Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 19, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 19 mars 2019 – Sommaire :

  • Volatilité toujours réduite sur les marchés des changes. Attentisme global des investisseurs en amont de la Fed et sur les futurs développements du Brexit.
  • Actuellement sur une pente ascendante, la paire EUR/USD bute sur la barrière de $1,1350
  • Le cours EUR/GBP marque une pause au centre du couloir £0,85-£0,86. Doutes autour de l’organisation d’un nouveau vote au Parlement sur le texte de sortie.
  • Le dollar australien abandonne -0,3% et retombe à A$ 1,60 après la publication des Minutes de la RBA. La banque centrale signale dans le compte rendu de sa réunion de mars d’ « importantes incertitudes » autour des perspectives économiques et ravive les spéculations de possible baisse de taux dans les mois à venir.
  • Le rouble russe continue de progresser et oscille sur ses plus hauts niveaux depuis plus de 7 mois à moins de RUB 73,0 alors que les cours du pétrole fluctuent actuellement sur ses plus hauts niveaux de l’année à presque $68 (Brent).
  • Le yuan chinois poursuit sa glissade et enregistre actuellement sa 8ième séance consécutive de recul face à l’euro (-1,2% en cumulé). La paire EUR/CNH se dirige tout droit vers le niveau de ¥7,65

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : Le président du perchoir au Royaume-Uni contrarie les plans de May / Mouvement de « carry-trade » bénéfique aux devises émergentes / Le yuan chinois à un creux de 2 semaines

C’est une séance relativement calme à laquelle nous avons assisté lundi qui fut marquée par une correction de la livre sterling dans un contexte pré-Brexit toujours aussi flou et un renforcement significatif de plusieurs devises émergentes suscité entre autre par le retour en grâce de stratégie de « carry-trade »*. La devise britannique a flirté un temps avec le niveau de £0,86 face à l’euro avant de retracer légèrement en fin de journée et terminer la séance à  hauteur de £0,8550 avec une perte d’un peu plus de -0,4%. Les investisseurs ont accueilli très fraichement l’annonce du président de la Chambre des communes, John Bercow, indiquant un refus de voter une 3ième fois la ratification l’accord de sortie de l’Union Européenne si celui-ci s’avérait très semblable à la version déjà rejetée par les députés la semaine dernière. Inattendue, cette sortie vient contrarier les plans de la première ministre qui s’imaginait déjà pouvoir faire approuver au Parlement ce mardi ou mercredi le texte de divorce accompagné de l’amendement assurant un report de la date de sortie au 30 juin prochain avant l’ouverture du Sommet européen prévu à Bruxelles jeudi et vendredi. Si en cas d’échec de mise en place d’un report technique durant une période courte (0-3 mois) Theresa May a laissé planer l’idée qu’elle pourrait réclamer aux européens un ajournement du Brexit sur une plus longue période (6 à 21 mois), des doutes subsistent sur la volonté réelle de l’ensemble des dirigeants européens à répondre favorablement à la requête britannique qui impliquerait alors une possible participation du Royaume-Uni aux prochaines élections européennes qui auront lieu en mai, ce qui aux yeux de nombreux observateurs apparait comme une hérésie. L’EUR/USD est resté assez calme à l’approche de la réunion de la Fed (mercredi) et a semblé manquer de souffle au moment de percer le seuil de $1,1350. Le contexte global, relativement moins hostile et marqué depuis vendredi par le retour de sentiments d’espoir autour d’une prochaine résolution du conflit entre les Etats-Unis et la Chine, influe sur le comportement général des investisseurs et leurs prises de risque. À cet égard, les acteurs de marché ont plutôt sollicité lundi les devises à haut rendement au détriment des valeurs refuges traditionnelles comme le yen ou le franc suisse. Aussi, la paire EUR/JPY a enregistré sa 5ième séance de gains sur les 6 dernières et touché à cette occasion un pic de 9 séances à plus de ¥126,50 tandis que le cours EUR/CHF a consolidé sa position au-dessus du seuil de1,1350. Toutefois, la marche des ₣1,14 apparaît toujours aussi haute à gravir et un obstacle pour le moment infranchissable. Si l’euro a bien tenu le coup face à ses pairs de pays développés, la devise européenne a cédé du terrain face à de nombreuses devises émergentes comme le réal brésilien, le rouble russe ou encore la roupie indienne (univers des BRICS). On retiendra, le pic de 14 mois atteint par la devise indienne face à l’euro à INR 77,61 ou encore le pic de 7 mois atteint par le rouble russe face à l’euro à moins de RUB 73,0. Le yuan n’a pas bénéficié de ce contexte (plus) favorable et continué sa glissade face à l’euro, la devise chinoise enregistrant lundi sa 7ième séance consécutive de pertes (-1,1% en cumulé) pour chuter à un creux de 2 semaines à plus de ¥7,62.

