Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 30, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 30 avril 2019 – Sommaire :

  • Volatilité influencée ce matin par l’apparition de nouvelles inquiétudes autour de l’économie chinoise et les bonnes impressions laissées par les premiers chiffres de croissance publiés ce matin en Espagne et en France.
  • L’EUR/USD tutoie les $1,12 après la publication d’un PIB au T1 conforme aux attentes en France (+0,3% T/T) et légèrement meilleur que prévu en Espagne (+0,7% T/T Vs cons. +0,6%). Estimations en Zone Euro (11h00) et inflation en Allemagne (14h00) à suivre.
  • Les deux enquêtes PMI (officielle et privée) publiées ce matin signalent un ralentissement inattendu de la croissance de l’industrie chinoise en avril. Ces résultats sèment à nouveau le doute sur l’état de santé de Pékin.
  • Au bord du seuil de ¥125 hier, le cours EUR/JPY rebrousse chemin et perd -0,3% / Le cours EUR/CHF perd un peu de terrain mais reste à hauteur de ₣1,14 / Le cours EUR/CNH remonte à ¥7,55 ce matin.
  • Le dollar australien n’est pas insensible aux nouveaux tourments de son principal partenaire économique et perd -0,2% face à l’euro pour revenir tout proche du seuil de A$ 1,59.
  • L’ensemble des devises émergentes sont dans le rouge face à l’euro ce matin. Parmi les moins bons performeurs, on relève : le rouble (-0,3% à RUB 72,3), le rand (-0,4% à ZAR 16,1), le peso mexicain (-0,3% à MXN 21,3) et la livre turque (-0,3% à TRY 6,68).

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : L’EUR/USD continue de glisser vers $1,11 / Le yen à son plus haut niveau au mois d’avril après la Banque du Japon / Les devises nordiques (NOK & SEK) sous pression

Après une semaine en demi-teinte au cours de laquelle l’euro a touché à de multiples reprises des creux de plus de 22 mois face au dollar américain, la devise européenne s’est bien reprise lundi et a très certainement bénéficié de larges prises de bénéfices de la part d’investisseurs soucieux de clôturer leurs positions à l’approche de la fin du mois d’avril et de la publication aux Etats-Unis d’indicateurs mensuels de prix PCE pas réellement à la hauteur des attentes. La victoire du parti socialiste en Espagne, même sans majorité, a plutôt été bien accueillie par les marchés qui y voit là un semblant de stabilité politique au sein de la 4ième économie de la Zone Euro qui vient de vivre sa 3ième élection en seulement 4 ans. L’annonce en parallèle d’une reprise des négociations entre la Chine et les Etats-Unis du côté de Pékin ce mardi, lesquelles en sont à « leur stade final » selon les commentaires du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin repris lundi dans le New York Times, a également été un élément clé qui a stimulé la confiance des investisseurs et les a poussé à se tourner vers des actifs plus risqués comme l’euro au détriment des devises dites « refuges » comme le yen, le franc ou le dollar qui ont plutôt bien performé ces derniers jours. Le cours EUR/USD a progressé de plus de +0,3% lundi et s’est rapproché tout près du seuil de $1,12 sans toutefois parvenir à le toucher, la déception causée chez les acheteurs de dollar par le glissement plus marque que prévu de la dynamique annuelle de l’indice de base PCE (étalon favori de la Fed pour mesurer l’inflation aux Etats-Unis) étant compensée par l’atteinte d’un nouveau pic historique ce lundi par les marchés actions américains (indice S&P 500 a au bord des 2950 pts). Dans le même temps, le cours EUR/JPY a connu l’une des plus importantes performances de la journée de lundi et enregistré un beau bond de +0,4%, néanmoins son ascension semble avoir été freinée par l’approche du seuil de ¥125. La paire EUR/CHF s’est également solidement redressée (+0,35%) et a fait son retour au-dessus du seuil de ₣1,14.

