Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

oct. 18, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 18 octobre 2018 – Sommaire :

  • Séance de jeudi très largement influencée par le nouveau rebond du dollar nourri par les commentaires très optimistes des banquiers centraux américains (Minutes de la Fed) et les tergiversations des investisseurs à l’annonce officielle hier d’une impasse des négociations sur le Brexit.
  • L’EUR/USD tente de panser ses plaies après son large recul de la veille. Le mélange des craintes autour de l’Italie et du Brexit à l’optimisme des banquiers centraux américains ont renvoyé la paire au niveau de son support de $1,15.
  • L’EUR/GBP reste étonnement stable aux portes du seuil de £0,88 malgré l’annonce la veille d’une impasse dans les discussions de sortie et la mise en lumière d’un risque renforcé d’une absence d’accord à termes entre les deux camps.
  • La paire EUR/JPY reste sur la défensive mais parvient néanmoins à rester arrimée au-dessus de sa moyenne mobile 100j située à ¥129,50.
  • La paire EUR/AUD enregistre actuellement sa 6ième séance consécutive de recul et une perte totale actuellement de plus de 1% (A$ 1,6150). Repli favorisé ce matin par l’observation d’un recul surprise du taux de chômage australien à son plus bas niveau depuis plus de 6 ans (5,0%).
  • L’indice Brent de prix du pétrole chute ce matin sous le seuil de $80 (plus bas depuis 3 semaines). Le cours EUR/CAD remonte ce matin à C$ 1,50 et le cours EUR/RUB reprend la direction de RUB 76,0. Paire EUR/NOK stable à moins de NOK 9,45.
  • Dans le monde émergent, au lendemain d’un très fort rebond des ventes au détail en Afrique du Sud, le rand continue sa revalorisation face à l’euro et oscille désormais sur ses plus bas niveaux depuis 2 mois. Support de ZAR 16,30 en approche.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : À la fois pénalisée dans un premier temps par un regain de tensions sur les taux italiens (+8,7pbs sur les taux 10 ans à 3,55%) alors que certains responsables politiques européens évoquent déjà un possible rejet de la proposition de budget italien par la Commission Européennepuis dans un second temps par la hausse des rendements américains (taux 10 ans de retour à 3,2%, tout proche de ses pics de 7 ans atteints la semaine dernière) nourrie par les signaux des banquiers centraux américains à poursuivre leur politique de normalisation monétaire, la paire EUR/USD est lourdement retombée sur son niveau support de $1,15 (-0,64% à $1,1499). Si on louait la veille une tentative d’apaisement des instances européens sur le dossier du budget Italien, le ton s’est un peu plus durcit mercredi avec la sensation que Bruxelles ne restera pas les bras croisés face aux largesses financières du nouveau gouvernement italien engagé dans une politique de relance par la demande (nette hausse des dépenses publiques et projection annuelle de déficit de 2,4% du PIB en 2019 contre 1,8% attendu cette année). Plusieurs responsables européens seraient en effet opposés à accorder à l’Italie la souplesse budgétaire qu’elle réclame par peur que ce « cadeau » ne suscite d’autres vocations dans la région. Du côté américain, les Minutes de la Fed publiées mercredi soir font état d’un optimisme implacable des banquiers centraux américains à l’égard de l’économie américaine et de craintes très mesurées quant aux éventuelles répercussions que causerait sur celle-ci une guerre commerciale avec la Chine. De ce fait, comme le laissait suggérer ses nouvelles projections monétaires publiées fin septembre, la banque centrale américaine entend poursuivre ses efforts monétaires et sa politique de hausse graduelle de ses taux d’intérêt afin de limiter le risque de surchauffe tout en évitant de pénaliser le potentiel de croissance par un resserrement trop rapide et brutal des conditions de crédit. Une large majorité de responsables évoque même la possibilité qu’à moyen terme les taux directeurs, actuellement dans une fourchette de 2,00-2,25%, soient relevés à un niveau supérieur de celui de long-terme défini à 3,00%. Cela tend à confirmer qu’outre une nouvelle hausse de taux très probable en décembre, la dynamique pourrait se prolonger en 2019 et 2020. Une divergence de positionnement qui tranche totalement avec l’inertie actuelle de la BCE et qui ne manque pas de se refléter dans la valorisation actuelle de l’EUR/USD.

