Actualités du marché des devises

Retrouvez les dernières informations sur le marché des devises telles que EUR/USD, EUR/GBP, USD/JPY, GBP/USD.

sept. 24, 2018 | Analyse du marché des devises

Thèmes globaux

Séance du 24 septembre 2018 – Sommaire :

  • Devises « cycliques en recul » face à l’euro alors que prendront effet lundi soir les nouvelles taxes américaines et chinoises, sursaut de la livre sterling et large rebond des prix du pétrole marquent les marchés ce matin.
  • Paire EUR/USD stable à $1,1750. Sur la défensive ce matin, le cours profite de la publication de meilleurs indice Ifo que prévu en Allemagne. Discours de Mario Draghi à suivre dans l’après-midi (15h00).
  • Après avoir enregistré son plus large rebond depuis 10 mois vendredi dernier, le cours EUR/GBP corrige et revient à hauteur de £0,8950 sous l’influence de propos optimistes du ministre britannique en charge des négociations de sortie.
  • La paire EUR/JPY reste stable à plus de ¥132. Attentisme avant l’ouverture de l’assemblée générale des Nations Unis qui pourrait être le théâtre de nouvelles sorties virulentes du président américain.
  • Léger rebond des paires EUR/CAD (retour à C$1,52) et EUR/AUD (A$1,6150) malgré le solide rebond des prix du pétrole de presque 2% ce matin. L’officialisation ce soir à minuit des nouvelles taxes américaines sur $200Mds de produits chinois semble avoir des répercussions sur les prix des métaux de base et sur le sentiment global des marchés.
  • Le RUB profite de la flambée des prix du brut et progresse de plus de 0,5% face à l’euro sous RUB 78,0.
  • Le cours EUR/CNH atteint un nouveau record depuis 2014 à plus de ¥8,06.

Volatilité sur les marchés des changes – Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD : La marche était définitivement trop haute… Après avoir touché en matinée le niveau de $1,18 pour la première fois depuis trois mois – la dernière fois remontant au 14 juin dernier -  le cours EUR/USD a progressivement vu les pressions haussières s’essouffler puis totalement s’inverser au fur et à mesure que la journée passait. Outre les prises de bénéfices ; mouvements de marché traditionnellement observées en fin de semaine après d’importants gains lors des séances précédentes ; provoquées vendredi par la publication d’indicateurs PMI en Zone Euro plutôt mitigés (légère accélération de l’activité dans le secteur privé au mois de septembre mais fort repli observé dans le secteur industriel européen qui enregistre là sa plus faible dynamique depuis 2 ans), l’euro a également très certainement subi le retour de vives inquiétudes politiques en Europe, et plus précisément du côté du Royaume-Uni où les interrogations autour du processus de sortie perdurent. Au final, l’EUR/USD a terminé la séance sur un repli d’un peu plus de 0,2% et clôturé la semaine à hauteur du niveau de $1,1750.

Le cours de change reste sur la défensive ce matin et semble reprendre la direction du seuil de $1,17 alors que le weekend a de nouveau mis en exergue les divergences au sein du gouvernement italien concernant la teneur du futur budget . Deux visions s’opposent entre celle des deux formations qui forment la coalition gouvernementale actuelle, le Mouvement 5 Etoile et la Ligue du Nord, qui souhaitent que le nouveau projet de loi des finances intègre les promesses faites durant la campagne électorale (revenu citoyen, taxe plafonnée,…) malgré leur coût onéreux, et celle du ministre de l’Economie, Giovanni Tria, universitaire non affilié aux deux partis politiques, qui refuse de laisser les finances du pays partir à la dérive et est favorable à un plafonnement des déficits au sein du second pays le plus endetté de la Zone Euro (132% du PIB). La question budgétaire en Italie sera un des fils rouges de la semaine, et potentiellement une source d’incertitude qui pourrait créer d’importants dommages à l’euro, alors que la 3ième économie de la Zone Euro doit publier d’ici jeudi ses nouvelles projections économiques et budgétaires. Une hausse des déficits jugée trop importante et dangereuse par les investisseurs viendrait à nouveau enflammer les marchés et mettre les taux d’intérêt italien sous pression (taux 10 ans actuellement à 2,85%). L’autre point marquant de la semaine sera bien évidemment la réunion mercredi de la réserve fédérale américaine en marge de laquelle une nouvelle hausse de taux est très largement anticipée (probabilité estimée à 100% sur les marchés monétaires…ou un évènement jugé certain par les acteurs de marché). Néanmoins, l’attention se portera davantage sur les nouvelles projections monétaires trimestrielles publiées lors de cette réunion, lesquelles devraient donner le ton sur la direction des taux d’intérêt américain dans les prochains mois et trimestres. Contrairement au passé, il n’est pas évident qu’une nouvelle hausse de taux s’accompagne d’un important rebond de la devise américaine, bien au contraire celui-ci pourrait descendre de son piédestal si d’aventure la banque fait preuve d’une hésitation dont elle nous avait jusqu’ici peu habitué (environnement extérieur hostile : baisse des pressions sur les prix, volatilité au sein des pays émergents, tensions protectionnistes) ou si les marchés commencent à intégrer la décélération et prochaine fin de la politique de resserrement monétaire graduelle initiée fin 2015. Un repli important du dollar, couplé à des inquiétudes contrôlées vis-à-vis de l’Italie, pourrait éventuellement redonner l’occasion à la paire EUR/USD de retenter l’aventure au-delà du seuil de $1,18…un plafond formé et qui résiste depuis la mi-mai. Une résilience du dollar viendrait à l’inverse assurer une consolidation de la paire de change dans son couloir actuel de $1,15-$1,18.

