Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

févr. 06, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 6 février 2019 – Sommaire :

  • L’unité prônée par Donald Trump lors de son allocution annuelle a rabiboché les investisseurs avec le dollar. Ce matin ce sont les marchés des changes sont agités par les spéculations de baisse de taux en Australie.
  • Le cours EUR/USD tente de glisser sous le seuil de $1,14 mais cette barrière tient bon pour le moment. Une nouvelle contraction significative des commandes industrielles allemandes (-1,6% M/M) vient asséner un nouveau coup à l’euro.
  • Léger repli de la paire EUR/GBP après son retour de la veille à plus de £0,88 (pic de deux semaines). Probable position d’observation avant la séance « agitée » de jeudi : décision de la Banque d’Angleterre & visite de T. May à Bruxelles.
  • Le dollar australien perd ce matin plus de -1% face à l’euro après qu’un responsable monétaire ait ouvert la porte à une possible baisse de taux d’intérêt. Le cours EUR/AUD approche ce matin le niveau de A$ 1,60.
  • La faiblesse de l’euro pèse sur la paire EUR/CHF qui menace de revenir sous le seuil de ₣1,14.
  • Après avoir flirté avec le seuil de ¥126 en début de semaine, le cours EUR/JPY glisse doucement et retombe sous le niveau de ¥125 qu’il avait mis plus d’un mois à franchir.
  • Rebond de l’EUR/CAD qui après avoir glissé la veille à un creux de 2 mois remonte ce matin au-dessus du seuil de C$1,50.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de mardi : Le dollar revigoré avant le discours de Donald Trump / Un repli de l’activité dans le secteur privé britannique pèse sur la livre sterling / Rebond de l’EUR/CHF à un pic de 12 semaines

Pénalisé par des indicateurs économiques décevants illustrant une inversion de conjoncture en Zone Euro (forte contraction des ventes au détail en décembre et repli confirmé de l’indice d’activité PMI général, bien que moins marqué que ne le laissait suggérer les premières estimations publiées fin janvier), l’euro a cédé du terrain face au dollar pour revenir à hauteur de $1,14. Malgré un passage furtif sous cette barrière – une première depuis une semaine – celle-ci a plutôt bien résisté mardi aux pressions baissières s’abattant sur le cours EUR/USD. Le repli de la paire de change relève également d’un regain d’intérêt des investisseurs pour la devise américaine de la part d’investisseurs plutôt optimistes sur le fait que Donald Trump jouerait davantage la carte de l’unité plutôt que prôner la division lors de son discours annuel sur l’état de l’Union programmé dans la nuit de mardi à mercredi. Un pari qui s’est révélé plutôt bien aspiré puisque effectivement lors de son allocution devant les membres de la Chambre des représentants, en majorité démocrates, le président américain a réclamé à l’opposition davantage de coopération pour éviter de faire dérailler le pays du « miracle économique » dans lequel il se trouve. Si la question du financement du mur à la frontière mexicaine reste en suspens, l’allocution du locataire de la Maison Blanche ressemblait étrangement à une branche d’olivier envoyé aux dirigeants du Parti Démocrate, laquelle pourrait œuvrer à éviter un nouveau « shutdown » après le 15 février (échéance pour prolonger le budget de dépenses des administrations fédérales).  La livre sterling a touché un creux de deux semaines face à l’euro à plus de £0,88 après la publication d’un repli bien plus important que prévu de l’indice PMI d’activité dans le secteur privé en janvier (50,1 Vs cons. 51,0 et 51,2 en décembre) signalant une croissance atone de cette frange clé de l’économie britannique qui n’avait plus connu une dynamique aussi faible depuis 30 mois. Le fait marquant de la séance de mardi reste le rebond de la paire EUR/CHF à un pic de 12 semaines à plus de1,1440 sous l’influence d’un recul massif de la demande des investisseurs pour les valeurs refuges dans un contexte global moins tendu. Ce rebond fut néanmoins temporaire et le cours clôtura la séance dans le rouge tout juste au-dessus du seuil de ₣1,14. Le cours EUR/CAD a lui enregistré sa 5ième séance consécutive de repli et touché à cette occasion un point bas depuis deux mois à hauteur de C$ 1,4950, cela sans l’aide des prix du pétrole qui ont accusé mardi un nouveau repli après celui déjà observé lundi (Brent à $62) sur fond de déception des marchés à la réception d’indicateurs économiques américains moins robustes que prévu (contraction surprise des commandes des usines lundi et indice d’activité ISM non-manufacturier sous les attentes du consensus mardi) . Néanmoins, le dégonflement des tensions commerciales, les pressions exercées par les Etats-Unis sur le Venezuela qui traverse actuellement une crise politique ou encore la réduction des quotas de production pétrolière décidée par les membres de l’OPEP en décembre derniers sont autant de facteurs qui actuellement tendent à contenir un décrochage trop important des prix du brut. Dans les pas de l’EUR/USD, et en ce jour de célébration de la nouvelle année lunaire en Chine, le cours EUR/CNH a corrigé d’un peu plus de -0,5% et est revenu s’installer au centre du couloir de fluctuation de ¥7,70-¥7,75. L’optimisme autour de la nouvelle entente sino-américaine semble prendre le pas sur les inquiétudes autour de la santé déclinante de l’économie chinoise.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  Le discours sur l’état de l’Union et l’unité réclamée par Donald Trump auprès de l’opposition semblent avoir revigoré les acheteurs de dollar récemment échaudés par les propos prudents tenus la semaine dernière par la réserve fédérale américaine. Dans le même temps, la Zone Euro et sa locomotive économique, l’Allemagne, continue d’envoyer des signaux inquiétants de décélération de l’activité qui obscurcit de plus en plus l’idée d’une prochaine hausse de taux en Zone Euro à venir cette année. La contraction inattendue et très significatives des commandes industrielles allemandes au mois de décembre (-1,6% M/M Vs cons. +0,3%) – une performance inférieur à la projection la plus pessimiste recueillie lors de l’enquête d’opinion réalisée auprès de 34 économistes – confirme les difficultés rencontrées par la 1ière économie européenne sur la fin d’année dernière. L’EUR/USD reste donc orienté à la baisse et peut même craindre de nouvelles pertes si l’économie américaine continue d’afficher une solide performance et rassure et/ou les inquiétudes autour de l’Italie, entrée en récession au dernier trimestre 2018, commence à s’emparer des acteurs de marché européens. La publication jeudi des nouvelles projections de croissance de la commission européenne pourrait venir créer quelques remous si d’aventure est observé une révision importante des projections de croissance cette année au sein de la 3ième plus importante économie de la Zone Euro.

