Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 19, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 19 octobre 2018 – Sommaire :

  • Début de séance de vendredi très largement influencée par les vives inquiétudes des marchés autour de l’Italie, l’euro est en berne. PIB chinois au T3 décevant mais réactions minimes.
  • L’EUR/USD accentue sa chute et oscille désormais sous le niveau de $1,1450. La crainte d’un rejet du plan budgétaire italien par la Commission européenne se fait vivement ressentir.
  • Paire EUR/GBP plutôt stable qui se maintient aux portes du seuil de £0,88
  • Léger rebond de la paire EUR/JPY après avoir chuté la veille à son plus bas niveau depuis 5 semaines sous le seuil de ¥128,50.
  • Rebond des devises nordiques mais aussi des devises cycliques (AUD & CAD) face à l’euro malgré la progression de l’économie chinoise au T3 à son plus faible rythme depuis 2009.
  • L’EUR/CAD retrace en direction de C$ 1,49 en amont de la publication des nouveaux chiffres d’inflation et de ventes au détail au Canada (14h30).
  • 7ième séance consécutive de repli et pertes cumulées de -1,5% pour l’EUR/AUD qui retombe ce matin sous le seuil de A$ 1,61.
  • L’EUR/CNH reste assez stable au centre de son couloir de fluctuation de ¥7,9-¥8,0. Des forces divergentes semblent assurer une certaine inertie de la paire de change.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Deuxième lourde chute consécutive pour la paire EUR/USD jeudi qui en l’espace de 48h a perdu plus de 1,0% de valorisation et chuté à un nouveau point bas depuis une semaine de $1,1450. Si mercredi, nous avions plutôt assisté à un rebond du dollar en marge des Minutes de la Fed, hier c’est un repli de l’euro initié par de nouvelles craintes émanant d’Italie qui est à l’origine de la dépréciation du cours de change. En cause, l’envoi par la Commission européenne d’une nouvelle lettre adressée au ministre italien de l’économie et des finances, Giovanni Tria, dénonçant un non-respect par Rome des règles européennes sous couvert d’un dérapage budgétaire « sans précédent », et réclamant des clarifications de la part de l’exécutif italien. La hausse des dépenses publiques et des déficits structurels programmés l’année prochaine en Italie vont, selon les instances européennes, à l’encontre de ses recommandations de réduction d’une dette publique au sein de la 3ième économie de la Zone Euro déjà jugée trop élevée dans le pays (132% du PIB en 2017). Ce second avertissement exprimé par Bruxelles fait craindre un rejet du plan budgétaire italien – les responsables ont jusqu’à la fin du mois pour rendre leur décision – et une possible dégradation dans la foulée de la note de crédit de l’Italie par les agences de notation (rapports S&P le 26 octobre et Moody’s à la fin du mois). Déjà peu rassurés par l’existence de cette lettre, les investisseurs ne l’ont pas non plus été davantage après les commentaires du gouverneur central européen, Mario Draghi, rappelant au combien il était important pour chaque membre de la Zone Euro de respecter le cadre budgétaire imposé.

Le support de $1,15, autour duquel la paire avait flirté en début de mois, a cette fois bien cédé et ouvre la porte à une correction plus importante en direction du seuil de $1,13 ou les niveaux les plus bas de l’année atteints à la fin de l’été au moment de la « crise de la livre turque ». Ce sera du moins tout l’enjeu de la séance de ce vendredi, c’est-à-dire voir si les incertitudes politiques émanant d’Europe peuvent à elles seules provoquer un mouvement de panique dont pâtirait l’euro. Si celui-ci tentait d’amorcer un très timide rebond ce matin avant l’ouverture des marchés européens, il n’est pour le moment guère convaincant et apparaît tout bonnement difficile tant que le « spread » de rendements entre les taux italien et allemand (ie. mesure de la prime de risque en Italie) ne repassera pas sous la barre des 300pbs ( > 320pbs en clôture hier).  