Ce lundi, la paire de change sera particulièrement sensible à la teneur des indices Ifo de confiance des entreprises en Allemagne publiés ce matin (10h00) et aux propos tenus par le gouverneur central Mario Draghi cette après-midi (15h00).

Perf 2018 = -2,09% / Moyenne 2018 = $1,1948 / Point haut 21 septembre 2018 = $1,1803 / Point bas 21 septembre 2018 = $1,1730 / Clôture 21 septembre 2018 = $1,1749

GBP

EUR/GBP :  Une fois n’est pas coutume, la livre sterling a une nouvelle fois été des principaux agitateurs des marchés des changes vendredi…seulement contrairement au début du mois il fut question de chute et non pas de rebond. Accusant un repli de plus de 1,2% face à l’euro, la devise britannique a enregistré sa plus forte chute en séance depuis plus de 10 mois, le cours EUR/GBP revenant lui à hauteur du seuil de £0,90 (pic à £0,8994 & clôture à £0,8981)  après avoir chuté un peu plus tôt dans la semaine à son plus bas niveau depuis 2 mois (sous £0,8850). En cause, le retour de vives inquiétudes autour du Brexit et le regain de pessimisme à l’égard d’un possible accord entre britanniques et européens au sortie de la réunion de Salzburg. Si les médias britanniques ont tiré à boulet rouge sur Theresa May vendredi et parlé d’humiliation après que les dirigeants européens, tous présents la semaine en Autriche pour discuter entre autres des négociations actuelles des termes d’un accord de sortie avec le Royaume-Uni, aient exigé de la première ministre qu’elle revoie sa copie, celle-ci n’a pas réellement semblé plus inquiète que cela de la tournure prise par les évènements. Au contraire, lors d’un discours diffusé en direct sur la chaîne de télévision BBC, cette dernière a réclamé à ce que Bruxelles respecte la position et le plan de sortie proposé par son gouvernement, n’hésitant pas à pointer du doigt le risque d’un échec des discussions si la situation n’évoluait pas favorablement. Face au peu de signes de flexibilité de part et d’autres à quelques semaines du sommet européen d’octobre, échéance initiale fixée par les deux camps pour convenir d’une entente, les investisseurs recommencent à considérer l’hypothèse d’une rupture brutale avec l’Union Européenne, et toutes les conséquences économiques et financières que celle-ci implique pour le Royaume-Uni, comme un scénario envisageable. En plus de cet aspect hautement préjudiciable viennent également s’ajouter toutes les rumeurs de bouleversements de la scène politique britannique (rumeurs de nouvelles démissions au sein du gouvernement si pas de plan B, de préparation d’élections anticipées du côté des conservateurs, de fronde contre Theresa May,…) que la situation actuelle pourrait éventuellement entraîner.

Sous couvert d’un « effet boule de neige », une vague de pessimisme pourrait à nouveau déferler sur le Royaume-Uni et provoquer d’importants dommages collatéraux aux actifs britanniques, dont en premier lieu la livre sterling. Au regard des récents niveaux de valorisation observés sur le cours EUR/GBP lors des précédentes semaines, ou encore sur les deux dernières années, le potentiel baissier autour de la devise britannique reste très important. Si toutefois, on réclamait la semaine dernière un peu de recul et pas d’euphorie après la multiplication de commentaires positifs sur le Brexit, il ne faut pas à l’inverse tomber dans la sinistrose après les évènements de la semaine dernière. Un soupçon d’espoir demeure même s’il est vrai que celui-ci s’amenuise au fur et à mesure que le temps d’égraine. Cette semaine sera globalement « pauvre » en chiffres économiques, les enquêtes de tendance CBI sur les commandes industrielles et le commerce de distribution (lundi et mercredi), et l’estimation finale de croissance au 2nd trimestre (vendredi) demeurant les éléments clés de la semaine. Les investisseurs seront davantage focalisés sur les sorties publiques de plusieurs banquiers centraux dont Mark Carney jeudi, ainsi que des débats politiques au sein du parti conservateur en marge de la convention annuelle du parti qui débutera ce dimanche (30 septembre). Le cours EUR/GBP corrige significativement ce matin et s’écarte tout doucement du seuil de £0,90 après les commentaires du ministre britannique en charge des négociations, Dominic Raab, faisant état de son optimisme qu’un accord est possible. Celui-ci reste néanmoins à portée en cas de nouvelles vagues d’inquiétude autour de la situation politique au Royaume-Uni et des négociations sur le Brexit.