Le cours de change prolonge son repli ce matin et oscille désormais sur ses plus bas niveaux depuis une semaine autour de $1,15. L’impasse des discussions sur le Brexit, officialisée hier soir après l’entrevue entre Theresa May et les dirigeants des 27 membres de l’Union Européenne, tend à renforcer l’impression d’instabilité qui se dégage de l’Europe actuellement et n’est d’aucun secours pour l’euro, bien au contraire. La fin de semaine s’annonce très calme en termes de chiffres économiques, aussi le volet politique et le sentiment global des marchés financiers devraient demeurer les deux principaux catalyseurs de la volatilité de l’EUR/USD jusqu’à vendredi. Encore une fois, au regard du peu d’éléments rassurants actuellement en Europe, la paire EUR/USD devra compter sur une potentielle correction du dollar pour retracer légèrement et revenir s’installer dans son couloir de $1,15-1,16 dans lequel elle résidait depuis une semaine. La question budgétaire italienne mais également la problématique migratoire en Europe devraient être ce jeudi au centre des discussions des dirigeants européens réunis à Bruxelles, aussi de nouvelles frictions ne sont pas exclues. En cas de véritable décrochage de la paire, celle-ci pourrait venir tester ses récents points bas situés autour de $1,1430.

Perf 2018 = -4,05% / Moyenne 2018 = $1,1915 / Point haut 17 octobre 2018 = $1,1583 / Point bas 17 octobre 2018 = $1,1493 / Clôture 17 octobre 2018 = $1,1499

GBP

EUR/GBP :  La paire EUR/GBP a encore fois fait le « yo-yo » mercredi, progressant tantôt au-dessus du seuil de £0,88 après la publication de chiffres d’inflation au Royaume-Uni bien moins bons que prévu (dynamique annuelle de 2,4% Vs cons. 2,6% et 2,7% en août) puis retraçant en direction du seuil de £0,8750 à l’évocation d’une possible entente mutuelle entre britanniques et européens sur une extension d’un an de la période de transition jusqu’à fin 2021. Alors que l’on aurait pu penser que la livre sterling aurait davantage réagi à l’officialisation d’une impasse entre les deux camps et l’annulation en conséquence du projet, évoqué un temps, de sommet exceptionnel organisé en novembre, mais il n’en fut rien. Une des explications à cela est le retour en arrière réalisé par les européens qui ne semblent plus considérer la signature d’un accord de sortie comme une condition sine qua non à la mise en place d’une période de transition post-Brexit destinées à adoucir et accompagner la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union Européenne. Désormais, cette période de transition est considérée comme une opportunité supplémentaire pour les deux parties pour s’accorder sur les termes de cette sortie, à savoir convenir entre autres d’un accord de libre-échange sur les biens et marchandises, d’une réglementation concernant l’échange de services notamment financiers et d’une solution pour éviter le retour de frontières physiques en Irlande (volonté commune des deux camps). C’est une façon de voir le verre à moitié plein, néanmoins on peut également le constat inverse de l’absence d’accord qui ne fait que maintenir l’incertitude dans l’état d’esprit des acteurs économiques britanniques, ce qui pourrait avoir quelques répercussions à court terme sur l’économie britannique (investissement d’entreprises & consommation des ménages réduits). S’il est vrai que la livre sterling limite pour le moment les dégâts en retour à cet aveu d’échec des négociations de sortie, son potentiel haussier apparaît aujourd’hui dans ces conditions relativement limité.  Et alors que l’on évoquait un temps une possible tentative de test du support de £0,87 par la paire EUR/GBP, cela ne semble plus à l’ordre du jour actuellement.

