Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 16, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 16 janvier 2019 – Sommaire :

  • Les marchés sont ce mercredi globalement focalisés sur le Brexit et les conséquences du rejet la veille de l’accord de sortie par le Parlement britannique.
  • La livre sterling continue de progresser face à l’euro et consolide sa position sous le niveau de £0,89. Sentiment d’un report et annulation du Brexit qui se dessine.
  • L’EUR/USD reste très fragile et retombe ce matin sous $1,14 suite à la confirmation d’un ralentissement de l’inflation en Allemagne à un creux de 8 mois de 1,7%.
  • Les inquiétudes autour de l’Europe – à la fois économique (fondamentaux en berne), monétaire (BCE inquiète) et politique (Brexit flou) – pèsent sur l’euro ce mercredi qui affichent un recul face à l’ensemble des ses pairs (devises de pays développés & émergents).
  • Alors que le pétrole consolide son retour de la veille à plus de $60, l’euro oscille actuellement sur ses plus bas niveaux depuis un mois face à de nombreuses devises dites « cycliques » comme le dollar australien (A$ 1,58), le dollar canadien (C$1,51), la couronne norvégienne (NOK 7,74) ou encore le rouble russe (RUB 76,0)

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de mardi : Le PIB allemand & Mario Draghi font plonger l’euro à $1,14… Rejet massif de l’accord de sortie par le Parlement britannique… Le dollar canadien à un pic d’un mois après le retour du pétrole à $60 (Brent)… Le yuan continue sa progression (pic de 6 mois Vs Euro)

  • La confirmation d’un recul en 2018 de la croissance de l’Allemagne, 1ière économie européenne, à son plus bas niveau depuis 5 ans (1,5% Vs 2,2% en 2017) a fortement déçu les marchés et amorcé un nouveau mouvement de repli de l’euro. Cette dynamique s’est intensifiée dans l’après-midi en écho aux propos inquiets du gouverneur central européen, Mario Draghi, relevant une progression économique en Zone Euro « plus faible que prévu ». Le cours EUR/USD a ainsi fait une brève apparition sous le niveau de $1,14 et touché à cette occasion un plus bas depuis 7 séances de $1,1378 avant de retracer légèrement en fin de journée. Après un passage à plus de $1,15 (pic recensé à $1,1570) la semaine dernière, tout est à refaire pour l’euro qui vient de perdre plus de 1,1% face au dollar sur les 4 dernières séances.
  • Si un rejet de l’accord de sortie négocié par Theresa May à Bruxelles en novembre dernier par les députés de la Chambre des communes était hautement prévisible, force est de reconnaître qu’on ne s’attendait pas à une telle unanimité de l’opposition envers ce texte de loi supposé dessiner les contours du Brexit. Plus des deux tiers du Parlement (432 voix contre Vs 202 pour) s’est prononcé défavorable à ce plan de sortie et ainsi renvoyé le gouvernement à plancher sur une solution alternative. C’est un revers lourd de conséquence pour la première ministre britannique qui vient un peu plus affaiblir son crédit à la gouvernance du pays et qui pourrait lui coûter son poste. Son gouvernement s’est vu adresser une motion de censure de la part du camp travailliste et de son leader Jeremy Corbyn suite à cette débâcle, laquelle sera votée au Parlement mercredi soir (20h00). En ce qui concerne le sort du Royaume-Uni, plusieurs options s’offrent désormais à l’exécutif qui doit fournir une version retravaillée du texte d’ici lundi prochain : 1) Retourner à Bruxelles pour renégocier un accord que les européens ou 2) Reporter la date de sortie. L’option d’un second référendum est toujours envisageable mais reste pour le moment écartée par Theresa May.  Si du côté européen on estime que le rejet de cet accord par les parlementaires accentue soit le risque de sortie sans accord ou bien d’annulation du processus de sortie, du côté des acteurs de marché on reste dans le flou le plus total face à la multiplicité des scénarios possibles et imaginables. De retour en journée sous le seuil de £0,89, le cours EUR/GBP a très peu été affecté par le résultat de ce scrutin couru d’avanceet ainsi réussi à se maintenir sur ses plus bas niveaux depuis 7 semaines.
  • Les prix du pétrole ont vivement rebondi mardi (presque 3%) et fait leur retour au-dessus du niveau de $60 (indice Brent) soutenu par l’atténuation des inquiétudes autour de l’économie chinoise après une nouvelle intervention de Pékin laissant miroiter la prochaine mise en place de nouvelles mesures de soutien à la croissance. Le dollar canadien n’est pas resté insensible à ce renforcement des cours du baril de brut et progressé face à l’euro jusqu’à atteindre un nouveau pic d’un mois à presque C$1,51. Si la paire EUR/CAD a légèrement retracé en fin de journée, celle-ci reste sur la défensive à proximité de cette barrière.