* carry-trade = stratégie qui consiste à profiter/spéculer de l’écart de rendement de taux d’intérêt entre deux pays. Il s’agit de financer l’achat d’actifs à haut rendement à travers un emprunt d’actifs à faible rendement.

USD

La paire EUR/USD continue de gagner du terrain, doucement mais surement, pour s’écarter de la barrière de $1,12 ou ses plus bas niveaux atteints depuis juin 2017.  La paire de change profite d’un contexte global momentanément moins hostile – réduction des inquiétudes sur le volet commercial et sur le Brexit – mais également du peu d’emballement des acteurs de marchés avant la réunion de la Fed de mercredi qui pourrait donner lieu à une réduction de l’agenda monétaire de 2019 qui pour le moment planifie deux hausses de taux d’ici décembre prochain. Rien de mirobolant néanmoins, le redressement de la paire de change s’inscrit comme un mouvement correctif naturel (ou « pause ») traditionnellement observé après une importante variation (haussière ou baissière). Cette dynamique pourrait se prolonger quelque peu d’ici mercredi soir et la publication des nouvelles projections économiques de la banque centrale américaine si tant est que les fondamentaux économiques européens rassurent et/ou que de nouvelles tensions n’apparaissent pas sur les marchés financiers. 

Niveaux clés : L’EUR/USD est actuellement en bonne voie pour rejoindre le seuil de $1,14, seulement la paire de change ne parvient pas enclencher la seconde et bute pour le moment sur le seuil de $1,1350. La publication ce matin des indices de sentiment ZEW en Allemagne (11h00) pourrait être un catalyseur pour lui permettre de franchir ce cap. Dans l’après-midi, ce seront les commandes d’usine aux Etats-Unis et les spéculations pré-Fed qui devraient globalement guider la volatilité du cours de change. En guise de fil rouge, le Brexit et ses développements restent toujours un facteur auquel l’euro n’est pas insensible et qui pourrait venir freiner sa dynamique actuelle de redressement.

Perf 2019 = -1,01% / Moyenne 2019 = $1,1366 / Point haut 18 mars 2019 = $1,1359 / Point bas 18  mars 2019 = $1,1315 / Clôture 18 mars 2019 = $1,1336

GBP

La livre sterling semble faire une « pause » dans sa dynamique de revalorisation alors que de nombreuses incertitudes ont refait surface lundi après l’annonce d’un refus à priori du président de la Chambre des communes à se soumettre cette semaine à un nouveau vote sur l’accord de sortie de l’Union Européenne. Au regard des forces en présence et des échos entendus de part et d’autre, un nouveau vote pourrait se de toute manière se solder par un nouvel échec pour la première ministre puisque les partenaires nord-irlandais du parti conservateur au Parlement, le DUP, ne semble pas être disposé à soutenir l’accord de divorce. Quelles conséquences aurait un rejet du texte ou même l’absence d’un nouveau vote de ratification avant l’organisation du Sommet européen programmé en fin de semaine ? Nul ne le sait, aussi il est là une parfaite occasion pour les investisseurs détenteurs de livre sterling de prendre leurs bénéfices dans ce contexte incertain et attendre de potentiels nouveaux points d’entrée avant de reprendre positions. Selon toute vraisemblance, en l’absence de soutien du Parlement, Theresa May pourrait réclamer aux européens un report long du Brexit, du moins au-delà de la date du 30 juin qui avait été fixée la semaine dernière. Reste à savoir quel sera la réponse de Bruxelles à cette requête. Il est clair qu’un refus viendrait automatiquement faire émerger la peur d’une sortie désordonnée et dès lors réanimer un mouvement de panique sur les marchés britanniques.

Niveaux clés : Malgré les incertitudes qui entourent la réalisation d’un nouveau vote au Parlement sur l’accord de sortie, la paire EUR/GBP reste pour le moment stable et oscille dans un couloir étroit de £0,85-£0,86. Il semble s’agir là d’une zone de transition pour la livre en attendant d’avoir un peu plus d’éclaircissements sur les futurs développements du Brexit, à savoir poursuivre sa revalorisation en cas d’officialisation d’un report ou éventuelle remise en cause du processus de sortie ou bien subir d’importantes pertes en cas de retour dans la lumière du spectre de sortie sans accord. Si le Brexit occupe tous les esprits, en l’absence de nouveaux éléments sur ce volet la livre pourrait être temporairement sensible aux nouveaux chiffres de l’emploi publiés en milieu de matinée.

Perf 2019 = -4,74% / Moyenne 2019 = £0,8739 / Point haut 18 mars 2019 = £0,8594 / Point bas 18 mars 2019 = £0,8508 / Clôture 18 mars 2019 = £0,8555


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.