Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

févr. 05, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 5 février 2019 – Sommaire :

  • Après un début de semaine très calme l’euro perd du terrain alors que refont surface ses difficultés économiques (estimations finales des indices PMI de janvier & chiffres de ventes au détail publiés ce matin en Zone Euro).
  • La divergence importante de dynamique économique entre la Zone Euro et les Etats-Unis fait pression sur le cours EUR/USD et le ramène à $1,14.
  • Le dollar pourrait à nouveau vaciller si Donald Trump effraye les marchés lors de son discours annuel sur l’état de l’Union (dans la nuit de mardi à mercredi).
  • Le cours EUR/GBP reste bien ancré dans un couloir d’étranglement de £0,87-£0,88 en amont de la publication des résultats de l’enquête PMI du secteur privé britannique (10h30).
  • Le cours EUR/JPY corrige légèrement après deux séances consécutives de gains mais reste solidement arrimé à plus de ¥125. Le cours EUR/CHF se maintient lui à plus de ₣1,14.
  • Solide rebond de près de +0,5% du dollar australien à A$ 1,5750 face à l’euro après le statu quo prononcé par la banque centrale australienne. La communication fut bien moins prudente qu’anticipé, la banque soulignant notamment des « progrès modestes.
  • L’euro perd du terrain face à de nombreuses devises émergentes et subit la reprise d’appétit des acteurs de marché pour des actifs risqués à haut rendement dans un contexte global plus détendu.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : Séance calme dans la continuité de vendredi dernier / Le dollar se reprend sous l’influence de Google / Les européens pas réellement convaincus par les députés britanniques

C’est une séance relativement calme à laquelle nous avons assisté lundi faute d’annonces majeures dans les dossiers commerciaux et politiques mais également en l’absence de publication de données économiques majeures au sein des principales économies développées. C’est un certain élan de continuité auquel nous avons été témoin hier en termes de volatilité sur les marchés des changes. Ainsi, les paire EUR/JPY et EUR/CHF sont restée orientées à la hausse – la 1ière atteignant un nouveau pic d’un mois à presque ¥126 tandis que la 2nd a consolidé son retour au-dessus de ₣1,14 (seuil qui n’avait plus été franchi depuis mi-novembre) – sous l’effet d’un reflux de demande pour les valeurs refuges dans un contexte de marché plus détendu face à la réduction des tensions commerciales sino-américaines. Le cours EUR/USDs’est tassé et est retombé sous le seuil de $1,1450 sous l’effet d’un renforcement du dollar entre autre stimulé par le solide rebond de Wall Street et principalement de l’indice Nasdaq des valeurs technologiques (+1,2% lundi & clôture à un pic de 2 mois) après la publication de meilleurs résultats trimestriels que prévu de l’entreprise Alphabet, la maison mère de Google. À la veille des célébrations du nouvel an chinois et en l’absence des acteurs financiers locaux, le yuan a accentué son recul face à l’euro et chuté à son plus bas niveau depuis 3 semaines à plus de ¥7,75. La livre sterling a quant à elle perdu du terrain face à son homologue européenne après son repli de vendredi dernier après la visite d’une délégation de députés britanniques du côté de Bruxelles jugée non concluante par plusieurs responsables européens. Une réouverture des négociations sur l’accord de sortie conclu en novembre dernier, et plus précisément des termes de la clause de sauvegarde définie pour éviter le retour d’une frontière physique en Irlande, n’est pas à l’ordre du jour. Le spectre d’une possible rupture brutale ne semble pas pour autant affoler les marchés et la paire EUR/GBPreste toujours pour le moment à la porte de la barrière de £0,88. Le dollar canadien a profité du maintien des cours du pétrole sur une dynamique haussière depuis la prise de sanctions américaines contre le Venezuela et la compagnie pétrolière publique PDVSA  – Brent sur ses plus hauts niveaux depuis mi-novembre mais qui fait face à un plafond situé autour des prix de $62-63 – pour enregistrer lundi une 4ième séance consécutive de repli face à l’euro et atteindre un pic de 2 mois à moins de C$ 1,50. La bonne santé économique démontrée par le voisin américain et l’atténuation des tensions commerciales globales sont des facteurs plutôt rassurants pour une économie canadienne dont la croissance est fortement corrélée à la dynamique des échanges avec les Etats-Unis (= absorbent environ 75% des exportations canadiennes d’après les statistiques de 2017).

