Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

mars 05, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 5 mars 2019 – Sommaire :

  • Volatilité réduite ce mardi matin sur les marchés des changes. L’ombre de la BCE continue de peser sur l’euro tandis que les devises émergentes surfent sur les espoirs d’accord sino-américain
  • L’EUR/USD reste orientée à la baisse en direction de $1,13. Pluie d’indicateurs économiques : ventes au détail en Zone Euro, révision du PIB italien au T4, indice ISM non-manufacturier aux Etats-Unis
  • L’EUR/GBP vogue sans tendance et reste à la porte de £0,86 en l’absence de catalyseurs sur le Brexit. Résultat de l’enquête PMI des services à surveiller ce matin au Royaume-Uni (10h30)
  • Paires EUR/JPY et EUR/CHF statiques, la première sous ¥127 et la seconde au-dessus de ₣1,13
  • Pas de gros mouvements à dénoter sur la paire EUR/AUD après le nouveau statu quo ce matin de la RBA. La paire EUR/AUD oscille autour de la barrière de A$1,60
  • Le yuan reste orienté à la hausse consécutivement aux annonces du parti communiste chinois de réduire la fiscalité sur les entreprises et la TVA afin de juguler les risques de ralentissement d’une économie chinoise qui a enregistré en 2018 sa plus faible croissance depuis 28 ans. Le cours EUR/CNH tente une nouvelle descente ce matin sous le seuil de ¥7,60

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : Des marchés moins sensibles face à un énième signal d’accord entre Pékin et Washington / L’ombre de la BCE déjà visible sur l’euro

Les marchés des changes ont été peu sensibles aux nouveaux « bruits de couloir » du côté américain autour d’un accord, à priori très proche d’être conclu, entre la Chine et les Etats-Unis. C’est une certaine lassitude qui s’est fait ressentir face à cet énième signal de possible entente entre les deux principales économies mondiales, laquelle dans les faits peine encore à se matérialiser en quelque chose de concret. L’euro a été à la peine à l’occasion de cette première séance de la semaine et a vu s’abattre sur lui les premières pressions baissières relative aux inquiétudes autour de la réunion de la BCE de jeudi et l’annonce possible de mesures accommodantes destinées à soutenir une économie européenne au ralenti. Ainsi l’EUR/USD a abandonné jusqu’à -0,6% hier et touché un creux de 9 séances à presque $1,13 avant de se reprendre en fin de séance et d’effacer la moitié de ses pertes grâce notamment à un repli du dollar consécutif à une contraction non attendue des dépenses en construction aux Etats-Unis au mois de décembre. Après trois séances consécutives de gains et un pic annuel à plus de ¥127, le cours EUR/JPY a corrigé de -0,4% pour revenir s’installer sous cette barrière. Même dynamique pour l’EUR/CHF qui, en plus de se rétracter, a touché en séance un creux de 3 semaines à1,1313. Orientée à la baisse en début de journée, la paire EUR/GBP a inversé cette dynamique après la publication d’une enquête PMI signalant une contraction surprise de l’activité dans le secteur de la construction au mois de février (une première en 11 mois !) et finalement clôturé la séance de lundi dans le vert, tout juste au-dessus du seuil de £ 0,86. S’il y a bien deux devises qui n’ont pas fait la sourde oreille aux rumeurs d’accord imminent entre Pékin et Washington ce sont le yuan et le dollar australien. La devise chinoise a bondi de +0,4% face à l’euro mais a vu son ascension stoppée aux portes du seuil de ¥7,60 (NB : Cette barrière est à nouveau testée par la paire EUR/CNH ce mardi matin). Le cours EUR/AUD a effacé une partie des 1,3% de gains accumulés lors des trois dernières séances de la semaine dernière et est retombé sous le seuil de A$1,60 à la veille d’une nouvelle réunion de la Réserve Bancaire Australienne (RBA). Sous couvert d’un léger regain d’appétit au risque des acteurs de marché, le rand sud-africain a progressé de +0,4% face à l’euro, la paire EUR/ZAR se maintenant tout de même au-dessus du seuil de ZAR 16,0. La performance du rouble russe hier – rebond de +0,6% face à l’euro et retour amorcé en direction du seuil de RUB 74,0 – s’est avérée un peu plus importante car soutenue en parallèle par un rebond de presque 1% des prix du pétrole à presque $66 (Brent). Sans véritable catalyseur venant expliquer ce mouvement, la paire EUR/SEK a vivement bondi et progressé de +0,5% pour atteindre un pic de 4 séances à quelques encablures du seuil de SEK 10,60.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :   On aurait pu penser que les nouveaux signaux de détente des relations sino-américaines viendraient soutenir une nouvelle tentative d’ascension au-dessus du niveau de $1,14, il n’en fut rien. Les investisseurs semblent las d’entendre jour après jour des promesses et attendent désormais des annonces concrètes. En l’absence également d’évolution matérielle sur le volet du Brexit, les marchés se sont donc focalisés sur les échéances à venir cette semaine, c’est à dire pour l’euro une nouvelle réunion monétaire de la Banque Centrale Européenne en marge de laquelle seront publiées les nouvelles projections économiques de la banque. Beaucoup d’observateurs craignent qu’une très probable révision à la baisse des perspectives de croissance et d’inflation – fortement attendue au regard des ajustements réalisés ces dernières semaines par de nombreuses organisations internationales tels que le FMI ou la Commission Européenne – pourrait s’accompagner d’une annonce de mesures d’assouplissement monétaire destinée à relancer l’activité. L’option d’un nouveau programme de prêts longs à taux réduits aux banques européennes (TLTRO) fut déjà évoquée en janvier dernier par les responsables monétaires et a été depuis reprise par certains d’entre eux lors de leurs récentes sorties publiques. La question est double pour les marchés. La question n’est pas non seulement de savoir si ce programme de soutien au crédit va être effectivement lancé mais d’évaluer s’il s’agit là d’une première étape préparatoire avant quelque chose de « plus gros » comme le recours à un plan de rachats d’actifs ou encore une nouvelle baisse de taux. On n’en sait rien et c’est bien là la raison des doutes exprimés par les acheteurs d’euro sur ce début de semaine. La paire EUR/USD pourrait donc restée fébrile et orientée à la baisse jusqu’à jeudi et le dévoilement des intentions de la banque centrale et de son gouverneur Mario Draghi.