Au lendemain de l’officialisation d’une impasse des négociations sur le Brexit, il faudra surveiller de quelle manière les marchés britanniques et européens accueillent la nouvelle, qui est en soi rappelons-le une nouvelle plutôt négative. Le cours EUR/GBP efface ce matin les pertes de la veille et semble reprendre la direction du seuil de £0,88 au-dessus duquel il ne parvient plus à s’installer durablement depuis maintenant presque deux semaines. Les chiffres de ventes au détail publiés au Royaume-Uni en milieu de matinée seront l’un des moments clés de la séance de jeudi puisque à l’occasion de la journée de discussion des dirigeants européens réunis actuellement à Bruxelles pour un nouveau sommet, il ne sera en aucun cas question de Brexit. Une contraction des ventes au détail, comme il l’est attendu par le consensus, et de possibles nouvelles critiques en interne contre l’absence de résultat de la part de Theresa May dans ses négociations avec l’UE pourraient venir faire pression sur la livre ce jeudi.

Perf 2018 = -1,20% / Moyenne 2018 = £0,8835 / Point haut 17 octobre 2018 = £0,8807 / Point bas 17 octobre 2018 = £0,8762 / Clôture 17 octobre 2018 = £0,8768

JPY

EUR/JPY  :   Les journées passent et se ressemblent étrangement pour la paire EUR/JPY. Les inquiétudes politiques émanant d’Europe, matérialisées mercredi par le retour de tensions autour des taux italiens et l’annonce officielle d’une impasse dans les négociations sur le Brexit entre britanniques et européens, ont refait basculer la paire de change en direction du seuil de ¥129… mais encore une fois celle-ci fut stoppée dans sa chute par la présence sur sa route de sa moyenne mobile 100 jours située à ¥129,50 qui lui a encore permis de limiter les dégâts. Bien que plutôt sur la défensive, celle-ci fait de la résistance ce matin et parvient à rester arrimée au-dessus de ce seuil technique clé et accueille favorablement ce matin le choix du Trésor américain, stratégique ou non, de ne pas citer Pékin comme un probable manipulateur de sa devise dans un rapport semestriel publié mercredi soir. Doit-on y voir un signe d’apaisement entre les deux pays ? Tous les espoirs sont permis mais cela serait aller bien vite en besogne. Testée à plusieurs reprises, cette barrière représentée par la moyenne mobile 100 jours pourrait néanmoins finir par céder sous les coups de boutoirs du yen si d’aventure l’aversion des marchés pour les actifs européens et l’euro tout particulièrement était amenée à s’intensifier.  

Perf 2018 = -4,13% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,89 / Point haut 17 octobre 2018 = ¥ 130,15  / Point bas 17 octobre 2018 = ¥ 129,15 / Clôture 17 octobre 2018 = ¥ 129,53

AUD

EUR/ AUD:  On arrête plus le dollar australien qui est sur le point actuellement d’enregistrer sa 6ième séance consécutive de hausse face à l’euro et un gain total dépassant 1% (performance en cours). Il faut dire aussi que ce rebond correctif de la devise australienne apparaît cohérent et tout naturel compte tenu des très faibles niveaux encore récemment observés (plancher depuis 9 ans touché en fin de semaine dernière face à l’euro à plus de A$ 1,6350). Le cours EUR/AUD corrige à nouveau modestement ce matin et oscille désormais à hauteur du seuil de A$ 1,6150, bien aidé il faut le reconnaître par la publication ce matin d’un recul surprise du taux de chômage en Australie à son plus bas niveau depuis plus de 6 ans ! (5,0% Vs cons. 5,3% et 5,3% en août). Le retour au calme sur les marchés actions après les turbulences relevées la semaine dernière et l’absence de nouvelles frictions entre la Chine et les Etats Unis offrent actuellement un terreau favorable à un renforcement des devises cycliques comme le dollar australien. Néanmoins, son potentiel haussier apparaît modéré – présence d’un plafond important au niveau de A$ 1,60 – au regard de la timidité, une nouvelle fois confirmée cette semaine à travers les Minutes de la RBA, des banquiers centraux à se pencher sur un projet de hausse de taux à court et moyen terme.

Perf 2018 = +5,01% / Moyenne 2018 = A$ 1,5789 / Point haut 17 octobre 2018 = A$ 1,6226  / Point bas 17 octobre 2018 = A$ 1,6155  / Clôture 17 octobre 2018 = A$ 1,6173

 


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.