Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

nov. 20, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 20 novembre 2018 – Sommaire :

  • Bourses asiatiques en net recul ce matin sous l’influence de la nouvelle lourde chute enregistrée la veille par Wall Street. Confirmation d’un retour d’un sentiment d’aversion au risque qui n’a cependant ce matin que peu d’impacts sur les marchés des changes.
  • EUR/USD stable qui se maintient sur une dynamique haussière. Résistance observée à $1,1450 qui tend à plafonner les gains de l’euro.
  • Légère correction de la paire EUR/GBP mais maintien de la paire au-dessus du seuil de £0,89. Les incertitudes politiques et autour du Brexit forcent les investisseurs à rester à l’écart. Session de Q&A de Mark Carney à suivre en fin de matinée (11h00).
  • EUR/JPY & EUR/CHF en léger recul. L’EUR/CHF chute ce matin à un plus bas depuis 1 semaine à presque ₣1,1350.
  • Correction de la paire EUR/CAD après s’être heurtée la veille à un plafond de C$1,51.
  • La paire EUR/AUD se stabilise au niveau de A$ 1,57 après son fort rebond de la veille (+0,8%).

Moment clé de la séance de lundi 19 novembre  : Les bourses américaines chutent sous le poids des valeurs technologiques… Le dollar accentue son repli tandis que le dollar australien connaît une correction

La mise en lumière de tensions entre Pékin et Washington lors du dernier sommet de l’APEC organisé la semaine dernière en Papouasie Nouvelle-Guinée, lequel s’est soldé par un échec des dirigeants à s’entendre sur un communiqué commun, et les difficultés rencontrées par l’entreprise Apple à vendre ses nouveaux modèles de téléphone ont initié lundi un fort recul des bourses américaines. En premier lieu, l’indice Nasdaq, composé de titres d’entreprises spécialisées en télécommunication et technologie, qui a enregistré un repli de plus de 3% et chuté à son plus bas niveau depuis avril dernier. Le dollar a enregistré sa deuxième séance consécutive de repli, offrant ainsi l’opportunité pour la paire EUR/USD de consolider sa position au-dessus du seuil de $1,14. Le retour d’un sentiment d’aversion au risque sur les marchés a eu également d’importantes répercussions négatives sur les devises cycliques comme le dollar australien. Après avoir bondi de plus de 4,5% face à l’euro lors des cinq dernières semaines et s’être heurté à un plafond situé à A$ 1,56, la devise australienne a accusé lundi un repli d’un peu plus de 0,8% face à l’euro et la paire EUR/AUD est remontée à hauteur du niveau de A$ 1,57.

USD

On arrête plus l’EUR/USD. Depuis sa chute de lundi 12 novembre à son plus bas niveau depuis 16 mois à presque $1,12, le cours de change a enregistré 5 séances consécutives de hausse pour un gain cumulé d’un peu plus de 2%. Comme vendredi, la paire de change a davantage profité d’une défaillance du dollar, cette fois initié par un nouveau fort repli des bourses américaines (-3% pour l’indice technologique Nasdaq & -1,7% pour l’indice général S&P 500), que d’un véritable sursaut d’orgueil de l’euro. Le cours a enregistré lundi un nouveau pic depuis 8 séances à $1,1465, néanmoins celui-ci a fini par retracer en fin de séance vers le niveau de $1,1450 et ainsi confirmé au passage le statut de seuil de résistance important que constitue ce niveau au mois de novembre. La sortie hier du ministre italien des finances, Giovanni Tria, confirmant aucun changement à venir au niveau du programme budgétaire que souhaite mettre en place Rome mais appelant à un dialogue constructif avec les membres de la Commission Européenne, a provoqué peu de remous sur les marchés obligataires européens. Du moins pas de quoi faire dérailler l’EUR/USD de sa trajectoire haussière du moment. La question italien reste un dossier épineux en Europe qui, à défaut d’affecter négativement l’euro, tend néanmoins à limiter ses gains. La publication mercredi par l’Union Européenne d’un rapport sur les finances publiques italiennes, 1ière étape vers la possible mise en place de sanctions contre l’Italie, devrait donner le ton du rapport de force que souhaite entretenir Bruxelles avec Rome. Il est clair qu’une nouvelle confrontation houleuse entre les deux protagonistes aurait très certainement des répercussions très néfastes pour l’euro.

Ce mardi matin, l’EUR/USD poursuit son bonhomme de chemin et repasse la barre des $1 ,1450, profitant au passage des bons, ou du moins non-décevants – chiffres économiques publiés en Zone Euro ce matin (chômage français stable à 9,1% au T3 et légère accélération de la dynamique annuelle des indices de prix PPI en Allemagne de 3,2% à 3,3%). L’agenda économique se révèlera relativement léger aujourd’hui, aussi bien en Zone Euro qu’aux Etats Unis où l’on suivra malgré tout la publication des statistiques immobilières de permis de construire et mises en chantier. La volatilité de la paire pourrait donc être influencée par le volet politique et en Europe la question du Brexit dont l’issue finale reste pour le moins floue, tandis qu’aux Etats Unis on surveillera la réaction des marchés actions après les importantes pertes de la veille. L’instabilité politique qui plane au-dessus de l’Europe laisse néanmoins à penser que l’on pourrait assister à un ralentissement du rebond actuel de la paire de change. Un passage du niveau de $1,15 – plafond depuis presque un mois - pourrait néanmoins changer la donne et redonner un élan de confiance aux investisseurs européens.

