Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

avr. 04, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 4 avril 2019 – Sommaire :

  • Volatilité très réduite sur les marchés des changes ce jeudi. L’humeur générale reste à l’optimisme alors que plusieurs médias évoquent un accord imminent entre la Chine et les Etats-Unis.
  • L’EUR/USD reste sur une pente ascendante mais coince à $1,1250. Les tourments de l’industrie allemande semble freiner toute tentative de redressement. Les Minutes de la BCE de la réunion de mars (13h30) pourrait toutefois renvoyer l’euro dans les cordes.
  • Le cours EUR/GBP fait sur-place et se maintient au-dessus de £0,85 alors qu’une nouvelle rencontre est prévue ce jeudi entre Theresa May et Jeremy Corbyn pour trouver une solution à l’impasse actuelle sur la question du Brexit.
  • Les paires EUR/JPY et EUR/CHF restent également orientées à la hausse à respectivement plus de ¥125 et ₣1,12.
  • La légère correction des prix du pétrole et l’impression d’un plafond sur les prix (au niveau de $70 pour l’indice Brent) offrent un petit tremplin à la paire EUR/CAD qui fait ce matin son retour au-dessus du seuil de C$1,50.
  • Après leur rebond de la veille, plusieurs devises émergentes cèdent du terrain face à l’euro : le rouble perd -0,2% (RUB 73,5), le rand perd -0,3% (ZAR 15,95), la livre turque et la roupie indienne abandonnent presque -0,7% à TRY 6,36 et INR 77,5

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de mercredi : L’euro s’offre une bouffée d’air frais Une économie britannique grippée par le Brexit / Un optimisme global maintenu dans l’attente d’un accord entre la Chine et les Etats-Unis

Après avoir flirté avec ses plus bas niveaux de l’année mardi, l’EUR/USD a légèrement rebondi et s’est éloigné de son support de $1,12 grâce en partie à un soulagement général des acteurs de marché face à des indicateurs économiques bien meilleurs que prévu en Europe (indice d’activité PMI dans le secteur des services révisé à la hausse et rebond deux fois plus important que prévu des ventes au détail en Zone Euro / +0,4% M/M Vs cons. +0,2%). Cela a constitué une véritable bouffée d’air frais pour des investisseurs après plusieurs séances décevantes au cours desquelles la menace d’une récession était pointée du doigt en Europe. La paire a flirté tout au long de la journée autour du seuil de $1,1250 mais s’est cassée les dents à plusieurs reprises sur cette barrière, cela malgré la publication de données macroéconomiques plutôt décevantes aux Etats-Unis (moins de créations d’emploi que prévu dans le secteur privé et repli au mois de mars de l’indice ISM d’activité dans le secteur non-manufacturier à un plus bas depuis août 2017). Les prises de position à l’achat sur l’euro reste néanmoins pour le moment timide, preuve s’il en est de la défiance globale des marchés vis-à-vis de la devise européenne. De son côté, la livre sterling a fait du sur-place face à l’euro et s’est maintenu au-dessus du niveau de £0,85. En début de matinée, la paire EUR/GBP avait bien tenté de casser cette barrière (point bas recensé à £0,8499) mais en manque de nouveaux catalyseurs cette dernière n’y ai pas parvenu. L’apparition de signes inquiétants de ralentissement de l’économie britannique mis en lumière à travers l’observation en mars d’une première contraction de l’activité dans le secteur des services depuis juillet 2016 (indice PMI) ; mois consécutif à la victoire du vote du Brexit lors du référendum organisé au Royaume-Uni ; et l’absence de solutions trouvées après la première rencontre organisée mercredi entre Theresa May et le leader travailliste Jeremy Corbyn ont contenu toute nouvelle hausse de la livre sterling. De manière générale, l’humeur des marchés était à l’optimisme après que le journal The Financial Times ait révélé qu’un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis était proche d’une conclusion. Le président américain Donald Trump doit rencontrer ce jeudi le vice-Premier ministre chinois Liu He actuellement en visite aux Etats-Unis et pourrait évoquer la date d’un sommet à venir avec Xi Jinping pour officialiser cet accord. Enorgueillis par cet espoir d’entente qui viendrait définitivement mettre fin aux craintes de « guerre commerciale » entre les deux pays, les investisseurs se sont tournés vers des actifs à plus haut rendement au détriment des habituelles valeurs refuges que sont le yen japonais et le franc suisse. À cette occasion, le cours EUR/JPY a bondi à un pic de 8 séances à plus de ¥125 et le cours EUR/CHF a lui fait son retour au-dessus de1,12 une semaine après avoir chuté sous ce niveau. Le cours EUR/AUD a lui corrigé au lendemain de la réunion de la banque centrale australienne et fait son retour sous le niveau de A$1,58. Le cours EUR/ZAR a également légèrement corrigé mais s’est une nouvelle fois heurté à un support situé au niveau de ZAR 15,80. Parmi les devises émergentes d’Europe de l’Est, la meilleure performance de la journée est revenue au forint hongrois qui a connu un rebond de presque +0,5% face à l’euro et fait son retour sous le seuil de HUF 320. Il s’agit là d’un mouvement correctif après que le cours EUR/HUF ait atteint mardi un pic de plus de 2 mois à plus de HUF 322. Le yuan chinois reste tout proche de ses pics annuels face à l’euro mais plafonne toujours pour le moment au niveau de ¥7,53.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :   Pas d’euphorie visible sur la paire EUR/USD malgré le léger rebond observé la veille sur la paire de change. Le cours reste pour le moment coincé à la porte du niveau de $1,1250 et semble manquer de force de traction pour s’élever plus haut. La nouvelle forte contraction inattendue des commandes industrielles en Allemagne au mois de février (-4,2% M/M Vs cons. +0,3%) – bien en-dessous même de la projection la plus pessimiste formulée par les économistes sondés en amont de la publication de cet indicateur (-1,4%) – renvoie à nouveau ce matin l’image d’une Zone Euro fragilisée par les tourments rencontrés par la 1ière économie de la région. Si les difficultés de l’Allemagne ne sont pas surprenantes en soi, elles invitent les investisseurs à rester prudents et ne pas s’emballer après les bons résultats observés la veille en Zone Euro.  La séance s’annonce plutôt calme en termes de publications économiques, l’évènement majeur de la journée demeurant la publication à la mi-journée du compte rendu de la réunion monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE) de mars. L’euro pourrait à cette occasion voir réapparaître quelques pressions baissières si d’aventure le rapport fait transparaître de fortes inquiétudes parmi les banquiers centraux qui ouvrent la voie à de possibles nouvelles mesures accommodantes dans le futur si d’aventure les conditions économiques étaient amenées à se dégrader davantage en Europe. La perspective d’une baisse de taux est désormais considérée parmi certains investisseurs d’après les positions observées sur les marchés monétaires et apparaît désormais comme un scénario bien plus probable qu’une hausse de taux.

Niveaux clés : Pour le moment la barrière de $1,1250 contient les tentatives d’ascension de la paire EUR/USD qui semble ne pas réellement être impactée par les mauvais chiffres allemands publiés ce matin. Un retour à $1,13 reste donc conditionné au franchissement de cette barrière, laquelle pourrait néanmoins céder si l’optimisme sur le volet du Brexit et commercial se prolonge, voire s’intensifie. Attention néanmoins à tout nouveau décrochage de la paire EUR/USD vers $1,12 en cas de signaux contrariants envoyés cette après-midi par la BCE venant nourrir les spéculations naissantes de possible baisse de taux en Europe d’ici la fin de l’année. 


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.