Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

déc. 04, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 4 décembre 2018 – Sommaire :

  • Alors que les marchés digèrent les annonces du G20, le dollar américain reste sur la défensive face à l’émergence de signes avant-coureur de ralentissement de l’économie aux Etats Unis (inversion de la courbe des taux). Le yuan reste lui sur une pente ascendante tandis que le dollar australien marque le pas après le nouveau statu quo monétaire ce matin de la RBA.
  • Les signaux d’inversion de la courbe de taux observée aux Etats Unis (taux 10 ans à un plus bas depuis 2 mois & taux 3 ans > 5 ans pour la 1ière fois depuis 2007) pèsent sur le dollar américain. L’EUR/USD repart à l’assaut de la barrière de $1,14.
  • La livre sterling reste sur une pente glissante, les investisseurs sanctionnant l’incertitude qui émane des conséquences politiques d’un éventuel rejet du texte de sortie au Parlement britannique. L’EUR/GBP teste ce matin un pic de 2 mois à £0,8940.
  • Léger repli de la paire EUR/JPY sous ¥129. Celle-ci confirme à nouveau son inertie des trois dernières semaines et son manque de traction.
  • La paire EUR/CAD revient à hauteur du seuil de C$ 1,50 malgré le nouveau rebond de plus de 1% des prix du pétrole. Le choix de la région d’Alberta de réduire sa production journalière de pétrole fait craindre un manque à gagner important pour l’économie canadienne.
  • La paire EUR/AUD stoppe sa chute et se stabilise à hauteur de A$1,54 après l’annonce ce matin par la RBA de conserver ses taux inchangés à 1,5%.
  • Le cours EUR/CNH chute ce matin sous son support de ¥7,80 et oscille désormais sur ses plus bas niveaux depuis juillet.
  • On observe un EUR/ZAR stable à un peu plus de ZAR 15,50 en amont de la publication ce matin des chiffres de PIB au T3 en Afrique du Sud (10h30).

Retour sur les moments clés de la séance du lundi 3 décembre :

  • Repli du dollar après le G20 et la trêve temporaire conclue entre la Chine et les Etats Unis sur le plan commercial. Après son large recul de vendredi (-0,7%), la paire EUR/USD efface une partie de ses pertes et amorce un retour à $1,14 (clôture à $1,1352).
  • L’atténuation des frictions commerciales entre Pékin et Washington stimulent le yuan chinois et le dollar australien. Le premier a progressé de plus de 0,7% face à l’euro et clôturé à un pic depuis la mi-août de moins de ¥7,81, tandis que le second a accentué sa revalorisation face à la devise européenne pour un gain cumulé de 5,5% depuis la mi-octobre et clôturé à un nouveau pic de plus de 5 mois non loin du niveau de A$ 1,54.
  • Large rebond des prix du pétrole (+5% pour le Brent à presque $62) après le G20 et l’annonce d’une entente trouvée entre l’Arabie Saoudite et la Russie pour poursuivre leur coopération en 2019 sur la régulation de la production pétrolière. Cette annonce vient renforcer les spéculations d’une possible annonce, lors de la réunion biannuelle de l’OPEP qui aura lieu à Vienne ce jeudi, d’une réduction des quotas de production journalière de pétrole de la part des principaux pays exportateurs de pétrole. Il s’agit du plus fort rebond en séance des prix depuis 2 ans ! Le dollar canadien a très largement profité de ce redressement spectaculaire des prix du pétrole et atteint un séance un pic de 2 semaines face à l’euro à presque C$ 1,49 avant de corriger en fin de journée et revenir à hauteur de C$1,50.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Profitant de l’euphorie générale après un sommet du G20 qui s’est déroulé sans heurts majeurs, du moins sans nouvelle annonce de nouveaux conflits commerciaux majeurs, le cours EUR/USD a effacé une partie de ses pertes de la fin de semaine dernière et tenter un retour à $1,14. Cette barrière s’est révélée néanmoins une marche trop haute pour le cours de change, lequel s’est cassé les dents dessus lundi matin et retracé en direction de $1,13 à mi-séance. La confirmation en milieu de matinée du creux depuis août 2016 atteint en novembre par l’industrie en Zone Euro (indice PMI manufacturier) n’est très certainement pas anodin à cette fragilité du cours EUR/USD qui éprouve toujours autant de difficulté à se redresser sans l’appui du dollar. Finalement, le cours de change a su trouver un second souffle en séance américaine et est revenu progressivement à hauteur du seuil de $1,1350grâce à l’appui d’un repli du dollar qui s’est vu à la fois sanctionné par un regain d’intérêt des investisseurs pour les marchés émergents et une pointe de crainte des marchés face à de nouveaux signaux d’inversion de la courbe des taux aux Etats Unis (= taux courts > taux longs), laquelle est généralement vue par les observateurs de marché comme un signe annonciateur d’une inversion du cycle d’expansion économique. La raison de ce sursaut de craintes : lundi, la différence de rendements entre les bons du Trésor américain à 3 ans et ceux à 5 ans a atteint un niveau négatif pour la 1ière fois depuis 2007.