Les devises émergentes d’Europe de l’Est ont plutôt bien résisté à la revalorisation générale de l’euro à l’exception notable du leu roumain qui se maintient à hauteur de ses plus bas niveaux historiques et qui évolue depuis un mois dans un couloir de fluctuation très étroit de RON 4,74-4,77 (+/-0,6%), ou encore du forint hongrois qui a abandonné presque -0,3% face à la devise européenne lundi et atteint un creux de plus de 3 mois à plus de HUF 323,0.

Après un repli de presque -3% vendredi, les cours du pétrole ont globalement réussi à se stabiliser, l’indice de brut américain WTI engrangeant un rebond modeste de +0,3% à $63,5 tandis que l’indice de mer du Nord Brent a très légèrement corrigé (-0,2%) à $72,0. Sous couvert d’un appétit au risque plus important le rouble russe en a profité pour effacer une partie des pertes accumulées vendredi et progressé de +0,3% face à l’euro à un peu plus de RUB 72,0. La couronne norvégienne est restée très stable et s’est maintenue à hauteur de ses plus bas niveaux au mois d’avril à plus de NOK 9,68. Le cours EUR/CAD a lui subi la loi de l’euro et est remonté au niveau de C$ 1,5050.

Malgré une légère hausse du surplus commercial en Suède au mois de mars (SEK 7,0Mds Vs SEK 6,3Mds en février), la couronne suédoise a cédé presque -0,3% face à l’euro lundi et reste à hauteur de ses plus bas niveaux de l’année à plus de SEK 10,60.

USD

Après deux séances consécutives de hausse stimulée entre autre par un regain de sentiment des investisseurs à l’égard de l’environnement économique et financier mondial, cet optimisme se fracture à nouveau ce matin à la lecture d’indicateurs PMI chinois signalant un ralentissement inattendu de l’activité manufacturière en Chine au mois d’avril. Les derniers indicateurs de mars et les chiffres de croissance chinoise au 1er trimestre publiés il y a deux semaines avaient rassuré les investisseurs sur l’idée d’une possible stabilisation de l’économie, or ces nouvelles statistiques viennent ce matin raviver les doutes et rappellent au combien la santé de la Chine reste fragile. Si l’EUR/USD est influencé ce matin par les nouvelles incertitudes autour de la Chine, la paire peut néanmoins compter sur la publication de premières estimations de PIB au sein des plusieurs pays majeurs de la Zone Euro qui se révèlent plutôt rassurants, ou du moins pas aussi désastreux qu’on aurait pu le craindre. Si comme attendu, la France a égalé sa performance du trimestre dernier et enregistré un rebond de sa croissance de +0,3% au T1, l’Espagne a quant à elle enregistré un rebond de son économie légèrement au-dessus des attentes de +0,7% T/T (Vs cons. +0,6%). Il s’agit là simplement d’une entrée en matière, le plat de résistance arrivant un peu plus tard dans la journée avec la publication des premières estimations de PIB au T1 et des nouvelles statistiques de chômage en Zone Euro (11h00), des  estimations préliminaires d’inflation au mois d’avril en Allemagne (14h00). Aux Etats-Unis, le principal indicateur économique de la journée sera la publication de l’indice Conference Board de confiance des ménages attendu en hausse par rapport à mars (cons. 126,0 Vs 124,1 en mars).

Niveaux clés : Après avoir amorcé la séance européenne sur la défensive, l’EUR/USD très largement bénéficié de la bonne impression laissée par les premiers chiffres de croissance en France et en Espagne au T1 pour effacer ses pertes et reprendre son ascension en direction de $1,12. Pour le moment, la paire de change n’a toujours pas réussi à revenir au-dessus de ce seuil sous lequel elle a plongé mercredi dernier mais cela pourrait être l’affaire de seulement quelques heures puisque si la croissance en Zone Euro se révèle moins inquiétante que prévu, cela pourrait offrir un catalyseur assez puissant pour permettre au cours de change d’accélérer de nouveau. Attention tout de même à la douche froide si la performance se révèle décevante. Si c’est le cas, un retour en direction de $1,11 pourrait à nouveau s’observer.

Perf 2019 = -2,46% / Moyenne 2019 = $1,1325 / Point haut 29 avril 2019 = $1,1190 / Point bas 29 avril 2019 = $1,1139 / Clôture 29 avril 2019 = $1,1185


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.