Perf 2018 = -5,17% / Moyenne 2018 = $1,1897 / Point haut 19 novembre 2018 = $1,1465 / Point bas 19 novembre 2018 = $1,1391 / Clôture 19 novembre 2018 = $1,1451

GBP

La livre sterling continue de naviguer en eaux troubles et ne semble pas pour le moment prête à rebondir malgré son importante dépréciation survenue en fin de semaine dernière. La situation autour du Brexit reste aux yeux des investisseurs pour le moins flou, tout comme l’avenir de la première ministre Theresa May qui semble néanmoins pour le moment en passe d’échapper à un vote de défiance qui lui était pourtant, selon la presse, prédestinée après la succession de nouveaux départs au sein de son gouvernement. Cela se veut quelque peu rassurant et limite pour le moment de nouvelles pertes pour la livre. Celle-ci a néanmoins accusé lundi sa 4ième consécutive de repli face à l’euro et ainsi chuté à un nouveau plus bas au mois de novembre à plus de £0,89 (pic recensé à £0,8931). Les pressions baissières se sont notamment accentuées en fin de matinée lorsque Theresa May a exclu l’idée d’une extension de la période de transition post-Brexit au-delà de 2021 pour ne pas court-circuiter des élections générales programmées en 2022, et ont à nouveau accéléré en fin de journée à la réception de l’avertissement envoyé par le DUP, partenaire nord-irlandais du parti conservateur, lors du vote de textes de loi au parlement britannique lundi. En refusant d’apporter son soutien aux conservateurs lors des votes organisés la veille, le parti a tenu à notifier son mécontentement à l’égard du plan de sortie négocié par May à Bruxelles et prévient par la même occasion qu’il pourrait retirer son soutien au gouvernement et ainsi mettre en danger la ratification du texte de loi sur le Brexit lors de son vote au parlement. 

Le cours EUR/GBP accuse un léger repli ce matin mais se maintient pour le moment toujours au-dessus du seuil de £0,89. Cela s’apparente à une légère correction en attendant le déroulé de la journée durant laquelle on attend notamment la séance de questions/réponses en fin de matinée de Mark Carney et de plusieurs membres de la Banque d’Angleterre portant sur le dernier rapport d’inflation publié lors de la réunion monétaire de début novembre, ainsi que la publication par l’Union Européenne du texte détaillant la ligne directrice de cette dernière lors des négociations à venir post-Brexit. Ce texte pourrait créer encore de nouveaux remous au sein de la majorité britannique si celui-ci vient accentuer la frustration de divers ténors conservateurs davantage favorables à une rupture nette.

Perf 2018 = +0,20% / Moyenne 2018 = £0,8836 / Point haut 19 novembre 2018 = £0,8931 / Point bas 19 novembre 2018 = £0,8865 / Clôture 19 novembre 2018 = £0,8912

CAD

Fortement handicapé par le retour d’un sentiment d’aversion au risque initié par la lourde chute des marchés actions américains et retour dans la lumière de tensions entre la Chine et les Etats Unis, mais également l’incapacité des prix du pétrole à rebondir après leur repli de plus de 20% depuis début octobre, le dollar canadien a accusé un net repli face à l’euro lundi et chuté à son plus bas niveau depuis 4 semaines à plus de C$ 1,51. Les divergences observées entre l’Arabie Saoudite et la Russie sur la nécessité de réduire au plus vite les quotas de production s’avère pour le moment un frein à un redressement des prix, tout comme la défiance renforcée des acteurs de marché à l’égard de l’économie mondiale au regard des défaillances répétées des bourses mondiales sur les dernières semaines. Le seuil de C$1,51 reste néanmoins un plafond important – trop important ? – pour la paire de change et plafonne ses gains. La paire corrige ce matin en attendant les déclarations publiques programmées en fin de soirée de plusieurs membres de la Banque du Canada dont la vice-gouverneur Carolyn Wilkins. Le point phare de la semaine sera pour le dollar canadien la publication ce vendredi des nouvelles statistiques d’inflation et de ventes au détail au Canada, lesquels devraient donner quelques indices sur la perspective d’une nouvelle hausse de taux à venir dans le pays. Au regard de la décélération observée des prix et au regard des 5 hausses de taux d’intérêt déjà réalisées depuis juillet 2017, la Banque du Canada pourrait opérer une pause dans les prochains mois (gains plafonnés pour le CAD).

Perf 2018 = -5,08% / Moyenne 2018 = C$ 1,5082 / Point haut 19 novembre 2018 = C$ 1,5113 / Point bas 19 novembre 2018 = C$ 1,4991 / Clôture 19 novembre 2018 = C$ 1,5082


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.