Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 25, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 25 avril 2019 – Sommaire :

  • Au lendemain de sa chute à un creux de 22 mois, l’EUR/USD reste groggy et se maintient sous le seuil de $1,12.
  • L’annonce ce matin de la Banque du Japon de maintenir ses taux inchangés jusqu’au printemps 2020 a plutôt positivement surpris les acheteurs de yen qui craignaient de nouveaux ajustements. Le cours EUR/JPY (-0,3%) retombe ce matin sous ¥125 et oscille sur ses plus bas niveaux des trois dernières semaines.
  • Fort rebond de la paire EUR/SEK (+0,6%) qui revient ce matin à hauteur de ses pics de l’année à plus de SEK 10,60 après l’annonce d’un nouveau statu quo de la banque centrale suédoise.
  • La paire EUR/NOK teste actuellement ses plus hauts niveaux du mois d’avril à plus de NOK 9,65 malgré des prix du pétrole toujours orientés à la hausse (Brent à $75).
  • Léger rebond technique de la paire EUR/CNH (+0,1%) au lendemain de sa chute à un creux de 10 mois à presque ¥7,50.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de mercredi : L’euro chute à un plus bas depuis juin 2017 à la lecture d’un recul inattendu du moral des entreprises allemandes… La Banque du Canada ne parle plus de hausse de taux… L’Ecosse se remet à parler d’indépendance

Attendu en légère progression, l’indice Ifo de climat des affaires en Allemagne au mois d’avril est ressorti à la surprise générale en-dessous de son niveau de mars (99,2 Vs 99,6) et ainsi renforcé les inquiétudes actuelles des marchés à l’égard de l’état de santé de la 1ière économie européenne dont l’activité est depuis plusieurs mois ralenti par les craintes autour des tensions commerciales entre Pékin et Washington et le ralentissement de l’économie chinoise. Si la Chine a réussi à stabiliser sa croissance au 1er trimestre grâce cependant au prix d’importants efforts déployés par le gouvernement chinois sur ce début d’année, plusieurs hauts responsables politiques chinois ; hier encore le premier ministre Li Keqiang ; ont récemment laissé entendre qu’il n’y aurait probablement pas d’autres mesures de soutien à l’économie. C’est à priori une autre mauvaise nouvelle pour l’Allemagne dont l’industrie et l’activité à l’export sont amplement dépendantes de la demande chinoise. Il n’en fallait pas plus pour déclencher un nouveau large mouvement de repli de l’euro qui, après longtemps bataillé avec son support de $1,12, a finalement touché un nouveau plus bas cette année face au dollar américain à $1,1139. Il s’agit là du plus bas niveau observé sur l’EUR/USD depuis le mois de juin 2017. Dans la foulée, l’euro a cédé du terrain face à l’ensemble de ses pairs, et notamment les deux valeurs refuges que sont le yen japonais et le franc suisse. Accusant un large recul de plus de -0,6%, le cours EUR/CHF a fait son retour mercredi sous le niveau de ₣1,14, tandis que la paire EUR/JPY a, elle, glissé à un creux de 2 semaines à moins de ¥125 avant de remonter légèrement au-dessus de cette barrière en fin de séance.

Sous l’impulsion du repli général de l’euro, la paire EUR/GBP a elle aussi été sur la défensive. Néanmoins, les incertitudes autour du Brexit restant prédominantes, les pressions baissières sont restées modestes et le cours s’est maintenu dans la partie supérieure de son couloir de £0,85-£0,87, à hauteur de £0,8650. Invité au Parlement à expliciter en détail le nouveau programme budgétaire publié en mars dernier, le ministre britannique des finances, Philip Hammond, a réaffirmé que le poids du Brexit pesait sur les investissements au Royaume-Uni et rassuré sur la capacité du gouvernement à déployer des mesures fiscales en cas de divorce brutal sans accord. Le gouvernement de Theresa May poursuit entre-temps ses discussions avec l’opposition dans l’espoir de trouver un compromis et faire ratifier au Parlement le texte de divorce avant le 23 mai afin ainsi d’éviter la participation du Royaume-Uni aux prochaines élections européennes. Dans le même temps, on a appris hier l’intention de la première ministre écossaise à organiser d’ici la fin de son mandat en 2021 un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. Pour rappel, celui conduit en 2014 s’était conclu par une victoire du non par plus de 10% d’écart.

Sans surprise, la Banque du Canada a opté ce mercredi pour un statu quo et maintenu son taux directeur à 1,75%. Les principaux changements observés par rapport à précédent réunion est l’élimination de la référence à une nouvelle hausse de taux dans la communication officielle de la banque ainsi que la forte révision à la baisse de la projection de croissance pour cette année qui fut ramené à 1,2% contre 1,7% en janvier. Après une percée temporaire à plus de C$1,51 à la sortie de cette réunion, le cours EUR/CAD n’a pas échappé aux pressions baissières s’abattant sur l’euro et finalement clôturé la séance dans le rouge à hauteur de C$ 1,5050.