Niveaux clés : La barrière de $1,14 résiste bien pour le moment et maintient à flot le cours EUR/USD néanmoins celle-ci pourrait céder aux inquiétudes autour de l’inversion de la conjoncture en Zone Euro s’ajoute un effet de soulagement prolongé de la part des investisseurs européens que Washington peut s’éviter en février une nouvelle paralysie budgétaire qui viendrait alors raviver les craintes sur les dommages potentiels causés sur le cycle de croissance de l’économie américaine. Du côté des Etats-Unis, on sera attentif à la publication cette après-midi d’indicateurs d’activité commerciale. Le cours est actuellement sur la défensive et amorce la séance de mercredi dans le rouge, effaçant officiellement ce matin la moitié du gain de +1,5% engrangé à la fin du mois de janvier.

Perf 2019 = -0,68% / Moyenne 2019 = $1,1420 / Point haut 5 février 2019 = $1,1453 / Point bas 5 février 2019 = $1,1397 / Clôture 5 février 2019 = $1,1412

GBP

EUR/ GBP  :  Avec son rebond de la veille, le cours EUR/GBP a quasiment effacé en sept séances la moitié des -4,3% de pertes engrangés pendant la seconde moitié du mois de janvier. Mises de côté ces derniers jours, les inquiétudes autour du Brexit et de ses impacts ont refait surface à la lecture des indices d’activité PMI du mois de janvier, lesquels sont tous ressortis en baisse à un niveau bien plus bas qu’attendu. Cela confirme bien que les incertitudes autour de l’avenir du Royaume-Uni pèsent lourdement sur la confiance des entreprises britanniques et leur activité. Néanmoins, toujours pas de panique observée du côté des investisseurs qui continuent de croire que le scénario redouté d’une sortie de l’Union Européenne sans accord peut être évitée. D’où finalement les pressions baissières relativement modestes visibles sur la devise britannique.

Niveaux clés : Après  trois séances consécutives de hausse, la paire EUR/GBP marque le pas mercredi et retombe doucement sous le seuil de £0,88. Les vendeurs de livre sterling pourraient être tentés de prendre leur bénéfice ce mercredi en l’absence d’indicateurs économiques majeurs publiés au Royaume-Uni, et surtout avant la séance de jeudi qui pourrait être très mouvementée à l’occasion de la publication des conclusions de la première réunion monétaire de l’année de la Banque d’Angleterre et de la visite de Theresa May à Bruxelles pour tenter de négocier avec les dirigeants européens un ajustement du texte de sortie signé en novembre dernier. Une rencontre avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, est inscrite à l’agenda de la première ministre britannique a d’ailleurs confirmé mardi le porte-parole du gouvernement. 

Perf 2019 = -2,14% / Moyenne 2019 = £0,8842 / Point haut 5 février 2019 = £0,8821 / Point bas 5 février 2019 = £0,8748 / Clôture 5 février 2019 = £0,8812


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.