Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 27, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 27 novembre 2018 – Sommaire :

  • Retour des tensions sino-américaines dans l’actualité, pas de « plan B » en cours du côté du Royaume-Uni & des indices de confiance en berne en Zone Euro. L’euro et la livre sterling sont sur la défensive ce matin tandis que les prix du pétrole accusent un nouveau repli important.
  • L’EUR/USD accentue son recul et est désormais tout proche de son support de $1,13. Celui-ci freine pour le moment la dynamique baissière du cours. Après des indices Ifo allemands décevants, l’euro est handicapé ce matin par la publication d’indices de confiance des ménages français à un plus bas depuis plus de 3 ans (fév. 2015).
  • Pas de « plan B » en cas de rejet du texte de sortie hors de l’UE lors du vote prévu au parlement le 11 décembre prochain, déclare ce matin un membre du gouvernement britannique. L’EUR/GBP bondit de +0,3% et reprend la direction de £0,89.
  • Les propos de Donald Trump au Wall Street Journal ouvrant la porte à de nouvelles mesures douanières contre Pékin ravivent les craintes de tensions à quelques jours de l’ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires. L’EUR/JPY corrige légèrement et retombe à ¥128,5.
  • Après leur rebond de la veille, les prix du pétrole accusent ce matin un repli de plus de 1% (Brent sous $60) en réaction au retour dans l’actualité de signes de tensions entre Pékin et Washington. L’EUR/CAD reste stable à C$ 1,50 tandis qu’ l’EUR/NOK progresse légèrement à NOK 9,73.
  • L’euro cède globalement du terrain face à l’ensemble de ses paires, y compris les devises émergentes. Les plus importants mouvements sont observés ce matin sur les paires EUR/RUB (-0,7% à RUB 75,5) et EUR/ZAR (-0,4% à ZAR 15,7).

Moment clé de la séance de lundi 26 novembre : Début de semaine en douceur marqué par une atténuation des tensions politiques en Europe & une reprise des prix du pétrole

Après un weekend globalement marqué par une atténuation des tensions politiques en Europe suite à la signature dimanche d’un accord entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne sur les termes du divorce après un long cycle éprouvant de 17 mois de négociations, et la modulation du discours initialement inflexible du gouvernement italien sur la question des projections budgétaires, la séance de lundi s’est déroulée sur fond d’appétit au risque retrouvé chez les investisseurs. Ainsi, après une fin de semaine difficile, nous avons assisté lundi à un rebond des bourses européennes et américaines, mais également du pétrole qui a enregistré son plus fort rebond journalier depuis 5 mois (+2,9% pour l’indice Brent à $60,5) après sa chute vendredi à un plus bas depuis 1 an. Les devises pétrolières comme la couronne norvégienne (EUR/NOK = -0,20% à NOK 9,7267) ou le dollar canadien (EUR/CAD = +0,05% à C$1,5012) ou cycliques comme le dollar australien (EUR/AUD = +0,07% à A$1,5686) n’ont néanmoins pas su profiter de cet « élan timide » d’optimisme pour se renforcer fortement face à l’euro, ou alors très modestement. Suite à la sortie d’indice Ifo allemands en dessous des attentes et en l’absence de soutien de Mario Draghi, la paire EUR/USD a échoué dans sa tentative de rebond et s’est rapprochée un peu plus de son support de $1,13 (-0,12% à $1,1326). L’une des performances de la journée est à attribuer à la paire EUR/JPY qui après avoir testé vendredi son support de ¥128 a bondi lundi de presque +0,5% et est revenue à hauteur du seuil de ¥129.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Après sa lourde chute survenue vendredi suite à la publication d’enquêtes d’activité en Zone Euro très décevantes (repli de l’indice PMI principal à un plus bas depuis 4 ans !), le cours EUR/USD a tenté dans un premier temps de rebondir, bien aidé il faut le reconnaître par l’atténuation survenue au cours du weekend des tensions politiques émanant des deux dossiers brûlants du moment, à savoir le Brexit et le budget italien. Malgré de nouveaux propos de Rome illustrant une possible souplesse de Rome concernant la possibilité d’ajuster (ici réduire) ses projections de déficit – plusieurs médias relayaient lundi l’idée que le gouvernement italien ne serait pas indisposé à réduire sa projection de déficit budgétaire pour 2019 de 2,4% à 2,0% du PIB si cela ne remet pas en cause l’agenda de réformes initialement prévu – l’EUR/USD n’est pas parvenu à consolider son rebond. Pire encore, après un pic enregistré à la mi-journée à plus de $1,1380, le cours a progressivement effacé l’ensemble de ses gains en milieu d’après-midi et terminé la séance dans le rouge à son plus bas niveau sur les 6 dernières séances ($1,1326 en clôture). Il faut dire qu’après la publication dans la matinée d’indicateurs Ifo de confiance des entreprises allemandes en dessous des attentes (102,0 Vs cons. de 102,3 / Plus bas niveau depuis 4 mois), les investisseurs européens ont été guère convaincus par les propos tenus lundi par le gouverneur central Mario Draghi, dans lesquels il reconnait un ralentissement de l’activité économique en Europe. Si ce dernier insiste sur le fait que l’inflexion n’est pas assez importante pour faire changer de cap monétaire la banque centrale – c’est-à-dire remettre en cause l’arrêt du programme quantitatif à la fin de l’année – cela pourrait néanmoins avoir un impact sur la décision de celle-ci de relever ou non les taux d’intérêt l’année prochaine.