Le yuan n’en finit plus de progresser et a passé un cap mardi en cassant son support de ¥7,75. Le cours EUR/CNH a ainsi glissé à un nouveau creux de 6 mois situé sous le niveau de ¥7,72 et reste sur une pente glissante alors que les marchés expriment leur soulagement à l’égard de la récente baisse des tensions commerciales sino-américaines et des engagements pris par Pékin pour venir soutenir une économie en plein ralentissement. La faiblesse actuelle de l’euro ne joue pas non plus en faveur d’une résistance de la paire de change.

USD

On ne peut réellement être surpris de la correction actuelle du cours de change tant on avait souligné que le récent rebond à plus de $1,15 découlait exclusivement d’une faiblesse temporaire et non d’une revalorisation de l’euro et qu’au regard de la dégradation des fondamentaux économiques européens il était difficilement imaginable de voir l’EUR/USD progresser de manière durable. La correction à $1,14 est juste un retour naturel des choses compte tenu des divergences de dynamique économique et monétaire visibles entre les Etats Unis et la Zone Euro.

Niveaux clés : Bien que franchie, la barrière de $1,14 a néanmoins joué un rôle de support et contenu les pressions baissières auxquelles le cours de change était sujet. Si la paire de change reste toujours sous la menace d’une correction et pourrait connaître quelques déconvenues ce matin en marge de la publication de l’estimation finale des chiffres d’inflation en Allemagne au mois de décembre (probable confirmation d’un creux de 8 mois à 1,7%), celle-ci pourrait une nouvelle fois cherché du soutien outre-Atlantique où l’on observera la publication dans l’après-midi des statistiques de vente au détail et dans la soirée du rapport de la banque centrale américaine sur les développement des conditions économiques visibles au niveau des districts régionaux (Livre Beige). L’euro ne sera pas non plus insensible au déroulé des évènements sur le Brexit et les conséquences qu’impliquent le rejet la veille de l’accord de sortie par les députés britannique.

Perf 2019 = -0,60% / Moyenne 2019 = $1,1441 / Point haut 15 janvier 2019 = $1,1491 / Point bas 15 janvier 2019 = $1,1378 / Clôture 15 janvier 2019 = $1,1414

GBP

Le rejet de l’accord sur le Brexit hier au Parlement britannique n’a surpris personne, seul l’écart de voix constituant en soi la réelle surprise de ce scrutin. Cette anticipation des marchés explique le manque de réaction de la livre sterling dont on aurait pu craindre une nouvelle lourde correction en cas de retour des inquiétudes autour d’un scénario de sortie sans accord. Selon toute vraisemblance, ce n’est pas le sentiment partagé ce matin par les marchés qui voit plutôt dans cette opposition une possibilité de report du Brexit voire d’arrêt du processus de sortie.  En effet, au regard des récents commentaires exprimés du côté du camp européen, une renégociation de l’accord signé fin novembre ne semble pas pour l’heure constituer une option en soi, du moins il apparaît très difficile que de nouveaux échanges entre Londres et Bruxelles aboutissent à de modifications majeures du texte. Or compte tenu des divisions créées par le texte de loi au sein de la scène politique britannique, il est difficile de penser que les députés, aussi bien conservateurs que travaillistes, se contenteront de léger ajustements techniques. Il s’agit là de spéculations et il apparait toujours très difficile d’anticiper le déroulé des prochaines semaines. Quoi qu’il en soit des investisseurs on veut croire qu’un scénario catastrophe peut (et va) être évité.

Niveaux clés : Sous couvert d’un euro faible et d’une montée progressive des spéculations autour d’un report voire arrêt du Brexit, la livre sterling continue de progresser et consolide sa position sous £0,89. Si l’on s’en tient aux récents commentaires politiques lus de part et d’autres, Theresa May devrait une nouvelle fois remporter le vote de défiance auquel son gouvernement est la cible et ainsi s’éviter un départ forcé alors que plusieurs députés conservateurs frondeurs et de la formation nord-irlandaise, alliée au Parlement, du DUP lui ont confirmé leur soutien. En cas de résultat contraire, un mouvement de panique pourrait s’emparer des marchés et la livre sterling ferait à nouveau l’objet de vents contraires majeurs (retour de l’EUR/GBP en direction du plafond de £0,91). La devise britannique reste grandement volatile et sensible aux conséquences et annonces qu’implique le résultat du vote de la veille.

Perf 2019 = -1,34% / Moyenne 2019 = £0,8962/ Point haut 15 janvier 2019 = £0,8987 / Point bas 15 janvier 2019 = £0,8853 / Clôture 15 janvier 2019 = £0,8873


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.