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD  :  Comme l’on pouvait s’en douter, les effets du nouveau « coup de chaud » enregistré par l’EUR/USD à plus de $1,15 réalisé après la réunion de la Fed se sont vite dissipés et le cours corrige depuis progressivement en direction du centre de son couloir de $1,12-$1,16 dans lequel il est coincé depuis le mois d’octobre dernier. Malgré un regain d’appétit au risque nourri par un dégonflement global des tensions commerciales, l’euro souffre toujours autant face au dollar de divergences importantes à la fois sur le plan économique et monétaire. Car si l’on craint l’amorcement prochain d’un cycle de ralentissement de l’activité aux Etats-Unis, celui-ci tarde à s’illustrer tandis qu’à l’inverse en Europe la décélération est bien nette et totale. Les publications ce matin des estimations finales des indices d’activité PMI composite du mois de janvier au sein des principales économies européennes et d’une probable forte contraction des ventes au détail en Zone Euro sur le dernier mois de l’année dernière, puis dans l’après-midi d’un résultat probablement toujours très robuste de l’enquête d’activité ISM dans le secteur non-manufacturier américain (16h00) devraient à nouveau mettre en lumière le contraste de dynamique entre les deux zone géographiques.

Niveaux clés : Accusant ce mardi matin un repli en direction de $1,14 sur fond de prolongement de l’effet d’un raffermissement du dollar enregistré lundi soir en séance américaine en marge du solide rebond des marchés actions, le cours EUR/USD sera sensible ce matin aux chiffres révisés des indices d’activité du mois de janvier (10h00) ainsi qu’aux statistiques de ventes au détail en Zone Euro au mois de décembre (11h00). Une forte contraction des ventes, comme il l’est attendu par le consensus (projection de -1,6% M/M = plus fort repli mensuel depuis mai 2011), viendrait consolider les inquiétudes actuelles des marchés vis-à-vis des perspectives de croissance en Europe et ainsi offrir un tremplin à un réduction des positions en euro sur les marchés monétaires. L’évènement majeur de la journée se déroulera néanmoins aux Etats Unis dans la nuit de mardi à mercredi (03h00 du matin mercredi 6 février). Il s’agit de l’allocution annuelle de Donald Trump, aussi communément appelée discours sur l’état de l’Union, dans lequel le président américain dévoilera les orientations politiques de son gouvernement pour l’année en cours. Volet commercial, immigration, dépenses publiques,… les acheteurs de dollar seront très attentifs aux directives présentées par le locataire de la Maison Blanche. Un risque de nouveau « shutdown » reste toujours présent à 10 jours d’une échéance budgétaire et en l’absence de consensus des camps républicains et démocrates sur la question d’un financement d’un mur à la frontière mexicaine.

Perf 2019 = -0,49% / Moyenne 2019 = $1,1421 / Point haut 4 février 2019 = $1,1465 / Point bas 4 février 2019 = $1,1419 / Clôture 4 février 2019 = $1,1435

GBP

EUR/ GBP  :  Pas de réelles évolutions sur le dossier du Brexit où s’observe actuellement un front entre des européens fermés à l’idée de renégocier un nouvel accord de sortie et des britanniques soucieux de trouver une alternative pour éviter un divorce douloureux le 29 mars prochain. Cela ne semble pas pour autant perturber le moins du monde les marchés où les investisseurs restent relativement confiants sur le fait qu’une solution devrait être trouvée d’ici cette échéance, soit par l’intermédiaire d’un report de la date de sortie ou soit à travers une entente commune sur une modification de la clause de sauvegarde relative à la frontière irlandaise. Si les acteurs de marché ne s’affolent pas, l’absence de nouveaux éléments sur ce dossier tend à l’inverse à freiner la perspective d’un nouveau rebond significatif de la livre sterling face à l’euro sous le support de £0,87.

Niveaux clés : Coincée depuis une semaine dans un couloir étroit de £0,87-£0,88, les acheteurs de livre sterling attendent calmement le signal de développements significatifs sur le dossier du Brexit. En attendant, ces derniers pourraient se détourner de la sphère politique pour se concentrer temporairement sur les fondamentaux économiques à l’occasion de la publication ce matin au Royaume-Uni de l’indice d’activité PMI dans le secteur privé au mois de janvier. Attendu en léger repli ce mois-ci par le consensus (projection de 51,0 vs 51,2 en décembre), la livre sterling pourrait perdre davantage de terrain si la décélération de ce secteur clé de l’économie britannique s’avère plus prononcée et l’EUR/GBP alors tester la barrière de £0,88. La première ministre Theresa May se rendra ce mardi en Irlande du Nord et pourrait donner davantage de précisions sur ses exigences en matière de renégociation du « backstop » et les propositions qu’elle compte faire à Bruxelles pour tenter de convaincre des dirigeants européens peu enclins pour le moment à faire la moindre concession.

Perf 2019 = -2,56% / Moyenne 2019 = £0,8842 / Point haut 4 février 2019 = £0,8775 / Point bas 4 février 2019 = £0,8723 / Clôture 4 février 2019 = £0,8772


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.