L’enthousiasme post-G20 étant désormais globalement digéré par les marchés, ceux-ci prêtent ce mardi un œil très attentif à la courbe de taux américaine dont l’inversion fait craindre un ralentissement à venir de l’économie américaine, voire dans le pire des cas une récession d’ici 1 à 2 ans comme cela est évoqué par plusieurs économistes. Face à ces risques, qui rappelons-le toute de même ne se matérialisent pas dans les statistiques économiques publiées jusqu’à présent aux Etats Unis, les récentes spéculations d’une possible pause à venir de la réserve fédérale américaine dans sa politique de normalisation monétaire s’en retrouvent renforcées. L’EUR/USD profite une nouvelle fois de tensions sur le dollar et repart ce matin à l’assaut du seuil de $1,14. Ce nouveau rebond de la paire de change pourrait néanmoins être à nouveau remis en cause par la présence de nouvelles tensions autour de l’Italie alors que le premier ministre italien, Giuseppe Conté, a laissé entendre qu’il allait présenter une nouvelle proposition de budget destinée à éviter d’éventuelles sanctions de la part de l’Union Européenne. Une réduction de la projection de déficit budgétaire en 2019 à 1,95% contre 2 ,4% actuellement, comme cela aurait été réclamé par le président de la Commission Européenne au G20 d’après les informations dévoilées dimanche par le quotidien italien La Reppublica, pourrait à l’inverse venir soulager les marchés qu’une nouvelle crise systémique en Europe peut être évitée. Le test des $1,14 est un cap important dont le franchissement sera à surveiller.

Perf 2018 = -5,07% / Moyenne 2018 = $1,1841 / Point haut 3 décembre 2018 = $1,1380 / Point bas 3 décembre 2018 = $1,1313 / Clôture 3 décembre 2018 = $1,1352