Parmi les autres mouvements clés de la journée de mercredi, on retiendra l’important repli du dollar australien (-0,6%) conséquemment à la publication d’indicateurs d’inflation inférieurs aux attentes à un plus bas depuis 10 trimestres. Après avoir touché un pic de 4 semaines en début de séance à presque A$1,5960, le cours EUR/AUD a légèrement corrigé en fin de séance pour s’établir à A$1,59. On relèvera également la forte chute du real brésilien qui a abandonné plus de 1% hier face à l’euro à BRL 4,45 sur fond de craintes des marchés à l’égard d’un possible blocage au Parlement de la nouvelle réforme des retraites.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  La paire de change se réveille ce matin avec une belle « gueule de bois » au lendemain de sa chute à un plus bas annuel ($1,1139) et plusieurs questions quant à sa futur direction. Le fait que ce mouvement baissier intervienne une semaine relativement calme en termes de données économiques, d’annonces monétaires et/ou de déclarations politiques tend à confirmer le peu de d’attractivité dont jouit actuellement l’euro auprès des investisseurs et fait craindre un mouvement baissier de plus grande ampleur si d’aventure la situation économique en Zone Euro était amenée à se dégrader davantage ou la région était à nouveau secouée par d’importants tumultes politiques. Ce dernier point n’est pas à sous-estimer alors que le dossier du Brexit reste toujours ouvert, que la Zone Euro s’apprête à vivre fin mai des élections européennes qui pourrait être le théâtre d’une nouvelle progression des mouvements populistes et nationalistes et que la coalition gouvernementale en Italie menace d’imploser au regard des querelles grandissantes entre responsables de la Ligue du Nord et ceux du Mouvement 5 Etoiles. L’espoir auquel peut se rattacher l’euro est que sur les marchés à terme les positions vendeuses sur la devise européenne sont déjà à un niveau extrêmement haut et que l’immunité dont bénéficie actuellement le dollar pourrait rapidement s’étioler si l’économie américaine envoit de nouveaux signes de ralentissement. Pour avoir quelques éléments de réponse sur le sujet, il faudra montrer un peu de patience et attendre la journée de vendredi au cours de laquelle seront publiés les premiers chiffres de croissance américaine au 1er trimestre 2019 (cons. 2,1% T/T annualisée Vs 2,2% au T4 2018).

Niveaux clés : La barrière de $1,12 a longtemps tenu mais finalement cédé sous les coups de butoir s’abattant sur l’euro hier après la publication d’indice Ifo allemand décevants. Les prochaines heures vont être décisives et permettront de savoir si ce mouvement baissier peut se prolonger et la paire chuter davantage. Le prochain obstacle se situe désormais à $1,11, mais si ce seuil était amené à être franchi dès lors la paire EUR/USD pourrait rapidement chuter en direction de $1,09.

Perf 2019 = -2,79% / Moyenne 2019 = $1,1330 / Point haut 24 avril 2019 = $1,1231 / Point bas 24 avril 2019 = $1,1139 / Clôture 24 avril 2019 = $1,1252

JPY

EUR/ JPY  :   Alors que l’ensemble des banques centrales des pays développés ont récemment ajusté leur discours face aux multiples signes de ralentissement de l’économie mondiale et adopté en conséquence une approche plus prudente où projet de hausse de taux n’est plus du tout à l’ordre du jour, les marchés attendaient non sans crainte cette nouvelle réunion ce jeudi de la Banque du Japon en marge de laquelle étaient publiées les nouvelles projections économiques de la banque centrale. Si un statu quo de cette dernière ce matin n’a étonné personne, à l’inverse les investisseurs ont été plutôt positivement surpris d’entendre que la banque n’entendait pas modifier sa politique monétaire et son taux directeur jusqu’au printemps 2020. Bien conscient que les responsables japonais n’avaient aucunement l’intention de maintenir les taux à leur niveau historiquement bas pendant une période prolongée de taux faute de pressions haussières sur les prix, les investisseurs pouvaient craindre au regard des récentes sorties des autres banques centrales de possibles annonces d’ajustements à venir. Il n’en sera rien, ce qui en soit est donc une « bonne » nouvelle. Dans ce contexte, le yen reste soutenu par les craintes générales des marchés vis-à-vis du ralentissement de l’économie en Zone Euro et en Chine, ainsi que de l’absence d’éléments tangibles sur le front commercial permettant d’alimenter les attentes d’un accord entre Pékin et Washington. Le yen progresse ce matin face à l’euro et au dollar et approche de ses plus hauts niveaux sur les trois dernières semaines face à la devise européenne.

Niveaux clés : Le cours EUR/JPY reste sur la défensive et enregistre actuellement sa 3ième séance consécutive de repli pour une perte cumulée de presque -1,0%. La paire de change est retombée ce matin sous le seuil de ¥125, niveau au-dessus duquel elle a oscillé pendant une grande partie du mois d’avril. Au regard de la défiance qui entoure l’euro et des inquiétudes globales ressenties sur les marchés, une glissade progressive du cours vers le seuil de ¥124 pourrait s’observer. Faisant office de support majeur sur ces trois derniers mois, l’EUR/JPY pourrait cependant voir sa chute ralentir à l’approche de cette barrière importante.

Perf 2019 = -0,78% / Moyenne 2019 = ¥125,20 / Point haut 24 avril 2019 = ¥125,61 / Point bas 24 avril 2019 = ¥124,79 / Clôture 24 avril 2019 = ¥125,12


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.