Perf 2018 = +0,84% / Moyenne 2018 = £0,8836 / Point haut 21 septembre 2018 = £0,8994 / Point bas 21 septembre 2018 = £0,8868 / Clôture 21 septembre 2018 = £0,8981

JPY

EUR/JPY  :   Un peu à l’image de la paire EUR/USD, le cours EUR/JPY a corrigé vendredi après avoir atteint en début de matinée un pic de presque 5 mois à plus de ¥133 (pic à ¥133,12). Il s’agit là d’une correction davantage technique qu’un changement de direction, le cours restant toujours sur des niveaux de valorisation toujours élevé en l’absence pour le moment de nouvelles tensions commerciales entre Pékin et Washington et au regard des divergences monétaires renforcées la semaine dernière par le nouveau statu quo de la Banque du Japon. Le retour au sommet de la paire EUR/JPY n’est en aucun cas marqué dans le marbre, loin de là . L’espoir d’une éventuelle reprise de dialogue entre Chine et Etats Unis apparaît pour le moment mince, du moins jusqu’aux élections de mi-mandat de début novembre. L’annulation de dernière minute de la visite cette semaine d’une délégation chinoise à Washington, alors que prendront effet ce soir les nouvelles séries de taxes douanières annoncées de part et d’autres la semaine dernière (taxe sur $200Mds de produits chinoises/ sur $60Mds de produits américains), en est une preuve. On reste sur une volatilité globalement stimulée par le sentiment des investisseurs à l’égard l’environnement de risque global, et plus spécifiquement en Europe. L’aspect géopolitique en marge de l’organisation cette semaine de l’assemblée générale aux Nations Unies (discours de Donald Trump à suivre notamment ce lundi) et politique à l’orée de la publication d’ici jeudi des nouvelles projections budgétaires du gouvernement italien feront très certainement office de catalyses sur la paire de change. Si de nouvelles frictions provoqueraient très certainement un repli du cours de change vers le support de ¥130, à l’inverse une dissipation des inquiétudes générales à l’égard de l’Italie et des tensions commerciales nourrirait la dynamique actuelle de regain d’appétit au risque et ramènerait alors la paire de change tester à nouveau le seuil de ¥133.

Perf 2018 = -2,17% / Moyenne 2018 = ¥ 13 0,91 / Point haut 21 septembre 2018 = ¥ 133,12 / Point bas 21 septembre 2018 = ¥ 132,16 / Clôture 21 septembre 2018 = ¥ 132,29

CAD

EUR/ CAD : La paire EUR/CAD vogue toujours sans direction au sein de son couloir actuel de C$1,51-C$1,53 alors qu’on reste toujours dans l’attente d’une issue positive sur l’ALENA . L’absence d’annonces ne semblent pas pour le moment émouvoir les investisseurs, ces derniers préférant se raccrocher aux commentaires optimistes en provenance des deux camps lors des dernières semaines. Après un retour bref au-dessus du seuil de C$ 1,52, le cours EUR/CAD a légèrement corrigé et est retombé sous ce seuil vendredi (clôture à C$1,5174) malgré des ventes au détail moins robustes que prévu (+0,3% M/M vs cons. +0,4%) et une décélération comme attendu de la dynamique d’inflation générale dans le pays après l’atteinte d’un pic de presque 7 ans au mois de juillet (2,8% A/A vs 3,0% en juillet), les investisseurs préférant ici porter leur regard sur l’accélération de l’indice sous-jacent (1,7% A/A vs 1,6% en juillet) qui maintient en vie un scénario de nouvelle hausse de taux par la Banque du Canada fin octobre (probabilité estimée à 85% sur les marchés monétaires). Cependant la présence de la moyenne mobile 50 jours à C$1,5160 a semble-t-il fait rempart à la paire de change dans sa tentative de repli. Ce seuil semble constituer un palier psychologique relativement important aux yeux des cambistes puisque l’on assiste ce matin à un léger rebond du cours EUR/CAD ce lundi, cela malgré le rebond des prix du pétrole brut de mer du Nord – indice Brent – à plus de $80, ou ses plus hauts niveaux depuis 2014. Peu d’évènements majeurs à suivre d’ici vendredi et la publication des statistiques mensuelles de PIB au mois de juillet, aussi le cours EUR/CAD pourrait connaître, sauf soubresauts importants au niveau des prix du pétrole et/ou vives tensions commerciales, une semaine relativement paisible. Le sort de l’ALENA reste toujours au centre des préoccupations mais la relative absence d’informations/avancées sur ce dossier limite pour le moment de nouvelles prises de positions importantes, à l’achat ou à la vente, sur le dollar canadien.

Perf 2018 = +0,60% / Moyenne 2018 = C$ 1,537 3 / Point haut 21 septembre 2018 = C$ 1,5225 / Point bas 21 septembre 2018 = C$ 1,5151 / Clôture 21 septembre 2018 = C$ 1,5174


Recevez les dernières actualités sur le marché des devises

Publié cinq fois par semaine, ce bulletin d'information présente au quotidien des tendances et des activités qui touchent le marché sous forme d'actualités faciles à comprendre.