Le cours EUR/USD a connu ce mardi une séance asiatique peu volatile, néanmoins il reste sur la défensive à proximité de son support de $1,13 à cause principalement du retour dans l’actualité ce matin des tensions commerciales entre la Chine et les Etats Unis. À quelques jours de l’ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires au cours duquel Donald Trump rencontrera son homologue chinois Xi Jinping, le président américain a indiqué, dans un entretien donné au Wall Street Journal publié ce matin, qu’il était « très peu probable » qu’il revienne sur son dernier plan de taxes douanières portant sur $200Mds de produits chinois, lesquelles passeront le 1er janvier prochain de 10% à 25%, et qu’il était toujours disposé à taxer l’ensemble du volume d’exportations chinoises aujourd’hui non assujetti à de quelconques droits de douane spécifique (de l’ordre de $267Mds d’après les statistiques commerciales de 2017). Si le dollar a globalement tendance à bénéficier de son statut de « valeur de référence » et à se renforcer face à l’euro dans un tel environnement de dégradation générale du sentiment des acteurs de marché, le peu d’attractivité dont jouit actuellement la devise européenne vient renforcer cette dynamique. Le repli bien plus important que prévu ce matin de la confiance des ménages français à un plus bas depuis plus de 3 ans (février 2015) pèse également sur la paire de change. Peu d’évènements à suivre ce mardi si ce n’est le discours du vice-président de la réserve fédérale américaine Richard Clarida (14h30), dont la dernière sortie publique sur les « vents contraires » dont fait actuellement face l’économie américaine avait initié un mouvement de repli significatif de la devise américaine. Un repli de l’indice Conference Board de confiance des ménages américains (16h00), comme il l’est anticipé par les marchés, pourrait également venir soutenir la paire de change ou du moins contenir son recul.

De manière plus générale, la proximité du support de $1,13 pourrait jouer dans un premier temps un rôle de frein face aux pressions baissières auxquelles font face l’EUR/USD, toutefois un franchissement net de cette barrière pourrait venir accentuer la chute du cours et l’envoyer en direction de ses plus bas niveaux de l’année à presque $1,12.

Perf 2018 = -5,70% / Moyenne 2018 = $1,1851 / Point haut 26 novembre 2018 = $1,1383 / Point bas 26 novembre 2018 = $1,1321 / Clôture 26 novembre 2018 = $1,1326

