Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 28, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 28 septembre 2018 – Sommaire :

  • La crainte suscitée jeudi par l’attente des nouvelles projections budgétaires italiennes laisse place ce vendredi à la contemplation et une large phase de questionnement. Pas de traces pour le moment de panique sur les marchés européens mais néanmoins d’importantes tensions sur les taux italiens (retour à plus de 3%) suggèrent que la nervosité gagne les investisseurs européens.
  • L’EUR/USD reste sur la défensive mais voit néanmoins les pressions baissières dégonfler quelque peu en l’absence de traces de panique sur les marchés européens. Le cours EUR/USD parvient à se maintenir au-dessus de $1,16. Inflation en Zone Euro (11h00) et Indices PCE US (14h30) à suivre.
  • La paire EUR/GBP est toujours dans sa phase corrective mais bute sur le support de £0,89.
  • Après son repli la veille sous le seuil de ¥132, le cours EUR/JPY se stabilise ce matin et ne montre pour le moment aucun signe de nouvelle tentative de repli.
  • Le cours EUR/CHF corrige fortement et retombe sous le seuil de ₣1,1350.
  • Important repli à noter de la paire EUR/CAD qui est de retour ce matin à hauteur de son support de 1 mois de C$1,51. Estimations mensuelles de PIB au Canada à suivre cette après-midi (14h30).
  • La revalorisation des devises émergentes – très importante la veille face à l’euro – se prolonge ce matin.
  • Le cours EUR/CNH retombe sur son ancien plafond de ¥8,0, ou son plus bas niveau depuis plus d’une semaine.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : Sous couvert d’incertitude en Europe autour de la teneur des futures projections budgétaires du nouveau gouvernement italien mais également de bons chiffres économiques aux Etats Unis (croissance au T2 confirmée à 4,2% en rythme annualisé & rebond deux fois plus important que prévu des commandes de biens durables en août, +4,5% M/M vs cons. +2,0%), le cours EUR/USD a chuté de plus de -0,8% jeudi et ainsi enregistré sa plus forte chute en séance depuis presque 7 semaines. Après avoir atteint un pic de 2 mois un peu plus tôt dans la semaine à plus de $1,18, le cours est repassé hier sous le seuil de $1,17 et retombé à un plus bas depuis presque deux semaines (clôture jeudi à $1,1639). Les meilleurs résultats que prévu de l’inflation allemande au mois de septembre – pic de quasi 7 ans à 2,3% A/A vs cons. 2,0%) – a néanmoins été favorablement été accueilli par les marchés et permis à l’euro de contenir, tant bien que mal, les pressions baissières auxquelles il faisait face, lui permettant notamment de ne pas trop s’éloigner de sa moyenne mobile 100 jours située aux alentours du niveau de $1,1650.

Le choix du gouvernement italien annoncé jeudi soir par le gouvernement italien d’augmenter allègrement ses dépenses publiques et d’assumer lors des trois prochaines années à venir un déficit annuel de plus de 2,0% du PIB (2,4% exactement anticipé sur la période 2019-2021), et ainsi d’aller à l’encontre des recommandations du ministre de l’économie Giovanni Tria qui souhaitait voir les déficit plafonner à un seuil maximal de 1,6%, vient créer de nouvelles tensions sur les marchés financiers européens. Au regard de la situation financièrement précaire de l’Italie – dette globale de 132% du PIB  - la hausse significative du train de vie de l’Etat suscite aujourd’hui d’importantes craintes, et surtout fait éclore le spectre d’une possible crise à venir dans le pays. Cette peur grimpante chez les investisseurs, mais encore relativement modeste, se matérialise aujourd’hui par un retour des taux souverains 10 ans italiens à plus de 3%, ou ses plus hauts niveaux depuis plus de 3 semaines. Du côté des marchés, on ne cède pas encore à la sinistrose et on loue néanmoins l’ambition de Rome de respecter la règle des 3% fixée par les institutions européennes en matière d’encadrement des déficits, un moindre mal qui pourrait venir apaiser les risques d’éventuelles tensions à venir avec Bruxelles autour de la question budgétaire.