Perf 2018 = -4,60% / Moyenne 2018 = $1,1913 / Point haut 18 octobre 2018 = $1,1527/ Point bas 18 octobre 2018 = $1,1447 / Clôture 18 octobre 2018 = $1,1452

GBP

EUR/GBP :  Nouveau rebond de la paire EUR/GBP et nouvelle tentative avortée hier de retour au-dessus du seuil de £0,88. Le cours de change a été très sensible à la forte contraction des ventes au détail britanniques au mois d’août, laquelle s’est révélée deux fois plus importantes qu’attendu (-0,8% M/M vs cons. -0,4%). Le redressement est néanmoins resté modeste et le cours a vu sa dynamique haussière décéléré à l’approche de la barrière de £0,88 grâce notamment à une résistance de la livre sterling surfant sur le maintien d’un espoir qu’un accord de sortie entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne reste toujours d’actualité malgré l’aveu d’impasse formulé par les européens mercredi soir. Le média britannique BBC a en effet révélé hier que le gouvernement de Theresa May ne serait pas contre l’idée avancée par le camp européen de prolonger la période de transition post-Brexit de plusieurs mois afin de s’acheter un peu de temps et s’offrir une opportunité de régler les derniers différends qui demeurent. La paire de change reste assez stable ce matin et n’apparaît pas pour le moment en position de retracer vers le support de £0,87. Cela pourrait être le cas si la lassitude gagne les marchés au regard de l’incapacité du cours à franchir la barrière de £0,88. Pas de chiffres clés ce vendredi au Royaume-Uni mais une sortie publique du gouverneur central Mark Carney depuis New York sera à surveiller attentivement.

Perf 2018 = -1,13% / Moyenne 2018 = £0,8835 / Point haut 18 octobre 2018 = £0,8806 / Point bas 18 octobre 2018 = £0,8766 / Clôture 18 octobre 2018 = £0,8797

JPY

EUR/JPY  :   Après avoir échoué à plusieurs reprises lors des précédentes séances à briser le niveau support formé par la moyenne mobile 100 jours, la paire EUR/JPY a enfin réussi cet exploit et chuté hier à un plus bas depuis 5 semaines sous la barrière de ¥129.  Les inquiétudes en Europe autour d’une possible passe d’armes entre Bruxelles et Rome concernant la validation du programme budgétaire italien, mais aussi en Arabie Saoudite qui pourrait faire l’objet de lourdes sanctions si l’implication du régime dans la mort du journaliste Jamal Khashoggi est avérée, ont engendré beaucoup de nervosité sur les marchés financiers et un nouvel afflux important de demande pour les valeurs refuges telles que le yen japonais. La nouvelle correction des marchés actions mondiaux, sous l’élan d’un repli des bourses américaines apeurées par la perspective de poursuite du cycle de hausse de taux à un rythme graduel par la réserve fédérale américaine, a également très largement participé à ce retour d’un sentiment d’aversion au risque dans l’esprit des investisseurs.

On aurait pu penser que le yen serait à nouveau sur une pente ascendante ce matin après la publication de chiffres décevants de croissance en Chine au 3ième trimestre or la montée au créneau rapide des autorités chinoises en guise de soutien aux entreprises a rassuré les bourses asiatiques, lesquelles ont effacé leurs pertes préliminaires. Dans le même temps, les nouveaux chiffres d’inflation publiés ce matin au Japon n’ont pas réellement offert l’occasion de s’enthousiasmer, l’indice principal reculant légèrement de 1,3% A/A à 1,2% et l’indice sous-jacent progressant comme prévu de 0,9% A/A à 1,0%. À ce rythme-là, il apparaît bien difficile pour les banquiers centraux japonais de justifier une sortie précipitée de son cycle monétaire accommodant. C’est donc à un rebond correctif de l’EUR/JPY en direction du seuil de ¥129 auquel on assiste ce matin.