GBP

EUR/GBP :  C’est un nouveau coup de bambou reçu lundi par la livre sterling à la veille du début des débats sur l’accord de sorti récemment conclu avec l’Union Européenne qui agiteront durant les cinq prochains jours le Parlement britannique. La devise britannique a en effet accusé un repli de plus de 0,5% face à l’euro, celle-ci effaçant la totalité des gains acquis lors de la séance de vendredi dernier et retombant sur ses plus bas niveaux observées sur le mois écoulé aux alentours de £0,8920-30. Il faut dire que la nouvelle annonce, tombée vendredi soir, de départ au sein du gouvernement britannique ; le 6ième depuis la mi-novembre ; n’a fait que renforcer les doutes déjà importants des observateurs sur la capacité de la première ministre britannique à rassembler les députés de son propre camp derrière son plan de sortie. L’étau se ressert autour d’elle et le manque de soutien fait de plus en plus craindre un rejet du texte par les députés lors du vote programmé mardi prochain (11 décembre). Si pour le moment Theresa May refuse d’évoquer la défaite et une éventuelle démission en cas de véto du Parlement, les questions abondent sur les impacts politiques et économiques que pourraient provoquer un tel scénario. Même du côté du gouvernement et du nouveau ministre du Brexit, Stephen Barclays, on semble naviguer dans un flou le plus total. Un éventuel rejet du plan de sortie signé par l’exécutif britannique à Bruxelles entraînera-t-il un divorce brutal inévitable ? un possible retour en arrière et un second référendum ? des élections anticipées ? Personne ne le sait vraiment et c’est bien ce qui échaude actuellement les marchés qui détestent naviguer à vue, et qui dans ces cas là préfèrent se tenir à l’écart. La livre sterling continue ce matin de perdre du terrain face à l’euro et l’EUR/GBP teste actuellement son pic des deux derniers mois localisé autour du seuil £0,8940. Cette barrière brisée, le cours de change pourrait alors prendre la direction du seuil de £0,90.

Perf 2018 = +0,35% / Moyenne 2018 = £0,8835 / Point haut 3 décembre 2018 = £0,8925 / Point bas 3 décembre 2018 = £0,8861 / Clôture 3 décembre 2018 = £0,8921

JOY

EUR/ JPY  :  Les marchés semblent digérer les annonces faites en marge du G20 et l’annonce de trêve commerciale opérée entre la Chine et les Etats Unis. Ainsi après un rebond de l’EUR/JPY à plus de ¥129 sur fond de renforcement du sentiment des acteurs de marchés, le cours affiche un léger repli ce matin et confirme donc ses difficultés à casser durablement le seuil de résistance de ¥129,30 sur lequel il plafonne depuis la mi-novembre. L’émergence de craintes vis-à-vis de l’économie américaine au regard de signes d’inversion de la courbe des rendements américains peut expliquer un léger regain d’intérêt pour le yen ce mardi matin. La paire de change reste pour le moment toujours solidement ancré dans son couloir de ¥128,0-¥129,3 (fourchette observée sur les 3 dernières semaines) et reste toujours sensible à l’évolution du contexte politique en Europe.  

Perf 2018 = -4,84% / Moyenne 2018 = ¥ 130,58 / Point haut 3 décembre 2018 = ¥ 129,37 / Point bas 3 décembre 2018 = ¥ 128,53 / Clôture 3 décembre 2018 = ¥ 129,03

CNH

EUR/ CNH  :   Dans la foulée de la dynamique des deux derniers jours (rebond de 1,2% Vs euro), le yuan chinois poursuit sur sa lancée et profite d’un climat économique et commercial global à priori plus favorable au regard de la dissipation (temporaire) des frictions entre Pékin et Washington pour atteindre ce matin un pic de presque 5 mois face à l’euro à moins de ¥7,80. La cassure de cette barrière formée à la mi-juillet revêt une importance capitale et pourrait traduire une nouvelle dynamique de revalorisation de la devise chinoise si tenté que celle-ci se confirme. Bien aidé par le peu d’attractivité actuel dont jouit l’euro, le potentiel haussier de la devise chinoise n’est pas infini mais demeure limité, le ralentissement en cours de la croissance chinoise (6,5% en rythme annuel au T3 ou la plus faible dynamique depuis presque 10 ans) ou encore les tâtonnements de la bourse de Shanghai (pertes annuelles de -20%) ne justifiant pas pour le moment de massives prises d’achat de devises chinoises.

Perf 2018 = -0,30% / Moyenne 2018 = ¥ 7,8006 / Point haut 3 décembre 2018 = ¥ 7,8687 / Point bas 3 décembre 2018 = ¥ 7,7964 / Clôture 3 décembre 2018 = ¥ 7,8076


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.