Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

janv. 15, 2019 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 15 janvier 2019 – Sommaire :

  • Les autorités chinoises n’ont pas tardé à réagir aux mauvais chiffres du commerce extérieur publiés lundi et le premier ministre a laissé planer ce matin à la télévision publique l’annonce de mesures de soutien à l’économie pour aborder 2019 de meilleure des manières.
  • Des propos rassurants qui ne laissent pas les marchés des changes insensibles : Rebond du yuan sur ses plus hauts niveaux depuis 6 mois (EUR/CNH sous ¥7,75), recul du yen japonais (EUR/CNH à plus de ¥124) et rebond du dollar australien à un pic de plus de 3 semaines (EUR/AUD sous A$1,59).
  • EUR/USD sur la défensive qui retombe à $1,1450 avant la publication des statistiques annuelles de PIB en Allemagne en 2018 (10h00). Une contraction technique de la 1ière économie européenne viendrait intensifier ces pressions baissières.
  • La paire EUR/GBP se maintient sur ses plus bas niveaux depuis 5 semaines à hauteur de £0,89 avant le vote de ce soir au Parlement britannique sur l’accord de sortie signé fin novembre entre Londres et Bruxelles. Vote à partir de 20h00.

Pense-bête - Petit retour en arrière sur le moment de la séance de lundi : La livre sterling touche un pic de 5 semaines à moins de £0,89… Les inquiétudes autour de la Chine pèsent sur l’appétit au risque des investisseurs… Une économie européenne au ralenti

  • À la veille du vote de l’accord de sortie au Parlement, la livre sterling s’est offert un nouveau rebond après celui déjà conséquent réalisé vendredi (+1,0% Vs Euro) et atteint un pic de 5 semaines face à l’euro à moins de £0,89. La devise britannique a fortement réagi à la publication d’un rapport laissant entendre qu’une faction de députés conservateurs partisans du Brexit pourraient finalement soutenir le plan de sortie négocié par Theresa May à Bruxelles fin novembre. La nouvelle a par la suite été démentie par les responsables de ce groupe, non sans que cela provoque une vive remontée de la paire EUR/GBP. Il faut dire que les nouveaux propos de la cheffe du gouvernement faisant non plus référence à une sortie sans accord mais à un « blocage » du processus de sortie en cas de véto du texte de loi proposé mardi sont venus soulagés les marchés sur l’idée que si sortie il y a, celle-ci ne devrait pas être aussi désordonnée ou brutale que ce que le laissait supposer le gouvernement. Ce changement de discours de la part de May participe également au jeu des spéculations, qui se sont intensifiées au cours des derniers jours, autour d’un possible report de la date de sortie, ou encore d’organisation d’un second référendum. La sensation que le pire peut être évité donne du baume au cœur aux investisseurs et soutient un mouvement de revalorisation de la devise britannique.
  • La contraction inattendue des exportations et importations chinoises au mois de décembre est venue ravivée les craintes autour de l’état de santé du pays alors même que l’on observe actuellement une phase de décélération de la croissance chinoise. Si la publication de ces chiffres n’a provoqué aucun mouvement de panique sur les places boursières mondiales ; les investisseurs préférant voir le verre à moitié plein et loué le rapprochement récent de Pékin et Washington qui pourrait se conclure par un nouveau partenariat commercial entre les deux pays ; ceux-ci ont néanmoins contribué à faire souffler un léger vent d’aversion au risque sur les marchés des changes. Le yen a ainsi enregistré sa 3ième séance consécutive de hausse face à l’euro (gain cumulé de +0,7%) et touché à cette occasion un pic d’une semaine à moins de ¥124. De son côté, le yuan chinois a légèrement corrigé face à l’euro et au dollar mais les réactions sont restées relativement modestes. La devise chinoise se maintient toujours à proximité de ses plus hauts niveaux depuis 6 mois, à hauteur de ¥6,75 face au dollar et ¥7,75 face à l’euro.
  • On s’attendait à ce que les statistiques agrégés de production industrielle en Zone Euro soient décevants…et bien elles l’ont été, et encore bien plus que prévu. Avec une contraction mensuelle de -1,7% sur le mois de novembre contre -1,5% attendu, l’activité du secteur industriel européen a touché un creux depuis février 2016. Bien que peu surprenant, cet indicateur vient nous confirmer le ralentissement de l’activité économique en Zone Euro sur la fin d’année après un 3ième trimestre déjà décevant (+0,2% T/T de croissance au T3 en Zone Euro) et fait craindre une performance tout aussi faiblarde au 4ième trimestre.  Après son retour sous le niveau de $1,15 vendredi, la paire EUR/USD est restée atone lundi et s’est maintenue toute la journée sous cette barrière.