Perf 2018 = -4,78% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,88 / Point haut 18 octobre 2018 = ¥ 129,72  / Point bas 18 octobre 2018 = ¥ 128,31 / Clôture 18 octobre 2018 = ¥ 128,49

CAD

EUR/ CAD:  Le cours EUR/CAD a bien tenté lors des deux dernières séances de se réinstaller au-dessus du seuil de C$ 1,50 mais sans succès , les pressions baissières sur le dollar canadien émanant de la chute des prix du pétrole se compensant aux pressions baissières subies par l’euro face aux vives inquiétudes entourant le budget italien. Assimilant ces échecs, la paire de change prend ce vendredi matin le chemin inverse et retombe sur ses plus bas niveaux depuis une semaine à presque C$ 1,4950 alors que se profile cette après-midi la publication au Canada des nouvelles statistiques d’inflation et de ventes au détail (14h30). Il s’agira là de la dernière salve de chiffres clés avant la réunion monétaire de la Banque du Canada programmée mercredi prochain (24 oct.) et en marge de laquelle une nouvelle hausse de taux pourrait être annoncée.  Sur les marchés monétaires, depuis l’annonce d’un accord début octobre entre Canada et Etats Unis sur le maintien de l’ALENA, cette hypothèse ne fait aucun doute puisque la probabilité de réalisation est estimée vendredi matin à 96%. Même si très largement anticipé, sous couvert d’un euro plus faible, ce 3ième resserrement monétaire de l’année pourrait renvoyer l’EUR/CAD sur ses plus bas de l’année autour des niveaux de C$1,48-C$1,49. Dans le cas inverse, des chiffres d’inflation et de ventes au détail modestes, voire mauvais, viendraient semer un peu le doute dans l’esprit des investisseurs, et alors potentiellement ramener l’EUR/CAD au-dessus de la barrière de C$1,50.

Perf 2018 = -1,05% / Moyenne 2018 = C$ 1,5338 / Point haut 18 octobre 2018 = C$ 1,5025  / Point bas 18 octobre 2018 = C$ 1,4960 / Clôture 18 octobre 2018 = C$ 1,4983

CNH

EUR/ CNH:  Au 3ième trimestre l’économie chinoise a progressé à un rythme annuel de 6,5% ou le plus faible rythme observé depuis 2009 , preuve de plus s’il en est que l’économie chinoise n’est pas insensible aux tensions commerciales initiées au printemps et aux mesures de rétorsion dont elle fait l’objet ($250Mds de produits chinois ciblés cette année par de nouvelles taxes douanières américaines). Au regard des autres indicateurs économiques publiés en marge des chiffres du PIB, la mauvaise passe de la Chine provient en partie d’un secteur industriel en berne dont l’activité ne cesse de décélérer et a chuté en septembre à un son plus bas niveau depuis plus de 2 ans ½ . Si les marchés actions chinois ont fortement été bousculé par la nouvelle, ils ont vite été rassurés par la réactivité des autorités chinoises qui n’ont pas hésité à apporter leur soutien en laissant les banques de gestion de patrimoine investir directement sur ces marchés. Le yuan  atteint la veille un point bas depuis 2 ans face au dollar, il reste à l’inverse très calme face à l’euro et oscille au centre de la bande de fluctuation ¥7,90-¥8,00. Si très certainement les pressions baissières actuelles sur l’euro endiguent toute tentative de redressement de la paire, quoi qu’il en soit les chiffres de ce matin tend à nous confirmer que les craintes initiales à l’égard de l’état de santé de l’économie chinoise sont bien fondées. Un facteur qui devrait donc maintenir le yuan pendant une période prolongée sur ses faibles niveaux de valorisation actuels. Il ne serait pas surprenant de voir la paire EUR/CNH revenir rapidement à hauteur, voire au-dessus, de la barrière de ¥8,00 si l’euro parvenait à se reprendre un peu.

Perf 2018 = +1,63% / Moyenne 2018 = ¥ 7,7876 / Point haut 18 octobre 2018 = ¥ 8,0010  / Point bas 18 octobre 2018 = ¥ 7,9413 / Clôture 18 octobre 2018 = ¥ 7,9460


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.