handicapent lourdement la devise européenne qui paie son manque d’attractivité auprès des investisseurs. Pour éviter tout nouveau décrochage similaire à celui de la semaine dernière qui le rapprocherait de ses plus bas niveaux depuis 2 ans situés autour du seuil de $1,11, la paire EUR/USD devra à nouveau compter sur une défaillance du dollar américain. Pas certain que la devise américaine n’offre un réel coup de main à la paire de change si comme anticipé l’indice de confiance des ménages publié cette après-midi (16h00) par l’agence Conference Board ressort en hausse. Un peu plus tôt dans la journée, on surveillera la teneur des indices de sentiment économique publiés en Zone Euro à 11h00, lesquels viendront intensifier ou résorber les pressions baissières qui s’exercent actuellement sur l’euro.

Niveaux clés : Le retour au-dessus de $1,12 aura été très temporaire. Le cours EUR/USD est sur la défensive et s’échange ce matin autour de $1,1180. Un premier support se situe à $1,1150 et un second au niveau de $1,11.

Perf 2019 = -2,55% / Moyenne 2019 = $1,1299 / Point haut 27 mai 2019 = $1,1215 / Point bas 27 mai 2019 = $1,1184  / Clôture 27 mai 2019 = $1,1196


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.