Le cours EUR/USD semble avoir réussi ce matin à dompter, du moins temporairement, les pressions baissières à son égard et reste pour le moment à distance du palier de $1,16. La réponse des responsables politiques européens à la stratégie budgétaire défendue par l’exécutif italien sera néanmoins à surveiller, tout commentaire négatif étant susceptible de déclencher un nouveau repli de la paire de change. Sur le front de l’économie, c’est une journée relativement chargée qui nous attend avec entre autres la publication ce vendredi, dans l’ordre, des statistiques d’emploi en Allemagne, d’inflation en Zone Euro et aux Etats Unis (indices PCE) et de confiance des ménages américains (indice Michigan). De bons chiffres d’inflation en Europe, au lendemain de ceux publiés en Allemagne, viendrait donner un peu plus de poids aux propos tenus un peu plus tôt dans la semaine par le gouverneur central européen Mario Draghi et ses louanges à l’égard d’une « inflation vigoureuse » en Europe, et ainsi relancer les spéculations autour d’une possible avancée dans le temps du calendrier monétaire et d’une 1ière hausse de taux opérée avant l’automne 2019. Cela pourrait offrir une « bouée » à l’euro (maintien au-dessus du support de $1,15 et/ou retour dans le couloir $1,17-$1,18?) et lui éviter de couler à pic si d’aventure les inquiétudes autour de la situation financière italienne s’intensifiaient.

Perf 2018 = -3,11% / Moyenne 2018 = $1,1943 / Point haut 27 septembre 2018 = $1,1757 / Point bas 27 septembre 2018 = $1,1635 / Clôture 27 septembre 2018 = $1,1639

GBP

EUR/GBP :  Les jours se suivent et se ressemblent pour la paire EUR/GBP qui a connu jeudi une nouvelle séance de repli (un peu plus de -0,1%)… le 4ième consécutif. Même si l’on reste dans l’attente de véritables avancées dans les négociations de sortie, c’est-à-dire que britanniques et européens acceptent tous deux de faire un pas vers l’autre, les investisseurs se satisfont pour le moment de l’absence de nouvelles tensions entre les deux camps. En l’absence de marques d’exposition de leurs divergences, on continue à croire parmi les observateurs de marché qu’un accord est encore possible. On reste toujours dans une phase corrective, facilitée à la fois par l’absence de nouvelles tensions politiques mais également des fondamentaux économiques au Royaume-Uni plutôt rassurants ces dernières semaines, où la paire de change efface peu à peu les pertes enregistrées vendredi dernier après l’aveu d’impasse formulée par la première ministre britannique, Theresa May à la sortie de sa rencontre avec les dirigeants européens à Salzburg. Depuis une semaine, le discours s’est un peu adouci et se veut résolument optimiste, les deux parties refusant pour le moment l’idée même d’échec, en attendant l’ouverture ce weekend de la convention annuelle du parti conservateur auquel appartient l’exécutif actuel. Ce séminaire de quatre jours qui débutera ce dimanche à Birmingham sera l’occasion pour la chef de l’Etat britannique de revenir en largeur sur son plan de sortie et d’apporter, en accord avec les membres de sa formation, quelques ajustements. De nouvelles propositions formulées à Bruxelles pourrait alors accélérer les échanges en vue de conclure un accord de sortie final d’ici le sommet européen programmé mi-octobre, voire au plus tard en novembre. À l’inverse, ces quatre jours intenses de débat pourrait également être le théâtre d’une nouvelle contestation des partisans d’un « Brexit dur » contre les choix de Theresa May (biais négatif pour la livre). Le potentiel haussier de la livre reste résolument important néanmoins les investisseurs préfèrent rester prudents, la complexité du processus de sortie et les nombreux rebondissements survenus au cours des derniers mois obligeant à conserver une certaine réserve et faire preuve d’enthousiasme mesuré. Si le cours EUR/GBP a pratiquement effacé ses gains de la semaine dernière (-1,0% cette semaine), on observe néanmoins quelques difficultés pour ce dernier à casser véritablement le seuil de £0,89. Si la paire de change reste ces temps-ci globalement sensible au sentiment général des marchés à l’égard du Brexit, on ne pourra pas néanmoins s’empêcher de jeter un œil ce matin sur les estimations finales de croissance du PIB au Royaume-Uni au second trimestre (10h30).