USD

Le sentiment d’aversion au risque déclenché par les très mauvais chiffres du commerce chinois, auquel s’est rajouté en cours de journée la déception causée par des chiffres de production industrielle en Zone Euro bien plus bas (et inquiétants) que prévu, a mis la paire EUR/USD sur le reculoir tout au long de la séance de lundi et empêché toute tentative éventuelle de retour à $1,15. La volatilité est néanmoins demeurée très modérée et l’on a assisté à un regain de vigueur de la paire dès l’ouverture des marchés américains, preuve s’il en est qu’outre-Atlantique les investisseurs restent échaudés par les évènements des derniers jours et ne sont pas réellement pressés de reprendre des positions à l’achat en dollar. Car outre le changement d’approche de la Fed, désormais plus patiente, les observateurs de marché continuent de suivre avec circonspection la poursuite d’un « shutdown » déjà historique qui n’offre pour le moment peu d’issue (25ième jour de paralysie ce mardi).

Niveaux clés : La faible correction de la paire EUR/USD et son retour très rapide aux abords du seuil de $1,15 traduisent la capacité de cette dernière à refranchir rapidement ce seuil clé. Pour cela, il faudra compter sur une non-contreperformance de l’économie allemande sur la fin d’année 2018 (statistiques annuelles publiées à 10h00) alors même que certains économistes évoquent le risque de possible récession technique dans le pays - deux trimestres consécutifs de contraction - sous l’influence du repli très marqué de l’activité du secteur industriel sur cette période. Dans l’après-midi, on restera attentif à l’intervention du gouverneur central Mario Draghi (16h00) qui réalisera une de ses premières interventions de l’année 2019 et une de ses dernières sorties publiques avant la réunion monétaire du 24 janvier prochain. Malgré le peu d’affection des marchés pour le dollar, une contraction de l’euro pourrait conduire la paire EUR/USD à retomber dans la partie inférieure du couloir $1,13-$1,15.

Perf 2019 = -0,09% / Moyenne 2019 = $1,1449 / Point haut 14 janvier 2019 = $1,1483 / Point bas 14 janvier 2019 = $1,1437 / Clôture 14 janvier 2019 = $1,1474

GBP

Alors que l’on voit se dissiper peu à peu le risque de sortie sans accord, l’avenir du Royaume-Uni reste pour le moins flou d’où un retour en grâce « timide » pour le moment de la livre sterling. Si le cours est de retour depuis lundi sur ses plus bas niveaux depuis 5 semaines à hauteur de £0,89, il semble que l’on soit condamné à attendre l’issue du vote des députés britanniques de la Chambre des communes sur l’accord de sortie pour avoir une idée plus précise de la future direction prise par la devise britannique. Selon toute vraisemblance, le Parlement devrait rejeter cet accord et offrir à Theresa May un délai de trois jours pour revoir sa copie. Est-ce que la première ministre est capable d’apporter d’importants ajustements sur un délai aussi court ? Peu probable sans un soutien concret et matériel de Bruxelles. Le soutien apporté par l’Union Européenne et l’engagement, formulés lundi dans une lettre officielle envoyée au gouvernement britannique,  à ne pas voir se mettre en place le « filet de sécurité » au niveau de la frontière irlandaise ; principal point de discorde entre les partisans et opposants du Brexit ; se sont révélés insuffisants à convaincre les plus réticents à soutenir le plan de sortie. Theresa May a évoqué lundi pour la 1ière fois la possibilité d’un blocage du processus de sortie en cas de rejet du texte, de quoi raviver en parallèle les spéculations autour d’un report ou annulation du Brexit. Tout un champ de scénarios divers et multiples peut être envisagé d’où une certaine prudence et patience à observer d’ici le vote qui aura lieu en début de soirée à partir de 20h00.

Niveaux clés : Si un vote inattendu en faveur de l’accord créerait la surprise générale et viendrait soutenir un fort rebond de la livre sterling en direction de son support de £0,87, la seule impression d’un peu plus de certitudes autour de la manière dont le pays entend quitter l’Union Européenne en mars prochain pourrait suffire à renforcer le mouvement de revalorisation auquel est sujet la livre sterling (retour officiel du cours EUR/GBP sous £0,89). À l’inverse, un rejet de l’accord qui viendrait marquer le retour d’un risque de sortie sans accord ou encore la montée des incertitudes autour de l’avenir de Theresa May qui pourrait se voir adresser, elle et son gouvernement, une motion de censure de la part du camp travailliste, pourrait soutenir un rebond de la paire EUR/GBP à plus de £0,90 et une tentative de retour vers le plafond de 2018 de £0,91.

Perf 2019 = -0,91% / Moyenne 2019 = £0,8974 / Point haut 14 janvier 2019 = £0,8952 / Point bas 14 janvier 2019 = £0,8873 / Clôture 14 janvier 2019 = £0,8913


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.