GBP

EUR/GBP :  Au lendemain de la signature historique par les dirigeants européens de l’accord de divorce entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne, on n’a observé finalement que très peu de mouvements de la part de la paire EUR/GBP. Il faut dire que la décision était très largement attendue et anticipée par les investisseurs après que les craintes d’un possible véto de l’Espagne en guise de protestation contre le traitement dans l’accord de la question de Gibraltar furent assez rapidement balayées vendredi matin. Malgré une timide tentative de repli en direction du seuil de £0,88, le cours a rapidement recollé sur son niveau d’ouverture situé à proximité du seuil de £0,8850. La signature de cet accord n’est pas une fin en soi pour des investisseurs qui craignent que, au regard de la faible popularité exprimée de toute part, aussi bien au sein de la majorité que dans l’opposition, contre le plan de sortie conclu avec les européens, le texte puisse être rejeté par les députés britanniques. Plus que le véto en lui-même, on redoute du côté des marchés les répercussions politiques que pourraient provoquer une telle action. Les rumeurs de « plan B » sur lequel serait entrain de plancher le gouvernement en cas d’échec a néanmoins rassuré les investisseurs sur l’idée que le gouvernement britannique se préparait à parer un possible écueil et offrir en retour une réponse alternative crédible censée éviter une remise en cause de l’accord signé avec les européens et donc un « scénario catastrophe » de rupture nette sans préavis en mars prochain.

Ce matin, la livre sterling se retrouve exposée à de nouvelles pressions baissières suite aux commentaires du ministre du Cabinet Office, David Lidington, laissant entendre que le « plan B » sur lequel spéculait hier les marchés n’existait pas. Cela vient renforcer les craintes de nouveaux chaos politiques susceptibles de frapper le pays en cas de rejet du projet de loi de sortie dont le vote aura lieu au parlement le 11 décembre prochain. La lecture de ce texte et les débats débuteront eux le 4 décembre prochain. Le cours EUR/GBP enregistrait en début de séance européenne un bond de plus de 0,3% et reprenait la direction de £0,89. Aujourd’hui, Theresa May effectuera une tournée en Irlande du Nord et au Pays de Galle à la recherche de soutien pour défendre son plan de sortie. L’alliance formée avec le parti conservateur nord-irlandais du DUP,  laquelle assure à la formation de Theresa May une courte majorité au parlement britannique, a été remise en question la semaine dernière par des dirigeants irlandais mécontents de la solution de « filet de sortie » trouvée avec l’Union Européenne pour éviter le retour de frontières physiques entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

Perf 2018 = -0,16% / Moyenne 2018 = £0,8834 / Point haut 26 novembre 2018 = £0,8869 / Point bas 26 novembre 2018 = £0,8834 / Clôture 26 novembre 2018 = £0,8843

JPY

EUR/ JPY  :   Le cours EUR/JPY a vivement rebondi lundi et bénéficié grandement de l’atténuation temporaire des tensions politiques visibles depuis maintenant plusieurs semaines en Europe. Le regain d’espoir que Rome puisse s’entendre avec la Commission Européenne et décide finalement de réviser à la baisse ses projections de déficit budgétaire, ou encore la signature d’un accord sur de sortie entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne arrive à point nommé alors que s’observe en parallèle un net ralentissement de l’activité économique en Europe. Après avoir testé son support de ¥128 en fin de semaine dernière, le cours EUR/JPY a rebondi lundi de presque +0,5% et approché tout près de la barrière de ¥129. Là encore, il s’agit d’un niveau que la paire de change peine à casser, la faute au maintien d’une certaine dose de prudence conservée par les marchés à l’approche d’un sommet du G20 dont il est aujourd’hui difficile de deviner l’issue. Si on se réjouissait du réchauffement récent des relations entre la Chine et les Etats Unis, les nouveaux propos tenus par Donald Trump au Wall Street Journal dans lesquels il remet sur le tapis l’éventualité de nouvelles mesures de rétorsion commerciale contre Pékin viennent à nouveau susciter la peur que ce sommet politique se ponctue comme en juin dernier par un échec (réunion du G7) et une confrontation entre les Etats Unis et ses partenaires commerciaux. La paire EUR/JPY accuse ce matin un léger recul et se maintient – comme il est désormais le cas depuis maintenant 2 semaines – dans son couloir étroit de ¥128-¥129.

Perf 2018 = -4,94% / Moyenne 2018 = ¥ 130,62 / Point haut 26 novembre 2018 = ¥ 128,90 / Point bas 26 novembre 2018 = ¥ 127,92 / Clôture 26 novembre 2018 = ¥ 128,65


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.