Niveaux clés : Approché hier, le support de $1,13 pourrait à nouveau jouer son rôle de support et réfréner un temps les pressions baissières actuelles qui sévissent sur le cours EUR/USD. Celle-ci reste néanmoins fragile, et la volatilité récente de la paire de change nous a démontré que ce seuil pouvait céder assez facilement en cas de vives inquiétudes autour de la Zone Euro et de ses perspectives. C’est une pluie d’indicateurs économiques qui va à nouveau s’abattre ce mardi et à cette occasion pourrait offrir l’occasion à l’EUR/USD de maintenir un peu la tête hors de l’eau. Si en Europe, les marchés seront attentifs aux estimations révisées des enquêtes d’activité PMI de février ainsi qu’aux nouvelles statistiques de vente au détail en Zone Euro au mois de janvier (cons. +1,2% M/M), il faudra toutefois surveiller en parallèle toute éventuelle révision des chiffres de croissance en Italie au T4 2018 à l’occasion de la publication des estimations finales de PIB de la 3ième économie de la Zone Euro. Aux Etats-Unis, c’est le résultat de l’enquête d’activité ISM dans les secteurs non-manufacturiers qui focalisera l’attention (cons. 57,3 Vs 56,7 en janvier) chez des investisseurs qui guettent actuellement le moindre signe de fléchissement de l’économie américaine.

Perf 2019 = -1,32% / Moyenne 2019 = $1,1383 / Point haut 4 mars 2019 = $1,1395 / Point bas 4 mars 2019 = $1,1307 / Clôture 4 mars 2019 = $1,1337

GBP

EUR/GBP  :   C’est une livre sterling relativement statique que l’on observe depuis quelques jours en l’absence de nouveaux éléments sur le volet du Brexit. Depuis l’annonce la semaine dernière par Theresa May qu’elle laisserait le libre choix aux députés de choisir l’orientation du Brexit – sortie sans accord ou report – en cas de non ratification de l’accord négocié à Bruxelles en novembre dernier, les investisseurs ont adossé une position d’observation et semblent attendre l’issue du vote final au Parlement qui devrait être programmé d’ici le 12 mars au plus tard. En attendant d’avoir davantage d’informations sur la tendance qui se dessine en amont de ce vote clé et/ou d’éléments permettant de jauger si les attentes actuelles des marchés autour d’un possible report du Brexit sont légitimes ou non, la livre sterling pourrait continuer de voguer en ordre dispersé autour du seuil de £0,86 réagissant modestement aux indicateurs économiques publiés au Royaume-Uni.

Niveaux clés : Si la devise britannique a légèrement corrigé et effacé une infime partie des 3% de gains accumulés récemment face à l’euro à la fin du mois de février, la paire EUR/GBP reste relativement stable et éprouve de grandes difficultés à repasser au-dessus de la barre de £0,86, laquelle n’avait pas été franchie avant février depuis le mois de mai 2017. Le cours devrait être ce mardi sensible au résultat de l’enquête PMI dans le secteur des services, lequel est d’autant plus important qu’il produit plus de 70% du PIB du pays. Une légère contraction de la croissance dans ce pan de l’économie britannique, comme il l’est actuellement anticipé par le consensus, est très susceptible d’endommager quelque peu l’attractivité de la livre sterling et peser sur la valorisation, néanmoins les répercussions pourraient rester modestes à en juger par la volatilité récente de devise britannique qui s’avère peu sensible aux fondamentaux économiques car exclusivement guidée par le Brexit et son actualité.  

Perf 2019 = -4,36% / Moyenne 2019 = £0,8778 / Point haut 4 mars 2019 = £0,8609 / Point bas 4 mars 2019 = £0,8556 / Clôture 4 mars 2019 = £0,8603


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.