Perf 2018 = +0,12% / Moyenne 2018 = £0,8838 / Point haut 27 septembre 2018 = £0,8937 / Point bas 27 septembre 2018 = £0,88882 / Clôture 27 septembre 2018 = £0,8900

JPY

EUR/JPY  :   Pénalisé par le retour dans la lumière de nouvelles sources d’instabilité en Europe, en l’occurrence ici en provenance d’Italie, le cours EUR/JPY a accusé un repli de -0,3% et confirmé son retour sous le seuil de ¥132. Au plus fort des inquiétudes, le cours de change a d’ailleurs enregistré un point bas depuis une semaine à ¥131,56. Ces pressions baissières ont néanmoins dégonflé en fin de journée une fois la nouvelle tombée et la décision rendue officielle de la part du gouvernement italien de promouvoir une politique de déficit, à hauteur de 2,4% du PIB, au cours trois prochaines années. Malgré de bons indicateurs économiques publiés au Japon ce matin – recul surprise du chômage (2,4% Vs 2,5% an juillet), rebond plus important que prévu des ventes au détail et accélération plus important qu’anticipé de l’inflation dans la métropole de Tokyo – le yen ne montre cependant aucun réel signe ce matin de nouvelle accélération. Voyant les inquiétudes autour de l’Italie se stabiliser ce matin, du moins en attendant d’éventuels commentaires de la part de responsables européens, le cours EUR/JPY limite les pertes ce matin et reste à proximité du seuil de ¥132. Cette impression de calme pourrait ne pas durer et la paire de change reste toujours sous la menace d’une importante correction si d’aventure un mouvement de panique s’empare des marchés européens.

Perf 2018 = -2,46% / Moyenne 2018 = ¥130,93 / Point haut 27 septembre 2018 = ¥132,67 / Point bas 27 septembre 2018 = ¥131,56 / Clôture 27 septembre 2018 = ¥131,96

CAD

EUR/ CAD : La faiblesse de l’euro couplée à la présence depuis le début de la semaine de pressions haussières sur le dollar canadien offerte par un retour des prix du pétrole sur ses plus hauts niveaux depuis 2014 ont eu d’importantes répercussions jeudi sur la paire EUR/CAD, laquelle a accusé un repli de -0,7%. La correction se poursuit ce matin et le cours de change revient à hauteur du support, formé il y a un mois, de C$1,51. Ce seuil pourrait être testé, et potentiellement cédé, alors que se profile la publication cette après-midi au Canada des estimations de croissance du PIB au mois de juillet (cons. +0,1% M/M). Une performance plus importante que prévu de l’économie canadienne au début de l’été viendrait renforcer encore davantage les spéculations autour d’une possible nouvelle hausse de taux dans le pays, la 3ième cette année, au mois d’octobre (probabilité estimée à un peu moins de 80% sur les marchés monétaires). Le potentiel baissier de la paire de change reste néanmoins limité faute d’informations positives, pour le moment, concernant les négociations en cours entre Ottawa et Washington sur l’ALENA.   

Perf 2018 = +0,13% / Moyenne 2018 = C$ 1,5370 / Point haut 27 septembre 2018 = C$ 1,5323 / Point bas 27 septembre 2018 = C$ 1,5172 / Clôture 27 septembre 2018 = C$ 1,5178


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.